Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Piazza Fontana, Milan, 12 décembre 1969 : Qu’est ce que c’est que ce putsch ? je sais, moi (video)


de : Roberto Ferrario
vendredi 13 décembre 2013 - 10h29 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 8.8 ko

de Pier Paolo Pasolini 14 novembre 1974

Je sais, moi.

Je connais, moi, les noms des responsables de ce qu’on appelle "putsch" (et qui est en réalité une série de "putsch" devenue un système de protection du pouvoir).

Je connais, moi, les noms des responsables du massacre de Milan du 12 décembre 1969.

Je connais, moi, les noms des responsables des massacres de Brescia et de Bologne des premiers mois de 1974.

Je connais, moi, les noms du "sommet" qui a manœuvré, à savoir : les vieux fascistes auteurs de "putsch", aussi bien que les néofascistes auteurs matériels des premiers massacres, aussi bien, enfin, que les auteurs matériels "inconnus" des massacres les plus récents.

Je connais, moi, les noms qui ont géré les deux phases de la tension, différentes, et même opposées : une première phase anticommuniste (Milan, 1969) et une deuxième phase antifasciste (Brescia et Bologne, 1974). Je connais, moi, les noms du groupe de puissants qui, avec l’aide de la CIA (et en deuxième ligne des colonels grecs et de la mafia), ont d’abord créé (en échouant d’ailleurs misérablement) une croisade anticommuniste, pour endiguer 1968 et, ensuite, toujours avec l’aide et l’inspiration de la CIA, se sont reconstitué une virginité antifasciste, pour endiguer le désastre du "référendum".

Je connais, moi, les noms de ceux qui, entre deux messes, ont donné les dispositions et assuré la protection politique à de vieux généraux (pour garder, en réserve, l’organisation d’un coup d’Etat potentiel), à de jeunes néofascistes, néonazis même (pour créer concrètement la tension anticommuniste) et enfin aux criminels de droit commun, jusqu’à aujourd’hui et peut-être à tout jamais sans nom (pou créer la tension antifasciste qui a suivi).

Je connais, moi, les noms des personnes sérieuses et importantes qui sont derrière des personnages comiques comme ce général des gardes forestiers qui oeuvrait, comme dans une opérette, à Città Ducale (tandis que les bois italiens brûlaient), ou des personnages gris et de simples membres de l’organisation comme le général Miceli.

Je connais, moi, les noms des personnes sérieuses et importantes qui sont derrière les jeunes gens tragiques qui ont choisi les suicidaires atrocités fascistes et les malfaiteurs de droit commun, siciliens ou non, qui se sont mis à leur disposition, comme killers ou sicaires.

JPEG - 31.3 ko

Je connais, moi, tous ces noms et je connais tous les faits (attentats aux institutions et massacres) dont ils se sont rendus coupables. Je sais, moi. Mais je n’ai pas de preuves. Je n’ai même pas d’indices. Je sais, moi, parce que je suis un intellectuel, un écrivain, qui essaye de suivre tout ce qui arrive, de connaître tout ce qu’on en écrit, d’imaginer tout ce que l’on ne sait pas ou que l’on tait ; qui coordonne des fait même lointains, qui remet ensemble les morceaux désorganisés et fragmentaires de tout un cadre politique cohérent, qui rétablit la logique là où semblent régner l’arbitraire, la folie et le mystère.

Tout cela fait partie de mon métier et de l’instinct de mon métier. Je crois qu’il est difficile que mon "projet de roman" soit erroné, qu’il n’ait pas de rapport avec la réalité et que ses références à des faits et à des personnes réelles soient inexactes. Je crois en outre que nombre d’autres intellectuels et de romanciers savent ce que, moi, je sais en tant qu’intellectuel et romancier. Parce que la reconstruction de la vérité à propos de ce qui est arrivé en Italie après 1968 n’est finalement pas si difficile que cela...

Cette vérité - on le perçoit avec une précision absolue - est derrière un grand nombre d’interventions journalistiques et politiques aussi : c’est-à-dire pas d’imagination ou de fiction comme l’est, de par sa nature, la mienne. Dernier exemple : il est clair que la vérité se pressait, avec tous ses noms, derrière l’éditorial du "Corriere della Sera" du 1er novembre 1974.

Probablement les journalistes et les politiciens ont-ils aussi des preuves ou, au moins, des indices. Maintenant, voici le problème : les journalistes et les politiciens, même s’ils ont peut-être des preuves et certainement des indices, ne donnent pas de noms.

A qui revient-il donc de donner ces noms ? Evidemment à qui a non seulement le courage nécessaire, mais, avec cela, n’est pas compromis dans sa pratique avec le pouvoir et, en outre, n’a, par définition, rien à perdre : c’est-à-dire à un intellectuel.

Donc un intellectuel pourrait très bien donner publiquement ces noms, mais il n’a ni preuves ni indices.

Le pouvoir, et avec lui le monde qui, même en n’étant pas au pouvoir, entretient des rapports pratiques avec le pouvoir, a oté aux intellectuels libres - justement à cause de la façon dont il est fait - la possibilité d’avoir des preuves et des indices. On pourrait me rétorquer que moi, par exemple, en tant qu’intellectuel, et inventeur d’histoires, je pourrais entrer dans ce monde explicitement politique (du pouvoir ou autour du pouvoir), me compromettre avec lui, et donc jouir du droit d’avoir, avec une certaine probabilité élevée, des preuves et des indices.

Mais à pareille objection je répondrais que ceci n’est pas possible, car c’est justement la répugnance à entrer dans un tel monde politique qui s’assimile à mon courage intellectuel potentiel à dire la vérité : c’est-à-dire à donner les noms.

Le courage intellectuel de la vérité et la pratique politique sont deux choses inconciliables en Italie.

On confie à l’intellectuel - profondément et viscéralement méprisé par toute la bourgeoisie italienne - un mandat faussement élevé et noble, en réalité servile : celui de débattre des problèmes moraux et idéologiques.

S’il se soustrait à ce mandat, il est considéré comme traître à son rôle : on se met tout de suite à crier (comme si on n’attendait que cela) à la "trahison des clercs", c’est un alibi et une gratification pour les politiques et pour les serviteurs du pouvoir.

Mais il n’y a pas que le pouvoir : il existe aussi une opposition au pouvoir. En Italie, cette opposition est tellement vaste et forte qu’elle est elle-même un pouvoir : je me réfère naturellement au Parti communiste italien.

Il est certain qu’en ce moment la présence d’un grand parti à l’opposition tel que le Parti communiste italien est le salut de l’Italie et de ses pauvres institutions démocratiques.

Le Parti communiste italien est un pays propre dans un pays sale, un pays honnête dans un pays malhonnête, un pays intelligent dans un pays idiot, un pays cultivé dans un pays ignorant, un pays humaniste dans un pays consumériste. Ces dernières années, entre le Parti communiste italien, entendu au sens authentiquement unitaire - dans un "ensemble" compact des dirigeants, de la base et des votants - et le reste de l’Italie, s’est ouvert un troc : pour cela le Parti communiste italien est devenu justement un "pays séparé", une île. Et c’est justement pour cela qu’il peut avoir aujourd’hui des rapports plus étroits que jamais avec le pouvoir effectif, corrompu, incapable, dégradé : mais il s’agit de rapports diplomatiques, presque de nation à nation. En réalité, les deux morales sont incommensurables, entendues dans leur caractère concret, dans leur totalité. Il est possible, sur ces bases justement, d’imaginer le "compromis", réaliste, qui sauverait peut-être l’Italie de la catastrophe complète : "compromis" qui serait en réalité une "alliance" entre deux Etats voisins, ou entre deux Etats emboîtés l’un dans l’autre.

JPEG - 21.9 ko

Mais exactement tout ce que j’ai dit de positif sur le Parti communiste italien en constitue aussi le côté relativement négatif.

La division du pays en deux pays, l’un plongé jusqu’au cou dans la dégradation et la dégénérescence, l’autre intact et non compromis, ne peut pas être une raison de paix et d’esprit constructif.

En outre, conçue ainsi que je l’ai esquissée, objectivement je crois, c’est-à-dire comme un pays dans le pays, l’opposition s’assimile à un autre pouvoir : qui est pourtant toujours pouvoir.

En conséquence les hommes politiques d’une telle opposition ne peuvent pas ne pas se comporter eux aussi en hommes de pouvoir.

Dans le cas spécifique, qui nous concerne en ce moment si dramatiquement, il ont eux aussi confié à l’intellectuel un mandat établi par eux. Et, si l’intellectuel se soustrait à ce mandat - purement moral et idéologique - voilà qu’il est, à la grande satisfaction générale, un traître.

Maintenant, pourquoi même les hommes politiques de l’opposition, s’ils ont - comme c’est probablement le cas - des preuves ou au moins des indices, ne nomment-ils pas les responsables réels, c’est-à-dire politiques, des putsch comiques et des épouvantables massacres de ces dernières années ? C’est simple : ils ne les nomment pas dans la mesure où ils distinguent - à la différence de ce que ferait un intellectuel - la vérité politique de la pratique politique. Et donc, eux non plus, naturellement, ne mettent pas l’intellectuel non fonctionnaire au courant des preuves et des indices : ils n’y songent même pas, comme cela est, du reste, normal, étant donné l’objective situation de fait. L’intellectuel doit continuer à s’en tenir à ce qu’on lui impose comme devoir, à réitérer sa manière codifiée d’intervenir.

Je sais bien que ce n’est pas le moment - dans cette période particulière de l’histoire italienne - de faire publiquement une motion de méfiance à l’encontre de toute la classe politique. Ce n’est pas diplomate, ce n’est pas opportun. Mais ce sont des catégories de la politique, pas de la vérité politique : celle que - quand il peut et comme il peut - l’impuissant intellectuel est tenu de servir. Et bien, justement parce que je ne peux pas donner les noms des responsables des tentatives de coup d’Etat et des massacres (et pas à leur place), je ne peux pas prononcer ma faible et idéale accusation contre toute la classe politique italienne.

Et je le fais en tant que quelqu’un qui croit à la politique, qui croit aux principes "formels" de la démocratie, qui croit au Parlement et qui croit aux partis. Et, naturellement, à travers mon optique particulière qui est celle d’un communiste. Je suis prêt à retirer ma motion de méfiance (je n’attends même que cela) seulement quand un homme politique - non par opportunisme, c’est-à-dire parce que le moment serait venu mais plutôt pour créer la possibilité d’un tel moment - décidera de donner les noms des responsables des coups d’Etat et des massacres, qu’il connaît, évidemment, comme moi, ; il ne peut pas ne pas avoir de preuves, ou au moins des indices.

Probablement - si le pouvoir américain le permet, décidant éventuellement "par diplomatie" de permettre à une autre démocratie ce que la démocratie américaine s’est permis à propos de Nixon - , tôt ou tard, ces noms seront donnés. Mais ceux qui les donneront seront des hommes qui ont partagé avec eux le pouvoir : en tant que responsables mineurs contre des responsables majeurs (et il n’est pas dit, comme dans le cas américain, qu’ils soient meilleurs).

C’est cela qui serait, en définitive, le véritable coup d’Etat.

http://bellaciao.org/it/spip.php?ar...



Imprimer cet article





Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43
André Bouny : « Agent orange, le déni reste total »
mardi 30 - 14h23
de : jean1
Municipales 2020:ABSTENTION – Une « insurrection froide contre toutes les institutions du pays »
lundi 29 - 17h57
de : joclaude
2 commentaires
Elections municipales 2020 : un vote nul ...
lundi 29 - 16h40
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Election Municipale à LYON : l’Humanitaire forcément HUMANISTE ?
lundi 29 - 11h02
de : joclaude
[Vidéo] Covid-19 : la Guyane souffre de sous-équipement et d’un manque de préparation de l’État
dimanche 28 - 18h50
Libérez Roland Veuillet !
dimanche 28 - 17h21
de : CNT 30
Pour un grand bol d’air pur, le point avec Manon Aubry , LFI au Parlement Européen.
samedi 27 - 17h14
de : joclaude
BFM-TV EN GRÈVE POUR LA PREMIÈRE FOIS (video)
samedi 27 - 16h41
Coronavirus : 15 médecins Cubains à La Martinique !
samedi 27 - 16h02
de : joclaude
Professeur Raoult auditionné sur RMC-J.J. Bourdin
samedi 27 - 15h26
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite