Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

L’«  autre communisme » reste d’actualité
de : Marx Karl
lundi 5 mars 2018 - 11h15 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 32.2 ko

Plutôt qu’une synthèse «  marxiste libertaire  », peut-être est-il plus adéquat de parler de prélèvement. Il s’agit pour l’anarchisme de s’emparer, dans le marxisme, des outils indispensables à la définition d’un courant révolutionnaire solide.

« Un spectre hante l’Europe, le spectre du communisme  », nous promettaient Karl Marx et Friedrich Engels, en 1848, dans le fameux Manifeste du parti communiste. Deux siècles plus tard, notre continent fait triste mine.

Suite aux échecs des régimes soi-disant socialistes, dont la mise en pratique des principes communistes s’est révélée au mieux discutable, au pire catastrophique, beaucoup ont vendu le capitalisme comme la fin de l’Histoire. Le sort en serait jeté. Il faudrait faire avec le capitalisme pour la simple et bonne raison qu’on ne saurait pas faire mieux en étant contre.

Sans doute, Marx et Engels auraient été les premiers incarcérés s’ils avaient vécu sous ces régimes soi-disant socialistes, comme l’ont été nombre de militants authentiquement fidèles à leur enseignement. Cela donne à réfléchir quant à la déformation de leurs travaux, en plus de l’aggravation des défauts dont l’œuvre initiale n’était pas exempte.

Les libertaires au sens large peuvent de leur côté se féliciter d’une certaine pureté dans leur engagement, leurs luttes, leurs idées, et d’une grande indépendance. Mais parfois, la naïveté, l’insuffisance d’analyse économique et de réalisme les a condamnés à se complaire dans l’isolationnisme, avec la perte d’influence que cela suppose.

«  Prélèvement  » plutôt que «  synthèse  »

Dès les années 1870, l’anarchisme et le marxisme ont donc été des «  frères ennemis  » pour reprendre la formule de Daniel Guérin. Puis, pendant quatre-vingts ans, le « communisme bureaucratique » de l’URSS et de ses satellites a obscurci les finalités authentiques du socialisme, et jeté le discrédit sur l’ensemble de la pensée marxiste, devenue la religion officielle d’une dictature policière. Depuis que ce n’est plus le cas, il est moins suspect de s’en réapproprier certains aspects. L’anarchisme lui-même peut ainsi dépasser le non-dit historique qui le conduisait à utiliser – sans l’avouer – les catégories économiques définies par Marx, et à assumer cette dimension « marxienne », vérifiable dès sa naissance à fin des années 1870. Marxienne, c’est-à- dire reprenant les catégories d’analyse économique synthétisées par Marx, sans pour autant adhérer à la stratégie étatiste de ses amis et successeurs.

Plutôt qu’une synthèse «  marxiste libertaire  », peut-être même est-il plus adéquat de parler de prélèvement. Il s’est agi de s’emparer, dans le marxisme, des outils indispensables à la définition d’un courant politique solide  : la méthode dialectique en premier lieu. En adoptant, plutôt qu’une attitude de disciple, une attitude pragmatique. Rappelons que Karl Marx a beaucoup cheminé. Sa pensée a passablement évolué. Et son œuvre reste un vaste chantier, inachevé et ouvert.

Aussi le courant communiste libertaire n’a eu de cesse d’apporter des corrections et des actualisations aux idées de Marx. Un exemple avec le Projet communiste libertaire, édité par l’Union des travailleurs communistes libertaires en 1986 : en doublant la critique des rapports d’exploitation d’une critique des rapports de pouvoir, le communisme libertaire s’appuie sur une conception élargie de la lutte des classes. L’État n’y apparaît plus comme le simple produit des rapports entre les classes, voué à disparaître de lui-même une fois la classe capitaliste dissoute – la tragique expérience soviétique en atteste –, mais bel et bien comme une institution autoritaire en soi, productrice d’une classe dominante, incompatible avec le socialisme autogestionnaire.

Le courant communiste libertaire est également en rupture assumée avec certains dogmes anarchistes. Le « pouvoir » ? Il ne s’agit pas de le « détruire » – pure vue de l’esprit ! – puisqu’un pouvoir s’exerce naturellement dans toute société ou tout collectif, qu’on le veuille ou non. L’enjeu est bien plutôt de bâtir un pouvoir populaire, par en bas : c’est tout l’enjeu de la construction des contre-pouvoirs, dès aujourd’hui, dans la société capitaliste. L’État, en tant que structure politique séparée de la société, ne disparaîtra réellement que quand des institutions alternatives, fondées sur la démocratie directe, auront pris sa relève au cours d’une crise révolutionnaire. Et cela ne se produira pas d’un claquement de doigts.

Les luttes de libération nationale ? Elles ne sont pas nécessairement vues comme des « diversions bourgeoises à la lutte des classes ». On peut discerner, parmi elles, celles qui relèvent effectivement de cette catégorie, et celles qui ont une véritable dimension anticapitaliste. Au-delà de la sympathie spontanée pour le « droit des peuples à disposer d’eux- mêmes », il s’agit pour les révolutionnaires d’encourager autant que possible les forces liant émancipation nationale et émancipation sociale.

Pour un communisme libertaire

Enrichi par l’apport de l’expérience historique et enclin à se nourrir des apports positifs d’autres courants politiques, le communisme libertaire défendu par AL veut se hisser à la hauteur des enjeux de l’époque et proposer des perspectives aux luttes sociales et aux expériences alternatives qui forment des contre-pouvoirs ou, au moins, des contre-exemples au rouleau compresseur capitaliste.

Au chapitre des contre-pouvoirs, la lutte menée sur les lieux de production reste fondamentale, à la fois parce qu’ils concentrent une large part des salarié.es et parce qu’ils sont les lieux principaux de l’affrontement de classe. De la conscience de classe et de la confiance acquise dans les luttes collectives dépendra, demain, leur reprise en main et la construction d’un socialisme autogestionnaire.

Mais les « contre-exemples » que constituent les expériences alternatives méritent également un soutien sans réserve : des entreprises reprises en main par des collectifs ouvriers combatifs (comme Scop-Ti à Géménos), des champs ou des jardins collectivisés, des « zones à défendre » qui, tout en résistant aux grands projets inutiles, proposent de s’extraire quelque temps des rapports marchands.

Plus globalement, la stratégie des contre-pouvoirs prépare les conditions d’une transformation sociale qui s’inscrit dans les combats quotidiens et répondrait à un double mouvement :

1) la réappropriation des moyens de production et d’échange par l’ensemble du prolétariat ;

2) la constitution d’un mouvement social englobant de larges pans de la société, et pas seulement celles et ceux qui participent à la production.

C’est là que la construction d’une organisation communiste libertaire prend toute son importance. Outre l’activité des militantes et militants communistes libertaires au sein des mouvements sociaux, l’organisation politique est indispensable afin de donner une lisibilité au projet fédéraliste et autogestionnaire. Comme l’écrivait le vétéran Georges Fontenis dans ses Mémoires, en 1990, « il nous faut montrer que le socialisme, ce n’est ni le libéralisme honteux des sociaux-démocrates ni l’épouvantable mensonge issu, à travers Staline et les siens, du prétendu marxisme-léninisme – autre mystification –, ce mensonge dissimulant sous l’étiquette socialiste un capitalisme bureaucratique d’État ». Cet impératif reste d’actualité.

Winston Ronwen (AL Moselle)


LES ESCROCS DE LA PENSÉE DE MARX

L’œuvre de Karl Marx s’étend sur des décennies. Sa pensée a cheminé, comme celle de toute personne, tout au long de sa vie. Il a également été influencé par de grands évènements – la Commune de Paris, par exemple. Mais sa pensée comporta aussi un bon nombre de continuités, en place pour la plupart dès le Manifeste du parti communiste et même auparavant. La trahison de sa pensée par certains régimes autoproclamés « marxistes » n’en devient alors que plus éclatante. Elle repose généralement sur deux mensonges :

- l’œuvre de Marx est achevée et nous incarnons la réalisation politique concrète de ses idées  ; - Marx s’est contredit largement au fil de son œuvre, notre lecture en vaut donc bien une autre.

C’est qu’il en faut, des déformations et des falsifications, pour travestir quelques-unes des idées fondamentales de Karl Marx :

- l’auto-émancipation du prolétariat ; - la lutte des classes, qui verra leur abolition ; - la dépérissement de l’État ; - la nécessité de l’internationalisme.

La condamnation des régimes prétendument marxistes – l’URSS jadis, la Chine ou la Corée du Nord aujourd’hui –, où le pouvoir est détenu par une minorité privilégiée, et où règne l’exploitation du prolétariat, relève de l’évidence.

Ces régimes ont en réalité engendré un capitalisme d’État. Que ce capitalisme d’État ait ensuite été, par une étrange mystification, assimilé au socialisme ou à une transition socialiste, qui plus est «  dans un seul pays  » (avec tout le nationalisme que cela comporte), avec généralement un culte de la personnalité exacerbé à l’encontre du «  chef  » – Joseph Staline surclassa largement Nicolas II en la matière –, a de quoi scandaliser.

L’enrobage cosmétique et parfois folklorique de ces régimes ne fait pas dans la nuance. La nouvelle classe dominante s’appelle l’avant-garde éclairée. Et la dictature du prolétariat est en fait dictature sur le prolétariat. Avec tout ce qu’il faut d’éradication des contre-pouvoirs, de bureaucratie, de centralisme, de tortures et de massacres pour conduire le peuple vers cet «  idéal  ».

«  La révolution communiste, disait le Manifeste, se dressant contre le mode traditionnel des activités, se débarrasse du travail et abolit la domination de toutes les classes en abolissant les classes elles-mêmes, cette révolution étant l’œuvre de la classe qui, dans la société, n’a plus rang de classe et n’est pas reconnue comme telle  : dès maintenant, elle marque la dissolution de toutes les classes, de toutes les nationalités, etc., au sein même de la société présente.  »

Winston Ronwen (AL Moselle)

Source : http://alternativelibertaire.org/?L...



Imprimer cet article





Fête de la musique à l’Elysée ! Incroyable mais vrai !
samedi 23 - 18h36
de : JO
3 commentaires
Les cadenas de l’EPR de Flamanville : la piste du sabotage de plus en plus sérieuse
vendredi 22 - 13h59
de : Patrick Samba
La grève à Enedis et Grdf est extraordinaire….
vendredi 22 - 13h55
de : dakota
1 commentaire
Quelques critiques anarchistes de la médecine
jeudi 21 - 23h08
de : jean 1
Annonce des (f)estives de la décroissance. 20-23 juillet. Le sens de la technique est une question politique
jeudi 21 - 22h18
de : Brulavoine
À QUOI SERVENT LES POLITIQUES DE MÉMOIRE ?
jeudi 21 - 19h40
de : Ernest London
MÉTÈQUE(S) / C’est l’heure de l’mettre (Radio Campus Lille)
jeudi 21 - 19h11
de : Hdm
Palestine : des entreprises françaises participent à la colonisation de Jérusalem-Est
jeudi 21 - 16h40
Sur l’« intégrisme laïque » français
jeudi 21 - 09h22
de : Christian DELARUE
Fête des secteurs en lutte pour la grève générale : C’est dans la rue que ça se gagne !
mercredi 20 - 10h41
François Ruffin à l’Ass.Nat. : Charge sur la vaisselle de l’Elysée "vieillissante" !
mercredi 20 - 10h09
de : JO
Palestine : face aux massacres, l’insupportable, ce serait le silence.
mercredi 20 - 09h55
de : UD CGT PARIS
1 commentaire
LA CONQUÊTE DU PAIN
mardi 19 - 20h14
de : Ernest London
YEMEN : Une guerre oubliée ?
mardi 19 - 18h20
de : JO
2 commentaires
Après Arago, Rassemblement Mercredi 20 juin à 8h au TGI de Nanterre pour la relaxe des inculpés suite évacuation par les
mardi 19 - 11h46
1 commentaire
Mouvement de grève chez les gazierEs et les électricienEs de GRDF et ENEDIS (video)
mardi 19 - 07h12
de : jean 1
En Alaska, les pétroliers gèlent le sol réchauffé par l’augmentation des températures
mardi 19 - 01h44
de : nazairien
2 commentaires
L’ESCLAVAGISTE RICHEPANCE DOIT QUITTER LA GUADELOUPE
lundi 18 - 20h20
de : LIYANNAJ KONT PWOFITASYON (L.K.P.)
L’ex-FO Mailly rejoint le cabinet d’un ancien conseiller de Sarkozy
lundi 18 - 17h37
1 commentaire
Photographier les exactions de l’armée d’occupation bientôt puni de plusieurs années de prison (photos, vidéos)
lundi 18 - 15h58
de : CAPJPO-EuroPalestine
PSA : mort sur ordonnance des 35 heures à Vesoul
lundi 18 - 08h47
1 commentaire
MENACES SUR LE REGIME DES ARTISTES-AUTEURS : MOBILISATION !
lundi 18 - 08h02
de : FNSAC CGT
1 commentaire
Méditerranée : l’escalade dans l’ignominie
lundi 18 - 07h47
de : MRAP
1 commentaire
Quand l’Aide publique au développement finance les garde-côtes libyens
lundi 18 - 07h34
de : Jérôme Duval
URGENT : CAMARADES EN GARDE-À-VUE SUITE À UNE ACTION CONTRE LE SALON DE L’ARMEMENT EUROSATORY.
vendredi 15 - 22h46
de : jean 1
Ivry en fête aura lieu les 16 et 17 juin 2018
vendredi 15 - 17h08
Interpellations du 22 mai : les parents appellent à manifester ce vendredi devant le tribunal
vendredi 15 - 08h37
QUE NOUS RESTE-T-IL ?
jeudi 14 - 19h49
de : Raymond H
Ernesto Rafael Guevara né le 14 juin 1928 à Rosario, Argentine, il aurait 90 ans...
jeudi 14 - 14h57
de : Roberto Ferrario
L’ÉCOLOGIE RÉELLE / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 14 - 12h47
de : Hdm
1 commentaire
LES MIGRANTS
jeudi 14 - 11h54
Soutien au Jargon Libre : Bourse aux livres et Concert de Dominique Grange
mercredi 13 - 12h32
Etat espagnol. Gouvernement de gauche, ah bon ?
mercredi 13 - 11h05
de : Antoine (Montpellier)
KURDISTAN, AUTOGESTION, RÉVOLUTION
mardi 12 - 09h25
de : Ernest London
2 commentaires
Fête la grève !
mardi 12 - 07h35
1 commentaire
QUAND L’ESPAGNE RÉVOLUTIONNAIRE VIVAIT EN ANARCHIE
mardi 12 - 07h17
de : Frédéric Goldbronn & Frank Mintz
Présentation-débat : Tout !
lundi 11 - 22h47
de : jean 1
Congrès du MRAP et CNCDH
lundi 11 - 20h55
de : Christian - MRAP
1 commentaire
Eurosatory 2018 : des collectifs veulent redynamiser la lutte contre le salon de l’armement
lundi 11 - 18h50
Propaganda - La fabrique du consentement (video)
lundi 11 - 15h19
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La question est de savoir dans quels cas et jusqu'à quel point nous sommes obligés d'obéir à un système injuste. John Rawls
LE JOURNAL DU MEDIA de 20H
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite