Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique


de : Luis
jeudi 10 mars 2016 - 09h46 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

A partir des chiffres de manifestants du 9 mars, le gouvernement a déclaré avec morgue ne pas avoir vu un ras de marée... et il essaie de se rassurer ainsi. Pourtant, il aurait bien des raisons de s’inquiéter au delà de l’imaginable ; en effet, la dimension du 9 mars se situe bien au delà des 500 000 manifestants.

L’apparent calme qui régnait en France en surface ces dernières années malgré les attaques incessantes du gouvernement contre les salariés et la jeunesse, reposait en fait sur une instabilité du plancher océanique social du pays qu’on pouvait mesurer jusque là par de très nombreuses luttes qui traversaient le pays depuis des mois et des mois. Mais ces luttes restaient peu visibles et n’avaient guère d’effet en surface, au niveau politique ou médiatique, parce qu’elles étaient émiettées, dispersées. Le beau monde pouvait les nier, les ignorer ou les mépriser. Ce vaste mouvement souterrain restait invisible et silencieux.

Cela permettait au gouvernement de croire qu’il pouvait aller toujours plus loin dans les attaques sociales. Au point de dépasser les bornes... Or, ce que la secousse du 9 mars annonce et prépare, c’est la remontée tellurique de ces mouvements invisibles mais gigantesques de la colère sociale ; le 9 mars est la première expression de cette lame de fond souterraine. Ce n’est certes encore qu’une secousse modeste mais de celles qui se répètent et précèdent les plus grands des raz de marée : 9 mars, 10 mars, 12 mars, 17 mars, 22 mars, 23 mars, 31 mars, autant de dates jusqu’alors de mobilisations syndicales dispersées, autant cependant à partir du 9 mars de secousses à venir, autant de dates cumulatives de la même construction d’un rapport de force général... sans compter celles qui se rajouteront, car partout, les initiatives commencent à foisonner.

500 000 ce n’est déjà pas rien, mais c’est considérable quand il ne s’agit pas tant d’une manifestation des appareils syndicaux mais surtout d’une manifestation initiée par la jeunesse et la base syndicale. Les confédérations syndicales sous la pression de leur propre base n’ont fait en effet que suivre l’initiative des organisations de jeunesse et des réseaux sociaux comme l’envie de leurs propres militants.

C’est considérable, car dans un tel mouvement, il n’y a pas de frein, pas de barrière d’appareil entre les manifestants et les aspirations populaires les plus profondes et les plus diverses, ce qui annonce la possibilité et la probabilité des plus grands déferlements et des plus grands bouleversements.

Or ce caractère inédit se lisait dans de très nombreuses manifestations. Derrière l’unité syndicale de façade, on voyait que la plupart des manifestants n’étaient pas sous le contrôle des appareils. C’était un joyeux désordre qui mêlait étudiants, salariés, chômeurs, lycéens, syndicalistes, militants, tous unis, tous ensemble et heureux de l’être ; un mouvement dynamique et clairement, radicalement contre le capital, la finance et son pantin le gouvernement. On mêle dans les manifestations toutes les obédiences et on ne s’y promène pas silencieusement ; au contraire, on veut crier sa joie, sa haine, ses espoirs, on s’arrache les tracts, on veut savoir, on veut prendre son destin en main. La loi Khomri a été le déclencheur, elle était à juste titre au centre des manifestations et doit le rester, conspuée bien sûr, un drapeau commun à tous mais elle n’était aussi que l’unificateur d’infiniment plus, un sous-jacent d’années et d’années de recul, de mépris et de souffrances... qui ne demanderait qu’une mobilisation un peu supérieure pour faire entendre explicitement sa multiplicité explosive.

Bien sûr, le 9 mars était encore hésitant, non structuré, vérifiant et testant seulement sa force. Les manifestations commençaient timidement, puis prenaient confiance et finissaient en ne voulant plus se séparer, comme si elles cherchaient déjà une suite qui ne savait pas encore se dire. Après tant et tant d’années à subir, après tant de défaites, les manifestants se découvraient, se cherchaient, vérifiaient qu’il y avait du monde et que ce monde était bien sur la même longueur d’onde radicale, déterminé à aller beaucoup plus loin. Et de cette vérification, après des années de démoralisation, les militants et manifestants en sortaient regonflés. Les lendemains immédiats du 9 mars seront chez des dizaines de milliers de manifestants qui y ont participé, l’envie de prendre en main ce mouvement naissant pour qu’il ne leur échappe pas.

La réflexion, la discussion, l’organisation, la structuration seront à l’ordre du jour avec des AG étudiantes, lycéennes, des coordinations locales, régionales, interprofessionnelles... et la définition des objectifs pour une suite encore plus forte ; déjà, chez les lycéens et étudiants la date de prochaine étape de la mobilisation est annoncée : le 17 mars. Bien avant le 31 mars des confédérations syndicales qui dans le cadre de ce mouvement naissant paraît si lointain, trop lointain.

Alors une nouvelle fois – et encore plus puissamment - les jeunes accélèrent le calendrier, bousculent les appareils et vont les obliger à suivre. Encore mieux préparé et par beaucoup plus nombreux, le 17 mars sera en effet infiniment plus puissant chez les jeunes que le 9 mars. Et par là - mais aussi parce que de nombreux militants ouvriers vont aller dans les AG étudiantes et inversement là où c’est possible- il va prendre un caractère d’autant plus entraînant sur la masse des militants syndicalistes, qui n’en peuvent plus des atermoiements de leurs directions face à la brutalité gouvernementale.

Le 9 mars, même si ce n’était déjà plus ça, les militants syndicalistes pouvaient encore se dire dans un coin de leur tête seulement « solidaires » des étudiants comme l’affichaient leurs directions en expliquant que la vraie mobilisation serait la leur, celle du 31 mars. Mais après le 9 mars, c’est une autre direction au mouvement général, une autre autorité politique qui se construit. Ce qui joue aussi dans ce sens, et ce n’est pas une des moindres différence avec les mobilisations étudiantes passées, est que la moitié des étudiants font des petits boulots.

C’est pour ça qu’ils savent très bien ce que veut dire la loi travail et que le baratin gouvernemental ne peut pas les toucher. Mais c’est pour ça, aussi, que la tonalité générale des manifestations était profondément sociale. Il était perceptible aussi que dans les manifestations, il n’y avait pas que des jeunes étudiants mais aussi une partie de la jeunesse ouvrière, intérimaires, précaires, stagiaires... les plus exploités aujourd’hui du monde du travail. Les deux jeunesses qui n’ont jamais été aussi proches ont d’ailleurs dit ensemble, en long et en large, sur #onveutmieuxqueça ce qu’est l’exploitation des jeunes aujourd’hui et la société de l’horreur économique que les patrons veulent pour tous demain.

Les jeunes ouvriers, déjà bien présents le 9 mars, et qui sont sont aussi ceux qu’on a vu dans les luttes des intermittents, mais qu’on voit encore dans de nombreuses luttes actuelles, à la Poste, dans les hôpitaux, le périscolaire, de petites entreprises jusqu’aux remontées mécaniques des stations de ski et bien ailleurs comme parfois dans les ZAD, seront aussi encore plus nombreux le 17 mars. Ce sont eux qui avaient fait le lien entre étudiants et ouvriers en mai 1968. Sauront-ils s’organiser ? Ce n’est pas simple mais il est sûr que l’entraînement des salariés aînés passera aussi par là, encore plus que par le passé.

D’autant que les comités Goodyear, devenus de fait « comités de défense ouvriers » par la multiplication des cas de répression syndicale pourraient bien devenir rapidement s’ils le veulent, entraînés par la mouvement en cours, mais le structurant en partie à leur tour, des « Comités d’auto-défense sociale », et par là se multiplier partout, associant dans les mêmes structures, ouvriers, étudiants, lycéens, chômeurs et, pourquoi pas, paysans dans la diversité de leurs revendications et l’unité de leur combat commun.

Car ce qui était frappant dans la lutte encore toute fraîche des agriculteurs, c’est que même si les patrons de la FNSEA étaient bien souvent à la manœuvre, ses objectifs n’étaient pas ceux des paysans en lutte. A la baisse des charges demandée par les premiers, les seconds répondaient par une baisse des bénéfices – colossaux – des sociétés capitalistes de distribution, les hypermarchés, pour tout à la fois une hausse de leurs revenus et une baisse des prix de vente aux consommateurs. Et ce n’était pas que le blocage des routes qu’organisaient les agriculteurs pour cela, mais aussi et surtout le contrôle des prix et des bénéfices des grandes surfaces. Contrôle qui pourrait donner des idées au monde ouvrier... tout comme la détermination, la radicalité et les revendications des écologistes de Notre Dame Des Landes. Bien sûr, tout cela n’est pour le moment encore qu’anticipation... mais voilà à quoi ouvre la dynamique du 9 mars dans la situation actuelle : une unification sociale de toutes les colères, tous les combats et, de là, une unification politique .

En se structurant, en étant encore plus nombreuse dans la rue le 17 mars, la jeunesse va faire plus qu’entraîner les militants syndicalistes de base ; elle va apparaître aux yeux d’un nombre de salariés de plus en plus important, de paysans, d’écologistes... comme une force non seulement capable de se lever contre le gouvernement mais, peut-être, capable de le faire reculer sérieusement. Ainsi, en même temps que la jeunesse peut apparaître comme une direction de rechange aux organisations syndicales, il peut se lever un formidable espoir chez une foule d’exploités et d’opprimés. Des vannes peuvent s’ouvrir : les milles et milles luttes qui se perdent dans leur émiettement et les millions de colères rentrées qui n’arrivent pas à s’exprimer, peuvent tout d’un coup être fédérées en un seul mouvement par cet espoir, un raz de marée bien au delà de ce qu’a été le mouvement du CPE, à la dimension immense des multiples et profonds reculs, injustices et souffrances que le gouvernement et le patronat font subir aux plus pauvres depuis des années et des années.

En même temps que la crise sociale, c’est une crise politique qui s’ouvre et qui peut mener non seulement à l’éclatement du PS déjà mal en point mais aussi à la remise en cause du gouvernement et de toutes les politiques racistes et guerrières de l’impérialisme français, comme du poids du FN sur la société française depuis 30 ans. Une page peut et doit se tourner.

Voilà ce qu’annonce et prépare le 9 mars : le moment où des millions d’hommes et de femmes vont pouvoir discuter de la société qu’ils veulent et prendre leur sort en main.

Le gouvernement français, mais aussi ceux d’Europe, ont de quoi s’inquiéter.

Jacques Chastaing

Source : Anti-K.org



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
10 mars 2016 - 15h12 - Posté par jepelia

Faisons plus...
une manif le weekend ou tout le monde concerné pourrait participer !



9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
10 mars 2016 - 18h32 - Posté par JO

Le pouvoir s’apprête à recevoir les Organisations de Jeunesse ou seulement étudiantes ? Le Mouvement de la Jeunesse Socialiste s’était joint aux MANIFS. C’est le moins qu’il pourrait faire ? Signe du succès ce pouvoir cherche d’abord "à noyer le poisson"Avec certaines ORG. collabos ! Mais ce succès déjà le fait reculer, c’est un gage aussi à tout faire pour gagner le retrait de cette loi scélérate que le pouvoir prétend remodeler et non supprimer !


9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
11 mars 2016 - 09h18

Le gouvernement en cassant le Code du travail prépare les salariés et demandeurs d’emplois à l’asservissement dans le cadre du TAFTA.
Les entreprises américaines (des USA plus exactement) pourront s’implanter plus facilement en France et utiliser les petits français, les petites françaises comme ils le souhaiteront...
Ce ne sera pas le chômage qui baissera mais le nombre de petites et moyennes entreprises françaises et avec elles encore plus de licenciements.
Facilités par des traîtres aux intérêts des travailleurs, aux intérêts des citoyens et citoyennes.
Il n’y a plus qu’une alternative : la démission de tous ces traîtres.
Nos anciens ne doivent pas s’être battus pour en arriver là.
Honte à ceux qui entraînent notre pays à une faillite programmée.



9 MARS : une journée réussie qui annonce et prépare un tsunami social et politique
11 mars 2016 - 12h38 - Posté par tony

Tout à fait d’accord avec toi.

Et n’ayons pas peur des mots, il s’agit d’une lutte et d’une guerre, avec à la clé encore plus de vies brisées, de maladies, de morts par épuisement, de souffrance dans notre camps, si la loi devait passer ...

Puisque le temps est à la guerre, j’espère qu’on sera nombreux à s’organiser en conséquence.
Blocage économique de grande ampleur. Comité de lutte inter-pro etc...

La bourgeoisie (avec l’aide du PCF hélas, il ne faut pas s’en cacher) a été bien inspiré de désarmer le pays et d’enlever les fusils après la guerre... Imaginons-nous 500 000 comme le 9 Mars, fusil à la main, pas certain que les éditorialistes de BFM et Itélé, nous auraient gratifié du même sourire mesquin au lendemain de la manif...





Pierre Perret à 85 ans, au meilleur de sa forme, nous chante "les cons finis" (vidéo et paroles)
dimanche 12 - 15h07
de : nazairien
VENEZUELA : le Parlement Européen dans les bottes de l’impérialisme.
dimanche 12 - 14h44
de : joclaude
Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
4 commentaires
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
1 commentaire
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
2 commentaires
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
3 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
2 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen
IRAK : M.Macron ne nous l’expliquera pas : NOUS SOMMES EN GUERRE !
mardi 30 - 17h51
de : joclaude
« Ségur de la santé » : les soignants maintiennent la pression
mardi 30 - 17h43

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite