Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué
de : élian
lundi 4 novembre 2019 - 19h02 - Signaler aux modérateurs

https://la1ere.francetvinfo.fr/bres...

Brésil : un défenseur de la forêt amazonienne de la tribu Guajajara tué dans une attaque

3.11.2019

Les deux hommes "s’étaient éloignés du village pour chercher de l’eau quand ils ont été encerclés par au moins cinq hommes armés", a tweeté le secrétariat aux droits de l’homme du gouvernement du Maranhao.    Les gardiens de la forêt

Paulino, comme son compagnon, Laércio, faisait partie d’un groupe nommé les "Gardiens de la forêt" formé par les Guajajara, tribu qui compte environ 14.000 personnes dans le Maranhao, pour défendre les territoires indigènes menacés par l’exploitation illégale du bois et l’expansion agricole. Ils transmettent notamment les données GPS de zones où sont retrouvés des troncs découpés et viennent en aide aux pompiers lors d’incendies de forêt. Selon les autorités régionales, un bûcheron est porté disparu. Il aurait été tué dans l’embuscade, selon des informations non officielles.  

Territoire d’ Araboia

L’attaque est survenue vendredi soir sur le territoire indigène d’Arariboia en Amazonie, à quelque 500 km de Sao Luís, capitale de l’Etat de Maranhao, ont précisé les autorités. Selon l’ONG Survival International, Paulo Paulino Guajajara, connu également sous le nom de Kwahu Tenetehar, a été touché au cou par un coup de feu et est mort dans la forêt tandis que son compagnon Laércio (également connu sous le nom de Tainaky Tenetehar), touché par balle dans le dos, est parvenu à s’enfuir.

Réaction du gouvernement Le ministre de la Justice brésilien, Sergio Moro, a affirmé que la police enquêtait sur l’assassinat. "Nous ferons tout pour amener devant la justice les responsables de ce crime grave", a-t-il tweeté. Une équipe de policiers se préparait à aller sur place, selon son cabinet.

Des ONG en colère

Pour l’ONG Greenpeace, "Paulino et Laércio sont les dernières victimes d’un Etat qui se refuse à respecter ce que stipule la Constitution". Greenpeace dénonce "l’incapacité de l’Etat à accomplir son devoir de les protéger ainsi que tous les territoires indigènes du Brésil".

Selon l’enquêtrice de Survival International, Sarah Shenker, qui s’était rendue en avril dans cette région, le travail des Guajajara est important pour protéger également d’autres indigènes de la zone comme les Awa, tribu isolée qui ne compte que quelques dizaines de membres.

 "Le gouvernement brésilien doit accepter que protéger ces terres relève de sa responsabilité. Le fait qu’il ne le fasse pas, son absence là-bas, est la raison qui pousse les Gardiens à assumer cette défense, un travail très dur et dangereux", a déclaré Mme Shenker.

Trois autres Gardiens ont déjà été tués dans des attaques par le passé. Selon elle, Kwahu travaillait avec détermination malgré "des menaces de mort constantes".  Le président brésilien d’extrême droite Jair Bolsonaro préconise l’exploitation commerciale des terres indigènes et des zones préservées. "Il est l’heure d’arrêter ce génocide institutionnalisé. Cessez d’autoriser de verser le sang de notre peuple"", a tweeté après l’annonce du meurtre Sonia Guajajara, coordinatrice de l’Association des peuples indigènes du Brésil (APIB). Selon des chiffres du Congrès missionnaire indien (Cimi, association liée à l’Eglise catholique) cités par l’APIB, 160 intrusions de trafiquants de bois ou d’orpailleurs illégaux ont été recensées de janvier à septembre cette année, en hausse de 44% par rapport au total de l’année 2018.  

JPEG - 168.6 ko

https://mrmondialisation.org/amazon...

Le peuple Munduruku se déclare « prêt pour la guerre » contre les industriels

6.10.2019

Au Brésil, les Munduruku sont un peuple guerrier qui lutte depuis plusieurs siècles pour la défense de leur territoire de plusieurs centaines de milliers d’hectares de forêt protégée au Brésil (Amazonie). Vendredi 27 septembre, une centaine de Munduruku ont bloqué une rencontre qui devait avoir lieu dans la petite ville d’Itaituba (État du Pará) entre orpailleurs, députés et membres du gouvernement autour du thème de l’exploration minière dans la région. C’est à cette occasion qu’ils ont lu un message vibrant que les leaders ont rédigé ensemble face aux représentants du gouvernement. Communiqué dont Mr Mondialisation se fait aujourd’hui le relai pour que leurs voix portent également en dehors du Brésil. Après les attaques du gouvernement brésilien dirigées contre les populations indigènes du pays, un peuple guerrier gardien de la forêt Amazonienne, les Munduruku, a rédigé un communiqué visant à mettre les choses au clair : ils sont contre l’orpaillage et l’exploitation minière sur leur territoire et comptent bien passer à l’action directe si nécessaire. Dernièrement, dans les médias nationaux, on a vu s’afficher quelques individus se disant les porte-parole de ce peuple. Selon le communiqué, ces individus sont quelques Munduruku ayant quitté depuis bien longtemps leur tribu et leur environnement et qui seraient eux-mêmes impliqués dans des activités d’orpaillage. Leurs négociations avec les autorités brésiliennes ne seraient pas représentatives de la volonté des peuples d’Amazonie. Cependant, les leaders ne sont pas dupes et connaissent bien ce genre de stratégies qui visent à discréditer le mouvement de lutte pour les droits territoriaux et à ouvrir ainsi les terres indigènes à des entrepreneurs sans scrupules sous couvert d’une fausse autorisation des locaux.

Vendredi 27 septembre, ils ont ainsi bloqué une rencontre qui devait avoir lieu dans la petite ville d’Itaituba (État du Pará) entre orpailleurs, députés et membres du gouvernement autour du thème de l’exploration minière dans la région. C’est à cette occasion qu’ils ont lu ce communiqué sans détour face aux représentants du gouvernement. Un discours révolutionnaire qui témoigne des tensions de plus en plus vives dans la région mais surtout d’un peuple acculé à devoir user de la violence pour préserver ses droits contre l’accaparement des terres.

COMMUNIQUÉ DU PEUPLE MUNDURUKU

La mauvaise gouvernance du Brésil ne doit pas parler au nom du peuple Munduruku. Bolsonaro, lors de son discours à l’ONU, a dit que nous les indigènes sommes des « hommes des cavernes ». Il nous définit par ce qu’il est lui-même. Bolsonaro ne nous représente pas et ses paroles sont creuses. Nos enfants ont plus de sagesse que lui. Nous avons réuni les caciques (hommes et femmes), guerrières, guerriers, chamanes, chanteurs et professeurs de notre peuple Munduruku du Moyen et Haut Tapajós et du Bas Teles-Pires. Nous avons discuté à propos de toutes les attaques et les menaces dirigées contre les peuples indigènes du Brésil et contre nos territoires et nos droits. Nous apportons ici notre parole.

Nous savons que les « daydu » – nom que nous donnons aux politiciens qui nous trahissent – sont en train de créer des lois pour en finir avec la démarcation des terres indigènes. Ils veulent ouvrir nos terres à l’exploitation minière, à la construction d’usines hydroélectriques, de voies ferrées (transportant soja et maïs), de voies navigables. Ils veulent en finir avec les peuples indigènes, en détruisant nos forêts, nos fleuves et nos lieux sacrés. Nous sommes contre l’orpaillage et l’exploitation minière en terre indigène. L’orpaillage est en train de diviser notre peuple en y introduisant de nouvelles maladies, contaminant notre peuple avec le mercure, introduisant également la drogue, l’alcool et la prostitution. Ce n’est que cupidité.

Cela impacte tous les peuples indigènes, les communautés traditionnelles comme celles de Montanha et Mangabal et particulièrement notre peuple Munduruku qui vit et protège depuis plusieurs centaines d’années les fleuves et les forêts du Tapajós. Il n’y a aucun dialogue possible autour de la destruction. Nous ne négocierons pas nos terres et nous empêcherons à toute organisation dont tel est l’objectif de pénétrer dans le Tapajós. Certains parents aveuglés par l’éclat de l’or, sont en train de jouer le jeu des daydu, et affirment publiquement que le peuple Munduruku est favorable à l’orpaillage et à l’exploitation minière. Nous le répétons encore une fois : vos paroles sont pleines de « dapxim » – pleines de haine et de mensonges.

Ces Mundurukus assis avec vous autour de la table à Brasilia sont malades tout comme vous. Ils ont laissé les machines d’orpaillage détruire notre terre, ils ne nous représentent pas, ils ne sont pas la majorité. Aucun élu ne représente le peuple Munduruku, parce qu’ils ne font pas partie de notre politique ni de notre organisation traditionnelle. Ils ne peuvent parler d’aucun lieu sacré, ils ne peuvent pas négocier au nom du peuple Munduruku. Nous sommes plus de 14 000 et nous disposons de notre propre mouvement de résistance et nos propres associations. Nous disposons d’un protocole de consultation que vous devez respecter en tant que loi, et en tant que droit de veto.

Aucune loi ne peut définir de quelle manière sera réalisée la consultation de chaque peuple. La Convention 169 existe déjà pour définir ce qu’est la consultation préliminaire libre et consciente et notre protocole existe pour définir la manière dont elle doit être menée. Nous ne sommes consultés sur aucune de ces lois et aucun des projets que vous concevez pour le Tapajós, qui est notre maison.

Nous sommes autonomes dans notre organisation et dans nos décisions concernant notre futur, comme vous l’avez écrit dans la Constitution Fédérale de 1988 et dans la Convention 169 de l’OIT.

Nous construisons notre qualité de vie avec le savoir des femmes, génitrices de la vie, de nos chamanes, guides spirituels, de nos guerriers, de nos leaders et aussi de nos enfants, et nous sommes prêts à mettre en pièces ces lois et ces projets qui répandent la mort. Nous voulons vous avertir que nous sommes un peuple guerrier. Nous avons appris à nous battre avec le grand Karodaybi, dans le silence du crépuscule, et c’est pour cette raison que d’autres peuples nous nomment les fourmis de feu. 

Nous sommes prêts pour la guerre que vous nous déclarez et nous voulons vous prévenir qu’ici dans notre territoire de la Mundurukânia, occupée depuis plusieurs siècles par nos ancêtres, où nous trouvons sur tout le Tapajós des traces et des signes de Karosakaybu et Muraycoko, personne n’entrera pour exploiter, détruire et tout transformer en marchandises et en argent. Il est enfin venue l’heure pour le Gouvernement d’appliquer les lois que vous-même avez écrites et chasser les envahisseurs de nos terres. Cela fait plus de 20 ans que nous dénonçons les exploitants forestiers et les orpailleurs pariwat et nous devons toujours agir seuls.

Mais nous n’arrêterons pas et nous ne nous rendrons pas. Nous n’avons jamais perdu une guerre et nous avons déjà coupé quelques têtes d’ennemis. Serons-nous obligés de recommencer à couper des têtes ? Nous savons comment agir à partir de notre propre politique et de notre organisation traditionnelle. 

  Mouvement Munduruku Ipereg Ayu

Association des Femmes Munduruku Wakoborun Association indigène Pariri (Moyen Tapajós) Association Dace (Teles-Pires) Association Wuyxaximã Association indigène Pusuru Assocition Kurupsare CIMAT Traduction du communiqué : Adeline Laval, anthropologue travaillant depuis 3 ans avec le peuple Munduruku du Moyen-Tapajos, Amazonie Brésilienne, Etat du Para, Brésil.

http://elianguesard.unblog.fr/lutte...



Imprimer cet article





Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
1 commentaire
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires
MRAP : La lutte contre la haine doit être unitaire
dimanche 10 - 00h01
de : Christian D (CN - MRAP)
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Pécher n'est pas faire le mal - Le vrai péché, c'est de ne pas faire le bien. Pier Paolo Pasolini
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite