Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Turquie : AKP, colosse aux pieds d’argile ?
de : xozad
jeudi 18 septembre 2014 - 01h44 - Signaler aux modérateurs

Recep Tayyip Erdogan vient de remporter l’élection présidentielle dès le premier tour avec une majorité absolue de suffrages de 51,8%, devenant le douzième président de la République turque (mais le premier élu au suffrage universel). Pourtant, le pouvoir du Parti de la justice et du développement (AKP) a été ébranlé par la contestation de la place Taksim, il y a juste un an, et par plusieurs autres mobilisations [3]. Le pouvoir AKP ressemble de plus en plus à un colosse au pied d’argile.

Les adversaires d’Erdogan ont fait pâle figure lors de ces élections présidentielles : le principal candidat d’opposition Ekmelletin Ihsanoglu, un historien connu de 70 ans, qui était également à la tête de l’Organisation de la coopération islamique (OCI) soutenu par le Parti républicain du peuple (CHP), divers droites, et le Parti action nationaliste (MHP, extrême droite) ne recueille que 38,4% des votes. Le candidat du Parti démocratique des peuples (HDP), Sellahattin Demirtas (soutenu par les Kurdes et diverses organisations de gauche, socialistes, féministes et LGBTI...) a obtenu 9,8% de voix. D’autres courant politiques comme les anarchistes, le parti communiste et quelques organisations d’extrême gauche ont boycotté les élections présidentielles, suivis par plus de dix millions d’électeurs et d’électrices. Le triomphe était attendu pour l’AKP qui a été conçu pour mener la contre-réforme néo-libérale en Turquie.

La laborieuse naissance de l’AKP

Les fondateurs de l’AKP ont débuté au sein du Parti du salut national (Milli Selamet Partisi) fondé par Necmettin Erbakan, qui voulait créer un marché commun islamique, une monnaie islamique (le Dinar) et qui a initié un G8 islamique, Developing-8, rassemblant la Turquie, l’Iran, le Pakistan, l’Indonésie, la Malaisie, le Bangladesh et le Niger. En 1980, le Parti du Salut National est dissout, comme les autres partis politiques par la junte militaire. A la fin de la dictature militaire en 1983, Erbakan fonde le Parti de la prospérité (Refah Partisi), qui arrive au pouvoir en 1996 dans le cadre d’une coalition. Mais le 16 janvier 1998, l’armée oblige Erbakan à démissionner et son parti est dissout pour « activités contraires au principe de laïcité ». Les anciens cadre du parti et les modernistes voulant poursuivre la politique libérale de l’ancien président Turgut Ozal donnent naissance au Parti de la vertu (Fazilet Partisi), aussitôt dissout par la Cour Constitutionnelle.

La quatrième tentative sera la bonne. Cette fois, en se démarquant de la figure d’Erbakan, et en s’alliant avec d’autres partis de droite (Parti de la Mère Patrie, Parti Démocrate Turc...), les « rénovateurs » fondent en 2001 le Parti de la justice et du développement (AKP), qui est au pouvoir depuis 2002. Grâce à une union qui va des libéraux à une partie de l’extrême droite, en passant par des communautés religieuses, l’AKP se constitue au fil du temps comme un bloc hégémonique, en conflit avec les deux autres blocs : les Kurdes et les Kémalistes [1].

La responsabilité des militaires

Parmi les nombreux facteurs de succès de l’AKP depuis plus d’une décennie, il y a tout d’abord la politique de l’armée suite à son coup d’État en 1980. Bien que se revendiquant du kémalisme et se portant garante de la laïcité, elle a ciblé en particulier les organisations d’extrême gauche et le mouvement ouvrier qui étaient alors menaçant. Afin de restructurer l’économie turque au profit des institutions financières et des multinationales, suivant le courant dominant l’économie mondiale, il fallait éradiquer ou contrôler le mouvement ouvrier et les organisations révolutionnaires. Ainsi, « sur le plan économique, on assiste à une révolution conservatrice néolibérale : les interventions de la puissance publique sont réduites au profit d’une croissance des exportations qui a favorisé l’émergence d’une nouvelle classe sociale, la bourgeoisie anatolienne conservatrice. Il s’agit d’un des principaux soutiens électoraux de l’AKP » [2].

Mais les quelques centaines de milliers d’arrestations, les centaines de condamnations à mort, les milliers de fonctionnaires licenciés, et l’interdiction des partis ne suffisaient pas. Il fallait former une jeunesse nouvelle, croyante, nationaliste et fidèles aux principes de Mustafa Kemal Atatürk. Se basant sur une synthèse turco-islamique, la junte a créé un Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) qui encadre et surveille le champ universitaire afin d’imposer cette nouvelle idéologie et d’effacer les traces du mouvement révolutionnaire. C’est cette jeunesse des années 1980 qui constitue aujourd’hui la base électorale de l’AKP.

Mais le parti d’Erdogan ne met pas en avant l’idéologie, préférant parler de sa bonne gestion dans ses mairies. C’est pourquoi, malgré la corruption qui atteint le gouvernement, beaucoup de Turcs arrivent à répondre : « ils volent, certes mais au moins ils travaillent ». D’autre part, l’AKP a bénéficié du soutien d’une partie des Kurdes et des Alevis à son arrivée au pouvoir grâce à des promesses : ouverture démocratique, résolution de la question Kurde, libertés pour les minorités non-musulmanes, les Alevis, etc. Le but d’Erdogan était aussi de répondre aux critères de Copenhague pour rentrer dans la communauté européenne. Mais les dérives autoritaires, les propos discriminatoires et ses promesses non-tenues ont largement émoussé ces soutiens.

Le début de la fin...

Malgré le dernier succès électoral qui ouvre à Erdogan les portes d’un régime présidentiel qui garantirait son pouvoir absolu, on peut penser que les belles années de l’AKP sont passées. Sur le plan économique, un taux de chômages qui ne cesse d’augmenter, le déficit budgétaire, l’endettement pas seulement de l’État mais de toute la société, l’inflation, la corruption, etc. mettent en difficulté et discréditent le pouvoir d’Erdogan. Même si l’absence d’oppositions sérieuse oriente encore beaucoup d’électeurs et d’électrices vers l’AKP, le taux d’abstention (plus de dix million de personnes, la moitié du score d’Erdogan), les 10 % du Parti Démocratique des Peuples et les nombreuses grèves et mobilisations, nous montrent qu’une opposition de gauche est en train de se constituer. Un front social se basant sur la lutte de classe mais n’excluant pas d’autres luttes (féministe, écologistes, minorités nationales et confessionnels...) pourrait donner un coup mortel au pouvoir d’AKP et faire émerger un contre pouvoir face au capitalisme néolibéral.

Cem Akbalik (militant socialiste libertaire kurde)

[1] Mustafa Kemal, dit « Atatürk », est considéré comme le « père » de la République turque en 1923, reconstructeur de l’État face au démembrement de l’Empire ottoman.

[2] Voir Lucie Drechselová et Joseph Richard,« En Turquie, le spectre du coup d’Etat de septembre 1980 »

[3] Voir « La Turquie réécrit l’histoire » dans Alternative libertaire n°241, de l’été 2014.



Imprimer cet article





LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
1 commentaire
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires
Riposte populaire face à l’islamophobie
samedi 9 - 19h00
de : jean1
8 commentaires
Montpellier : Un Acte 52 des Gilets Jaunes marqué par plusieurs blessés et de nombreuses interpellations
samedi 9 - 17h42
de : jean1
PECO : Hypocrisie du bloc pro-capitaliste
samedi 9 - 16h06
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Combattre le fémonationalisme
samedi 9 - 13h08
de : Chantal Mirail
8 commentaires
Retraites à points : les salariés du privé ont tout à y perdre
samedi 9 - 08h53
Les "zélites" , qui détruisent la France sont responsables : à Lyon : un étudiant stéphanois s’immole par le feu
samedi 9 - 01h51
de : nazairien
4 commentaires
Épuration, recyclages et (grandes) compagnies... - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 8 - 22h49
de : Hdm
GILETS JAUNES TOULOUSE : ACTE 51 (video)
vendredi 8 - 15h36
de : JO
LA PETITE MAISON DANS LA ZERMI - Chroniques d’un saisonnier de la misère
vendredi 8 - 12h13
de : Ernest London
Les PECO : déception d’un capitalisme pur et dur et souci de penser encore une alternative
jeudi 7 - 22h10
de : Christian DELARUE
4 commentaires
Sarkozy, mais en mieux.
jeudi 7 - 16h59
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Vol, pillage des ressources naturelles de la planète : Partout là où sont encore présentent les multinationales !
jeudi 7 - 16h04
de : JO
Casser les deux communautarismes, le dominant et le dominé.
mercredi 6 - 23h59
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LE VOILE, CHIFFON ROUGE OU TORCHE-CUL ?
mercredi 6 - 19h28
de : Nemo3637
8 commentaires
Un blessé grave de plus dans les manifs. des Gilets Jaunes !
mercredi 6 - 15h27
de : joclaude
Ces entreprises qui empochent les milliards du CICE en licenciant
mercredi 6 - 08h22
Communiqué du PRCF (Pôle de Renaissance Communiste en France) à l’occasion du 30ème anniversaire de la fin de la RDA
mercredi 6 - 06h09
de : jodez
7 commentaires
Double tiers-mondisation intérieure : sociale, territoriale.
mardi 5 - 22h42
de : Christian DELARUE
Usine Biopole d’Angers : les leçons d’un fiasco industriel
mardi 5 - 20h01
de : Christian Haroble
NOTRE ENVIRONNEMENT SYNTHÉTIQUE - La Naissance de l’écologie politique
mardi 5 - 11h38
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite