Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Et maintenant, il faut que les facs bougent !
de : Jean-Luc Mélenchon
mercredi 11 octobre 2017 - 11h32 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 304 ko
À présent, les universités ont fait leur rentrée. Les étudiants et les jeunes enseignants peuvent constater les progrès de la clochardisation de leur situation. Pourtant l’université a longtemps été un fleuron de l’État républicain dans sa mission d’élévation du niveau d’instruction et de qualification du pays. La situation présente est insupportable. À la « France insoumise », nous avons appelé ouvertement la communauté universitaire à se mobiliser sur la journée d’action intersyndicale du 10 octobre. D’une façon plus générale nous serions heureux si la jeunesse des facs entrait en mouvement. Et surtout les jeunes étudiants et jeunes enseignants, frappés de plein fouet par l’asphyxie croissante de l’université. Peut-être est-ce leur dernière chance de peser sur leur sort dans le cadre d’une action générale du mouvement social. En tous cas, nous y consacrons donc des moyens. Nous voulons rendre visible la situation. C’est pourquoi le 4 octobre, la députée insoumise Sabine Rubin a posé une « question d’actualité » à la ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche sur la situation d’urgence à l’université.

L’été et la rentrée 2017 ont été marqués, en effet, par un niveau de pagaille et de pénurie rarement observés. À la mi-juillet, 87000 bacheliers étaient toujours sans affectation. Incroyable ! Au 1er septembre, ils étaient toujours plusieurs milliers sans point d’atterrissage. Évidemment, la comptabilité n’enregistre pas tous ceux qui ont finalement choisi d’abandonner ou de reporter leur projet d’études. La rentrée commencée, les conditions d’accueil des étudiants n’étaient toujours pas réunies dans de nombreux établissements. Ainsi, à Lille, la rentrée fut reportée dans le département de sciences politiques faute de professeurs en nombre suffisant. À Rouen, c’est l’insuffisance de locaux en bon état qui empêcha la rentrée étudiante de se dérouler aux dates prévues. À Besançon, les 600 étudiants d’une filière ont découvert qu’ils devaient se partager un amphithéâtre d’une capacité de 120 places. De son côté, la fac de Strasbourg a expérimenté, faute de place, les cours dans la rue. Des cas comme ceux-ci se sont produits dans toute la France. Face à une telle urgence, nous avons proposé de lancer une mission flash sur l’université française et les moyens dont elle dispose pour accueillir dignement les étudiants. Cette demande a été refusée par la majorité « La République en Marche ». Ils n’ont fait aucune contre-proposition. La situation leur paraît acceptable. Pourquoi ? Parce que sur la ruine et l’auto-blocage de l’université publique se développe la marchandisation du savoir. Faisons un tour d’horizon pour le comprendre.

Dans sa réponse à l’interpellation des insoumis, la ministre a pris la pose. D’après elle, sous les applaudissements des députés « En Marche » qui n’ont rien vérifié, le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche serait augmenté de 700 millions d’euros en 2018. C’est à la fois faux et insuffisant. Faux car elle compare avec le projet de loi de finances pour 2017 tel que présenté par le gouvernement Hollande. Mais si on compare avec la loi de finances votée effectivement par le Parlement, la hausse n’est plus que de 400 millions d’euros. Sur cette, somme, 200 millions sont affectés à l’enseignement. Que vaut ce chiffre par lui-même ? Rien. C’est la situation à laquelle il s’applique qui fait la vérité. On voit vite alors combien c’est insuffisant pour couvrir les besoins nouveaux créés par la hausse du nombre d’étudiants. Ce n’est pas un détail. On compte 153 000 étudiants de plus depuis 2010. 45 000 supplémentaires sont attendus pour la seule rentrée 2018 et 200 000 à l’horizon 2024. Cette augmentation est une conséquence (heureuse) de la forte natalité du début des années 2000. Et seulement de cela. Car (hélas) la proportion d’une classe d’âge qui accède à l’université a plutôt tendance à stagner ces dernières années. Depuis la publication du projet de budget du gouvernement, on sait donc que l’année 2018 sera la septième année consécutive où la dépense publique par étudiant baissera.

Cette asphyxie budgétaire des universités intervient depuis 2009 dans le cadre de « l’autonomie » des universités. « L’autonomie » la grande revendication des années 90, le paradis des notables et mandarins cherchant à se soustraire à tout contrôle et toute obligation d’intérêt général. Les mandarins qui ont voté la loi Sarkozy sur le sujet ne cachaient pas leur enthousiasme. Ils n’ont vu que du feu dans les détails qui s’apprêtaient à les transformer en liquidateurs de l’université publique. Pour beaucoup, sans doute, ce n’était déjà plus le sujet. Ils se voyaient plutôt déjà gérant « comme une entreprise » leur petits royaumes, et confectionnant des grilles de salaires aux petits oignons avec les collègues les plus anciens dans le grade le plus élevé sur le dos des jeunes collègues. Ce qui fut fait et les remplit d’abord d’autosatisfaction. Leur orgueil leur cacha les dures réalités pourtant inscrites en toutes lettres dans la loi. C’est-à-dire que la gestion de la masse salariale et des bâtiments serait entièrement à leur charge. Les naïfs et les cupides n’avaient aucune idée de ce que cela signifierait. Ces deux éléments ont pourtant conduit directement à la situation actuelle.

Depuis 2009, chaque année, un nombre important d’universités se retrouvent en déficit : 20 en 2014, 9 en 2015, 14 en 2016. Lorsque cela arrive, elles sont obligées d’appliquer des plans drastiques de réductions de leurs coûts. Il s’ensuit une pagaille et une frustration généralisée. Tout part vite à vau-l’eau : gels des postes, non remplacement des départs à la retraite, report des travaux d’entretien des bâtiments. C’est ainsi que les universités françaises comptent aujourd’hui 10 000 enseignants de moins qu’en 2010. Nombreuses sont celles qui abandonnent tout simplement certaines filières, certains diplômes. De la sorte, l’équivalent de 20 000 heures de cours ont été perdues. Sans compter, pour les étudiants, l’obligation de partir étudier loin de chez eux pour pouvoir suivre les cours de ces licences. Ce qui les envoie dans les grandes villes où les loyers sont les plus chers.

Ces tours de vis budgétaires ont également pour résultat une grande précarité dans le personnel des universités. Seule la moitié de ceux qui y travaillent sont des fonctionnaires titulaires. Le reste se partage entre contractuels et vacataires. Cela implique une grande instabilité pour eux, on le devine. Et il n’y a pas besoin d’être grand connaisseur du cœur humain pour comprendre pourquoi cela produit aussi une dégradation des conditions d’enseignement pour les étudiants. Ainsi, le statut des doctorants embauchés comme professeurs contractuels influent sur la qualité de leurs cours ! Ils sont payés entre 750 et 1000 euros par mois. La honte quand on connaît le montant de la paye de tant de parasites ! Et pour ce prix ils n’ont aucune vision sur les cours qui leur seront confiés d’une année sur l’autre.

Face à cette dégradation du service public, les solutions libérales s’imposent progressivement : sélection, reculs de la gratuité, progression du secteur privé. Depuis 2016, la sélection à l’entrée en master est devenue légale. Immédiatement, 85% des masters sont devenus sélectifs. Des étudiants sont par conséquent sans affectation, contraints de renoncer à la poursuite de leurs études. D’autres ont été relégués sur liste d’attente. Et cela si longtemps qu’ils n’ont appris leur affectation qu’une semaine avant la rentrée. Quant aux frais d’inscriptions, si leur niveau bas reste officiellement la règle, de plus en plus d’établissements cherchent à la contourner. Par exemple, l’université Paris Dauphine a créé une offre de master estampillés « diplômes d’établissements » différents des diplômes d’État pour lesquels il peut en couter jusqu’à 4000 euros par an. Enfin, les établissements d’enseignement supérieurs privés, universités privées, écoles de commerce ou d’ingénieurs sont en pleine croissance. Leurs effectifs augmentent depuis 2010 deux fois plus vite que ceux des universités publiques. Là, pas de limite au prix des études. La bataille pour la marchandisation du savoir est donc en passe d’être gagnée par les amis du fric. Qui ne sont évidemment pas les mêmes que ceux de l’intelligence et de la démocratisation de l’instruction.



Imprimer cet article





Quand Charlie-Hebdo déconne.
jeudi 19 - 18h05
de : L’iena rabbioso
VIE ET MORT DU CHE / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 19 - 10h07
de : Hdm
Ibiza, Bali ou Les Maldives ? Et toi où pars-tu avec ton chômage ?
jeudi 19 - 09h16
1 commentaire
EMILIANO ZAPATA
jeudi 19 - 08h13
de : Ernest London
Le franco-gabonais Jann Halexander en concert ’A vous dirais-je’ au Gouvernail 3 et 4 novembre 2017
mercredi 18 - 20h35
de : Bruno
Pétrograd rouge
mercredi 18 - 19h06
de : Bernard
CAMPAGNE BDS FRANCE
mercredi 18 - 09h16
de : jean 1
Le psy
mercredi 18 - 02h27
de : Caarland
Spectacle ’CLAIR DE LUNE’ 3/02/2018 au Café de la Danse, avec Tita Nzebi
mercredi 18 - 01h17
de : Bruno
LA BATAILLE DE PARIS - 17 octobre 1961
mardi 17 - 22h13
de : Ernest London
MACRON, Le « PETIT TELEGRAPHISTE » ET FIER DE L’ETRE, de FRAU MERKEL
mardi 17 - 10h11
de : Floreal
Lettre ouverte d’un apprenti au Président de la République
mardi 17 - 09h02
de : Un apprenti
2 commentaires
Communiqué conjoint des syndicats de l’éducation CGT, CNT et Sud sur les arrestations et les humiliations subies par deu
mardi 17 - 07h38
de : jean 1
Interview d’Eric Beynel (Solidaires) : « Nous sommes dans la construction d’un appel unitaire en novembre. »
lundi 16 - 18h37
1 commentaire
Manifestation des victimes de l’amiante
lundi 16 - 15h38
de : blanval
NOUS NE FERONS PAS MARCHE ARRIÈRE - Lutte contre la frontière franco-italienne à Vintimille
lundi 16 - 11h46
de : Ernest London
Socialisons l’espace économique !
dimanche 15 - 22h19
de : LE BRIS RENE
Soutenons le combat de Georges Abdallah !
dimanche 15 - 21h33
de : [Tien/1] Bagnolet
Retour vers le passé
dimanche 15 - 11h21
de : Irae
CGT : syndicat nucléaire.
samedi 14 - 23h29
de : L’iena rabbioso
5 commentaires
Objet de luxe 1 santé zéro
samedi 14 - 12h22
de : Irae
1 commentaire
LES PRÉDATEURS DU BÉTON : Enquête sur la multinationale Vinci
samedi 14 - 07h11
de : Ernest London
Ordonnances Macron Mobilisons nous le 19 octobre !!
vendredi 13 - 12h47
de : La CGT
2 commentaires
Ne jamais lâcher le fil de l’eau
vendredi 13 - 11h18
de : Jean-Luc Mélenchon
Pourquoi le drapeau européen est-il bleu avec 12 étoiles dorées en cercle ?
vendredi 13 - 11h13
de : Philippe Vandel
3 commentaires
Conflit d’intérêts : cette décision de la ministre Agnès Buzyn qui a bien fait les affaires de son mari
vendredi 13 - 11h09
de : Étienne Girard
Pétition : Procès en appel de Frédéric (4 mois ferme en 1ère instance)
vendredi 13 - 10h44
Le Média appartiendra à ses « socios »… c’est-à-dire nous !
vendredi 13 - 01h45
de : Pierrick Tillet
2 commentaires
Les médicaments génériques, c’est de la merde. Preuve par le lévothyrox
vendredi 13 - 00h47
de : André
Encore un suicide d’un camarade Goodyear, le 16ème... FAUT QUE CELA CESSE .....
jeudi 12 - 23h40
de : Mickael Wamen
4 commentaires
François Fillon placé sous le statut de témoin assisté pour "escroquerie aggravée" dans le PenelopeGate
jeudi 12 - 22h16
VIDÉO - Cattenom : des militants de Greenpeace ont pénétré tôt ce matin dans l’enceinte de la centrale nucléaire
jeudi 12 - 22h07
de : Thomas Jeangeorge
1 commentaire
Radio Palestina Libération RPL, l’actualité de la question palestinienne
jeudi 12 - 19h44
de : Palestine Solidarite
La torture est de retour en Turquie
jeudi 12 - 18h54
"Abruti" : Trump choque son administration en voulant décupler les têtes nucléaires
jeudi 12 - 17h12
Un peu de respect, bordel de merde !
jeudi 12 - 15h04
de : Jean ORTIZ
Définissez objet de luxe vous avez une heure
jeudi 12 - 14h56
de : Irae
Venezuela : Silence des médias sur les élections régionales
jeudi 12 - 12h40
de : JO-DEZ
1 commentaire
Propagande / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 12 - 09h56
de : Hdm
Echanges autour de la condition des agriculteurs (28 oct. 2017)
jeudi 12 - 09h46
de : Collectif d’agriculteurs contre les normes

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

En opposant la haine à la haine, on ne fait que la répandre, en surface comme en profondeur. Gandhi
Facebook Twitter Google+
Info Com-CGT.jpg
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
Télévision. «  Pour le Che, la guérilla devait avoir ses propres médias  » (vidéo)
lundi 9 octobre
de Laurent Etre
1 commentaire
Un documentaire Che Guevara, naissance d’un mythe, qui met l’accent sur le rapport du guérillero-ministre à sa propre image et le rôle potentiellement révolutionnaire des outils d’information. Entretien avec son auteur, Tancrède Ramonet. Votre documentaire s’intitule Che Guevara, naissance d’un mythe. Qu’entendez-vous par «  mythe  »  ? Tancrède Ramonet Je l’entends au sens de Roland Barthes, qui définissait le mythe comme un « (...)
Lire la suite
Video live : grève générale, la foule est immense à Barcelone
mardi 3 octobre
Le cortège, immense, impossible d’en distinguer le début ou la fin. Plus des 87% des travailleurs sont en grève générale, affectant tous les secteurs d’activités.
Lire la suite
Avec ses ordonnances Travail, Macron a réussi à nous refourguer… le CPE pour tous
dimanche 1er octobre
de Thomas Vampouille
Les ordonnances voulues par Emmanuel Macron pour réformer le code du travail facilitent sensiblement le licenciement d’un salarié en CDI ayant moins de deux ans d’ancienneté. Et les indemnités prévues ne sont pas lourdes. Finalement, Marianne a calculé que cela revient au même que le fameux CPE que la rue avait fait enterrer. En pire, même… C’est la ministre du Travail elle-même qui nous mis la puce à l’oreille. Si vous ne l’avez pas vu, Muriel Pénicaud (...)
Lire la suite
Travail : ton univers impitoyable - Cash investigation (video intégrale)
jeudi 28 septembre
Les enquêtes de l’émission présentée par Élise Lucet se sont concentrées sur Lidl France et Free, mettant en avant la souffrance au travail et les licenciements avec des séquences parfois choquantes.
Lire la suite
Oui tous ensemble le 28 septembre avec les retraité-e-s
jeudi 28 septembre
de UCR Union Confédéral des Retraités
Parce qu’une fois de plus le gouvernement s’attaque à leur pouvoir d’achat, aux services médicaux et sociaux, neuf organisations appellent les retraité-e-s à se mobiliser dans les départements sous des formes diverses le 28 septembre. Haro sur le pouvoir d’achat des retraités Au printemps dernier plus de 12 000 retraité-e-s se sont exprimé-e-s dans une enquête lancée par nos organisations. 80 % des personnes retraitées indiquent que leur situation financière (...)
Lire la suite
Soutenez la création d’un nouveau média citoyen (video)
mardi 26 septembre
2 commentaires
Signez cette pétition ici : https://www.change.org/p/media-citoyen Quand l’information et la culture sont trop souvent traitées comme des marchandises, quel rôle les citoyen·ne·s peuvent-ils encore jouer pour faire vivre le pluralisme et le débat ? Cette question appelle une réponse qui ne saurait attendre. Un peu partout, des millions de gens s’investissent et agissent sur leur quotidien sans attendre le bon vouloir des pouvoirs publics et à contre-courant des puissances (...)
Lire la suite
Marche du 23 septembre contre le coup d’État social (vidéo)
dimanche 24 septembre
de Jean-Luc Mélenchon
Le samedi 23 septembre 2017, 150 000 personnes se sont rassemblées place de la République pour s’opposer au coup d’État social d’Emmanuel Macron. Jean-Luc Mélenchon a expliqué que la bataille contre les ordonnances de Macron ne faisait que commencer et a appelé la jeunesse à se mobiliser. Il a lancé un appel aux organisations syndicales pour qu’elles prennent la tête d’une ample mobilisation à laquelle les insoumis apporteront leur (...)
Lire la suite