Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Regards sur la Commune de 1871 à Narbonne/Narbona
de : lo beret liure
jeudi 24 mars 2011 - 22h14 - Signaler aux modérateurs

http://colloque-commune1871.fr/

Regards sur la Commune de 1871 en France. Nouvelles approches et perspectives. Narbonne , Hôtel de Ville, 24-26 mars 2011

Colloque International co-organisé par le Centre de Recherche Espaces, Sociétés, Culture (CRESC, EA 2356, Université Paris13), la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne (CALN) et l’Institut d’Histoire Sociale (I HS) – CGT de l’Aude. Un colloque international sur la Commune de 1871, en 2011, pourquoi ?

La Commune de 1871 est, cent-quarante ans exactement après les faits, un sujet qui ne semble pas avoir livré toutes ses clefs, et continue donc de passionner les chercheurs et de susciter beaucoup de débats.

La vivacité de ce mouvement révolutionnaire est aujourd’hui source de questionnement sur le vivre-ensemble démocratique. L’effervescence démocratique et sociale qui caractérisa la Commune, la force de l’engagement de ceux qui se lancèrent dans cette insurrection et la violence de la répression qui la suivit, ramènent le citoyen à des universaux sur le pouvoir politique, la démocratie et le changement social ou la révolution comme moment de ce changement. Que voulaient les communards ? Quelles valeurs étaient les leurs ? En quoi croyaient-ils ? Comment pouvons-nous chercher à comprendre leur action, dans cette fin du XIXe siècle, qui nous est à la fois si proche et si différente ? Et que penser de la place et de l’action de tous ceux qui ne se sont pas engagés dans le mouvement communaliste, ou même qui l’ont combattu ?

Ce colloque sera le moyen pour les meilleurs spécialistes français et étrangers de se retrouver pour échanger leurs idées, pour les confronter, mais il sera aussi un l’occasion de donner la parole à de jeunes chercheurs dont les travaux portent des germes de renouvellement. La confrontation des approches des uns et des autres permettra d’avoir une perception plus globale de l’événement, de faire émerger les points forts de la recherche actuelle sur le sujet, et, nous l’espérons, de tracer des perspectives pour la recherche à venir. Pourquoi à Narbonne ?

Narbonne fut, en 1871, la plus petite ville de France à avoir connu une Commune. Pendant huit jours, des insurgés s’emparèrent de l’Hôtel de Ville et de la sous-préfecture, et, de là, voulurent soulever le Midi contre le gouvernement de Versailles.

Narbonne, c’est aussi le choix de ne pas faire ce colloque à Paris, pour redonner symboliquement sa dimension nationale et non pas seulement parisienne à un mouvement bien souvent connu sous le nom « Commune de Paris ». Narbonne, du point de vue de la recherche, symbolise aussi assez bien un mouvement de renouvellement du sujet qui s’est déployé, suite aux travaux majeurs de Jacques Rougerie, en approchant le sujet par de nouvelles pistes : les communes de province, bien sûr, mais aussi le Tiers-Parti ou les Versaillais, les figures moins connues et les anonymes, les études de quartier, du quotidien, la place des femmes, ou encore les représentations… ce colloque voudrait relier entre eux ces regards et ces débats pour essayer de faire émerger une approche nouvelle et si possible globale de ce mouvement.

Enfin, le soutien de la Ville de Narbonne permet de tenir les séances sur les lieux mêmes de la proclamation de la Commune, à l’Hôtel de Ville, dans l’exceptionnel ensemble architectural du palais des archevêques. Un colloque ouvert à tous.

Le colloque Regards sur la Commune. Nouvelles approches et perspectives se veut ouvert à tous, plus largement qu’à l’ordinaire dans ce type de manifestation.

Ainsi les organisateurs ne se réduisent pas classiquement à un laboratoire de recherche (ici le CRESC, Centre de Recherche Espaces, Sociétés, Culture / Université Paris 13 / Sorbonne Paris Cité), mais sont aussi un institut d’histoire sociale militant (l’Institut d’Histoire Sociale – CGT de l’Aude) et une vénérable institution locale dédiée à la sauvegarde du patrimoine, instituée à Narbonne depuis 1833 (la Commission Archéologique et Littéraire de Narbonne). Les co-organisateurs, guidés par un comité scientifique étoffé et soutenus scientifiquement par les archives départementales de l’Aude, les archives municipales de Narbonne, les universités de Perpignan, Montpellier 1, deux autres laboratoires de recherche (le CRIDAF / Université Paris 13 et l’UMR FRAMESA / Université de Toulouse 2 – CNRS) et une association très active (l’association Maitron Languedoc-Roussillon), ont eu la volonté permanente à la fois de présenter des débats de très haut niveau mais aussi de permettre leur accessibilité.

Dans cet esprit, des temps de discussion suffisamment longs ont été prévus (une demi-heure) pour permettre les échanges en fin de chaque séance. Dans le cas où des séances se déroulent en parallèle, il a été fait appel à des intervenants qui proposeront au public des synthèses, afin de permettre à ceux qui étaient dans une salle d’avoir tout de même immédiatement la teneur de ce qui s’est dit dans l’autre, sans attendre la publication des actes.

Enfin, le public est invité à se mélanger aux intervenants, que ce soit lors des repas ou lors des pauses, pour des discussions informelles. Autour du colloque, d’autres événements.

La Commune de 1871. Exposition. Pour tous ceux qui voudraient en savoir plus sur l’événement, ou auraient envie d’un retour sur image, une exposition est prévue, sur les lieux même du colloque (Hôtel de Ville, salle des consuls). Exposition ouverte au public du jeudi 24 mars au dimanche 3 avril 2011 (entrée libre) Vernissage le mercredi 23 mars 2011, 18H, salle des consuls. Poursuite de l’exposition à la médiathèque de Narbonne.

Commémoration du 140ème anniversaire de la Commune de Narbonne (1871-2011), par l’UL-CGT Narbonne, la Commission archéologique et littéraire de Narbonne et la Ville de Narbonne. Départ en cortège de la Place de la Mairie au rendez-vous place Emile Digeon. Jeudi 24 mars 2011, 18H00. Apéritif offert par le CIVL (Conseil Interprofessionnel des Vins AOC du Languedoc).

Appel à archives privées ou documents personnels. A l’occasion du colloque, les archives départementales de l’Aude et les archives de la Ville deNarbonne recueillent des documents originaux. Cette initiative se poursuit après le colloque. Modalités et précisions sur les documents recherchés, voir ci-contre. Rens. 04 68 11 31 54 (archives départementales) ou 04 68 90 30 71 (archives municipales)

Libraires et stands en salle des consuls pendant le colloque (24-26 mars).
 Librairie Libellis
 Librairie Place Media
 Librairie du hameau. Vente de livres anciens sur la Commune
 Commission archéologique et littéraire de Narbonne
 Institut d’Histoire Sociale CGT de l’Aude
 Association Génériques et revue Migrances
 Association Les amis de la Commune de Paris – 1871
 Association Maitron Languedoc-Roussillon.

Banquet fraternel occitan. Avec la chorale du chiffon rouge. Vendredi 25 mars, à partir de 19 heures. Sous chapiteau, stade Egassieral Participation : 12 euros Inscription obligatoire auprès de l’accueil du colloque.

Sur les pas de la Commune de Narbonne. Visite commentée proposée par le service Culture et Patrimoine de la Ville de Narbonne dans le cadre des activités Ville d’art et d’histoire. Samedi 26 mars à 15h Circuit guidé et illustré sur les lieux qui ont connu les événements de 1871 Billetterie et départ à l’Office de Tourisme Tarifs : 6.50€, 4.20€ Gratuit pour les participants inscrits au colloque Rens. 04 68 65 15 60

JPEG - 217.5 ko

manifestation commémorative de "La Comuna de Narbona" (La Commune de Narbonne), ce jeudi 24 mars 2011, place Émile Digeon à Narbonne.



Imprimer cet article





1939-2019 : ami, entends-tu le bruit sourd des bottes qui se déchaîne ?
dimanche 20 - 19h34
de : Claude JANVIER
Postiers du 92 : au 300e jour de lutte, les grévistes sont plus que jamais déterminés
dimanche 20 - 14h51
Podemos, rien ne va plus...
dimanche 20 - 13h46
de : Antoine (Montpellier)
co-destruction du mouvement ps-lrem-medias
dimanche 20 - 10h23
de : irae
1 commentaire
Aude Lancelin du media lance une charge contre la fausse gauche socialiste (video)
dimanche 20 - 00h16
3 commentaires
Marianne
samedi 19 - 22h27
de : Lille
Rosa Luxemburg assassinée la terre violée et contaminée
samedi 19 - 21h07
de : via JYP
1 commentaire
Justice territoriale, justice sociale, justice climatique.
samedi 19 - 12h42
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Un maire nous parlent de la Grande mascarade de Souillac. La lutte doit se poursuivre !
samedi 19 - 02h11
de : nazairien
Alexandre LANGLOIS, Noam ANOUAR, Axel RONDE et d’autres membres actifs de VIGI sont poursuivis par l’administration
vendredi 18 - 23h45
de : nazairien
2 commentaires
Appel de « Gilets Jaunes » de l’Est Parisien
vendredi 18 - 21h50
de : jean 1
Les sociétés d"autoroutes : Péages en hausse de 1,9% au 1er Février : feu vert du pouvoir !
vendredi 18 - 17h54
de : JO
Acte X : à l’aune des Gilets jaunes
vendredi 18 - 17h52
de : Hervé Pitet
Le premier grand débat à Bourgtheroulde était truqué de A à Z
vendredi 18 - 15h26
de : martine
Manifestation à Paris de Gilets jaunes Acte 10 - samedi 19 janvier
vendredi 18 - 14h53
de : jean 1
Hallucinant... !Des gilets jaunes en plein sit-in à Souillac délogés par les forces de l’ordre
vendredi 18 - 14h34
de : nazairien
1 commentaire
R.T. Police : « On voudrait redevenir des gardiens de la paix plutôt que des forces répressives »(vidéo)
vendredi 18 - 12h25
de : nazairien
Fiorina, une jeune femme de 20 ans, quel courage, quelle détermination et quelle lucidité
vendredi 18 - 01h11
de : nazairien
2 commentaires
De NDdL aux Gilets Jaunes – 1 an après l’abandon du projet d’aéroport
jeudi 17 - 23h42
de : nazairien
Alexandre Langlois est policier. Menacé par sa hiérarchie pour "déloyauté", met en cause le gouvernement
jeudi 17 - 22h41
de : nazairien
2 commentaires
Des policiers qui n’attaquent les G
jeudi 17 - 22h22
de : Irae
Un policier courageux balance sa hiérarchie
jeudi 17 - 21h53
de : Irae
Texte intégral et analyse du TRAITÉ FRANCO-ALLEMAND D’AIX-LA-CHAPELLE qui sera signé le 22 JANVIER 2019
jeudi 17 - 19h09
de : Olivier Berruyer - Les Crises
3 commentaires
Macron asphyxie nos libertés !
jeudi 17 - 16h01
de : Jodez
1 commentaire
Macron, une escalade de violence dénoncée par les Institutions des Droits de l’Homme !
jeudi 17 - 16h00
de : JO
GILETS JAUNES ACTE 10 ! La mobilisation s’amplifie !
jeudi 17 - 11h37
de : JO
1 commentaire
Noyer le poisson / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 11h24
de : Hdm
1 commentaire
ZAPATA EST VIVANT !
jeudi 17 - 07h11
de : Ernest London
Appel à converger vers l’AMASSADA
mercredi 16 - 22h53
de : AMASSADA
Plutonium en rafale mauvaise journée pour le social
mercredi 16 - 20h58
de : AIPRI et Savoie Antinucléaire
INTERMEDE DANS LA SEQUENCE "GILETS JAUNES"
mercredi 16 - 20h05
de : Raymond H
1 commentaire
Atomik Tour c’est parti mon kiki
mercredi 16 - 19h49
de : Jean-Yves Peillard
LA LETTRE DE MACRON AUX FRANÇAIS : une MACRO-MANIP pour dévoyer et enterrer l’insurrection citoyenne des #giletsjaunes !
mercredi 16 - 18h25
de : jodez
Affaire Benalla : Le feuilleton n’est pas clos !
mercredi 16 - 17h05
de : JO
300 JOURS DE GREVE ! Fête de soutien à la grève des postier-e-s du 92
mercredi 16 - 15h11
Antisémitisme et gilet jaune sur la 5 :UN AMALGAME SCANDALEUX !
mercredi 16 - 14h50
2 commentaires
GILET JAUNE dans le coma à Bordeaux !
mercredi 16 - 11h50
de : JO
Une Provoc. de plus méprisante et scandaleuse du monarque ! Qu’il dégage !
mercredi 16 - 10h36
de : JO
1 commentaire
Forte mobilisation populaire et de gouvernements du monde entier pour la prise de fonctions du président Nicolas Maduro.
mercredi 16 - 10h14
de : jodez
1 commentaire
On a gagné !
mercredi 16 - 10h07
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Notre tête est ronde pour permettre à la pensée de changer de direction. Francis Picabia
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite