Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le consensus transversal dont jouit le premier ministre britannique

de : Rina Gagliardi
samedi 14 mai 2005 - 16h49 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 15.2 ko

Ils sont tous fous de Tony. Mais pourquoi ?

de Rina Gagliardi traduit de l’italien par karl&rosa

Nous accordons au député Clemente Mastella (si souvent vitupéré pour sa tendance bien connue à occuper des postes) qu’il a dit, cette fois, la chose juste : arrêtons de poursuivre un Modèle xénophile, a plus ou moins dit le leader de l’Udeur. Qu’il soit allemand, anglais, américain ou brésilien. Et essayons de nous en construire un - modèle politico social - tout à nous, même original, même capable de faire école chez les autres. Des mots qui tombent à pic au milieu de l’engouement blairiste dont a été prise - re-prise - notre gauche modérée.

Dans l’ordre, s’y sont mis Piero Fassino, Massimo D’Alema et Giuliano Amato à couvrir le leader du New Labour d’éloges démesurés, excessifs, exagérés. A expliquer que la guerre en Irak - couronnement d’une politique internationale tout à fait subalterne aux Usa de Bush - n’est qu’un petit accident de parcours. Et à décrire la Grande Bretagne, plus ou moins, comme l’Eldorado : pas comme le lieu des privatisations les plus désastreuses (du genre de celle des Chemins de fer), de la réorganisation au rabais du Welfare ainsi que de tous les services publics et d’une contre reforme du système d’instruction qui fait pâlir celle de Letizia Moratti (ministre de l’Education du gouvernement Berlusconi, NdT) ; mais justement comme le monument de la renaissance industrielle et de la justice sociale.

Or, il est vrai qu’en politique la tentation de la propagande est dure à mourir. Mais pourquoi ce retour de flamme si ardent ? Et pourquoi précisément au moment où une image - celle de Tony Blair - s’est acheminée de toute façon sur la voie du déclin et, malgré la troisième victoire électorale et les records historiques, n’a devant elle aucun avenir important ? La première réponse est aussi la plus évidente : en tout cas, Blair est un gagnant. Et il est notoire que pour la majorité du groupe dirigeant de l’Olivier l’important est de gagner, avant que de participer. D’accord : même nous, nous ne sommes pas dégoûtés par l’idée de gagner, tôt ou tard.

Mais, le premier ministre espagnol Zapatero est lui aussi un gagnant : et en plus il a non seulement gagné de manière surprenante, mais en s’engageant à retirer les troupes de son Pays de la malheureuse guerre de l’Irak. Et à amorcer un programme de modernisation de la société espagnole qui n’est pas seulement très avancé, mais même ponctuellement respecté. Pourquoi, alors, Zapatero n’est-il même pas devenu un "petit modèle", même tout petit, sur deux terrains - la politique étrangère et les droits civils - sur lesquels il est en train de donner ce qu’il y a de mieux en lui ? Et pourtant le leader du Psoe est tout sauf un extrémiste, ou un subversif, comme on peut le déduire de ses choix de politique économique et sociale. Donc, il y a autre chose, pas seulement le goût de la Realpolitik.

En effet, il y a une autre réponse à notre interrogation du départ, qui met en cause l’identité profonde de la gauche "réformiste" ainsi que les désirs d’un plus ample rassemblement néo-modéré : Tony Blair reste en tout cas l’emblème incarné de ce que chez nous on appelle l’esprit de la troisième voie. D’une gauche qui a mis au placard presque tout son patrimoine politique et idéologique et qui grâce à cela a gagné : parce qu’elle s’est faite Pur Centre, jusque dans ses bases. Parce qu’elle n’a jamais mis en discussion - en utilisant même avec une désinvolture pragmatique les contrevérités d’Etat - sa fidélité au Seigneur américain et à la cause de l’Occident. Et parce qu’elle a pratiqué un néolibéralisme authentique, avec quelques corrections : héritées en partie de l’ancien et exaltant système de Welfare britannique (très réduit, oui, mais à partir d’un standard que l’Italie n’a jamais eu), partiellement introduites en période préélectorale (une avalanche d’embauches, qu’on y fasse attention, toutes dans le secteur publique, en contradiction flagrante avec tous les préceptes du blairisme et des manuels de Giddens).

Et, du reste, ce sont bien là les raisons spécifiques qui rendent tout le monde - en commençant par Silvio Berlusconi - "fou de Tony". Et qui inspirent au Corriere della sera une véritable campagne blairienne, pour pousser les "réformistes" de chez nous à assumer définitivement cette identité, cette stratégie, ce rôle. Une gauche qui a coupé ses racines, en commençant par celle de classe - le vrai, grand cadeau (aussi dit "sale boulot") que Margaret Thatcher a fait à ses héritiers néo travaillistes, un Pays où le pouvoir des syndicats avait été presque effacé (et d’une façon expéditive, sans concertations bon enfant et sans aucun embarras).

Est-ce pour cela, peut-être, que le secrétaire des Ds (le parti social-démocrate issu du Pci, Ndt) arrive à dire, entre un soupir et un désir, que cela serait un rêve d’arriver à faire en Italie aussi les "réformes" que Tony Blair a fait en Grande Bretagne ? Un rêve bipartisan, pour le dire schématiquement, auquel au fond de leur cœur les Ds ne renoncent pas : devenir une gauche de gouvernement qui d’abord obtient du peuple italien un mandat dense d’espérances de changement et reçoit ensuite plein d’éloges d’Angelo Panebianco, Ezio Mauro et Marcello Sorgi (les directeurs respectifs de Il Corriere della Sera, La Repubblica et La Stampa, les trois plus importants quotidiens italiens, NdT). Ce n’est pas un rêve, c’est un cauchemar.

http://www.liberazione.it/giornale/...


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite