Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
de : Luis
jeudi 10 mars 2016 - 09h46 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

A partir des chiffres de manifestants du 9 mars, le gouvernement a déclaré avec morgue ne pas avoir vu un ras de marée... et il essaie de se rassurer ainsi. Pourtant, il aurait bien des raisons de s’inquiéter au delà de l’imaginable ; en effet, la dimension du 9 mars se situe bien au delà des 500 000 manifestants.

L’apparent calme qui régnait en France en surface ces dernières années malgré les attaques incessantes du gouvernement contre les salariés et la jeunesse, reposait en fait sur une instabilité du plancher océanique social du pays qu’on pouvait mesurer jusque là par de très nombreuses luttes qui traversaient le pays depuis des mois et des mois. Mais ces luttes restaient peu visibles et n’avaient guère d’effet en surface, au niveau politique ou médiatique, parce qu’elles étaient émiettées, dispersées. Le beau monde pouvait les nier, les ignorer ou les mépriser. Ce vaste mouvement souterrain restait invisible et silencieux.

Cela permettait au gouvernement de croire qu’il pouvait aller toujours plus loin dans les attaques sociales. Au point de dépasser les bornes... Or, ce que la secousse du 9 mars annonce et prépare, c’est la remontée tellurique de ces mouvements invisibles mais gigantesques de la colère sociale ; le 9 mars est la première expression de cette lame de fond souterraine. Ce n’est certes encore qu’une secousse modeste mais de celles qui se répètent et précèdent les plus grands des raz de marée : 9 mars, 10 mars, 12 mars, 17 mars, 22 mars, 23 mars, 31 mars, autant de dates jusqu’alors de mobilisations syndicales dispersées, autant cependant à partir du 9 mars de secousses à venir, autant de dates cumulatives de la même construction d’un rapport de force général... sans compter celles qui se rajouteront, car partout, les initiatives commencent à foisonner.

500 000 ce n’est déjà pas rien, mais c’est considérable quand il ne s’agit pas tant d’une manifestation des appareils syndicaux mais surtout d’une manifestation initiée par la jeunesse et la base syndicale. Les confédérations syndicales sous la pression de leur propre base n’ont fait en effet que suivre l’initiative des organisations de jeunesse et des réseaux sociaux comme l’envie de leurs propres militants.

C’est considérable, car dans un tel mouvement, il n’y a pas de frein, pas de barrière d’appareil entre les manifestants et les aspirations populaires les plus profondes et les plus diverses, ce qui annonce la possibilité et la probabilité des plus grands déferlements et des plus grands bouleversements.

Or ce caractère inédit se lisait dans de très nombreuses manifestations. Derrière l’unité syndicale de façade, on voyait que la plupart des manifestants n’étaient pas sous le contrôle des appareils. C’était un joyeux désordre qui mêlait étudiants, salariés, chômeurs, lycéens, syndicalistes, militants, tous unis, tous ensemble et heureux de l’être ; un mouvement dynamique et clairement, radicalement contre le capital, la finance et son pantin le gouvernement. On mêle dans les manifestations toutes les obédiences et on ne s’y promène pas silencieusement ; au contraire, on veut crier sa joie, sa haine, ses espoirs, on s’arrache les tracts, on veut savoir, on veut prendre son destin en main. La loi Khomri a été le déclencheur, elle était à juste titre au centre des manifestations et doit le rester, conspuée bien sûr, un drapeau commun à tous mais elle n’était aussi que l’unificateur d’infiniment plus, un sous-jacent d’années et d’années de recul, de mépris et de souffrances... qui ne demanderait qu’une mobilisation un peu supérieure pour faire entendre explicitement sa multiplicité explosive.

Bien sûr, le 9 mars était encore hésitant, non structuré, vérifiant et testant seulement sa force. Les manifestations commençaient timidement, puis prenaient confiance et finissaient en ne voulant plus se séparer, comme si elles cherchaient déjà une suite qui ne savait pas encore se dire. Après tant et tant d’années à subir, après tant de défaites, les manifestants se découvraient, se cherchaient, vérifiaient qu’il y avait du monde et que ce monde était bien sur la même longueur d’onde radicale, déterminé à aller beaucoup plus loin. Et de cette vérification, après des années de démoralisation, les militants et manifestants en sortaient regonflés. Les lendemains immédiats du 9 mars seront chez des dizaines de milliers de manifestants qui y ont participé, l’envie de prendre en main ce mouvement naissant pour qu’il ne leur échappe pas.

La réflexion, la discussion, l’organisation, la structuration seront à l’ordre du jour avec des AG étudiantes, lycéennes, des coordinations locales, régionales, interprofessionnelles... et la définition des objectifs pour une suite encore plus forte ; déjà, chez les lycéens et étudiants la date de prochaine étape de la mobilisation est annoncée : le 17 mars. Bien avant le 31 mars des confédérations syndicales qui dans le cadre de ce mouvement naissant paraît si lointain, trop lointain.

Alors une nouvelle fois – et encore plus puissamment - les jeunes accélèrent le calendrier, bousculent les appareils et vont les obliger à suivre. Encore mieux préparé et par beaucoup plus nombreux, le 17 mars sera en effet infiniment plus puissant chez les jeunes que le 9 mars. Et par là - mais aussi parce que de nombreux militants ouvriers vont aller dans les AG étudiantes et inversement là où c’est possible- il va prendre un caractère d’autant plus entraînant sur la masse des militants syndicalistes, qui n’en peuvent plus des atermoiements de leurs directions face à la brutalité gouvernementale.

Le 9 mars, même si ce n’était déjà plus ça, les militants syndicalistes pouvaient encore se dire dans un coin de leur tête seulement « solidaires » des étudiants comme l’affichaient leurs directions en expliquant que la vraie mobilisation serait la leur, celle du 31 mars. Mais après le 9 mars, c’est une autre direction au mouvement général, une autre autorité politique qui se construit. Ce qui joue aussi dans ce sens, et ce n’est pas une des moindres différence avec les mobilisations étudiantes passées, est que la moitié des étudiants font des petits boulots.

C’est pour ça qu’ils savent très bien ce que veut dire la loi travail et que le baratin gouvernemental ne peut pas les toucher. Mais c’est pour ça, aussi, que la tonalité générale des manifestations était profondément sociale. Il était perceptible aussi que dans les manifestations, il n’y avait pas que des jeunes étudiants mais aussi une partie de la jeunesse ouvrière, intérimaires, précaires, stagiaires... les plus exploités aujourd’hui du monde du travail. Les deux jeunesses qui n’ont jamais été aussi proches ont d’ailleurs dit ensemble, en long et en large, sur #onveutmieuxqueça ce qu’est l’exploitation des jeunes aujourd’hui et la société de l’horreur économique que les patrons veulent pour tous demain.

Les jeunes ouvriers, déjà bien présents le 9 mars, et qui sont sont aussi ceux qu’on a vu dans les luttes des intermittents, mais qu’on voit encore dans de nombreuses luttes actuelles, à la Poste, dans les hôpitaux, le périscolaire, de petites entreprises jusqu’aux remontées mécaniques des stations de ski et bien ailleurs comme parfois dans les ZAD, seront aussi encore plus nombreux le 17 mars. Ce sont eux qui avaient fait le lien entre étudiants et ouvriers en mai 1968. Sauront-ils s’organiser ? Ce n’est pas simple mais il est sûr que l’entraînement des salariés aînés passera aussi par là, encore plus que par le passé.

D’autant que les comités Goodyear, devenus de fait « comités de défense ouvriers » par la multiplication des cas de répression syndicale pourraient bien devenir rapidement s’ils le veulent, entraînés par la mouvement en cours, mais le structurant en partie à leur tour, des « Comités d’auto-défense sociale », et par là se multiplier partout, associant dans les mêmes structures, ouvriers, étudiants, lycéens, chômeurs et, pourquoi pas, paysans dans la diversité de leurs revendications et l’unité de leur combat commun.

Car ce qui était frappant dans la lutte encore toute fraîche des agriculteurs, c’est que même si les patrons de la FNSEA étaient bien souvent à la manœuvre, ses objectifs n’étaient pas ceux des paysans en lutte. A la baisse des charges demandée par les premiers, les seconds répondaient par une baisse des bénéfices – colossaux – des sociétés capitalistes de distribution, les hypermarchés, pour tout à la fois une hausse de leurs revenus et une baisse des prix de vente aux consommateurs. Et ce n’était pas que le blocage des routes qu’organisaient les agriculteurs pour cela, mais aussi et surtout le contrôle des prix et des bénéfices des grandes surfaces. Contrôle qui pourrait donner des idées au monde ouvrier... tout comme la détermination, la radicalité et les revendications des écologistes de Notre Dame Des Landes. Bien sûr, tout cela n’est pour le moment encore qu’anticipation... mais voilà à quoi ouvre la dynamique du 9 mars dans la situation actuelle : une unification sociale de toutes les colères, tous les combats et, de là, une unification politique .

En se structurant, en étant encore plus nombreuse dans la rue le 17 mars, la jeunesse va faire plus qu’entraîner les militants syndicalistes de base ; elle va apparaître aux yeux d’un nombre de salariés de plus en plus important, de paysans, d’écologistes... comme une force non seulement capable de se lever contre le gouvernement mais, peut-être, capable de le faire reculer sérieusement. Ainsi, en même temps que la jeunesse peut apparaître comme une direction de rechange aux organisations syndicales, il peut se lever un formidable espoir chez une foule d’exploités et d’opprimés. Des vannes peuvent s’ouvrir : les milles et milles luttes qui se perdent dans leur émiettement et les millions de colères rentrées qui n’arrivent pas à s’exprimer, peuvent tout d’un coup être fédérées en un seul mouvement par cet espoir, un raz de marée bien au delà de ce qu’a été le mouvement du CPE, à la dimension immense des multiples et profonds reculs, injustices et souffrances que le gouvernement et le patronat font subir aux plus pauvres depuis des années et des années.

En même temps que la crise sociale, c’est une crise politique qui s’ouvre et qui peut mener non seulement à l’éclatement du PS déjà mal en point mais aussi à la remise en cause du gouvernement et de toutes les politiques racistes et guerrières de l’impérialisme français, comme du poids du FN sur la société française depuis 30 ans. Une page peut et doit se tourner.

Voilà ce qu’annonce et prépare le 9 mars : le moment où des millions d’hommes et de femmes vont pouvoir discuter de la société qu’ils veulent et prendre leur sort en main.

Le gouvernement français, mais aussi ceux d’Europe, ont de quoi s’inquiéter.

Jacques Chastaing

Source : Anti-K.org



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
10 mars 2016 - 15h12 - Posté par jepelia

Faisons plus...
une manif le weekend ou tout le monde concerné pourrait participer !



9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
10 mars 2016 - 18h32 - Posté par JO

Le pouvoir s’apprête à recevoir les Organisations de Jeunesse ou seulement étudiantes ? Le Mouvement de la Jeunesse Socialiste s’était joint aux MANIFS. C’est le moins qu’il pourrait faire ? Signe du succès ce pouvoir cherche d’abord "à noyer le poisson"Avec certaines ORG. collabos ! Mais ce succès déjà le fait reculer, c’est un gage aussi à tout faire pour gagner le retrait de cette loi scélérate que le pouvoir prétend remodeler et non supprimer !


9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
11 mars 2016 - 09h18

Le gouvernement en cassant le Code du travail prépare les salariés et demandeurs d’emplois à l’asservissement dans le cadre du TAFTA.
Les entreprises américaines (des USA plus exactement) pourront s’implanter plus facilement en France et utiliser les petits français, les petites françaises comme ils le souhaiteront...
Ce ne sera pas le chômage qui baissera mais le nombre de petites et moyennes entreprises françaises et avec elles encore plus de licenciements.
Facilités par des traîtres aux intérêts des travailleurs, aux intérêts des citoyens et citoyennes.
Il n’y a plus qu’une alternative : la démission de tous ces traîtres.
Nos anciens ne doivent pas s’être battus pour en arriver là.
Honte à ceux qui entraînent notre pays à une faillite programmée.



9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
11 mars 2016 - 12h38 - Posté par tony

Tout à fait d’accord avec toi.

Et n’ayons pas peur des mots, il s’agit d’une lutte et d’une guerre, avec à la clé encore plus de vies brisées, de maladies, de morts par épuisement, de souffrance dans notre camps, si la loi devait passer ...

Puisque le temps est à la guerre, j’espère qu’on sera nombreux à s’organiser en conséquence.
Blocage économique de grande ampleur. Comité de lutte inter-pro etc...

La bourgeoisie (avec l’aide du PCF hélas, il ne faut pas s’en cacher) a été bien inspiré de désarmer le pays et d’enlever les fusils après la guerre... Imaginons-nous 500 000 comme le 9 Mars, fusil à la main, pas certain que les éditorialistes de BFM et Itélé, nous auraient gratifié du même sourire mesquin au lendemain de la manif...





Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
1 commentaire
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
5 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. Gandhi
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite