Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Syriza a gagné et maintenant quoi ?
mercredi 16 juillet 2014 - 00h09 - Signaler aux modérateurs
8 commentaires

Voici un article qui date de quelques semaines mais qui pose quelques questions par rapport à Syriza et tous ces partis réformistes qui ont secoué la scène politique ces dernières années !


Philippe Alcoy

Publié sur : http://fabricadehombreslibres.blogs...

Dimanche 25 mai dernier a eu lieu une triple élection en Grèce (européennes, municipales et régionales). Celles-ci impliquaient des enjeux politiques importants concernant notamment le futur du gouvernement Nouvelle Démocratie-PASOK. Avec près de 27% des voix, Syriza arrive en tête pour la première fois dans une élection nationale et gagne clairement les européennes (ND ne recueille que 23% des voix) [1]. Cependant, cette victoire fêtée et mise en avant par plusieurs courants politiques, y compris d’extrême-gauche, au niveau international doit être relativisée. En effet, bien que la formation dirigée par Alexis Tsipras réussi à gagner la région d’Attique, la plus peuplée du pays, les partis de la coalition au pouvoir gagnent 9 des 13 régions grecques [2]. Sur le plan des municipalités, Syriza a été incapable de gagner au moins une des grandes villes du pays (Athènes et Thessalonique étant acquises par des candidats dits « indépendants » mais soutenus par le gouvernement).

Le gouvernement survit malgré la défaite

Tsipras et la direction de Syriza avaient fait de cette triple échéance électorale un véritable référendum pour le gouvernement : si la victoire de Syriza sur les partis de la coalition était assez importante ils s’arrogeraient le droit d’exiger des élections anticipées et prétendre arriver à diriger le pays. Mais rien de cela n’a eu lieu. En effet, sans vouloir minimiser l’évènement important que constitue la première victoire de Syriza dans une élection nationale et le fait que pour la première fois dans l’histoire la région de l’Attique sera dirigée par un parti de gauche, les résultats électoraux n’ont pas été à la hauteur des ambitions de cette formation. C’est pour cela que le journal conservateur Kathimerini affirme que « si Syriza avait réussi à gagner la plus grande région du pays et sa capitale [Athènes], cela aurait eu un plus grand impact. Maintenant, sans augmenter son pourcentage de voix au niveau national, Syriza ne peut pas exiger que le résultat bouleverse l’ordre politique » [3].

Ainsi, le gouvernement limite la casse. La défaite a été moins importante que prévu. Certes, il a dû procéder à un remaniement ministériel, mais l’essentiel est qu’il a survécu. Les résultats révèlent une « stabilisation » (certes très précaire) d’une base électorale du gouvernement qui désire en quelque sorte la fin des « bouleversements » politiques, économiques et sociaux. Ce sentiment est alimenté par la propagande gouvernementale qui, en mettant en avant quelques chiffres macroéconomiques relativement positifs, essaye de démontrer que la Grèce se trouve « sur le bon chemin ». Evidemment, ces discours sont en complète contradiction avec la réalité des classes populaires. En effet, 35% de la population ne peut pas subvenir à ses besoins et le taux de chômage officiel est de près de 27% (57% parmi les jeunes) et les perspectives ne semblent pas aller dans le sens d’une diminution de celui-ci.

Quoi qu’il en soit, les marchés ont très bien su interpréter les résultats électoraux par rapport à leurs intérêts. Ainsi, « les résultats semblent avoir donné aux marchés un sentiment de stabilité politique (…) Cela parce que Syriza a été incapable de capitaliser le mécontentement populaire et n’a pas progressé dans le pourcentage de voix depuis les élections de 2012 » [4].

Tsipras l’ami des patrons ?

« Il y a deux conditions pour attirer les investisseurs : qu’ils se sentent en sécurité à propos de la zone euro et des perspectives de l’économie grecque et qu’ils voient de sérieux investissements publics ». Cette phrase n’a été prononcée par aucun ministre du gouvernement grec mais par Alexis Tsipras lui-même. En effet, dans les jours qui ont suivi les élections Tsipras a multiplié les déclarations à caractère « amical » à l’égard du patronat, prenant la pose d’un « homme d’Etat », d’un « possible et crédible » premier ministre œuvrant « pour le bien de la nation toute entière ».

Il est loin le Tsipras qui faisait semblant d’être « radical » sur la forme, tout en restant très modéré sur le fond. On avait noté depuis longtemps un virage progressif à droite, un recentrage du discours et même du programme déjà très réformiste et timoré de Syriza. En effet, cette stratégie de « radicalité verbale » a marché un moment « mais pour que Tsipras et Syriza puissent aller plus loin, il est en train de se positionner comme étant plus ouvert au monde des affaires et à travailler avec les investisseurs et l’industrie pour retrouver la croissance qu’il croit fondamentale pour la récupération du pays et pour prendre la place du premier ministre Antonis Samaras (…) lors des prochaines élections. (…) Le nouveau Tsipras parle maintenant d’attirer des capitaux pour relancer l’économie, en s’engageant à maintenir un régime fiscal stable pour les entreprises et en proposant de coopérer avec les partis de la gauche traditionnelle européenne » [5]. Ni plus ni moins.

Cette attitude s’inscrit tout droit dans la stratégie politique défendue par cette formation depuis le début : l’adaptation toujours plus grande au cadre légal bourgeois, y compris dans les moments où le régime se trouve le plus remis en question. Aujourd’hui la direction de Syriza veut mener cette logique jusqu’au bout et dévoile ouvertement son projet de conciliation de classes. Elle essaye de prendre la pose de « parti responsable » capable de gouverner. Or, dans l’état actuel des choses Syriza serait incapable de gouverner vraiment tout seul, il lui faut des alliés. Et d’après les déclarations de ses représentants on voit que c’est du côté du « centre politique » que l’on cherche ces dits « alliés ».

Pour un parti résolument du côté du prolétariat et des masses opprimées et pour la révolution !

On ne cesse de le répéter : la Grèce est un laboratoire politique, économique et social en temps de crise. Et cela non seulement pour la bourgeoisie. Les exploités et opprimés de toute l’Europe doivent tirer des leçons de la situation grecque. Il y en a encore pour nous berser des douces illusions sur l’importance de soutenir Syriza pour développer les luttes, y compris au sein de l’extrême-gauche. Or, depuis l’explosion du phénomène électoral Syriza, c’est tout le contraire que l’on a vu : Tsipras et sa formation ne sont nullement un instrument des luttes. Bien au contraire, Syriza est en train de dégénérer en « parti gestionnaire » à une vitesse vertigineuse.

Mais le problème pour les masses de Grèce c’est qu’après des mois de résistance héroïque aux attaques des gouvernements locaux et de la Troïka, le niveau de lutte se trouve actuellement très en-deçà de ce qu’exige la situation. Les bureaucraties syndicales avec leur stratégie d’usure en sont sans doute les principales responsables. Mais les directions des partis et regroupements réformistes ont aussi leur part de responsabilité. Les uns en divisant le mouvement ouvrier dans un délire autoproclamatoire, comme c’est le cas du KKE ; les autres en semant des illusions sur la possibilité de pouvoir renverser la situation désastreuse des masses en restant dans le cadre de la démocratie bourgeoise, ses lois, etc. C’est le cas notamment de Syriza qui aujourd’hui flirte avec le patronat grec et les dirigeants impérialistes – ce qui est la meilleure façon de préparer le terrain pour la progression des courants néofascistes comme Aube Dorée lequel se pose en « victime du régime » et seul parti véritablement en mesure de le contester.

Pour résoudre ce dilemme dans lequel se trouvent les masses il faut que les travailleurs se dotent d’un parti qui soit résolument du côté des exploités, luttant pour l’indépendance de classe, contre le capitalisme et offrant la perspective d’une société débarrassée de l’oppression et de l’exploitation. Une telle société ne pourrait pas avoir lieu dans le cadre restreint des frontières nationales. C’est pourquoi ce parti s’inscrirait dans la lutte révolutionnaire pour la perspective des Etats Unis Socialistes d’Europe. C’est pour cet objectif stratégique que nous nous battons aussi !

5/6/2014.


NOTES [1] Pour ce qui est des résultats des autres partis aux européennes : Aube Dorée arrive en troisième avec 9.3%, suivi par le PASOK et ses 8.1%, To Potami (une nouvelle formation centriste) obtient 6.7%, le KKE gagne 6%, les Grecs Indépendants 2.7% et DIMAR (membre de la coalition au pouvoir jusqu’en juillet 2012) un maigre 1.2%.

[2] ND gagne le Nord Egée, la Grèce centrale, l’Epire, la Thessalie, le Sud de l’Égée et la Macédoine orientale et la Thrace. Le Péloponnèse a été remporté par un candidat soutenu par le gouvernement ; le PASOK remporte la Crète et les Grecs Indépendants la Macédoine centrale, la Macédoine occidentale et la Grèce occidentale. Syriza a remporté l’Attique et les Iles Ioniennes.

[3] Ekathimerini, “Has our political system reached rock bottom ?”, 26/5/2014.

[4] To Vima, “How the markets viewed the Sunday election results”, 27/5/2014.

[5] GreekReporter, “Tsipras Positions Himself As Premier Material”, 3/6/2014.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 09h43

je pense qu’ils ont commencé sur des bases assez radical, mais que malheureusement , comme le PC l’a fait chez nous, au fur et a mesure qu’ils vont se rapprocher de la ’gouvernance" ils vont devenir de plus en plus réformistes.

Il faut absolument que la politique ne soit pas un metier et que les elus soit revocables pour esperer un changement...mais ceux qui pronent cela sont irremediablement mis en marge du monde politique par tous les autres partis. Donc il n’y a rien a attendre de bon tant que les vieilles orgas qui soutiennent la social-democratie sont encore debout...



Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 11h09 - Posté par

dans le système capitaliste être révocable pour certain élus c’est être à la rue dans le futur car le capital ne reclassera jamais des élus coco ou contre le système. Alain 04


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 11h14 - Posté par

donc tout va pour le mieux...arretons de nous plaindre si nous acceptons le fait que l’on ne peut rien changer, et surtout pas le systeme.


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 11h28 - Posté par

"dans le système capitaliste être révocable pour certain élus c’est être à la rue dans le futur car le capital ne reclassera jamais des élus coco ou contre le système"

Et les chomeurs ?plus de 5 millions ,ce ne sont pas des salariés révocables ?
et ils sont reclassés ?
pourquoi réclamer des droits supérieurs pour un élu ?

les dégâts des élus de "gauche" passés dans le camp des collaborateurs de classe ne sont pas assez visibles et nombreux ?

la révocabilité des élus est une condition sine qua non de la démocratie ouvriére.


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 15h57 - Posté par

C’est justement le système qui est comme cela et si les 5 millions de chômeurs et les autres votaient contre le système et se prenaient en compte au lieu de faire de la délégation de pouvoir il ni aurait peut être plus de misère. Ce n’est pas moi qui est responsable de ces errements Alain 04


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 16h20 - Posté par

oui, mais alors ils faut qu’ils votent pour ceux qui veulent que la politique ne soit pas un metier et que les elus soit revocables sinon ils ont raison de ne pas voter car ils se feront baisser comme l’histoire recente l’a prouvée.


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 20h41 - Posté par

"C’est justement le système qui est comme cela et si les 5 millions de chômeurs et les autres votaient contre le système et se prenaient en compte au lieu de faire de la délégation de pouvoir il ni aurait peut être plus de misère. Ce n’est pas moi qui est responsable de ces errements Alain 04"

oui et alors ?
on parle de condamner ou pas la révocation des élus. et ça vient faire quoi ici ?
si les 5 millions dechomeurs pouvaient révoquer leurs élus ,ça serait justice et démocratie


Syriza a gagné et maintenant quoi ?
16 juillet 2014 - 21h19 - Posté par

et cela résoudrait le problème ? Alain 04





Grève du 5 décembre : manif monstre à Saint-Nazaire
jeudi 5 - 13h12
de : naairien
4 commentaires
LREM, Macron, farandole de casseroles : A mettre dans le livre des records (document Médiapart)
mercredi 4 - 23h53
de : nazairien
1 commentaire
Un mouvement de grève ne nous empêche pas de vous proposer nos programmes, bien au contraire ! C’est l’heure de l’mettre
mercredi 4 - 22h07
de : Hdm
VIOLENCE D’ETAT, VIOLENCE REVOLUTIONNAIRE
mercredi 4 - 19h55
de : Nemo3637
Pas d’argent pour les Retraites ?
mercredi 4 - 17h49
1 commentaire
Spectacle ’Du Gabon à la Russie’ le 7 décembre à Nantes : exil, amour, justice
mercredi 4 - 00h41
Retraites des fonctionnaires : ça va saigner pour les enseignants, les paramédicaux et les agents territoriaux
mardi 3 - 14h01
« Rassemblement non stop » : les pompiers veulent occuper la place de la République une semaine entière (vidéo)
lundi 2 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
En grève jusqu’à la retraite !
lundi 2 - 12h47
de : jean1
2 commentaires
Acte 55 Gilets Jaunes à Toulouse ! Témoignage d’un vrai REPORTER !
dimanche 1er - 20h40
de : JO
CRITIQUE du TRAVAIL salarié et de la RELIGION
dimanche 1er - 15h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Vous avez dit : Un monde multipolaire ? Autre démonstration !
samedi 30 - 10h58
de : JO
1 commentaire
EPO et Hamster chinois.
vendredi 29 - 18h03
de : L’iena rabbioso
L’éruption de la faim - C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 29 - 12h44
de : Hdm
1 commentaire
CONVERGENCE DES LUTTES : Contribution !
vendredi 29 - 12h14
de : JO
BOLIVIE : La succession d’EVO Morales assurée et organise la Résistance !
vendredi 29 - 11h25
de : JO
Un 5 décembre fort ou exceptionnel ! L’état de la mobilisation secteur par secteur
vendredi 29 - 07h36
1 commentaire
Xavier Kemlin, star déchue de la complosphère d’extrême-droite
jeudi 28 - 17h21
de : Blanqui75
1 commentaire
BOLIVIE : suite du complot contre EVO MORALES + corruption à la clé !
jeudi 28 - 11h57
de : JO
1 commentaire
Rafael Correa (ancien président de l’équateur) reçoit Evo Morales, (coup d’état et lutte de classes) (vidéo)
jeudi 28 - 11h32
de : nazairien
1 commentaire
La mort de Sami Abu Diak, prisonnier politique palestinien
jeudi 28 - 10h34
de : librinfo74 via jyp
Greve du 5 décembre
jeudi 28 - 10h04
de : jean 1
ARGENTINE : Alberto Fernandez Président élu, refusera le crédit du FMI !
jeudi 28 - 10h03
de : JO
Gilets jaunes : les interdictions de manifestation, l’autre face de la répression
mercredi 27 - 13h11
1 commentaire
Le monarque se prépare-t-il à lancer ses brutes contre notre Jeunesse ?
mardi 26 - 23h50
de : JO
BOLIVIE : A lire absolument ce que nos médias aux ordres ne vous diront pas !
mardi 26 - 16h15
de : JO
1 commentaire
C’est quoi : un pognon de dingue ?
mardi 26 - 15h22
de : JO
On se crève au travail, que crève le travail !
mardi 26 - 12h26
de : jean1
1 commentaire
Culture dominante et perception du déshonneur
lundi 25 - 21h09
de : Christian DELARUE
1 commentaire
CHILI : Un féminicide dont les médias ne parlent pas !
lundi 25 - 17h25
de : JO
Rapports de force a besoin de vous !
lundi 25 - 14h50
Le nouveau CRUSH 44 : ces petits jouets du capitalisme colonial.
lundi 25 - 13h34
de : jean1
BOLIVIE : La CIA partout, les dollars pleuvent à flots pour les complots, pas pour la pauvreté !
lundi 25 - 12h06
de : JO
1 commentaire
Le patriarcat compris comme dynamique sociale
lundi 25 - 01h23
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Toujours contre la prostitution et le viol ici ou ailleurs avec Zéromacho - Christian Delarue
dimanche 24 - 12h07
de : Christian Delarue
3 commentaires
L’ANARCHIE - Théories et pratiques libertaires
dimanche 24 - 11h37
de : Ernest London
Pigeons.
samedi 23 - 20h40
de : L’iena rabbioso
Réforme des retraites : « les carrières gruyère des femmes vont se payer cash »
samedi 23 - 10h57
La haine de l’Indien
vendredi 22 - 18h55
de : Álvaro GARCIA LINERA
2 commentaires
Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous devons apprendre à vivre comme des frères, faute de quoi nous périrons comme des imbéciles. Pasteur Martin Luther King
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
2 commentaires
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite