Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Des étudiants bloquent Normale Sup pour défendre les précaires
jeudi 11 novembre 2010 - 01h35 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Lundi n’était pas un jour comme les autres au 45 rue de l’Ulm, adresse de la prestigieuse Ecole normale supérieure (ENS). La future élite française a en effet décidé, à 5h30 du matin, de bloquer l’établissement. Cantine, bureau de la direction, bibliothèque sont inaccessibles. Des banderoles décorent la façade et posent une question : « Et si enfin on s’insurgeait ? »

En cause, le droit du travail, le « harcèlement moral et physique » dont se plaignent certains salariés, le sous-effectif dans certaines activités d’entretien et de maintenance et les faibles salaires des agents contractuels (détenteurs d’un CDD) de l’établissement.

Ce mouvement normalien, qui mêle étudiants, techniciens du CNRS et employés de maintenance, est né il y a plus de deux semaines, et s’est substitué à la mobilisation contre la réforme des retraites. La direction envoie un huissier, sommé de montrer sa carte

L’occasion de vifs (et drôles) échanges entre les étudiants et l’administration, comme lorsqu’un huissier déboule pour constater le blocage de la cantine. (Voir la vidéo, les visages ont été floutés à la demande des bloqueurs)

Une étudiante en sciences sociales, qui préfère rester anonyme par peur de représailles de la direction, résume la raison de sa présence à l’assemblée générale, organisée à midi et qui rassemblait une centaine de personnes :

« Nous sommes réunis et déterminés à poursuivre le blocage pour plusieurs raisons : onze employés travaillent depuis de nombreuses années et n’ont toujours qu’un contrat à durée déterminé (CDD).

Nous pensons que c’est inadmissible, et encore plus lorsque l’employeur est une école aussi réputée que Normal Sup. »

« J’accumule des CDD qui ne durent pas plus de dix mois »

En effet, certains employés -des jardiniers, des cuisiniers, le personnel de la bibliothèque et d’autres encore- travaillent depuis environ dix ans pour l’ENS et n’ont toujours pas de contrats à durée indéterminée.

Un cuisinier, ému par la solidarité étudiante et furieux contre la direction, témoigne :

« Je travaille ici depuis 2005 et j’accumule les CDD qui ne durent pas plus de dix mois. Aujourd’hui, j’ai cinquante ans et j’ai peur pour mon avenir.

Je dois faire face à ma banque qui me dit que je n’ai pas le droit d’obtenir un crédit, ni d’obtenir un logement parce que je n’ai pas de contrat de travail solide. Mais grâce au blocage et au mouvement solidaire, je me sens plus fort. »

Les étudiants, plutôt inexpérimentés mais de mieux en mieux organisés, ont mis en place une caisse solidaire des grévistes salariés pour compenser leurs jours de grève (elle s’élevait à 1 200 euros mardi). Le blocage des locaux a également une visée solidaire : les employés sont empêchés d’accéder à leur lieu de travail, sans qu’ils soient obligés de se déclarer gréviste.

Un étudiant explique :

« Nos revendications ne s’arrêtent pas au CDI. Nous voulons aussi qu’ils aient une augmentation de salaire. Nous, étudiants, sommes payés pour la plupart 1 380 euros quand les employés qui font un travail très dur ne perçoivent que 1 100 euros par mois, 1 300 euros pour ceux avec deux enfants. » (Voir la vidéo)

Les étudiants ont envoyé à la direction, il y a une semaine, une lettre détaillant les raisons de leur contestation. Ils exigent la titularisation et le passage en CDI des contrats précaires, l’augmentation des salaires et des effectifs et un accès au logement facilité pour les travailleurs contractuels.

La directrice, Monique Canto-Sperber, n’a pas voulu céder aux revendications, comme l’a rappelé Coralie Waluga, secrétaire générale de l’ENS, à l’assemblée générale :

« Nous donnerons la même réponse que la semaine dernière. S’agissant de notre politique pour les contractuels [salariés en CDD, ndlr], nous organiserons une réunion mi-novembre pour étdier les statuts de certains agents.

Nous acceptons d’ores et déjà d’embaucher une nouvelle personne, mais toujours à contrat à durée déterminée. »

« Des contrats de droit public »

Les étudiants sont furieux et remettent en cause le recrutement d’un nouveau contractuel qui ne fait que « rajouter de la précarité à la précarité, ce qui ne sert à rien ». Coralie Waluga précise :

« Les étudiants et employés réunis aujourd’hui, ne font pas la différence entre le droit privé et le droit public.

Nous délivrons des contrats de droit public, rien ne nous empêche donc, de renouveler plusieurs fois des CDD. On ne peut d’ailleurs pas accorder à ces personnes, des CDI car la loi nous l’interdit. »

Désabusés, les étudiants souhaitent contacter l’inspection du travail et certains syndicats pour vérifier la véracité de ces propos. Des cas de harcèlement physique et moral

Les revendications ne se limitent pas aux contrats de travail ni à l’augmentation des salaires. En effet, plusieurs employés rencontrés et qui veulent tous conserver leur anonymat se plaignent de harcèlement moral et physique de la part de leur hiérarchie.

Une technicienne du CNRS détaille son long combat pour que l’administration reconnaisse comme accident du travail le harcèlement moral qu’elle a subit.

« Mon directeur voulait me mettre à la porte pour des raisons politiques, mais de nombreux chercheurs m’ont soutenus. J’ai reçu de nombreuses menaces à propos du soi-disant devoir de réserve qui nous est imposé.

La direction faisait courir la rumeur selon laquelle j’étais folle. Je suis tombée malade et grâce notamment à la CGT, j’ai obtenu le statut d’accidentée du travail. »

Accusations d’insultes, d’humiliations et de violences

Un employé de la restauration assure qu’il s’était fait insulter et humilier par son chef. Il a rendez-vous dès demain avec son avocat pour entamer une procédure judiciaire. Un de ses collègues se serait même, selon lui, fait « casser les dents » par son supérieur.

« Il a été violemment frappé, mais la direction de l’ENS a masqué l’affaire en accident du travail et lui a promis des compensations financières. »

Questionné sur ces nombreuses accusations de harcèlement physique et moral, la secrétaire générale minimise le problème :

« Il y a une employée du restaurant, en effet, qui nous a alertés à ce sujet. La plainte a cependant été classée sans suite par le procureur. Nous ne sommes donc à ce jour pas mis en cause. Et nous ne pouvons pas être responsables ni de l’interprétation de certains employés, ni de leur instrumentalisation. »

Menacés, les étudiants restent mobilisés

Les étudiants et les employés craignent les représailles de la direction. Leur statut de fonctionnaires ne semble pas les rassurer. Ils ont décidé lundi après-midi de continuer à bloquer l’accès à la cantine.

Alors que des membres du secrétariat prenaient en photo les étudiants bloqueurs pour « conserver des traces internes de ce mouvement », la direction a décidé d’envoyer une dizaine de policiers à 18 heures.

La directrice a également porté plainte et a rappelé, par l’intermédiaire de Coralie Waluga, que « l’administration se réserve le droit de retirer 1/30e du salaire des employés grévistes ».

Craignant des poursuites judiciaires, les jeunes bloqueurs ont préféré quitter les lieux. Cinq courageux sont tout de même restés dormir à l’ENS pour relancer le mouvement mardi matin.

Tous restent cependant déterminés à poursuivre ce mouvement solidaire et peu commun, jusqu’à « faire céder la direction » et empêcher, comme on peut le lire sur les murs, « l’exploitation des travailleurs ».

source et videos :

http://www.rue89.com/2010/11/09/des...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Des étudiants bloquent Normale Sup pour défendre les précaires
11 novembre 2010 - 09h57

Bravo à eux ! Où en est le mouvement aujourd’hui, y-a-t il eu des représailles ?






Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre !
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ce qui m'effraie, ce n'est pas l'oppression des méchants ; c'est l'indifférence des bons. Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite