Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Face au coup de force de la BCE et les tergiversations de Tsipras, solidarité avec les travailleurs et le peuple de Grèce
de : Philippe Alcoy
vendredi 6 février 2015 - 18h23 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Exigeons l’annulation de la part de la dette grecque détenue par la France !

Philippe Alcoy

Source : http://www.ccr4.org/Face-au-coup-de...

Mercredi 4 février la Banque Centrale Européenne (BCE) a décidé de mettre la pression sur le gouvernement grec dirigé par Syriza : elle a décidé de ne plus accepter les obligations émises par la Grèce comme garantie pour offrir de la liquidité aux banques grecques tant que le pays ne serait pas arrivé à conclure un accord avec ses « partenaires » européens sur sa dette. Une action scandaleuse qui vise à obliger le gouvernement de Tsipras à continuer à appliquer des mesures d’austérité contre les classes populaires et les masses du pays.

En effet, le nouveau gouvernement grec à peine installé déclarait par la voix de son ministre des finances, Yanis Varoufakis, qu’il ne reconnaitrait pas la Troïka (BCE, Commission Européenne et FMI) comme interlocuteur concernant le problème de la dette du pays. Il a même refusé d’accepter la dernière tranche de 7 milliards d’euros du second plan de sauvetage de la Grèce lancé en 2012.

Pour financer les activités de l’Etat, Tsipras comptait en finir avec la tutelle de la Troïka et des plans d’austérité et avoir recours à la possibilité d’émettre des obligations de l’Etat grec à court terme. Cela aurait permis à la Grèce de se financer pendant quelques mois, le temps d’arriver à un accord avec ses créanciers de l’UE.

En effet, malgré le fait que les titres grecs soient considérés comme « spéculatifs », dans le cadre du plan de sauvetage mis en place par la Troïka, la BCE offrait la possibilité aux banques grecques de se procurer de l’argent frais auprès d’elle en présentant comme garantie les titres de l’Etat grec. Ainsi, la Grèce pouvait émettre des obligations à court terme, qui étaient rachetées par ces banques nationales, et trouver de cette façon des sources de financement.

La décision prise par la BCE de vient mettre fin à cette situation. Etant donné que le gouvernement grec refuse de mener jusqu’au bout les accords passés avec la Troïka, la BCE n’acceptera plus à partir du 11 février les titres émis par la Grèce comme garantie pour les banques grecques.

Cependant, cette décision ne veut pas dire que les banques grecques sont coupées de tout financement possible. Elles peuvent encore avoir recours au programme de crédit d’urgence (Emergency Liquidity Assistance – ELA) mis en place aussi dans le cadre des accords avec la Troïka et qui permet à la Banque Centrale de Grèce de prêter aux banques nationales. L’inconvénient pour le gouvernement grec c’est que ces prêts sont plus chers (des intérêts de 1,55% alors que ceux de la BCE sont de 0,05%) et qu’en même temps ce mécanisme est aussi contrôlé par la BCE.

Une décision politique de la BCE qui comporte des risques

Cette décision de la BCE est clairement un message politique. C’est un alignement direct sur le positionnement dur de Berlin face au nouveau gouvernement grec. En effet, on cherche à ce que celui-ci accepte le cadre du plan de sauvetage et la tutelle de la Troïka qui impose des mesures d’austérité contre les masses. Cette technique de pression a déjà été utilisée contre l’Irlande et Chypre dans le passé récent.

L’objectif principal de cette position dure de la part de l’Allemagne, c’est d’éviter que d’autres pays endettés ne soient encouragés à restructurer leur dette à l’image de ce qu’essaye de faire le nouveau gouvernement grec. Et cela vise principalement des formations politiques telles que Podemos dans l’Etat Espagnol. C’est pour cela que parmi les alliés de l’Allemagne on ne trouve pas seulement des pays dits « du Nord » mais aussi des gouvernements de pays très endettés comme celui de Mariano Rajoy qui sait très bien que le succès de Syriza pourrait marquer la fin de son gouvernement lors des élections de cette année.

Mais cette politique de la BCE comporte des risques. Comme l’affirme Les Echos : « La mise en quarantaine des banques grecques risque aussi d’interrompre le mouvement de recentrage qu’avaient commencé à opérer Alexis Tsipras et son ministre des Finances Varoufakis. "Il est clair que l’Europe fait pression sur le gouvernement grec pour qu’il négocie avec la troïka et reprenne le programme d’austérité là où le précédent gouvernement l’a laissé", notait, jeudi, le journal grec ?«  ?To Vima ? » ». La réalité c’est que la Grèce est bel est bien isolée, mais la manière forte employée risque de mener tout droit à la confrontation.

A moins que l’Allemagne ne réussisse à faire capituler sur toute la ligne le gouvernement de Syriza, les risques sont importants pour elle. D’après des analystes de Stratfor, « l’Allemagne se trouve face à deux mauvaises options : soit ouvrir la porte à ce que des pays quittent la zone euro, soit ouvrir la porte à ce que des pays renégocient leurs dettes ».

En effet, cette pression sur le gouvernement de Tsipras pourrait pousser la Grèce vers la porte de sortie de la zone euro car, même si l’on ne peut pas exclure un accord in extremis, pour Syriza accepter de continuer sous la tutelle de la Troïka pourrait se révéler politiquement très coûteux. Puis, même si l’on arrive à un accord, la position actuelle de la BCE pourrait avoir comme conséquence une accélération de la fuite de capitaux que la Grèce connait depuis décembre : on estime à 14 milliards d’euros les capitaux ayant été retirés des banques du pays.

Cette perspective pourrait avoir des conséquences pour l’ensemble de l’UE et rouvrir une crise de la zone euro, ce qui n’est pas du tout une bonne nouvelle pour l’Allemagne dont les exportations dépendent en grande partie de la bonne santé financière et économique de ses « partenaires » européens.

L’attitude conciliatrice du « gouvernement anti-austérité »

Si, comme on l’a dit plus haut, les premières déclarations de Tsipras ont été « incendiaires » contre la Troïka, allant jusqu’à prendre la décision de refuser la dernière tranche du plan d’aide internationale, ces derniers jours on a pu noter un changement d’attitude. En effet, en « tournée européenne » avec son ministre des finances Yanis Varoufakis pour trouver des partenaires et des soutiens pour sa politique, Alexis Tsipras s’est montré très conciliateur avec les créanciers du pays.

Très vite la revendication d’une annulation partielle de la dette grecque a été abandonnée pour ne pas heurter la sensibilité de l’Allemagne et substituée par une demande de restructuration de celle-ci. Autrement dit, la Grèce devra rembourser la totalité de sa dette de plus de 320 milliards d’euros (177% du PIB), ; il n’y aura, en principe, pas d’effacement même partiel de la dette.

Le gouvernement de Tsipras propose une restructuration de la dette à travers deux mécanismes : d’une part l‘indexation du taux d’intérêt à la croissance du PIB d’une partie de la dette ; et d’autre part la création d’obligations perpétuelles, ce qui signifie qu’Athènes ne remboursera plus le capital prêté, mais uniquement les taux d’intérêt sans aucune date d’échéance. Des mesures qui permettraient au gouvernement grec de gagner du temps mais aucunement de résoudre les problèmes de fond des travailleurs et des masses du pays. Ce n’est pas un hasard si les premiers signes des marchés financiers face à ces propositions ont été bons.

Même si dans les premières heures de cette « tournée » de Tsipras, certains articles de presse parlaient du « changement de rapport de force », d’autres du « chantage » de Syriza, la décision de la BCE a révélé la vraie puissance des impérialistes et le caractère utopique de la politique de Syriza. En effet, il est tout à fait illusoire de prôner la « rupture » avec la Troïka tout en continuant à payer la dette, même avec des nouvelles modalités.

D’ailleurs, alors qu’ils avaient déclaréne pas reconnaitre la Troïka dans leur « tournée européenne » Tsipras et Varoufakis ont rencontré, certes séparément, les responsables du FMI, de la BCE, François Hollande, le ministre des finances allemand, Wolfgang Schaeuble, le premier ministre italien Mateo Renzi, entre autres. Bref, la Troïka…

Solidarité internationaliste avec le peuple grec ! Pour l’annulation de la dette !

Face au chantage et aux pressions des impérialistes pour que le gouvernement grec continue à mener une politique criminelle à l’égard des classes populaires, nous exprimons toute notre solidarité internationaliste et affirmons que le peuple grec ne doit rien ! Ce sont les banquiers et les capitalistes qui se sont enrichis avec leurs affaires spéculatives sur le dos des travailleurs qui doivent maintenant payer la crise.

Les Etats européens, la France et l’Allemagne en tête, ont investi des milliards d’euros dans le fond de « sauvetage » de la Grèce pour permettre à ce pays de solder sa dette avec les banques privées européennes. Maintenant que la part de la dette détenue par des créanciers privés est de moins de 20% de la dette totale, ce sont les Etats de l’UE qui exigent l’application des mesures d’austérité en Grèce.

La France détient 40 milliards d’euros de la dette grecque (qui s’élève à 320 milliards). Il s’agit d’une tache fondamentale pour le mouvement ouvrier en France de se mobiliser pour exiger du gouvernement français l’annulation de la partie de la dette grecque détenue par la France ! Ce serait un pas important vers l’annulation de l’ensemble de la dette grecque. Les responsables des soi-disant problèmes financiers de l’Etat français ou d’autres pays impérialistes ne sont pas les travailleurs et les masses de Grèce, ou encore les dépenses sociales, mais bien les banquiers et les riches qui ont été sauvés avec l’argent public. C’est donc à eux d’assumer les frais de la crise de leur système.

6/2/2015.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Face au coup de force de la BCE et les tergiversations de Tsipras, solidarité avec les travailleurs et le peuple de Grèc
6 février 2015 - 20h13 - Posté par JO

On ne peut que souhaiter à Tsipras à ne pas oublier de solliciter chaque fois nécessaire l’appui du Peuple pour le respect de l’intégralité de son programme social pour le cas d’interventions hostiles venues de l’intérieur ou de l’extérieur !
La mobilisation du Peuple seule et son unité feront échec aux obstacles dressés pour la mise en oeuvre du programme sur lequel ce Gouvernement a été élu ! Il faut bien rappeler par exemple le coup d’Etat au Venezuela contre le Président CHAVEZ qui le fit mettre en prison ! Le Peuple descendit dans la rue pour exiger sa libération qui fut faite 48 heures après son arrestation ! Le pouvoir progressiste fut ainsi rétablit l’armée ayant pris fait et cause pour le Peuple ! L’appel au Peuple , condition majeure à ne pas capituler !






les deux actions du 18 juillet
jeudi 18 - 23h19
de : Jean-Yves Peillard
À LA LIGNE - Feuillets d’usine
jeudi 18 - 19h09
de : Ernest London
Pourquoi je suis gilet jaune
mercredi 17 - 22h52
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Un américain à Paris (sans Gene Kelly) : LE REGARD D’UN AMÉRICAIN SUR LES GILETS JAUNES (vidéo)
mercredi 17 - 22h32
de : nazairien
2 commentaires
Ni République de l’apparat, ni moine-soldat
mercredi 17 - 21h24
de : Christian D et Monique D
1 commentaire
JUSQU’À RAQQA : AVEC LES KURDES CONTRE DAESH
mercredi 17 - 11h51
de : Ernest London
Révolution algérienne : « l’auto-organisation constitue la clef de la suite du mouvement »
mercredi 17 - 11h38
1 commentaire
L’ANARCHISME N’EST NI UNE MODE NI UNE POSTURE
mercredi 17 - 11h28
de : jean 1
1 commentaire
Exigeons la libération de la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkhah arrêtée en Iran
mercredi 17 - 08h40
de : Christian DELARUE
14 Juillet 2019, est ce un "galop d’essai" , avant la "prise de la Bastille" ? (vidéo)
mercredi 17 - 00h26
de : nazairien
2 commentaires
Manon Aubry Députée Européenne (LFI), balance du lourd, envers, Ursula von der Leyen, candidate à la sucession de Junck
mardi 16 - 17h06
de : nazairien
4 commentaires
"Homard m’a tué" François de Rugy démissionne du gouvernement
mardi 16 - 15h21
de : nazairien
9 commentaires
Gauche homard du capitalo-écologisme
mardi 16 - 00h26
de : Christian DELARUE
9 commentaires
Le NICARAGUA inaugure la plus grande centrale solaire d’Amérique-Latine
lundi 15 - 17h57
de : JO
Gilets Jaunes 14 juillet, Champs-Elysées : Une femme serait éborgnée !
lundi 15 - 17h42
de : JO
Hommage des Gilets jaunes d’Angers aux révoltés de 1789
lundi 15 - 16h27
de : Le Cercle 49
macron au firmament
lundi 15 - 14h06
de : jean 1
Saïd Bouamama censure post-coloniale
dimanche 14 - 23h49
de : UJFP LMSI via jyp
1 commentaire
14 juillet, Champs-Élysées, Paris : les Gilets jaunes humilient « l’éborgneur » (vidéos)
dimanche 14 - 15h46
de : nazairien
11 commentaires
Alain Damasio : « Créer une pluralité d’îlots, d’archipels, est la seule manière de retourner le capitalisme »
samedi 13 - 14h51
de : jean 1
Courant continu : C’est l’heure de l’mettre, avec entre autres Youssef Brakni, et Alexandre Chantry
samedi 13 - 12h22
de : Hdm
PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE - Réflexions sur l’effondrement
samedi 13 - 11h17
de : Ernest London
Affaire De Rugy : l’exemplarité pour tous !
samedi 13 - 09h29
de : JO
alerte gilets noirs
vendredi 12 - 19h06
1 commentaire
Cela suffit
vendredi 12 - 13h46
de : jean 1
1 commentaire
BURQINI de droit bien que contestable !
jeudi 11 - 22h15
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA HORDE et le Député François Ruffin revisitent "La Marseillaise" ! (video)
jeudi 11 - 22h07
de : jean 1
« Chute catastrophique » du niveau scolaire en France : une prof torpille l’Éducation nationale (vidéo)
jeudi 11 - 15h38
de : nazairien
2 commentaires
Lettre ouverte à Emmanuel Macron : non, la grève n’est pas une « prise d’otage »
jeudi 11 - 08h01
de : Cédric Maurin
1 commentaire
Le RIC des gueux ( que l’on nomme RIC Campagnard) est de retour.
mercredi 10 - 18h33
de : Arnaud
2 commentaires
COEUR DE BOXEUR - Le Vrai combat de Christophe Dettinger
mercredi 10 - 08h24
de : Ernest London
1 commentaire
Décrocheuse de portrait
mardi 9 - 23h51
de : Jean-Yves Peillard
Message publié par le Collectif Autonome de Dockers de Gênes
mardi 9 - 18h38
de : jean 1
La France de Macron : la liberté d’expression en péril ! (no coment)
mardi 9 - 11h48
de : JO
2 commentaires
Sanctions contre les chômeurs : dix associations, collectifs et syndicats déposent un recours devant le Conseil d’État
lundi 8 - 17h06
ENVIRONNEMENT : Pas nette la planète sauf que "bla/bla" etc... !
lundi 8 - 16h11
de : JO
GODIN, INVENTEUR DE L’ÉCONOMIE SOCIALE
dimanche 7 - 20h11
de : Ernest London
1 commentaire
Billet de Pierrick Tillet : Effondrement : le ministre Blanquer contraint de saborder le baccalauréat
dimanche 7 - 12h01
de : nazairien
3 commentaires
Week-end de résistance et d’occupation contre le projet de Surf Park de Saint Père en Retz (44) le 20 et 21 Juillet 2019
dimanche 7 - 11h02
de : Collectif Terres Communes
POINTS DE NON-RETOUR [THIAROYE]
vendredi 5 - 20h16
de : Ernest London
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite