Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Nous vivons une période particulière


de : Jean-Paul LEGRAND
mercredi 20 octobre 2010 - 16h38 - Signaler aux modérateurs
3 commentaires
JPEG - 43 ko

de Jean-Paul LEGRAND

Nous vivons une période qui bouscule bien des idées reçues, que ce soit les idées de gauche ou de droite. Tout le système idéologique et politique du pays (médias, partis, institutions, dirigeants, patronat) ne comprend pas ce qui se passe ou l’interprète d’une façon tellement classique que la classe dominante a une vision qui est très déformée de la réalité. Cela risque d’entraîner un décalage très profond entre de grandes masses du peuple et les élites dirigeantes.

L’accumulation de frustrations et d’humiliations sur plusieurs années voire de décennies, l’impasse dans laquelle on emmène la jeunesse, le mépris dans lequel on maintient les gens au travail comme dans la plupart des institutions, la condescendance des dirigeants et leur admiration pour le système de l’argent, cette accumulation de coups portés à la dignité d’un peuple nous conduit à une situation explosive, peut-être les débuts d’une situation pré-révolutionnaire car la crise capitaliste n’a pas dit son dernier mot et de nouveaux séismes financiers sont à prévoir prochainement.

Ce n’est pas faute de l’avoir souligné ici, sur ce blog, depuis plusieurs années maintenant. Mais la classe des riches qui se vautre pour la majorité de ses membres dans une orgie financière dévastatrice avec ses serviteurs zélés de l’appareil d’Etat n’a que faire de tels avertissements. Elle ne "comprend" que le rapport de force et c’est ce qui est en train de se passer !

Il est fort possible qu’une dure répression soit employée par le pouvoir. Mais la répression, l’intimidation, les pressions de toutes sortes si elles peuvent dissuader un moment d’agir, ne peuvent venir à bout d’une volonté populaire qui s’est construite progressivement dans le temps. Cette lente maturation, cette transformation silencieuse de l’idéologie de millions de gens, c’est la capitalisme en crise qui en est l’initiateur, le responsable.

La classe dominante a une pensée trop mécanique ou plutôt n’a pas beaucoup de choix pour arriver à juguler de tels phénomènes : je crois qu’elle va choisir la violence de classe comme elle l’a toujours fait dans notre histoire.

Hélas la majorité des dirigeants des appareils syndicaux et politiques ne sont pas d’un grand secours aux hommes et femmes en lutte car ils n’ont pas préparé les gens à de telles éventualités de radicalisation du combat et de son élargissement aux plus grandes masses, la plupart ont ronrroné dans ce qu’ils appellent le "jeu social et politique", se lamentant de la faiblesse des effectifs de leurs organisations qui n’était que le résultat de leur surdité et de leur aveuglement, de leur refus d’écouter les exploités car la réalité les dérangeait trop. Un responsable syndical permanent disait il y a quelques jours sur un ton ironique "si ça continue, nous les bureaucrates on aura plus grand chose à faire, ils vont nous retirer le pain de la bouche" en parlant de tous ces gens qui se mobilisent et qu’on n’avait jamais vu auparavant. Des gens totalement déterminés, prêts à aller loin , très loin si il le faut et qui semblerait-il sont en train de s’organiser un peu partout dans le pays.

Tous les observateurs sérieux reconnaissent qu’il se passe quelque chose d’inédit. Demain peut-être la répression qui risque de s’abattre atténuera la multiplication des actions. Le pouvoir capitaliste a-t-il encore le choix ? Jouer la carte Sarkozy jusqu’au bout semble être sa décision, sans doute celle qui par l’autoritarisme et la répression pourrait "calmer" leur "jeu". Mais pour les prolétaires, ce n’est plus un jeu, d’autant qu’ils sont des millions qui n’ont plus rien à perdre ou qui sont idéologiquement acquis au rejet total de ce système.

Le pouvoir sait une chose : il a déclaré la guerre de classe et il cherche l’affrontement car il est convaincu qu’il va la gagner. Il peut la gagner mais ce sera au prix de terribles destructions et il en portera l’unique responsabilité ! La meilleure des solutions c’est qu’il la perde au plus tôt, au plus vite. Et pour qu’il la perde,l’élargissement et l’unité, la créativité, la solidarité du mouvement populaire sont indispensables. Qu’il la perde pour que le pays retrouve la sérénité et la confiance dans ceux qui le font fonctionner. Pour cela il n’y a qu’une voie, celle que le peuple devienne celui qui décide vraiment afin qu’il exerce une souveraineté qui jusqu’ici lui est refusée comme l’a montré la honteuse annulation de son vote de 2005 contre la constitution capitaliste de l’Europe.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Nous vivons une période particulière
20 octobre 2010 - 18h49

article interessant,
un bémol : arretez de dire : crise du capitalisme :
il n’y a pas de crise ... nous vivons le vie du
fonctionnement du capitalisme, des plans du
capitalisme, des décisions du capitalisme...



Nous vivons une période particulière
20 octobre 2010 - 19h00

Ton analyse me convient ...Mais il ne faut pas oublier que la crise du capitalisme occidental est lié à l’émergence sur le marché mondial des bourgeoisies asiatiques,sud-américaines et même africaines dans la concurrence . La bourgeoisie anglo-saxonne et européenne est obligé de baisser le coût du travail pour être concurrentielle , d’où cette crise qui s’accélère ,libérée par la chûte de l’URSS et du pouvoir soviètique.

Le réveil des peuples européens, habitués à un certain niveau de vie, peut enclencher de nouveau un cycle "révolutionnaire de l’histoire" comme en Amérique latine . Cela demande de la créativité, de l’imagination pour les militants révolutionnaires. La grande bourgeoisie isolée dans sa tour d’ivoire mondial ne peut contrôler 7 milliards d’individus , l’exemple afghan qui tient en échec l’armée américaine malgré la collaboration des élites afghanes est éclairant et permet d’en démontrer sa faiblesse malgré les drones et le dollar.

La bourgeoisie française qui a choisi l’équipe Sarkozy pour conduire une politique de réduction du coût du travail accéléré face à la concurrence mondialisée du système capitaliste est divisée car tout le monde ne va pas au jack-pot financier. La social-démocratie est en crise et tiraillée dans sa collaboration de classe car elle s’aperçoit qu’elle n’a plus de "grain à moudre" si par "bonheur-malheur" elle revenait au pouvoir par le succès électoral . Cette phase historique de crise aigüe du capitalisme permet aux idées communistes d’alternative sociétale de refaire surface après l’échec soviètique . A nous de démontrer aux peuples que nos idées sont fiables et capables de sortir le peuple du marasme économique dans lequel nous précipite le capitalisme en fin de parcours.

La répression-violence du pouvoir démontre sa faiblesse idéologique et ne peut faire peur qu’aux vieux et vieilles grabataires qui ne votent plus. La génération de retraités actuels a connu 68 et ne renforcera pas le camp des "peureux" . Je ne crois pas à l’élection de peur de 68 car Sarko n’est pas De Gaulle et l’instabilité sociale est dramatique pour les nouvelles générations qui ont tout intérêt à foutre en l’air le système. Les manoeuvres du pouvoir la classe ouvrière les connaît par coeur et la guerre civile qu’espèrent nos bourgeois , si elle se déclenche par malheur , ne leur sera pas favorable . Au contraire elle accélèrera leur chûte .

Le temps de venger la Commune de Paris approche et ce n’est que justice face à l’histoire sanglante du pouvoir de la bourgeoisie.

Bernard SARTON , section d’Aubagne



Nous vivons une période particulière
21 octobre 2010 - 10h35 - Posté par spk

Pour abonder, ce qu’il faut savoir c’est que les intellectuels (certains d’entre eux) ont détectés depuis longtemps déjà ces graves dérives autocratiques des élites en général. Des personnes souvent rattachées de près ou de loin au PS et à la CF ?T ....c’est dire l’autisme et l’aveuglement de ces organismes à ce réformer eux mèmes alors qu’ils voudraient l’imposer aux autres ...

Ceci dit, la perte d’adhésion dans les structures syndicales n’est pas à mettre au seule compte des uniques centrales syndicales, meme si cette dérive en à favorisée la main mise de ces confédérations par des apparatchiks libre de mouvement, le travail de sape idéologique par les médias en à fait son principal ouvrage de propagande, et là il faut se rappeler de la privatisation de TF1 et de l’entrée magistrale de Berlusconi sur le PAF ...par l’usurpateur Mitterand et consorts .....


Pierre Rosanvallon Collège de France Amphithéâtre Marguerite de Navarre 11, place Marcelin Berthelot 75005 Paris

C’est l’élection qui fonde en démocratie la légitimité des gouvernants. Le caractère démocratique d’un pouvoir est ainsi lié avec évidence à son origine, c’est-à-dire à ses conditions d’établissement. Mais les gouvernants légitimes ont simultanément souvent été accusés de rester prisonniers d’une logique partisane et de n’être que de forts infidèles représentants de l’intérêt général. D’où, sous toutes les latitudes, la recherche d’institutions et de procédures démocratiques reposant sur des critères plus exigeants de légitimité que ceux de la simple consécration électorale . Le cours sera consacré à faire l’histoire de cette recherche de mise en forme non-électorale de l’idée de volonté générale, depuis le XIXème siècle, et à en présenter les développements les plus contemporains. Deux grands domaines seront successivement abordés. On explorera d’abord les différents projets de mise en place d’ « institutions de la généralité » dans les régimes démocratiques. On examinera ensuite les qualités politiques des gouvernants considérés comme productrices de légitimité par les citoyens.

Ou encore.

La contre-démocratie La politique à l’âge de la défiance Pierre Rosanvallon

Collection Les livres du nouveau monde Éditions du Seuil, Paris 2006.

« L’idéal démocratique règne désormais sans partage mais les régimes qui s’en réclament suscitent partout de vives critiques. L’érosion de la confiance dans les représentants est ainsi l’un des problèmes majeurs de notre temps . Mais, si les citoyens fréquentent moins les urnes, ils ne sont pas pour autant devenus passifs : on les voit manifester dans les rues, contester, se mobiliser sur Internet... »

Pour comprendre ce nouveau Janus citoyen, cet ouvrage propose d’appréhender les mécanismes d’institution de la confiance et l’expression sociale de la défiance comme deux sphères et deux moments distincts de la vie des démocraties. L’activité électorale-représentative s’organise autour de la première dimension : c’est elle qui a été classiquement étudiée. Mais la seconde n’a jamais été explorée de façon systématique.

C’est à quoi s’attache Pierre Rosanvallon en proposant une histoire et une théorie du rôle structurant de la défiance dans les démocraties. Ce renversement radical de perspective conduit à explorer un continent politique longtemps inaperçu : celui de la « contre-démocratie ». Cette dernière résulte d’un ensemble de pratiques de surveillance, d’empêchement et de jugement au travers desquelles la société exerce des pouvoirs de correction et de pression.

À côté du peuple-électeur, elle donne voix et visage aux figures d’un peuple-vigilant , d’un peuple veto et d’un peuple juge. C’est là sa vertu, mais aussi son problème. Car, à trop valoriser les propriétés de contrôle et de résistance de l’espace public, elle peut aussi faire le jeu du populisme et de l’« impolitique », entravant la formulation positive d’un monde commun ».

Note Wikipédia : (P. Rosanvallon) a été successivement permanent syndical de la Confédération française démocratique du travail (CFDT), membre du Parti socialiste unifié (PSU) puis du Parti socialiste.






Le schéma système autocentré - système périphérique.
vendredi 14 - 23h51
de : Christian DELARUE
Curieux, les médias officiels changent de ton. Ils se sont aperçu que même leurs fidèles lecteurs ne les croyaient plus
vendredi 14 - 12h00
de : André
1 commentaire
Structure de l’impérialisme : le schéma.
jeudi 13 - 20h53
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Referendum contre la monarchie et pour une République des peuples d’Espagne.
mardi 11 - 16h42
de : jodez
1 commentaire
POLITIQUE ETRANGERE
mardi 11 - 15h24
de : Nemo3637
1 commentaire
SEXYPHOBIE à condamner, généralisation raciste aussi !
mardi 11 - 08h29
de : Christian Delarue
1 commentaire
La CGT cheminots a renoué avec Cuba socialiste
mardi 11 - 06h58
de : jodez
1 commentaire
RASSEMBLEMENT D’ÉTÉ ZADENVIES NDDL et semaine intergalactique !
dimanche 9 - 22h32
de : Sala Mandre
Pour une masculinité non prédatrice
dimanche 9 - 14h29
de : Christian Delarue
3 commentaires
Injustice mondiale : le schéma de la coupe de champagne
vendredi 7 - 21h29
de : Christian DELARUE
4 commentaires
La France en passe d’être sous-développée !
vendredi 7 - 12h02
de : Claude Janvier
5 commentaires
Contre RTE et EDF, rencontrons nous
jeudi 6 - 21h40
de : amassada Pas res nos arresta
RTS : Suisse, la mortalité 2020 inférieur à celle de 2019, malgré le covid !
jeudi 6 - 14h06
de : RTS - Suisse
2 commentaires
LIBAN : LA FSM EN SOLIDARITÉ AVEC LES TRAVAILLEURS ET LE PEUPLE DU LIBAN APRÈS LES EXPLOSIONS
jeudi 6 - 09h47
de : jodez
Trois quart de siècle plus tard…
mercredi 5 - 22h49
de : Pierre Péguin
A Sara Dura ! Un été de mobilisation contre le TAV en Val Susa
mercredi 5 - 22h42
de : No TAV
LE SOUVERAINISME AU SERVICE DE QUI ?
mercredi 5 - 19h42
de : Nemo3637
2 commentaires
Desabrahamisation de l’anthropologie pour la PMA
mardi 4 - 01h26
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Désabrahamisation de l’anthropologie : ouverture hors dogmes
mardi 4 - 01h12
de : Christian DELARUE
2 commentaires
FATIGUÉE
samedi 1er - 18h47
de : jean1
6 commentaires
BLACK AND WHITE
samedi 1er - 16h21
de : Nemo3637
Pénurie de gants ? La honte de ce régime ripoux !
vendredi 31 - 17h26
de : joclaude
VENEZUELA : L’IRAN ouvre à CARACAS son premier supermarché !
vendredi 31 - 16h48
de : joclaude
Report des élections Présidentielles en Bolivie.
vendredi 31 - 11h00
de : joclaude
Des personnalités appellent Darmanin à « soutenir » le policier « lanceur d’alerte »
jeudi 30 - 23h31
de : Christian DELARUE (MRAP)
1 commentaire
ATTAC : Gisèle Halimi n’est plus, Attac est en deuil
jeudi 30 - 00h06
de : Christian DELARUE (ATTAC)
Gisèle HALIMI, une grande militante - MRAP
mercredi 29 - 21h19
de : Christian DELARUE (MRAP)
BOLIVIE : La Centrale Ouvrière Bolivienne déclare une grève générale illimitée
mercredi 29 - 16h01
de : joclaude
29 juillet 1900 : un ouvrier anarchiste tue le roi d’Italie
mercredi 29 - 15h14
de : jean1
PLAN DE RELANCE EUROPÉEN : L’ARNAQUE MACRON
mardi 28 - 16h34
de : joclaude
1 commentaire
Fin des prospectus : les c…, ça ose décidément tout !
mardi 28 - 11h10
de : Michel B.
5 commentaires
Ceux qui doivent vivre et ceux qui doivent mourir ; la sélection
mardi 28 - 00h41
de : Jean-Yves Peillard
Affaire Girard-Coffin : Un effet Obono
lundi 27 - 23h03
de : Christian Delarue
4 commentaires
Un policier révèle des centaines de cas de maltraitance et de racisme dans les cellules du tribunal de Paris
lundi 27 - 19h31
de : jean1
1 commentaire
OMISSION, DÉFORMATION, DÉSINFORMATION
lundi 27 - 17h32
COLOMBIE:L’Ambassadeur de Cuba en ce pays sollicité pour l’envoi de médecins !
lundi 27 - 15h37
de : joclaude
CASTEX : "Monsieur T2A", casseur de l’Hôpital
lundi 27 - 14h43
de : joclaude
L’Espagne se propose de rééduquer les prisonniers politiques
dimanche 26 - 22h51
de : Antoine (Montpellier)
3 commentaires
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
dimanche 26 - 16h36
de : joclaude
1 commentaire
NICARAGUA:Le président Daniel Ortega, a commémoré le 41e anniversaire de la révolution.
vendredi 24 - 11h21
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite