Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA MISE CONCURRENCE DES "COMPETENCES" ou LES DEVOIEMENTS DE LA "RECONNAISSANCE" LIBERALE.


de : Christian DELARUE
mardi 18 juillet 2006 - 00h22 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires

LA MISE CONCURRENCE DES "COMPETENCES" ou LES DEVOIEMENTS DE LA "RECONNAISSANCE" LIBERALE.

Les libéraux veulent bien des règles mais uniquement celles qui enlèvent les protections collectives et les cadres statutaires, notamment ceux qui ont durant le siècle passé bridé un peu la liberté du renard dans le poulailler, du patron dans l’entreprise . Dans le monde du travail salarié (le travail indépendant est différent), ces cadres durement conquis contre le capital et les libéraux ont été le système de la qualification et complémentairement dans les administrations le statut de la fonction publique. Un statut sécurisant du travail salarié est actuellement revendiqué pour le privé notamment par des syndicats et des membres d’ ATTAC (1).

Ces cadres de solidarité collective et organique avaient permis un amoindrissement de l’exploitation de la force de travail et des rapports hierarchiques relativement moins durs qu’auparavant . Cela n’aura pas duré bien longtemps . Aujourd’hui face à l’offensive libérale menée depuis les années Reagan-Thatcher ces cadres sont émiéttés et déstructurés. Les unités de production et de service ressemblent à un monde hobbésien ou "l’homme est un loup pour l’homme". Ajoutons pour l’homme et pour la femme car les rapports de genre viennent ici redoubler les effets de domination des rapports sociaux.

DE LA "RECONNAISSANCE" A LA COMPETENCE : UNE STRATEGIE DU CAPITAL CONTRE LA QUALIFICATION ET CONTRE LE TRAVAIL.

Dans un univers de contrôle plus ou moins serré, d’exploitation renforcée voire d’humiliation, la reconnaissance du travail effectué devient une aspiration forte. D’une certaine manière c’est précisément un tel cadre - celui du travail salarié - qui bien souvent donne une connotation particulière et aigue à l’aspiration à la reconnaissance . Ainsi pour certains la vraie reconnaissance ne pourra passer que par une distinction, un avantage donné à eux et refusé aux autres. Une reconnaissance réelle - pas une médaille - donnée à tous n’en serait pas une .

Cette forme de reconnaissance très individualisée a été instrumentalisée par les dirigeants économiques privés - le MEDEF - ou publics - la Haute administration - pour accroitre la pression sur le salariat en période de concurrence accrue et de crise de rentabilité du capital. Là on s’aperçoit que la reconnaissance attendue prends souvent la forme du discrédit et de la sanction !

L’instrumentalisation de cette aspiration a pris corps avec la lente mise en place dans le discours puis dans les systèmes d’organisation des unités de production privées ou publiques de la notion de compétence contre celle de la qualification. La compétence se rapporte à l’individu, la qualification au poste de travail. La qualification est acquise par une suite d’épreuves : il faut passer tel examen national puis, grâce à lui, réussir tel ou tel concours . Ce n’est qu’après qu’interviennent les formations complémentaires théoriques - à niveaux variables - et pratiques - "sur le tas" - d’adapdation concrète au poste . La compétence, elle, n’est jamais chose acquise, il faut toujours la démontrer et dans tous les domaines et ceux-ci sont nombreux. On peine a recenser les typologies de compétences à assurer et les critères précis d’acquisition. Au-delà de ce flou, la compétence va même au-delà de la simple mise en oeuvre de la force de travail pour exiger la mobilisation totale de la personne, y compris hors du travail. Elle peut donc posseder dans ces cas de "surprescription" normative une dimenssion totalitaire.

La logique de compétence est lourdement porteuse d’individualisation et de fragilisation du salarié dans l’entreprise et dans les services publics. Elle conduit outre à l’intensification du travail aux renforcement des inégalités de salaires. Malgré cela des syndicats comme la CFDT ont cru pouvoir accompagner la stratégie du patronat avec des exigences garantissant une véritble reconnaissance du travail salarié. L’heure du bilan est arrivé et l’on peine à voir le positif se dégager.

LA MAJORITE DES SALARIE(E)S EN EXPERIMENTENT LES DEGÂTS !

Comme "le mythe de l’entreprise"(5) - sans rapport sociaux antagoniques - développé dans les années 80 a gagné les administrations locales et centrales, le thème de la mobilisation du "capital humain" (2) s’applique aussi aux fonctionnaires. Et que constate-t-on ? Ce qui domine ces dernières années c’est bien la mobilisation sous tous ses aspects de la force de travail . Des experts (4) aux expériences syndicales et de travailleurs et travailleuse se confirme une augmentation des charges de travail .

Les délais prescrits sont plus courts aussi bien dans l’atelier de l’usine pour les ouvriers et techniciens que dans les bureaux, pour les employés et les cadres. Ces délais à tenir font pression sur les cadences tant dans les univers taylorisés (ou les contrôle de la tâche est permanent) que dans les structures "à participation" ou pèse le contrôle régulier du résultat.

S’y ajoute la productivité de l’emploi : Globalement, la demande des clients et des usagers s’accroît (ou reste stable) mais s’adresse au mieux à personnel constant au pire à personnel réduit. L’intensification du travail provient alors mécaniquement de ce qu’on appelle la "productivité de l’emploi" qui s’ajoute souvent à la vieille "productivité de la tâche ou de l’activité".

S’ y ajoutent les exigences de qualité qui ne font pas réduire pour autant les exignences de quantité. Une nouvelle source de tension apparait issue des injonctions contradictoires entre qualité et quantité.

L’intensitification génère de multiples déteriorations des conditions de travail qui influencent la subjectivité au travail : le retrait n’est plus possible donc soit "on s’investit" soit "on craque". Cet ensemble de pressions entraine aussi une dissolution des collectifs de travail par individualisation ou formation de "clans" (solidarités restreintes à deux ou trois individus).

ET CE N’EST PAS FINI...

Le système libéral et social-libéral de la compétence continu de produire de nouvelles règles d’accroissement de la mise en concurrence de tous contre tous au sein du salariat . Les fonctionnaires, qui avait depuis 1959 un système de notation limiant une exacerbation des conflits sur ce sujet, sont depuis le décret du 29 avril 2002 (3)soumis à des règles d’évaluation-notation qui viennent complèter le dispositif de "modernisation" de la fonction publique notamment le passage à la contractualisation et l’individualisation des relations internes . La mise en place du modèle de la compétence suscite marginalement une reconnaissance positive mais instaure la reconnaissance "négative" pour d’autres . La loi de la jungle libérale se lit dans ce dispositif. Le public y copie le privé dans tous ces mécanismes de sélection-exclusion. Il faut renverser cette logique barbare pour instaurer un modèle plus pacifique et civilisé.

Christian DELARUE ATTAC

1 Pour un statut comme "bien commun" du salariat resident http://rennes-info.org/article.php3... et Bellaciao

2 "La novlangue néolibérale "le capital humain" d’Alain BHIR sur le site "a l’encontre"

3 Décret du 29 avril 2002 : http://bifp.fonction-publique.gouv....

4 Lire sur ce point des auteurs aussi divers que Marc BARTOLI, Giusto BARISI, Alain FERNEX, Michel GOLLAC, Daniel LINHART, Serge VOLKOOF, Philippe ZARIFIAN. Michel FREYSSINET

5 "Le mythe de l’entreprise" de Jean-Pierre LE GOFF Plus généralement lire "Critique de l’organisation du travail" de Thomas COUTROT La Découverte Col Repères "La modernisation des entreprises" de Danièle LINHART Ed La Découverte coll Repères L’entreprise néo-libérale, nouvelle utopie capitaliste ? Thomas COUTROT

Ou va le salariat ? Pierre ROLLE Ed Page 2 - 1996 Travail et émancipation sociale Antoine ARTOUS Sylepse 2003 Enfin les ouvrages collectifs suivant sont indispensables : "La crise du travail" PUF 1995, "La liberté du travail" Sylepse 1995, "Le monde du travail" La Découverte 1998



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> LA MISE CONCURRENCE DES "COMPETENCES" ou LES DEVOIEMENTS DE LA "RECONNAISSANCE" LIBERALE.
18 juillet 2006 - 21h22

La réforme de la notation
Du chacun pour soi à l’aggravation des conditions de travail

La réforme de la notation, prévue ou en cours dans les administrations d’Etat, porte en elle le " salaire individualisé au mérite " et fait du coup l’objet de la critique des syndicats : les syndicats veulent une augmentation substantielle de leur rémunération et ils critiquent la surexploitation des employés de bases essentiellement par l’effet d’une non requalification de C en B et de B en A, aboutissant à une non reconnaissance du travail accompli qui se matérialise notamment par des salaires qui stagnent.

Il importe certes de combattre syndicalement cette réforme, en même temps d’ailleurs que les différentes stratégies ministérielles de réforme SMR .

Les syndicats réclament le retrait des textes sur l’entretien portant notamment sur l’évaluation de l’atteinte des objectifs fixés, qui sont d’ordre qualitatif (l’implication…) et quantitatifs, ce avant la notation qui elle commande la progression ou régression dans la carrière.
Le texte incriminé est le Décret du 29 avril 2002 abrogeant celui de février 1959. L’arrêté du 21 janvier 2004 et la circulaire du 10 mars 2004 ne sont que des textes d’application.
Au sein du MINEFI, la DGI – Direction des Impôts- a produit un guide de gestion en attente de l’arrêté et de la circulaire pour la mise en oeuvre concrète du décret

Mais il faut aussi frapper à cette occasion l’idéologie de cette réforme au plus profond, dans son essence " barbare " ultime, celle tout hobbésienne qui justifie toujours et encore la mise en compétition de tous contre tous. Il faut donc aller détruire radicalement le virus qui gangrène déjà la pensée des salariés y compris de syndiqués et qui provoque la fracture au sein des collectifs de travail. Il faut le faire d’autant plus qu’il y a, semble-t-il, moins de monde que jadis pour accomplir la tache.

Une nouvelle " servitude volontaire "

La question provocatrice ici posée est de savoir dans quelle mesure cette réforme - qui tout à la fois fixe des objectifs et incite chacun à les tenir et améliorer - annonce principalement une vaste et nouvelle " servitude volontaire " faite de zèle individuel et de fétichisme du travail et secondairement la fin d’une forme traditionnelle du contrôle hiérarchique du travail, notamment du contrôle électronique de la présence au travail ?

La réforme de la notation porte une profonde logique de différenciation et de sélection qui permet non seulement d’accroître encore l’exploitation du travail salarié (intensification multiforme du travail sans meilleure rémunération globale) mais aussi de générer un supplément d’individualisation, de zèle et de casse des solidarités, de mépris des plus lents ou des fainéants.

Le mépris et l’exclusion comme aboutissement du culte du travail

Venons-en au fait : Les valeurs de partage interne/externe, de solidarité globale de classe cèdent devant le culte du travail, la fameuse " valeur travail " de Raffarin. Ce fétichisme du travail pousse non seulement à l’intensification du travail (à l’appui d’autres facteurs) de celles et ceux qui travaillent déjà et par voie de conséquence au mépris de tous les autres . On oublie volontiers ce fatal effet pervers tant du discours de la mise au travail que de l’introduction d’un nouveau régime de mobilisation de la force de travail.

Ce mépris porte sur une double catégorie de fainéants : d’abord bien évidemment celles et ceux qui sont chromeurs, par rapport à ceux qui travaillent mais aussi parmi les travailleurs eux même, entre ceux qui sont à flux tendu, le " nez dans le guidon ", qui travaillent comme des machines et les autres d’une part ceux qui vont à l’extérieur de leur lieu de travail pendant le temps de travail (ex : boire un verre au bar de proximité), d’autre part ceux qui parlent trop souvent entre deux exécutions de travail, ou meme ceux qui parlent peu mais qui travaillent lentement. Le mépris n’a pas de limite.

RTT et " travail effectif "

La mise en place de la RTT a fourni au patronat et aux dirigeants publics l’occasion de mettre en avant la notion de " travail effectif " à l’encontre du temps de présence, de temps soumis à la subordination de l’employeur. En principe, vous n’étés plus libre mais au travail, c’est à dire soumis à la subordination hiérarchique, et ce quoique vous fassiez réellement, dés que vous étés pendant le temps de travail dans les murs de votre lieu de travail (et même avant dans certains cas : exemple la jurisprudence sur les zones et temps de déshabillage) . Vous ne pouvez donc subir de sanctions que si pendant le temps de travail vous sortez du site sans débadger ou sans autorisation.

Le patronat et les réformateurs de l’Etat ont avancer l’idée de réduire ce lieu au service ou à l’atelier .La pointeuse n’est plus à l’entrée des bâtiments mais à la porte du service. Dans cette logique certains patrons font " débadger " leurs employés qui vont aux WC !

Contrôle total avec l’œil électronique !

Il est d’ailleurs envisagé de placer les badges électroniques de travail sur les ordinateurs pour les employés du privé comme du public. L’étape qui suit serait le dépointage automatique dès que vous laissez inactif votre clavier pendant plus de 10 minutes.

A cette occasion on remarque que l’informatisation n’est pas un outil neutre. Elle est bien un totalitaire organe de contrôle et de pouvoir de la hiérarchie. Laquelle dispose aujourd’hui de moyens de contrôle des résultats de chaque fonction et ce à toute heure de la journée . C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les chefs de service demandent de procéder aux validations électroniques de fin de dossier à chaque dossier et non en fin de journée. Cette informatisation permet non seulement de suivre le procès de travail mais aussi d’effectuer des classements par comparaison des postes de travail, ce qui permet de classer les occupants de ces postes et de les noter en fonction de leur productivité. On notera aussi que l’informatique, malgré son apparence " moderne ", réintroduit le travail parcellaire " à la chaîne ".

Cette logique d’exacerbation de la compétition, des inégalités, de mise en flux tendu des services au motif d’une meilleure satisfaction des usagers. Il y a là une part importante de mystification que nous ne dévoilerons pas ici.

Christian Delarue



> LA MISE CONCURRENCE DES "COMPETENCES" ou LES DEVOIEMENTS DE LA "RECONNAISSANCE" LIBERALE.
19 juillet 2006 - 23h15 - Posté par

Bravo Christian pour cette production claire et étayée.

"1984" est déjà bien dépassée, mais le balancier va atteindre bientôt son point le plus haut côté extrémisme néolibéral, et comme tout balancier, va repartir dans l’autre sens. ( dans les 5 à 20 ans qui viennent car les mouvements s’accélèrent )

D’ici là ça va souffrir terriblement selon tous les cas que tu exposes, car les promoteurs de ces grandes "largesses" sont aussi enragés qu’ils sont bêtes, exemple frappant :
Laurence Parisot.

Vivement la "séparabilité" d’avec cette dame.
Je suis content de ne pas être une femme dans ce cas précis, j’aurais trop honte !
Et puis merci pour cet exposé.
Cordialement.
Calixte Europe





Client-mystère : un monde sans foi ni loi ( du travail )
dimanche 27 - 18h32
de : client mystere
1 commentaire
RASSEMBLEMENT POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH ! VENDREDI 02/10/2020 à 18h00, place de Ménilmontant - Paris
dimanche 27 - 12h32
de : Jean Clément
Pedo - Stan Maillaud lanceur d’alerte condamné
dimanche 27 - 11h15
de : marcel
Dictature sanitaire : qui manipule qui ?
samedi 26 - 17h53
de : Claude Janvier
1 commentaire
lancement initiative citoyenne européenne pour des revenus de base - collecte de signatures
samedi 26 - 09h01
de : angela anaconda
1 commentaire
Badges, signes : brève position syndicale
vendredi 25 - 15h46
de : Christian Delarue
7 commentaires
Action-fête de soutien aux grévistes de l’Hôtel Ibis Batignolles
vendredi 25 - 14h41
de : Alain Collet
1 commentaire
COVID 19 : Des Municipalités sous l’oeil haineux de la macronnie !
jeudi 24 - 16h24
de : joclaude
1 commentaire
L’appel du vide - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 23 - 23h39
de : Hdm
Des grèves reconductibles inédites chez Labosud
mercredi 23 - 09h18
Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
7 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite