Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
de : Henry Libertat
mardi 10 février 2015 - 10h29 - Signaler aux modérateurs
13 commentaires

Louis Aliot compare l’Internationale,qui fut jouée à l’enterrement de Charb à sa grande fureur, à "des chants nazis",il "ne voit pas de différences" !!!FN,parti issu de la collaboration,mais aussi parti de raclures révisionnistes et confusionnistes !!!

https://fr.news.yahoo.com/louis-ali...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 11h26 - Posté par

Désolé , je ne crois pas qu’ avec ce genre d’info on puisse combattre la peste brune !



Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 11h38 - Posté par

Tu as bien raison camarade,à l’heure du relativisme ambiant et généralisé,du cynisme qui fait loi,il faut laisser se banaliser encore un peu plus ce genre de comparaison pour que tout soit encore moins clair dans les esprits !!!Le confusionnisme rouge-brun n’a jamais existé,n’est ce pas,surtout pas en ce moment.

Cela dit,si jamais tu es effectivement détenteur du "genre d’infos" qui nous permettra de "combattre la peste brune",perso,je suis preneur !!!


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 12h02 - Posté par
Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 12h19 - Posté par
Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 12h23 - Posté par

La révolution contre le fascisme

La révolution, on l’a dit souvent, ce ne sont pas les majorités qui la font, mais les minorités. C’est pour cela que les majorités, misonéistes par nature, ne prendront jamais l’initiative de la révolution, mais se convertiront à des révolutions déjà commencées. Les minorités révolutionnaires ont pour fonction de briser les portes closes sur les voies de l’avenir ; et après, par les portes ouvertes de façon insurrectionnelle, passeront les majorités. Il est vrai que les minorités gaspilleraient en vain leurs forces – du moins sur le moment –, et se sacrifieraient sans profit, si le contexte n’était pas favorable, si les temps n’étaient pas mûrs, si une évolution antérieure n’avait atteint un certain degré. Mais personne n’a le mètre ou le manomètre pour savoir si les temps sont mûrs ou non, et si le milieu est suffisamment prêt. On peut même faire une erreur de jugement ; et on a alors les sacrifices anticipés, les héroïsmes, les martyrs. Cependant, si ceux-ci ne conduisent pas au triomphe, ils sont quand même utiles, dans la mesure où ils contribuent à la formation des consciences et à la maturation des temps. Car si les minorités initiatrices, en courant le risque de la défaite et du sacrifice, réussissent à défoncer la porte, c’est là la meilleure et unique preuve possible de la maturité des temps.
Le fascisme a démontré que tout cela est vrai. La contre-révolution, à la fin de 1920, avait tout de son côté, comme on l’a vu. Mais elle n’aurait pas triomphé sans l’initiative volontaire de la minorité fasciste. Les portes du passé semblaient s’être refermées irrémédiablement au nez des classes dirigeantes et des réactionnaires, lesquels se résignaient déjà à leur destin. Mais voici que le fascisme, interprète de leurs aspirations, saisit le moment de la faiblesse ennemie, et ose briser toutes les portes de la légalité et des habitudes passées. Alors seulement les classes dominantes comprennent qu’elles peuvent oser et, par la porte enfoncée, tentent de repousser l’Italie vers le passé, et tout se plie devant le vainqueur du moment : le pouvoir de la richesse et en même temps le pouvoir judiciaire et le pouvoir exécutif.
L’exemple fasciste peut au moins avoir servi à quelque chose ; et le prolétariat, s’il veut, peut en tirer d’utiles enseignements, de même que toutes les minorités révolutionnaires. Le fascisme peut ainsi leur avoir enseigné « comment faire pour vaincre », comment on fait pour reprendre l’offensive et changer en victoire un début de défaite. Solidarité et organisation d’un côté, et de l’autre initiative audacieuse, force de volonté et esprit de sacrifice ! Certes, en dépit de tout cela, lorsqu’on est une trop faible minorité, on peut être battu par des forces adverses supérieures, mais sans ce type de comportement, aucune victoire n’est possible, même avec la plus grande des majorités.
Sans doute, une des causes de l’échec des révolutionnaires est le manque de persévérance, de discipline et d’organisation. Je parle de la discipline morale volontaire, non pas de la discipline militaire des partis autoritaires, qui consiste seulement dans l’obéissance des chefs ; je parle de discipline volontairement acceptée, qui consiste avant tout à conserver la foi dans les engagements librement contractés. Je préfère, parce qu’elle est meilleure et plus profitable, cette discipline dans la liberté à la discipline militaire de l’obéissance aveugle. Mais une discipline est nécessaire, et là où il n’y a pas la première, c’est la seconde qui gagne, quel que soit son drapeau. Voilà pourquoi, faute de discipline volontaire révolutionnaire, la force organisée de façon militaire a pris le dessus de façon inattendue – et, nous l’espérons, temporaire.
Il n’y a pas à se faire d’illusions. L’effort nécessaire que les minorités révolutionnaires auront à accomplir devra être supérieur à celui réalisé par le fascisme, puisque les premières ne peuvent, comme le second, compter sur l’appui d’organismes déjà existants et dotés de tous les moyens offensifs et défensifs. L’action révolutionnaire est plus difficile, car sa tâche n’est pas seulement de détruire, mais en même temps de reconstruire. D’ailleurs, même dans la destruction, puisque le but est le bien du plus grand nombre, la révolution doit se montrer plus prudente ; elle doit d’avantage être guidée par la finalité humaine générale plutôt que par un esprit de représailles et de vengeance, et doit faire attention à ne pas détruire avec les institutions parasitaires et nuisibles ces fruits de la civilisation et du progrès qui constituent le patrimoine commun et le matériel pour construire la société future faite de liberté et de justice sociale.
Dans ces conditions, il est indiscutablement plus difficile de lutter et de vaincre, et l’effort initial à fournir est forcément plus important à fournir que celui de l’aveugle violence destructrice qui s’abat sur un objectif déterminé, sûre de son impunité. Pour engendrer un tel effort, il faudra faire appel à d’autres mobiles intérieurs, à tous ces sentiments générateurs d’enthousiasme et d’héroïsme, qui, joints à la raison, animent ceux qui combattent non pour le présent ou pour le passé, mais pour l’avenir : la foi dans son idéal, l’assurance d’être dans le vrai – ou d’en être proche plus que d’autres –, la conviction profonde de lutter pour un objectif de bonté supérieure, pour le bien moral et matériel de tous les hommes, même pour le bien des ennemis ; ennemis qui ne deviendront pas les opprimés ni les exploités de demain, mais, devenus frères et égaux parmi les égaux, seront eux aussi délivrés du joug de leur justice, qui aujourd’hui les rend si féroces. Malgré cela, l’avertissement de l’exemple fasciste demeure. Quand la minorité révolutionnaire et libertaire du prolétariat réussira à unir, grâce à un minimum de coordination, la quantité nécessaire d’efforts, de mépris du risque, d’esprit d’initiative et de sacrifice, elle aura triomphé — et non pas pour le bien-être et la liberté du prolétariat seulement, mais l’humanité entière.

Luigi Fabbri

« La contre-révolution préventive », 1975 (première édition 1922), in : Gaetano Manfredonia, La Lutte humaine : Luigi Fabbri, le mouvement anarchiste italien et la lutte contre le fascisme, Paris, éditions du Monde libertaire, 1994, pages 264-266.


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 12h36 - Posté par

http://www.monde-libertaire.fr/anti...

http://www.monde-libertaire.fr/pass...

Voici quelques pistes,mais si on avait toutes les clés pour contrer le fascisme,c’est nos idées qui progresseraient à grand pas et pas les leurs.Après,il fat continuer a lutte,il n’y a rien ’autre à faire,même si c’est ingrat et que l’issue est incertaine.


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 15h06 - Posté par Roberto Ferrario

Désolé, je ne crois pas qu’ avec ce genre d’info on puisse combattre la peste brune !

5.***.116.*** ton commentaire est vraiment nul... l’antifascisme faut le pratiquer a tous les niveaux ideologique, pratique et au niveau de l’information, rient est prioritaire... tout est prioritaire...

Par contre pourquoi "Aspaar" alias "F Sharifi" quand tu veux ecrire des conneries tu te signe pas, l’anonymat est un signe de faiblesse et dénote une conscience politique très basse.... quoi tu veux masquer ? Pourtant tu publie des articles sur notre site donc c’est quoi ton problème ? Tu n’aime pas l’International o les cocos ????


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 17h54 - Posté par Aspaar

@ Roberto Ferrario

Vous oubliez que le FN n’est pas un parti comme les autres et qu’il sert à fond le capital .
Vous oubliez que Alliot est un spécialiste de la manipulation et qu’il tente à banaliser le FN . En disant qu’il ne voit pas de différence entre l’Internationale et leurs chants fasciste et raciste, le nazillon cherche à créer une confusion de plus . Et Plus il cristallise l’échiquier politique sur ce genre de questions ,des questions raciales et identitaires, et moins le débat portera sur les questions sociales.


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 18h17 - Posté par Roberto Ferrario

Mmmm Aspaar tu pense que je oublie tous ca ???? Faut me connaitre un peux plus avant de lancer d’autres conneries... tu vois moi je signe avec non nom et prenom toi tu te cache derrières des pseudos ou dans l’anonymat et en plus tu utilise un vieux methode que je connu tres bien dans le PCF ou dans d’autres partis soit de dévier le sujet....

Je publie mon opinion sur le fait que dans l’antifascisme rient est prioritaie et tout est prioritaire et toi tu me sort un histoire de "cristalisation des débats" a propos du sujet de cet article pffff

Soit pas ridicule cet info a deux balles va partir couverte par d’autre plus récent ici sur cet site personne se "cristallise" a part peut ete toi avec ton attitude du siècle denier...

Defend ta position sur l’inutilité de cet article pour combatre la peste brune et ton utilisation de l’anonymat ou de plusieurs pseudos....


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 18h22 - Posté par Roberto Ferrario

A oii je oublie , question :

Tu peux me nomer un parti dans le parlament en France, un seul stp, qui ne sert pas le capital... merci de ta réponse ;-))))


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 18h38 - Posté par Aspaar

@ Roberto Ferrario
Vous oubliez encore que l’internet est surveillé de très près par beaucoup de pays & par beaucoup de services . C’est pour cette raison qu’il est préférable et dans certains cas il faut utiliser l’anonymat. Encore que même l’anonymat est dérisoire.


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 18h49 - Posté par Roberto Ferrario

C’est vraiment marrant de voir comme tu ne réponde pas au sujet et a les qiestions bref ton nouveau commentaire et ta theorie du complot pose la question suivant... tu est ici pour quel objectif ?????


Louis Aliot compare l’Internationale à "des chants nazis".
10 février 2015 - 15h50 - Posté par PierreP

Si M Alliot relisait les sept couplets de l’Internationale et en faisait une analyse de texte, il ne dirait pas des conneries pareil ; il aurait peur. Ce qu’il dot avoir dans le fond de lui-même mais qu’il tente d’éluder par une opération de récupération pour s’attirer un peu plus de votes des prolétaires.
Nous lui ferons avaler la partition et bien plus ...






Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
14 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nous sommes les autres. Henri Laborit
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite