Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Article de mediapart : Syriza et Podemos
dimanche 25 janvier 2015 - 18h06 - Signaler aux modérateurs

Pour une politique des luttes : Syriza, Podemos et nous

23 janvier 2015 | Par Les invités de Mediapart

Pour les philosophes italiens Sandro Mezzadra et Toni Negri, « l’enchaînement des élections en Grèce et en Espagne » en 2015 est une opportunité pour que « les luttes des dernières années contre l’austérité sortent enfin d’une dimension purement « “résistancielle” ».

L’année 2014 s’est terminée avec l’échec de l’élection présidentielle en Grèce, et la convocation d’élections législatives anticipées. Il s’agit d’un tournant politique d’une importance extrême, destiné à marquer une année qui se terminera, en Europe, par des élections en Espagne – où, dès le mois de mai, on votera pour les élections municipales et les autonomias.

Il est évident que les élections grecques ne seront pas simplement des élections « nationales » : les ingérences importantes du gouvernement allemand et de la Commission européenne, qui sont par ailleurs destinées à s’intensifier dans les prochaines semaines, montrent clairement que c’est en réalité l’équilibre général des institutions européennes qui est ici en jeu – un équilibre qui s’est redéfini ces dernières années par la gestion de la crise.

La réaction de la Bourse d’Athènes à la simple annonce de la décision de Samaras d’anticiper les élections présidentielles, le 9 décembre – une baisse supérieure à 12% – avait parfaitement permis de comprendre le rôle qu’un autre acteur fondamental, le capital financier, allait bien entendu jouer.

Dans ces conditions, la partie que Syriza s’apprête à mener est évidemment compliquée ; et, de l’intérieur de la gauche européenne et au nom d’un prétendu réalisme politique, les positions qui proposent des scénarios linéaires de dépassement du néolibéralisme et de l’austérité par un retour à la souveraineté nationale nous semblent franchement naïves.

Nous pensons au contraire que ce qui se jouera à la faveur des prochaines échéances électorales en Grèce et en Espagne, surtout si on les prend ensemble, c’est la possibilité fondamentale d’une ouverture d’espaces politiques nouveaux en Europe. Et qu’il faut donc soutenir sans réserves le pari que fait aujourd’hui Syriza, en essayant avant tout de comprendre de quelle manière son éventuelle affirmation électorale réussira à ne pas se transformer immédiatement, comme cela s’est au contraire trop souvent passé dans l’histoire de la « gauche », en un raidissement et un blocage ; comment, donc, cette réussite pourra au contraire donner lieu à un mouvement expansif et constituant.

Nous avons toujours pensé et pratiqué la politique au-delà des moments électoraux, en nous intéressant avant tout aux mouvements et aux luttes de tous les sujets qui se battent contre la domination et l’exploitation. Nous continuons à le faire. Mais cela ne nous empêche pas de saisir l’importance que des élections spécifiques peuvent avoir du point de vue de la lutte des classes.

C’est ce qui s’est passé dans de nombreux pays d’Amérique latine ces dix dernières années, et c’est précisément ce qui peut se produire aussi en Grèce et en Espagne – et donc en Europe – en 2015. L’occasion qui se présente aujourd’hui, c’est la rupture du « bipolarisme » du Parti populaire et du Parti socialiste européens, celle de la domination de la pensée unique, c’est-à-dire aussi la fin de cet « extrémisme du centre » qui représente depuis des années le cadre politique de la gestion de la crise en Europe.

À l’intérieur de ce cadre, un certain nombre de scénarios néoconservateurs de stabilisation, qui approfondissaient le néolibéralisme et étaient radicalement hostiles à la possibilité de nouveaux espaces de liberté et d’égalité, ont émergé. L’attaque portée à la fois contre les conditions de vie des hommes et des femmes, contre la coopération et contre le travail, a été particulièrement violente, en particulier dans les pays de l’Europe du sud. Et l’ « extrémisme du centre » a fini par accoucher d’un jumeau bien moins présentable : une constellation de droites « nationales », souvent ouvertement fascistes, qui introduisent d’ores et déjà dans le tissu social des éléments de disciplinarisation violente et de nouvelle hiérarchisation.

Ces processus et ces tendances sont fortement enracinés dans les sociétés européennes. Une élection ne suffira certainement pas à les bloquer. Pourtant, l’enchaînement des élections en Grèce et en Espagne peut ouvrir une brèche dans leur continuité et déterminer l’écart dont nous avons besoin pour que les luttes des dernières années contre l’austérité sortent enfin d’une dimension purement « résistancielle » ; et qu’elles arrivent à produire un véritable programme constituant où les tensions qui pointent à la réappropriation de la richesse et à la construction de nouvelles formes d’organisation, telles qu’elles sont exprimées par les luttes, pourraient s’agencer.

En réalité, ce n’est pas ce que visent des forces politiques comme Syriza et Podemos, et l’on se tromperait à vouloir mesurer leur action à partir de cette perspective. Syriza et Podemos (qui demeurent bien entendu des forces absolument différentes, aussi bien par leur culture politique que par leur histoire ou par le rapport qu’elles entretiennent avec les mouvements) parlent désormais explicitement de la nécessité de reconstruire une hypothèse « social-démocrate ». En d’autres termes : elles ont pour but de définir un projet réformiste capable d’affronter la crise désormais patente d’une social-démocratie définie dans ses termes traditionnels, et d’enregistrer les transformations profondes qui traversent aussi bien le capital que le travail.

Une expérience finalement assez semblable est en cours en Thuringe, avec l’entrée de Die Linke aux cotés du SPD et des Verts dans le gouvernement du Land. La chose ne nous scandalise nullement : la rupture de « l’extrémisme du centre » ne peut que poser le problème de la construction d’un nouveau réseau de médiations, c’est-à-dire aussi celui de l’ouverture de nouveaux espaces dans lesquels vivre et coopérer soit simplement moins difficile, moins douloureux, moins pénible.

Nous avons souvent souligné les difficultés structurelles qu’un tel projet rencontrait face aux logiques financières et « extractives » du capitalisme contemporain. Mais le fait même qu’il soit désormais explicite, dans le sillage des grandes luttes dont il a enregistré la poussée, en Grèce et en Espagne, nous semble en soi d’une grande importance. Cela peut en effet peut déterminer les conditions d’émergence de nouveaux mouvements et contribuer à qualifier les luttes dans des termes plus avancés, c’est-à-dire à poser explicitement la question d’une « politique des luttes ». C’est possible : c’est sur ce point se joue sans doute aujourd’hui la partie la plus importante.

Ces dernières semaines, dans le débat européen, on a beaucoup dit qu’il s’agissait de vaincre la peur et de « recommencer à gagner ». Nous en sommes nous aussi persuadés. À condition que « gagner » ne se réduise pas à l’affirmation électorale d’une force de « gauche », dans le cas de Syriza (ou d’une force « populiste » – au sens où Ernesto Laclau entendait ce terme – dans le cas de Podemos). Nous avons déjà souligné à quel point les résultats des prochaines élections en Grèce et en Espagne nous semblaient importants. Et Syriza et Podemos représentent l’un et l’autre une nouveauté significative dans la mesure où ils ont su ouvrir (il faut ici le redire : sous la pression de grandes luttes) des espaces politiques inédits, irréductibles aux vieilles nomenclatures usées jusqu’à la corde. Mais c’est précisément ce nouveau réalisme politique qui nous empêche de croire que le résultat d’une élection puisse représenter en elle-même une « victoire ». Sans revenir ici sur l’ensemble des analyses qui ont émergé ces dernières années – à propos de la crise de la représentation politique, des processus de financiarisation, des transformations de l’État à l’intérieur de la mondialisation -, les limites qui sont aujourd’hui celles de la pratique de gouvernement sont évidentes, a fortiori à l’intérieur de l’UE. Et les dirigeants de Syriza et Podemos les plus attentifs en sont parfaitement conscients eux-mêmes.

Ces limites ne peuvent pas être surmontées par un parti, quel qu’il soit ; et moins encore par la simple revendication d’une « souveraineté nationale ». La tendance au durcissement et à la fermeture que certains attribuent à Syriza et à Podemos, et qu’ils dénoncent, peut même être compréhensible si l’on tient compte des urgences et des nécessités des échéances électorales. Mais si elle se consolidait, ce serait absolument catastrophique. Ce qu’il nous faut, c’est au contraire une attitude « expérimentale » d’ouverture visant à la construction et à la consolidation d’une nouvelle trame de contrepouvoirs, de nouvelles institutions, d’expériences d’auto-organisation sociale parvenues à maturité. Simultanément, il faut que la conscience de ce que l’affrontement se joue désormais au niveau européen s’impose à tous et à toutes : même une action de gouvernement « anti-austérité », si elle se donnait à l’échelle nationale, ne pourrait pas ne pas avoir pour objectif de rompre les équilibres consolidés par la gestion que les institutions européennes ont eue de la crise, et d’ouvrir à de nouveaux espaces politiques afin de permettre l’émergence de mouvements sociaux radicaux au niveau européen – par exemple à partir d’une négociation intransigeante sur le thème de la dette.

C’est à partir de cette double capacité d’ouverture, à la fois vers des mouvements sociaux capables de produire des formes d’institutionnalité qui leur soient propres, et en direction de l’Europe, que l’action de forces politiques comme Syriza et Podemos devra être jugée dans les mois qui viennent.

Et c’est par ailleurs en jouant eux aussi sur cette double dimension que les mouvements eux-mêmes peuvent contribuer de manière essentielle à la définition d’un programme et à l’ouverture d’un processus constituant. Il s’agit là de thèmes qui s’imposent avec urgence en Italie aussi, en particulier dans le sillage de l’expérience de la « grève sociale » et du parcours politique qui y a mené : il faudra y revenir très prochainement. Un programme constituant peut être l’occasion d’établir un terrain politique nouveau et le moyen de dépasser les appels à l’indignation ou les expressions de rage qui, s’ils sont parfaitement compréhensibles, risquent d’être surtout le reflet d’une simple impuissance politique.

2015 sera pour l’Europe une bonne année si nous arrivons à créer des conditions nouvelles, plus avancées, pour affronter de manière constituante de très vieux problèmes – par exemple celui de la relation entre les partis, les syndicats et les mouvements ; ou encore celui de l’internationalisme ; et jusqu’au rapport entre les réformes et la révolution. Tous ces problèmes se représentent aujourd’hui sous une forme radicalement nouvelle. Une politique des luttes sait reconnaître les problèmes irrésolus, et si elle les reprend, ce n’est que pour en renouveler la consistance. N’est-ce pas ce qui est exactement en train de se produire en Europe aujourd’hui ?

Traduit de l’italien par Judith Revel et Filippo Furri. Texte initialement publié sur euronomade.info où l’on trouvera les versions espagnole et grecque.



Imprimer cet article





Oeillères ou surdité ?
dimanche 25 - 07h28
de : Télétollé
La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
3 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
2 commentaires
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

C'est seulement par le risque de sa vie que l'on conserve la liberté. Georg Wilhelm Friedrich Hegel
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite