Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !

de : joclaude
dimanche 26 juillet 2020 - 16h36 - Signaler aux modérateurs
1 commentaire

Source : Logo de https://www.lemonde.fr mardi 21 juillet 2020

PLANÈTE—CORONAVIRUS ET PANDÉMIE DE COVID-19  : HTTPS ://WWW.LEMONDE.FR Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres Mieux vaut être riche et bien por­tant que pauvre et ma­lade : la phrase de Fran­cis Blanche, même pro­non­cée avec le sou­rire, a pris des al­lures de dic­ton. Le co­mé­dien au­rait-il pu ima­gi­ner que quelques dé­cen­nies plus tard, un vi­lain virus don­ne­rait à sa bou­tade le sé­rieux d’un ré­sul­tat scien­ti­fique  ? Quatre éco­no­mistes fran­çais viennent en effet de mon­trer que le Co­vid-19 tue d’abord, et de façon par­ti­cu­liè­re­ment im­por­tante, les plus mo­destes. En croi­sant les don­nées de mor­ta­lité, le re­venu des com­munes et les zones de dé­con­fi­ne­ment, ils mettent en évi­dence, pour la pre­mière fois, par une étude sys­té­ma­tique, l’ex­cès de mor­ta­lité pro­vo­qué par l’épi­dé­mie dans les mu­ni­ci­pa­li­tés aux re­ve­nus les plus bas. Son tra­vail vient d’être rendu pu­blic, en pré­pu­bli­ca­tion, sur le site d’ar­chives ou­vertes HAL.

C’est en écou­tant une chro­nique radio lais­sant en­tendre que le Co­vid-19 res­sem­blait fort à « une ma­la­die de pauvres » que les quatre éco­no­mistes du tra­vail, issus de l’Ecole d’éco­no­mie de Paris (PSE), du Centre d’étude de l’em­ploi et du tra­vail et de la Nor­we­gian School of Eco­no­mics, ont été pi­qués au vif. « Il y avait eu des études dans plu­sieurs pays mon­trant la sur­re­pré­sen­ta­tion des mi­no­ri­tés parmi les ma­lades, mais rien de sys­té­ma­tique sur les in­éga­li­tés de ri­chesse, sou­ligne Simon Briole, cher­cheur à PSE et à la branche eu­ro­péenne du J-PAL, le la­bo­ra­toire de la Prix Nobel Es­ther Duflo spé­cia­lisé dans la lutte contre la pau­vreté. Or en France, l’In­see four­nit des don­nées sta­tis­tiques ex­cep­tion­nelles, uniques au monde, qui de­vaient pou­voir nous per­mettre d’ap­por­ter une preuve. »

En­core fal­lait-il choi­sir les bonnes don­nées. Pour étu­dier l’im­pact de la ma­la­die, les ré­sul­tats des tests – no­toi­re­ment in­suf­fi­sants en France – ne pou­vaient conve­nir. Ni même les décès at­tri­bués au co­ro­na­vi­rus, qui peuvent igno­rer la pré­sence du virus chez cer­tains morts, no­tam­ment ceux qui ne sont pas pas­sés par l’hô­pi­tal. L’In­see four­nit en re­vanche, chaque se­maine, les don­nées brutes de mor­ta­lité à l’éche­lon mu­ni­ci­pal, et plus par­ti­cu­liè­re­ment la sur­mor­ta­lité en 2020 par rap­port à 2018 et 2019. « C’est cette don­née-là que nous avons croi­sée avec le re­venu mé­dian de chaque com­mune si­tuée en zone ur­baine », in­dique Simon Briole.

Dif­fé­rence écla­tante Leur ré­sul­tat est spec­ta­cu­laire. D’un côté, les trois quarts des com­munes du ter­ri­toire fran­çais consi­dé­rées comme les plus riches connaissent un excès moyen de mor­ta­lité, dû au Co­vid-19, de 50 % pour l’an­née 2020. De l’autre, dans le quart des com­munes les plus pauvres, il at­teint 88 %. « On s’est de­mandé si la sur­mor­ta­lité ne pou­vait pas venir d’autres causes, en par­ti­cu­lier du confi­ne­ment », ra­conte le cher­cheur. Lui et ses col­lègues ont donc com­paré les ré­sul­tats dans les ter­ri­toires à faible cir­cu­la­tion du virus – les fa­meuses zones vertes du dé­con­fi­ne­ment – et dans les zones les plus in­fec­tées (rouges). La dif­fé­rence est là en­core ap­pa­rue écla­tante : dans les zones vertes, qui ont pour­tant connu sept se­maines de confi­ne­ment strict, les com­munes riches et pauvres en­re­gistrent une sur­mor­ta­lité li­mi­tée et proche. A l’in­verse, dans les zones rouges, le tri­but payé par les pauvres est in­com­pa­ra­ble­ment plus élevé.

Avec cette triple com­pa­rai­son – com­munes riches contre com­munes pauvres, 2020 contre 2019/2018, zones très in­fec­tées contre zones peu in­fec­tées –, aucun doute ne semble plus per­mis : le Co­vid-19 ap­pa­raît non seule­ment comme une ma­la­die dure avec les vieux, dure avec les faibles (qui ont des co­mor­bi­di­tés), dure avec les mi­no­ri­tés, mais aussi dure avec les plus dé­mu­nis.

Pour les quatre éco­no­mistes, le tra­vail n’était pour­tant réa­lisé qu’à moi­tié. « Ce qui nous in­té­res­sait peut-être le plus, c’était les vec­teurs de dif­fu­sion », admet Simon Briole. Au­tre­ment dit, com­prendre les mé­ca­nismes qui fai­saient des pauvres une cible pri­vi­lé­giée du virus. La lit­té­ra­ture leur of­frait deux « ca­naux po­ten­tiels » d’ex­po­si­tion : la sur­po­pu­la­tion des lo­ge­ments et la na­ture des em­plois oc­cu­pés. Cette fois, outre les don­nées de re­cen­se­ment, qui per­mettent de connaître la na­ture des ha­bi­ta­tions, ils ont pro­fité de la dé­cla­ra­tion an­nuelle de don­nées so­ciales réa­li­sée au­près des ser­vices fis­caux pour me­su­rer le poids des dif­fé­rents types d’em­ploi dans chaque com­mune.

Grande pro­mis­cuité L’in­dice qu’ils ont en­suite construit laisse ap­pa­raître, là en­core, des ré­sul­tats in­dis­cu­tables. Ces deux ca­naux ex­pli­que­raient jus­qu’à 60 % de la sur­mor­ta­lité. L’éco­no­miste Eric Mau­rin, pro­fes­seur à PSE et di­rec­teur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences so­ciales (EHESS), y voit d’ailleurs un des « points forts » de l’étude :

« Ce n’est pas sim­ple­ment que les per­sonnes pauvres sont plus sou­vent en mau­vaise santé qui les a ex­po­sées à la sur­mor­ta­lité due au Covid, c’est aussi et sur­tout leurs condi­tions de lo­ge­ment et leur mé­tier. »

Des lo­ge­ments où règne une grande pro­mis­cuité – « le sur­peu­ple­ment du lo­ge­ment est un fac­teur-clé dans beau­coup de do­maines (l’édu­ca­tion des en­fants no­tam­ment) », in­siste Eric Mau­rin – et des mé­tiers à forte in­ter­ac­tion avec le pu­blic. Cais­siers, in­fir­miers, aides-soi­gnants, agents de sé­cu­rité ou po­li­ciers, cer­tains de ces mé­tiers ont été ex­po­sés pen­dant le confi­ne­ment. « Mais en réa­lité, c’est sans doute dans les se­maines qui ont pré­cédé le confi­ne­ment que cette in­ter­ac­tion avec le pu­blic a pesé le plus lourd », ajoute Simon Briole. Une époque où l’on man­quait de tests, où l’on dou­tait des masques. C’était il y a quatre mois, une éter­nité.


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Le Covid-19 frappe plus durement les pauvres !
26 juillet 2020 - 16h43 - Posté par JOclaude

Source :Logo de Le Canard enchaîné - NDLR : Un pognon de dingue n’est-ce pas !
mercredi 22 au mardi 28 juillet 2020
Page 8
506 mots -2 min
Vignette de la page 1 Vignette de la page 8
LE CANARD ENCHAÎNÉ
Pôle emploi sous les charges
LE SER­VICE PU­BLIC chargé du pla­ce­ment des de­man­deurs d’em­ploi n’est que très peu fi­nancé par l’Etat. La plus grande par­tie (72 %) des res­sources de Pôle em­ploi est si­phon­née dans les fonds de l’Uné­dic, la caisse d’in­dem­ni­sa­tion des chô­meurs. Celle-ci n’est autre qu’une as­so­cia­tion (loi 1901) de droit privé co­gé­rée par les syn­di­cats et le pa­tro­nat… quand le gou­ver­ne­ment n’y fourre pas son nez.

C’est la Cour des comptes qui lève ce lièvre dans un rap­port sur Pôle em­ploi pu­blié le 16 juillet. Un peu hor­ri­fiés, les ma­gis­trats en­foncent le clou : ce hold-up de l’Etat (3,4 mil­liards) re­pré­sente le dixième des co­ti­sa­tions to­tales en­gran­gées par l’Uné­dic, c’est-à-dire des sommes ver­sées par les sa­la­riés (et leurs en­tre­prises) pour les sans-em­ploi.

Les ma­gis­trats de la Rue Cam­bon s’étonnent de cet es-ca­mo­tage fi­nan­cier, mais ils af­fichent sur­tout leur in­com­pré­hen­sion de­vant un autre mys­tère aussi im­pé­né­trable : aucun re­pré­sen­tant de l’Uné­dic ne siège ès qua­li­tés au conseil d’ad­mi­nis­tra­tion de Pôle em­ploi. Il ne se­rait pour­tant pas ab­surde que l’or­ga­nisme qui paie puisse s’as­su­rer que l’ar­gent pré­levé sur les al­locs est bien uti­lisé.

Il l’est, en tout cas, à l’égard des em­ployés. A en croire les ma­gis­trats, les sa­la­riés de Pôle em­ploi sont fort bien trai­tés. « Pôle em­ploi a fait de la qua­lité de vie au tra­vail l’un des axes ma­jeurs de sa stra­té­gie de res­sources hu­maines », in­sistent-ils. Le temps de tra­vail y est in­fé­rieur à la durée lé­gale en rai­son d’une se­maine sup­plé­men­taire de congés oc­troyée au per­son­nel par la di­rec­tion. Outre ces congés lé­gaux, le taux d’ab­sen­téisme (8,6 %) écrase celui des sa­la­riés des boîtes pri­vées (5,1 %). Et pour cause : chaque agent est ar­rêté en moyenne 13,2 jours par an en rai­son d’une ma­la­die bé­nigne. Pe­tite pré­ci­sion : ce sont ces mêmes agents qui peuvent ra­dier un chô­meur et lui su­crer son alloc pour une ar­deur in­suf­fi­sante dans la re­cherche d’un bou­lot.

Ces pisse-froid de la Cour éreintent aussi les 134 cadres di­ri­geants qui palpent en moyenne près de 10 000 euros par mois et dis­posent presque tous de voi­tures de fonc­tion, qu’il leur est loi­sible d’uti­li­ser pour leurs dé­pla­ce­ments pri­vés. Mieux, un ac­cord-cadre signé en 2014 fixe le ni­veau de l’in­dem­nité de rup­ture du contrat de tra­vail pour ces cadres dorés sur tranche : entre 348 000 et 531 000 euros.

Les chô­meurs peuvent être ras­su­rés : le po­gnon pré­levé sur leurs al­locs est uti­lisé à bon es­cient.







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

25090 (test 13 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite