Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Vaut-il mieux un homme en jupe ou une femme en chemise noire ?
de : Vladimir Luxuria
mardi 14 mars 2006 - 13h32 - Signaler aux modérateurs
2 commentaires
GIF - 17.7 ko

Réflexions sur Mussolini (grand-père et petite-fille), les "pédés" et la relégation

di Vladimir Luxuria traduit de l’italien par karl&rosa

"Frocio" est le terme méprisant dont on qualifie les gay dans l’Italie centrale, "culattone" est plus courant au Nord. Le ministre Tremaglia d’Alliance nationale écrit en octobre 2004 sur papier à en-tête du Ministère : "Les culattoni sont la majorité" en se référant au refus de confiance du parlement européen à Buttiglione, qui avait lié au concept d’homosexualité celui de pêché, "culattoni" sont ceux qui, selon l’ex ministre Calderoli, ont "une absurde prétention de privilèges" en parlant d’unions civiles. Avant-hier, dans "Porta a porta" la députée Alessandra Mussolini a dit : "Il vaut mieux être des fascistes que des pédés". Il ne manque plus maintenant que quelqu’un d’autre se serve du terme méridional "ricchione" pour compléter la gamme linguistique d’épithètes homophobes.

"Frocio" dérive probablement du latin "flaccus", un adjectif pour "flasque, mou", la "mollesse", en effet, (D’Annunzio docet) a été vue jadis comme un symptôme de manières efféminées, au contraire de la dureté masculine, de la masculinité de marbre des sculptures fascistes, comme celles du Stadio dei Marmi à Rome. L’acte d’Alessandra Mussolini a été un acte de sincérité : il est inutile de se servir d’euphémismes, d’argumenter d’une façon civile sa propre opposition aux unions civiles, la vérité est que ces gay nous ne le supportons vraiment pas. Et pourtant, le 6 février 1995, sur les pages du Corriere della Sera, dans une interview accordée à Massimo Consoli, la petite-fille du Duce au nom compromettant contrastait son ennemi de toujours, Storace, sur les ongles laqués présumés du vert Paissan : "Il y a déjà quelques années, j’étais en contre tendance par rapport à mon parti (Alleanza nazionale, à l’époque, ndr) parce qu’un garçon fut éloigné du Front de la Jeunesse en tant qu’homosexuel.

Un gay peut donner de la générosité, de l’amour, de l’affection, un logement, une instruction, une éducation à un enfant. Je suis convaincue qu’il peut le faire de la même manière qu’un hétérosexuel. La sphère de l’affectivité n’a pas de sexe". Il n’y a qu’une dizaine d’années, Mussolini était favorable non seulement aux unions civiles mais même à l’égalisation au mariage, comme Zapatero en Espagne. Naturellement, chacun a le droit de changer d’idée, mais je lui ai exprimé le soupçon qu’à force de fréquenter Fiori ou Tilgher même une femme comme elle, qui semblait si forte, se soit pliée au machisme autoritaire. Il est légitime de penser qu’elle va revoir aussi ses idées sur les normes anti-viol et sur la dignité de la femme et va bientôt se mettre à ne parler que d’épouses mères.

Mais il y a un point de cette vieille interview sur lequel la leader d’Alternative Sociale n’a pas changé d’idée, c’est sur le fait que son grand-père Benito n’aurait pas été agressif à l’égard des gay, que pendant le fascisme il n’y aurait pas eu une véritable persécution. Certes, en Italie il n’y a pas eu les camps où les homosexuels, marqués par le triangle rose, étaient déportés et tués, et pourtant le fascisme s’était allié avec le nazisme d’Hitler ; ils ont été chez nous plus "soft", même si les groupes de choc fascistes qui rouaient de coups des homosexuels ou présumés homosexuels au son de slogans tels que "Pour le bien de la race, qu’on relègue le pédéraste !" n’étaient pas vraiment délicats.

La "relégation" était une mesure de police, sans procès régulier, qui obligeait à résider pendant des années dans une localité restreinte, peu habitée et difficilement joignable : il t’obligeaient en pratique à quitter ta ville et tes affections avec une petite valise pour occulter le vice, c’était la punition pour des comportements considérés comme immoraux. Dans l’après-guerre la relégation politique a été abolie dans le Texte unique de sûreté publique , mais pas la relégation commune, à tel point qu’une des premières transsexuelles italiennes, la fameuse "Romanina" de Florence, fut reléguée dans un village de la province de Foggia pour exiler le scandale du changement de sexe.

Durant le fascisme, la terreur de tous les homosexuels, ceux de "Une journée particulière" de Ettore Scola pour nous entendre, était le préfet de police Molina de Catane : en 1940, il relégua 56 personnes dans la petite île de San Domino des Tremiti. Le problème d’une reconstruction historique exacte de la persécution homophobe de la période nazi-fasciste est dû au manque de mémoire collective : à la différence des Juifs, les gay ne formaient pas une communauté, c’étaient des clandestins, cachés ; ils avaient été découverts, ils n’avaient pas fait de "coming-out", parfois accuser quelqu’un de sodomie servait aussi comme méchanceté personnelle, indépendamment du bien-fondé de l’accusation. Les gay étaient accusés de ne pas permettre la prolifération de la race italienne, de même qu’ils sont aujourd’hui accusés d’être les héritiers d’Hérode, ceux qui sont contre les enfants, les salauds contre les âmes innocentes.

Heureusement, quand Mussolini a dit "frocio", c’était le cœur de la nuit et aucun enfant ne regardait la télé. Pour les reste ce sera aux électeurs de décider s’ils mettent dans la majorité une personne qui utilise ces termes dans un débat politique, de décider si, comme l’a dit Pippo Baudo à la radio chez Fiorello (et je l’en remercie), il est préférable de voir un homme en jupe ou un homme portant chemise noire et matraque à la main.

http://www.liberazione.it/giornale/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Vaut-il mieux un homme en jupe ou une femme en chemise noire ?
26 septembre 2009 - 21h38 - Posté par jeromehej

Bonjour,
si le sujet vous intéresse, je vous invite à visiter le site internet d’information sur le port de la jupe par les hommes : http://hommes.jupe-skirt.info
L’avis des femmes y est demandé.
Cordialement



Vaut-il mieux un homme en jupe ou une femme en chemise noire ?
12 janvier 2011 - 09h27 - Posté par JJL

FEMMES MASSIVEMENT EN JUPE, SIGNE D’UN MONDE COMMUN VIVABLE ?

1 * La jupe est plus le complément du pantalon que son opposé.

La revendication de l’un puis de l’autre s’inscrit dans la perspective du "s’habiller comme je veux". Le pantalon répond à un désir de vivre dans le confort alors que la jupe revendique le désir de plaire sans à recevoir d’injures ou de remarques. La montée en force des femmes en jupe n’empêche pas le port du pantalon, souvent par les mêmes femmes d’ailleurs. Elles veulent avoir le choix.

2 * La jupe contre le voile intégral.

La revendication peut se comprendre ainsi. Il s’agit de refuser l’enfermement et la culpabilisation de la séduction charnelle ainsi que le fait que les hommes ne sauraient maîtriser leur sexualité et leur désir. La jupe manifeste le refus d’une société ou les femmes vivent cachées, séparées des hommes, eux dehors, elles dedans.

3 * La jupe contre les insultes.

Dans le même registre d’affirmation positive des "journées de la jupe" sont apparues il y a quelques années (Vitré en Ille-et-vilaine) pour éduquer les adolescents de toutes origines qui maniaient un peu trop rapidement les remarquent voire les insultes. La jupe est sans doute la revendication d’un droit à s’habiller librement contre l’attribution d’une culpabilité aux femmes contraintes à se cacher à l’égard des hommes .

50 coups de fouet pour une jupe "indécente" : Une jeune soudanaise de 16 ans a reçu 50 coups de fouet pour avoir porté une jupe jugée "indécente", a indiqué samedi l’avocat de sa famille qui conteste l’application de cette version stricte de la loi islamique.
http://www.7sur7.be/7s7/fr/1522/Soc...

3 * La jupe dans la confiance et les lieux mixtes.

Quitter la province passez dans certains quartiers de très grandes villes comme Paris, Lyon ou Marseille et vous remarquerez que là ou les hommes sont nombreux et en groupe dans les rues les femmes ne sont pas en jupe. Là ou la mixité tend à disparaitre au profit d’une forte présence masculine la façon de s’habiller des femmes change dans le sens. Elle tendent à adopter des tenus plus amples et plus couvertes.

4 * La jupe symbole d’une société pacifiée ?

La présence forte de femmes en jupe n’indique pas nécessairement une baisse des violences faites aux femmes. Le fait que les femmes circulent en jupe et surtout en mini-jupe est un signe de confiance dans les lieux fréquentés, ensoleillés et ouverts ce qui tend à penser qu’il y moindre violence. Mais il n’y a pas d’études qui infirment ou confirment ce lien jupe-violence. On sait que les violences augmentent la nuit et à la maison.

5 * De plus en plus de jupes ?

On pourrait le souhaiter. Il y a comme une reconnaissance culturelle d’un monde commun vivable quand les femmes sont en jupe sans souci qui peut paraître positif. Pourtant le fait n’est pas acquis. "En vérité, il semble que la jupe disparaisse peu à peu et que nous allions vers un monde où le pantalon prendrait toute la place" dit Frédéric Monneyron ( auteur de La Frivolité essentielle ) interrogé par Mathilde Froment et Lucie Oriol de France Soir en 2009.

6 * La jupe en soumission ou en liberté active ?

Mais pour cet auteur le port de la jupe serait uniquement une "soumission au désir masculin" ce qui revient à placer le désir (sexuel modéré) d’un seul côté celui des hommes comme si les femmes n’avaient aucun désir de séduire de façon charnelle. Il y a là une vision austère et rigoriste des rapports de genre qui une fois de plus culpabilise les femmes de leur désir de séduction.

JJL

"La mini-jupe a eu des répercussions indiscutables sur la société" | France Soir
http://www.francesoir.fr/vie-quotid...





Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
13 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off
Sur les Gilets Jaunes, l’État et le fascisme – lettre d’Antonin Bernanos
lundi 7 - 16h06
de : jean 1
Ami entends-tu les cris sourds du pays qu’on enchaîne : L’Europe nous supprime la faucille ! Et le marteau ! ...
lundi 7 - 15h07
de : nazairien
1 commentaire
Réformes des retraites : depuis 1993 l’âge de départ et le montant des pensions reculent
lundi 7 - 07h50
1 commentaire
TROIS "I" en même temps !
dimanche 6 - 21h49
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Rencontre nationale des communes libres et des listes citoyennes
dimanche 6 - 21h42
de : commercy par invités de médiapart
La “surprise” de l’acte 47 des GJ : l’occupation du centre commercial Italie2 (vidéo)
dimanche 6 - 11h11
de : nazairien
4 commentaires
Un féminisme accusé de contrôle du corps des femmes
dimanche 6 - 02h31
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Le communautarisme du Rassemblement National - RN (ex FN).
dimanche 6 - 02h21
de : Christian DELARUE
confirmation expulsion appel à convergence
samedi 5 - 22h27
de : AMASSADA
Acte 47 Toulouse et violences à AMiens
samedi 5 - 21h51
de : https://www.frontsocialuni.fr/les-luttes-invisibles/
Une lobbyiste de la pollution au coeur de la convention pour le climat
samedi 5 - 21h39
de : Gaspard D’Allens REPORTERRE
Christine Renon : marée humaine quand l’Éducation Nationale ne veut pas de vague
vendredi 4 - 14h32
Les palettes : Il n’aurait jamais dû signer...
vendredi 4 - 10h22
LA MANIFESTATION CLIMAT DU 21 SEPTEMBRE A-T-ELLE ÉTÉ INFILTRÉE PAR LE BLACK BLOC ?
jeudi 3 - 22h36
de : jean 1
Alexandre Langlois réagit à l’attaque au couteau à la préfecture de police de Paris (vidéo)
jeudi 3 - 20h25
de : nazairien
Une corrompue de plus, comme commissaire européen : Emplois fictifs : « I’m clean », se défend Sylvie Goulard
jeudi 3 - 17h54
de : nazairien
3 commentaires
Ils avouent sans honte, que les radars c’est pour faire du fric : Les « gilets jaunes » ont plombé les recettes des radars
jeudi 3 - 16h58
de : nazairien
1 commentaire
Fouloir, Pouvoir, Vouloir.
mercredi 2 - 19h22
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
ÉCOLE
mercredi 2 - 08h41
de : Ernest London

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est dangereux à vivre ! Non pas tant à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent et laissent faire. Albert Einstein, 1921.
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite