Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Turquie : AKP, colosse aux pieds d’argile ?


de : xozad
jeudi 18 septembre 2014 - 01h44 - Signaler aux modérateurs

Recep Tayyip Erdogan vient de remporter l’élection présidentielle dès le premier tour avec une majorité absolue de suffrages de 51,8%, devenant le douzième président de la République turque (mais le premier élu au suffrage universel). Pourtant, le pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) a été ébranlé par la contestation de la place Taksim, il y a juste un an, et par plusieurs autres mobilisations [3]. Le pouvoir AKP ressemble de plus en plus à un colosse au pied d’argile.

Les adversaires d’Erdogan ont fait pâle figure lors de ces élections présidentielles : le principal candidat d’opposition Ekmelletin Ihsanoglu, un historien connu de 70 ans, qui était également à la tête de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) soutenu par le Parti républicain du peuple (CHP), divers droites, et le Parti action nationaliste (MHP, extrême droite) ne recueille que 38,4% des votes. Le candidat du Parti démocratique des peuples (HDP), Sellahattin Demirtas (soutenu par les Kurdes et diverses organisations de gauche, socialistes, féministes et LGBTI...) a obtenu 9,8% de voix. D’autres courant politiques comme les anarchistes, le parti communiste et quelques organisations d’extrême gauche ont boycotté les élections présidentielles, suivis par plus de dix millions d’électeurs et d’électrices. Le triomphe était attendu pour l’AKP qui a été conçu pour mener la contre-réforme néo-libérale en Turquie.

La laborieuse naissance de l’AKP

Les fondateurs de l’AKP ont débuté au sein du Parti du salut national (Milli Selamet Partisi) fondé par Necmettin Erbakan, qui voulait créer un marché commun islamique, une monnaie islamique (le Dinar) et qui a initié un G8 islamique, Developing-8, rassemblant la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Indonésie, la Malaisie, le Bangladesh et le Niger. En 1980, le Parti du Salut National est dissout, comme les autres partis politiques par la junte militaire. A la fin de la dictature militaire en 1983, Erbakan fonde le Parti de la prospérité (Refah Partisi), qui arrive au pouvoir en 1996 dans le cadre d’une coalition. Mais le 16 janvier 1998, l’armée oblige Erbakan à démissionner et son parti est dissout pour « activités contraires au principe de laïcité ». Les anciens cadre du parti et les modernistes voulant poursuivre la politique libérale de l’ancien président Turgut Ozal donnent naissance au Parti de la vertu (Fazilet Partisi), aussitôt dissout par la Cour Constitutionnelle.

La quatrième tentative sera la bonne. Cette fois, en se démarquant de la figure d’Erbakan, et en s’alliant avec d’autres partis de droite (Parti de la Mère Patrie, Parti Démocrate Turc...), les « rénovateurs » fondent en 2001 le Parti de la justice et du développement (AKP), qui est au pouvoir depuis 2002. Grâce à une union qui va des libéraux à une partie de l’extrême droite, en passant par des communautés religieuses, l’AKP se constitue au fil du temps comme un bloc hégémonique, en conflit avec les deux autres blocs : les Kurdes et les Kémalistes [1].

La responsabilité des militaires

Parmi les nombreux facteurs de succès de l’AKP depuis plus d’une décennie, il y a tout d’abord la politique de l’armée suite à son coup d’État en 1980. Bien que se revendiquant du kémalisme et se portant garante de la laïcité, elle a ciblé en particulier les organisations d’extrême gauche et le mouvement ouvrier qui étaient alors menaçant. Afin de restructurer l’économie turque au profit des institutions financières et des multinationales, suivant le courant dominant l’économie mondiale, il fallait éradiquer ou contrôler le mouvement ouvrier et les organisations révolutionnaires. Ainsi, « sur le plan économique, on assiste à une révolution conservatrice néolibérale : les interventions de la puissance publique sont réduites au profit d’une croissance des exportations qui a favorisé l’émergence d’une nouvelle classe sociale, la bourgeoisie anatolienne conservatrice. Il s’agit d’un des principaux soutiens électoraux de l’AKP » [2].

Mais les quelques centaines de milliers d’arrestations, les centaines de condamnations à mort, les milliers de fonctionnaires licenciés, et l’interdiction des partis ne suffisaient pas. Il fallait former une jeunesse nouvelle, croyante, nationaliste et fidèles aux principes de Mustafa Kemal Atatürk. Se basant sur une synthèse turco-islamique, la junte a créé un Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) qui encadre et surveille le champ universitaire afin d’imposer cette nouvelle idéologie et d’effacer les traces du mouvement révolutionnaire. C’est cette jeunesse des années 1980 qui constitue aujourd’hui la base électorale de l’AKP.

Mais le parti d’Erdogan ne met pas en avant l’idéologie, préférant parler de sa bonne gestion dans ses mairies. C’est pourquoi, malgré la corruption qui atteint le gouvernement, beaucoup de Turcs arrivent à répondre : « ils volent, certes mais au moins ils travaillent ». D’autre part, l’AKP a bénéficié du soutien d’une partie des Kurdes et des Alevis à son arrivée au pouvoir grâce à des promesses : ouverture démocratique, résolution de la question Kurde, libertés pour les minorités non-musulmanes, les Alevis, etc. Le but d’Erdogan était aussi de répondre aux critères de Copenhague pour rentrer dans la communauté européenne. Mais les dérives autoritaires, les propos discriminatoires et ses promesses non-tenues ont largement émoussé ces soutiens.

Le début de la fin...

Malgré le dernier succès électoral qui ouvre à Erdogan les portes d’un régime présidentiel qui garantirait son pouvoir absolu, on peut penser que les belles années de l’AKP sont passées. Sur le plan économique, un taux de chômages qui ne cesse d’augmenter, le déficit budgétaire, l’endettement pas seulement de l’État mais de toute la société, l’inflation, la corruption, etc. mettent en difficulté et discréditent le pouvoir d’Erdogan. Même si l’absence d’oppositions sérieuse oriente encore beaucoup d’électeurs et d’électrices vers l’AKP, le taux d’abstention (plus de dix million de personnes, la moitié du score d’Erdogan), les 10 % du Parti Démocratique des Peuples et les nombreuses grèves et mobilisations, nous montrent qu’une opposition de gauche est en train de se constituer. Un front social se basant sur la lutte de classe mais n’excluant pas d’autres luttes (féministe, écologistes, minorités nationales et confessionnels...) pourrait donner un coup mortel au pouvoir d’AKP et faire émerger un contre pouvoir face au capitalisme néolibéral.

Cem Akbalik (militant socialiste libertaire kurde)

[1] Mustafa Kemal, dit « Atatürk », est considéré comme le « père » de la République turque en 1923, reconstructeur de l’État face au démembrement de l’Empire ottoman.

[2] Voir Lucie Drechselová et Joseph Richard,« En Turquie, le spectre du coup d’Etat de septembre 1980 »

[3] Voir « La Turquie réécrit l’histoire » dans Alternative libertaire n°241, de l’été 2014.



Imprimer cet article





Femmes prises entre capitalo-patriarcat et hyperpatriarcat : alliances à former.
mercredi 23 - 08h37
de : Christian Delarue
3 commentaires
France : Tenue républicaine exigée par les Amish
mardi 22 - 10h37
de : Sanaga
1 commentaire
Grande fête du livre des éditions Noir et Rouge
lundi 21 - 23h28
de : Frank
BOLIVIE Perspectives avant les élections du 18 octobre
lundi 21 - 19h16
de : allain graux
APPEL AU MOIS INTERNATIONAL D’ACTIONS POUR LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
lundi 21 - 17h44
de : Jean Clément
COVID 19 : Cuba vient de mettre au point un vaccin !
lundi 21 - 16h40
de : joclaude
Représentation syndicale avec son badge (ou pas) et rien d’autre !
lundi 21 - 12h11
de : Christian Delarue
2 commentaires
SEXYPHOBIE AU MUSEE d’ORSAY
lundi 21 - 01h28
de : Christian Delarue
4 commentaires
Premiers de corvée, premiers oubliés ! Des sans-papiers marchent vers l’Élysée
dimanche 20 - 17h03
CHILI/VENEZUELA : une superbe historique, afin que nul n’en ignore !
dimanche 20 - 16h31
de : joclaude
CUBA : courrier au Canard Enchaîné
dimanche 20 - 16h12
de : joclaude
Amérique Latine : Démocratie contre blocus !
dimanche 20 - 15h19
de : joclaude
1 commentaire
Racket sur les retraités et les personnes en perte d’autonomie : le rapport Vachey
dimanche 20 - 15h04
de : joclaude
1 commentaire
Entre droit de critique du voile et nécessaire respect des personnes
samedi 19 - 23h25
de : Christian Delarue
2 commentaires
Le néocolonialisme d’ENGIE au Brésil
samedi 19 - 21h53
de : Mr Mondialisation
SEXYPHILIE anodine d’Instagram et SEXYPHOBIES agressives ailleurs
samedi 19 - 17h02
1 commentaire
journée internationale pour la paix : visio-conf. ce 18 septembre 2020
jeudi 17 - 23h32
Le désempuissantement populaire participe de la perte de démocratie.
jeudi 17 - 20h50
de : Christian Delarue
4 commentaires
Pourquoi beaucoup de salariés ont la tête ailleurs
jeudi 17 - 12h16
1 commentaire
Des papiers pour tous ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 08h17
de : Hdm
De la lutte des masques à la lutte des classes
jeudi 17 - 07h58
de : Bruno Guigue
2 commentaires
Si à 5 ans un gosse n’as pas eu au moins deux leucémies, c’est qu’il a raté sa vie
mercredi 16 - 23h29
de : Dr Seguelasse de Santé publique rance
SEPARATISME
mercredi 16 - 19h48
de : Nemo3637
5 commentaires
l’Etat providence... ! Pour qui ?
mercredi 16 - 16h41
de : joclaude
VENEZUELA : On ne nous dit pas tout !
mercredi 16 - 10h37
de : joclaude
1 commentaire
La nouvelle grenade de désencerclement reste une arme de guerre
lundi 14 - 07h23
1 commentaire
Les trois secteurs de résistance du peuple-classe
dimanche 13 - 14h47
de : Christian Delarue
1 commentaire
Le séisme idéologique est plus important que le virus lui-même
dimanche 13 - 05h35
de : Michaël Verbauwhede et Seppe De Meulder - Solidaire
4 commentaires
MRAP : Droit et "séparatisme islamique" (lettre ouverte)
samedi 12 - 16h29
de : Christian Delarue (mrap)
Le MRAP assure le Maire de Stains de sa solidarité
samedi 12 - 10h48
de : Christian Delarue (mrap)
Agression antisémite à Aubervilliers
samedi 12 - 10h43
de : Christian Delarue (MRAP)
Génération désenchantée
vendredi 11 - 22h11
de : paris lutte info
Oussama et CIA copains comme cochon
vendredi 11 - 21h56
de : globalResearch
quel "homme" de petite taille ce darmanin
vendredi 11 - 18h14
1 commentaire
Le moment paranoïaque (le déferlement totalitaire) face à la dialectique du maître et de l’esclave Par Ariane Bilheran,
vendredi 11 - 11h21
de : pierrot
2 commentaires
CHRONIQUES NOIR & ROUGE N° 2 Septembre 2020
mercredi 9 - 22h26
de : frank
ELEVES ET PROFS A L’ABANDON
mercredi 9 - 18h16
de : Nemo3637
Séance de déplacement collectif
mercredi 9 - 12h43
de : jean1
République et démocratie : dérives et instrumentalisations
mercredi 9 - 00h08
de : Christian Delarue (Fondation Copernic)
1 commentaire
Rentrée scolaire "bleu marine" !
dimanche 6 - 16h33
de : joclaude

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite