Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
de : André Bouny
dimanche 12 février 2006 - 03h57 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 85.9 ko
Cette grand-mère n’a jamais connu le bonheur, petit-fils handicapé souffrant dans ses bras, son regard cherche ailleurs...

de André Bouny

C’est au Xème siècle que le "Viêt Nam en devenir" avait connu sa dernière indépendance. Depuis, ce "Viêt Nam en devenir" a connu divers envahisseurs, mongols, chinois/... / chinois de nouveau, portugais, japonais, français, américains...mille ans de guerre sans repos. Et, au terme d’un immense sacrifice national, une nouvelle indépendance. La paix.

Mais maintenant que la guerre est finie, elle continue. Une guerre silencieuse, si laide qu’elle n’a pas l’honneur des écrans. Bien sûr on la rencontre au "Village de l’Amitié" de Van Canh à Hanoi ou dans le "Village de la Paix" de Tu Du à Ho Chi Minh-Ville, deux lieux qu’on peut qualifier d’établissements pilotes du pays. Elles sont là les victimes visibles de l’Agent Orange. Les écrans du monde n’en veulent pas. Elles font peur. Certaines le savent. Elles souffrent d’être. Elles vous fouillent la pupille et semblent demander : "Qu’ai-je fait pour être comme ça ?" et vous devenez l’accusé du monde entier. Celles-là ne sont que l’infime partie apparente d’un iceberg qui fait froid dans le dos.

Les autres victimes sont essaimées sur deux mille kilomètres du Sud au Nord. Elles sont en ville au détour d’une rue, en campagne au fond d’un chemin poussiéreux de terre rouge qui mène à un hameau de paillotes, quelque part dans la montagne ou bien dans un de ces innombrables bateaux-maison.

C’est cet homme d’une trentaine d’années qui, du haut de ses soixante centimètres, s’affaire autour d’une bouteille de gaz (le gaz en bouteille est apparu depuis peu de temps au Viêt Nam) qu’il a transformé en cuve à air comprimé à laquelle est fixé un moteur récupéré sur un vieux ventilateur pour faire un compresseur. Il n’a ni jambe ni cuisse, il se déplace en pivotant sur son tronc grâce à des mouvements brusques d’épaules d’un côté à l’autre et, avec ses moignons de bras, il refait la pression d’air des roues de vélos, cyclopousse et cyclomoteurs, avec une étonnante rapidité. Il n’a pas de nom. On l’appelle « cut tay », « pingouin ». Il fait avancer ou reculer le cycle du client quand la valve n’est pas à bonne hauteur. Il ne sait pas qui l’a conçu. Il n’a pas d’âge, pas d’adresse. Son adresse est ici, à l’angle de cette rue, au milieu d’une circulation hallucinante. Il y dort debout car il ne faut pas perdre la place. Il mange tête dans la casserole, puis il la cache sous un tas de ferraille rouillée. Dans ses déplacements mécaniques de manchot, tronc culotté d’un sac et visage bleui par les gaz d’échappements, ses moignons trient les billets avec l’aide de la bouche qui rend la monnaie. Celui-là s’en sort.

C’est cette fille de vingt-quatre ans, allongée sur son lit de planche depuis sa naissance. Paralysée, elle est aveugle et sourde. Elle grogne. A ses côtés gît un petit corps lesté à une tête énorme. Un frère, il gémit. Ses membres minuscules bougent autour de cette énorme tête qu’il ne peut pas soulever ni tourner. La mère exténuée est assise à côté d’eux. L’intérieur de la paillote est d’une pauvreté inimaginable. Sur la terre battue, le plus vieux des frères frappe le sol avec les bras et la tête. Puis il se calme et fixe sa mère. Bouche ouverte sur des dents désordonnées, il bave et crie de nouveau. Ensuite, il rampe et pleure aux pieds de sa mère. Parfois, il la bat. La mère n’en peut plus, elle doit s’occuper d’eux jour et nuit jusqu’à la fin du dernier d’entre eux. Elle met à manger dans leur bouche et lave sur eux leurs besoins. C’est plus dur que la guerre, d’ailleurs, le mari a déserté la famille. Seule, elle ne peut rien faire d’autre pour gagner sa vie. De la même manière que ses voisins, elle se demande ce qu’elle a fait de mal dans cette vie ou dans une autre pour endurer cet enfer ? Maintenant que les autorités du pays expliquent l’origine du mal, elle reçoit un peu d’aide et de réconfort. Cette année, le village a fait une collecte pour les familles comme la sienne et ses voisins ont réparé son toit en paille de riz emporté par le dernier typhon. La mère répète : « Que vont-ils devenir quand je ne serais plus là et qui va s’occuper d’eux ? Bien que trois de mes enfants soient déjà morts, j’ai peur que ceux-là me survivent et qu’ils soient mal traités. »

JPEG - 55.5 ko
Cette mère d’une grande dignité vit dans la pauvreté avec ses enfants handicapés.

Deux paillotes plus loin, c’est la même situation.

Sur les Hauts plateaux, on est loin de tout. Ici, jadis, c’était la forêt primitive. Elle a disparu. Il n’y a plus rien. Ses habitants ont perdu leur représentation du monde. Il faut une semaine à pieds pour descendre au marché vers la plaine. Ce couple a construit une cabane, autour, deux cochons et quelques poules. Il cultive des patates douces et cueille des tubercules. La fille aînée était normale en venant au monde, juste une petite boule sous l’œil. Mais la boule a augmenté, grossi. La grosse masse a emporté avec elle l’œil et la joue et puis le menton qui, maintenant, reposent sur l’épaule. La mère a eu cinq enfants, deux sont morts à la naissance. Puis elle est morte à son tour d’étrange maladie. La grand-mère est si fatiguée qu’elle a le tour des yeux violet. Sa deuxième petite fille, jolie et intelligente, est aveugle. Ses yeux semblent avoir été brûlés. « Souvent, elle me dit qu’elle veut supporter sa souffrance toute seule », raconte la vieille dame. « Quand mon petit-fils encore vivant est né, sa mère n’a pas demandé si c’était un garçon ou une fille, elle a seulement voulu savoir si le bébé était normal ? » Maintenant, il est sur une planche à roulettes. Il se propulse de sa seule main et tourne en rond. Le père, petit homme frêle, parle de ses enfants : « Ce serait une chance pour eux de mourir avant nous. »

Cette barque de pêcheurs a un toit arrondi sur sa partie centrale et des yeux peints de part et d’autre de la proue pour éloigner les crocodiles et les mauvais esprits. Sur la partie arrière, la mère cuisine sur un petit foyer en terre cuite dans lequel elle a pilé du charbon de bois. Le père répare le filet. Son corps est couvert de boules grosses comme des oranges. Leurs deux enfants sont nés dans le bateau, sur le delta. La fillette a neuf ans. Elle est magnifique, intelligente, vive et douce. Son frère, sept ans, est arrivé dans la vie avec des poils sur tout le corps. Un docteur a dit qu’il s’agissait d’une hyper pigmentation appelée aussi hirsutisme. La mère en est presque morte à l’époque. L’enfant est intelligent mais souffre d’une grande anxiété. Il est poilu comme un marcassin. Il se roule sans arrêt dans l’eau qui reste au fond du bateau. « Ca sent le poil mouillé », dit sa sœur qui en a peur. Elle préfère jouer avec le python qui vit à bord. « Nous allons manger ce serpent, et nous n’en aurons plus dans l’avenir, car mon fils en a raisonnablement peur », dit le père. « Nous n’aurons plus d’enfant », ajoute la mère.

JPEG - 68.8 ko
Cette maman nous présente son deuxième enfant flasque comme un linge sous le regard indicible de sa soeur et de la grand-mère qui n’y croit pas...

Loin de ceux-là, qui ne sont pas des cas extrêmes, l’actualité joue aux dés leur destin.

GENEVE, le 16 janvier 2006, le nouveau Président de la Commission des droits de l’homme de l’Onu pour la session 2006, le diplomate péruvien Manuel Rodriguez Cuadros a choisi de changer cette instance vieille de 58 ans et très critiquée. Le nouvel organisme serait un Conseil des droits de l’homme. Louise Arbour, haut commissaire de l’Onu aux droits de l’homme approuve le projet et y voit un moyen de garantir une réaction plus prompte aux violations commises dans le monde. Le nouveau président soutenu dans ce projet par le secrétaire général de l’Onu, Kofi Annan, émet l’espoir que ce Conseil « renforcerait le système de protection des droits de l’homme » et « l’écarterait de toute forme de manipulation politique ». Contrairement à la Commission le Conseil serait actif toute l’année. Les critiques de la Commission disent que le système consistant à laisser nommer les pays membres par des organismes régionaux a pour conséquence que des pays commettant des violations graves des droits de l’homme se voient souvent attribuer des sièges dont ils se servent pour se protéger des critiques qui les visent, eux et leurs alliés. Pour Louise Arbour, ancien juge canadien ayant siégé au tribunal pénal de l’Onu pour les crimes de guerre, le « Conseil » « doit pouvoir traiter des violations des droits de l’homme quel que soit l’endroit où elles ont lieu. » Il est grand temps de parler des victimes de l’Agent Orange à l’Onu.

WASHINGTON, le 31 janvier 2006, le Sénat des Etats-Unis d’Amérique a confirmé la nomination par George W. Bush du juge Samuel Alito à la Cour suprême par 58 voix contre 42. Après celle de John Roberts, la plus haute juridiction des Etats-Unis, qui pourrait bien avoir à juger la recevabilité de la plainte des victimes vietnamienne de l’Agent Orange, vient de basculer côté ultra conservateur pour des décennies.

JPEG - 57.2 ko
Madame Kan Lay et son fils, Kâ Van Bac, devant un panneau dénonçant l’opération Ranch Hand dans la vallée d’A Luoi.

PARIS, revenons à ce 17 janvier 1973 : « Accords de Paix de Paris », signés entre les Etats-Unis d’Amérique et le Viêt Nam. Le Chapitre VIII, qui traite des relations à venir entre les deux pays, contient l’Article 21. Cet article prévoit que les Etats-Unis contribueront à la reconstruction du Viêt Nam et à cicatriser les blessures de la guerre...

Lien : http://www.monde-solidaire.org/spip...

André Bouny, père d’enfants vietnamiens, président du « Comité International de Soutien aux victimes vietnamiennes de l’Agent Orange et au procès de New York » (CIS)

P.S. Merci à Alexis Duclos, ancien reporter de l’Agence Gamma. Aujourd’hui indépendant, Géo, Time, etc. Membre du CIS, il met gracieusement ses photos à disposition pour illustrer mes conférences ou articles. Les photos de l’article, copyright Alexis Duclos.



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
12 février 2006 - 06h39

CHER ANDRE

je ne vous connais pas , et je voudrais vous remercier pour ce que vous faites , j’ai manifesté contre la guerre des americains au VIETNAM , puis je suis passé à autre chose , parfois l’huma sortait un papier sur l’agent orange et ses consequences trente ans aprés , mais on lutte contre tout , les guerres succedent aux guerres et on oublie !
Sur ce site , des dizaines d’internautes ont pris le clavier pour s’horrifier d’une ou deux caricatures , que je condamne par ailleurs , je ne suis pas sur qu’ils mettront tant de coeur , pour avec vous , denoncer ce crime abominable qui se prolonge dans le silence etourdissant .
Nixon voulait ramener le VIETNAM à l’age de pierre , il a perdu contre tout un peuple , mais en utilisant des moyens qui quarante ans apres font froid dans le dos , qui à part vous et quelques autres se préoccupent de ces enfants de la guerre americaine .

Avec tout mon respect et toute mon amitié ,
claude de toulouse .



> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
12 février 2006 - 11h06 - Posté par

Merci Claude, amicalement, André.


> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
12 février 2006 - 18h09

Merci pour cet article, merci de rappeler à ceux qui ont oublié, et de dire à ceux qui ne savaient pas, .........et pour les indifférents, il est bon de se souvenir que tout n’arrive pas qu’aux autres, à force de laisser faire.......

Marie



> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
14 février 2006 - 17h48 - Posté par

TU AS RAISON MARIE

comme je le pensais , tous les gauchos , lesapellantàlagrevegenerale , les vrais de vrais de gauche , en un mot tous ceux qui passent des heures pour un dessin à la con sur ce site ou ailleurs , n’en ont rien à foutre des enfants victimes de l’agent orange , vous comprenez monsieur , c’etait y a longtemps , et puis je me souviens plus et puis c’etaient des stals , enfin toujours est il que nos internautes ont d’autres chats à fouetter !
je savais que l’orange etait à la mode chez les revolutionnaires , oui mais uniquement quand c’est une couleur .
tristement
claude de toulouse .


> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
14 février 2006 - 18h53 - Posté par

Claude,

Je comprends ta colère. Mais je ne pense pas que les gens soient vraiment indifférents. J’ai lu et relu cet article de André Bouny plusieurs fois. Je ne trouve toujours pas les mots qu’il faut pour crier mon indignation devant tant d’injustices et de souffrances.
Beaucoup de lecteurs de Bellaciao doivent être dans mon cas : désemparé, souffrant devant mon écran, me demandant quoi dire, me demandant quoi faire.

Bravo à André, qu’il continue à faire en sorte que personne ne puisse ignorer ces atrocités. Je ne le connais pas personnellement, mais c’est certainement un grand monsieur.

Amicalement

Durdo REIL


> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
15 février 2006 - 12h48

Cher André,

J’ai déjà lu quelques articles concernant se sujet et à chaque fois je ne vois pas comment apporter un commentaire qui soit constructif.

Ces lectures me permettent d’apprendre, et elles ne seront pas stériles pour "ma" suite, "mes" opinions, et mon comportement d’être humain au quotidien.

L’essentiel c’est que des personnes comme vous permettent à d’autres d’apprendre ou de ne pas oublier.

Tout ceci ne peut que contribuer aux contre-poids dont nous avons tous besoin pour echapper à l’abattoir auquel on nous mène.

Merci André.

PéKa



> AGENT ORANGE VIETNAM : DE LA REALITE DE VIE DES VICTIMES A UNE LOINTAINE ACTUALITE
16 février 2006 - 01h41

J’ai bien lu attentivement et avec émotion l’article quand il est sorti sur le site, mais je n’ai pas songé à laisser un commentaire.

Le texte et les photos (superbes et pathétiques) se suffisaient à eux-mêmes : ce n’était pas la peine de l’encombrer de platitudes ou de manifestations larmoyantes, pensais-je.

Cela a dû être le cas pour tous ceux que la souffrance humaine bouleverse et qui ressentent une réelle peine et une immense indignation sur ce que font subir les puissants aux faibles.

L’Histoire est jonchée des corps torturés, atrophiés, estropiés, mutilés de ceux qui ont croisé le chemin de ces va-t-en-guerre et de leurs hommes d’armes.

Hélas, les leçons du passé ne servent pas au présent et les atrocités se perpétuent aujourd’hui encore et risquent fort de se poursuivre, voire de s’amplifier, dans un avenir proche.

Je comprends la colère de Claude qui a pensé que les internautes se préoccupaient plus de caricatures que de l’agent orange, mais il a mieux valu peu de commentaires sur ce reportage-ci que le déferlement de poncifs et d’inepties tels qu’on a pu les lire sur les articles concernant les caricatures.

A André, j’envoie toute ma sympathie.

Valens






Ce qu’a déclaré Gaspard Glanz, repris par Pierrick Tillet, impressionnant de lucidité et de courage
mercredi 24 - 13h33
de : nazairien
1 commentaire
Grande fête du livre Paris samedi 27 avril 2019
mercredi 24 - 11h10
de : Frank
Nous sommes tous des débiles profonds
mardi 23 - 23h37
de : irae
Mobilisation de soutien pour Michel, éleveur, le 30 Avril 2019 TGI Dijon
mardi 23 - 22h34
de : Hors norme via Jyp
1 commentaire
Contre le travaillisme patronal
mardi 23 - 21h35
de : Christian DELARUE
2 commentaires
AP-HP : la grève cherche à s’étendre en l’absence de nouvelles propositions de la direction
mardi 23 - 19h44
de : Stéphane Ortega
Force et Honneur, pour le Journaliste Gaspard Glanz, toute sa détermination et sa volonté, dans le regard (vidéo)
mardi 23 - 14h39
de : nazairien
4 commentaires
Gal Tauzin, Permettez que je vous donne ici ma vision de votre révolte, que je considère comme très saine dans le fond.
mardi 23 - 12h50
de : nazairien
2 commentaires
« Ne vous suicidez pas ! Rejoignez-nous ! » : le slogan oublié par les géants du journalisme
mardi 23 - 08h06
de : Frédéric Lemaire, Henri Maler
1 commentaire
Toulouse : “Ne vous suicidez pas, rejoignez nous ! ” lance au mégaphone une Gilet jaune aux policiers (video)
mardi 23 - 07h55
de : Laurent Dubois
À Lyon, des gilets jaunes isérois ont chanté "Ne vous suicidez pas, rejoignez-nous" aux forces de l’ordre (video)
mardi 23 - 07h49
1 commentaire
Un oligarque, "ça ose tout" Carlos Ghosn aurait dépensé l’argent de Nissan dans des boutiques de luxe
lundi 22 - 20h29
de : nazairien
1 commentaire
Les Gilets Jaunes de France. « Nous ne lâcherons rien ». CQFD !
lundi 22 - 16h49
de : JO
Violences policières acte 23 : des scènes de guerre civile, des propos excessifs et un communiqué inopportun LA PEUR CHANGE DE CAMP" (vidéo)
lundi 22 - 13h29
de : Pierrick Tillet
7 commentaires
Nouvelle polémique suicides policier bel enfumage.
lundi 22 - 09h11
de : irae
3 commentaires
Acte 23 Gilets Jaunes samedi 20 avril 2019
lundi 22 - 08h35
de : jean 1
2 commentaires
Enquètes sur pratiques policières !
dimanche 21 - 16h54
de : JO
1 commentaire
LA RECOMPOSITION DES MONDES
dimanche 21 - 10h52
de : Ernest London
1 commentaire
Acte 23, forte mobilisation à Paris, Les Gilets jaunes chantent leurs carmagnoles
dimanche 21 - 10h06
de : nazairien
1 commentaire
Le gouvernement sous arrestation.
samedi 20 - 18h29
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Gilets Jaunes : Lavilliers vire casaque
samedi 20 - 12h22
de : Stafed
4 commentaires
Y-a-t-il eu fichage des « gilets jaunes » blessés lors des manifestations ?
samedi 20 - 08h15
de : François Béguin
Fortes restrictions du droit de manifester : Un Etat de droit en dérive !
samedi 20 - 07h03
de : Chrstian DELARUE
2 commentaires
« VIVRE L’ANARCHIE » film documentaire de Michel Mathurin
vendredi 19 - 22h31
de : Nemo3637
Grande action de désobéissance civile en cours à Paris (video)
vendredi 19 - 15h26
de : JO
1 commentaire
VIVE LA LIBERTÉ DE MIGRER !
vendredi 19 - 12h09
de : BERNARD DUPIN
NOTRE-DAME : OU VA LA GENEROSITE ?
vendredi 19 - 10h38
de : Nemo3637
5 commentaires
Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
6 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
1 commentaire
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
2 commentaires
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
1 commentaire
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les biens superflus rendent la vie superflue. Pier Paolo Pasolini
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite