Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Début du procés de l’incinérateur de Fumel
de : Jacques
jeudi 18 septembre 2003 - 02h25 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

14h40 : Aujourd’hui, à Agen, a lieu le procès des militants ayant arrêté l’incinérateur de Fumel.

Ce matin, plus de 1000 personnes, venues par car de tout le sud de la France et menées par la Compagnie Jolie Môme, ont manifesté dans la ville.

Le procès vient juste de commencer, en quasi-huis clos, puisque seulement 20 personnes (dont je suis) ont pu pénétrer dans un Palais de Justice completement bloqué par la police.

Devant le nombre d’accusés et de témoins, la juge a décidé de faire une sélection des témoins cités, afin de pouvoir traiter l’affaire dans la journée. Avant de suspendre la séance afin d’en décider, elle a demandé leur avis aux différentes parties (Procureur, défense et partie civile).

Ce que a permis à l’avocat de cette dernière de demander que ce faisait José Bové parmi tous ces spacisalistes en incinérateurs et environement, à moins que ce soit à titre d’"expert en démolitions"...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
> Début du procés de l’incinérateur de Fumel
18 septembre 2003 - 02h51

15h30 :

Après une petite interruption de séance, petit incident :
La Juge ayant récusé plusieurs témoins, dont un expert en environnement
et José Bové (parce qu’il n’était pas un expert relié à l’affaire et ne
connaissait "pas assez" les prévenus pour témoigner de leur moralité) ce
dernier a voulu prendre la parole, ne serait-ce que pour témoigner a
propos de l’"état de necéssité". La juge refusant de l’écouter et les
flics présents dans la salle se rapprochant, José Bové laisse tomber.

L’incident clos, la juge annonnce le rejet d’une demande de report faite
par la défense. Ceci car une autre procédure, lancée par un des prévenus
habitant juste à côté de l’incinérateur, à l’encontre des exploitants de
l’incinérateur est en cours. Inutile de dire que si cette procédure
déclarait l’exploitant coupable de non respect des normes (ce qui est
indiscutable), cela n’aurait qu’être bénéfique au proès ayant lieu
aujourd’hui.

Après donc ce refus de la défense de faire valoir ses droits,
le procès entre donc maintenant dans le fond de l’affaire.
Stay tuned...

Jacques.



> Début du procés de l’incinérateur de Fumel
18 septembre 2003 - 03h24 - Posté par

17h30 :

Après la présentation des six accusés, le procès est entré eans le fond.
Tout d’abord, le juge a tenté de reconstituer les faits. Ou plutot,
puisque le déroulement des faits était assez clair (Soirée chez Gérard,
Occupation de l’incinérateur, réunion avec le syndicat d’exploitation,
puis arret de l’installation dans la nuit qui a suivit), la juge a
prèfèré s’intéresser aux propos écangées, après l’action, entre les
militants qui avaient participé au démontage et ceux qui avaeint préféré
aller dormir. Ou alors sur le fait qu’un des militants avait déclaré
qu’il était venu pour participer à une action anti-précarite. et pas à
une action "écologique".

Comme si on n’àtait pas capable de soutenir un
autre type d’action. A noter que si les accusés ont pu éclaircir
certaines divergences dans les déclarations au cours de l’enquête,
le fait que seuls certains des interpellés étaient jugés aujourd’hui,
n’a pas permis aux autres de levés certains ambiguités, surtout celles
concernant le fait que certains ont déclaré à l’époque qu’ils étaient
pour l’occupation mais contre l’arrêt...

Petite chose qui a fait un peu sourire, c’est le fait que lorsque la
juge cherchait à savoir qui faisait ou non partie d’AC !, utilisait le
nom "Action Chomage"...

Après l’exposé des faits, les témoins ont pris la parole l’un après
l’autre.

Après l’intervention du prèsident du collectif de soutien, le
responsable d’une association environnementale a expliqué le contexte
général de l’incinérateur de Fumel, parmi des dizaines d’autres
incinérateurs hors-normes. En soulignant principalement que si Fumel a
été arrêté en 1999 dans les circounstances que l’on sait, 45 autres
incinérateurs ont été ensuite par décision gouvernementtale....
Ensuite, un scientifique spécialisé dans les question environementales,
a détaillés les aspects plus techniques du fonctionnement hors-norme de
l’incinérateur. puis les diffèrents rapports et procédure engagées
depuis 1990, dénonçant le fonctionnement de l’incinérateur.

Peu après, le prèsident d’une association de riverains de Fumel, a
tèmoigné à propos des dégats écologiques, aussi bien visibles que des
problèmes de santé, et des diffèrentes
Ensuite, ce fut le tour du chef des gendarmes ayant procédé à
l’interpellation des militants et à l’enquete qui y a suivi. Ces faits
exposés, la discussion est passé à une autre enquête pour laquelle il a
été chargé : La constattation, suite à la plainte déposée par Gérard, du
fonctionnement hors-norme de l’incinérateur. Chose qui pour lui ne fait
aucun doute.

Après cela, un membre du ministère de l’environnement a résumé les
procédures engagées par le ministère depuis 1997 pour fermer ou
remettre aux normes les incinèrateurs défectueux.
En ce qui concerne Fumel, il rapelle que le ministère a envoyé plusieurs
coouriers au prèfet, afin d’empêcher la remise en service cet
incinérateur après son arrêt, car il était evident qu’il ne pourrait en
aucun cas être remis aux normes.

Témoignage très important, dans sa déclaration que la promesse faite par
l’exploitant aux occupants de fermer l’incinèrateur en 2002 n’était pas
acceptable, et que le ministère l’aurait fait fermer avant... Si le
prèfet avait fait remonter les différents rapports et declarations des
associations de riverains..,

Enfin, Christophe Aguitton, en temps qu’ancien responsable d’AC ! a tenté
de recentrer l’action dans le cadre des actions des chômeurs, incapables
de faire entendre leur voix sans passer par ce genre d’action, et de
montrer que le fait que des chômeurs s’occupant d’écologie n’était
rien d’autre que la logique qui allait aboutir, la même année à certains
évènement comme Seattle. Mais la Juge, disant que ceci n’àtait pas
directement lié à l’affaire en cours, refusa le témoignage.
La séance vient de s’interrompre, avant de poursuivre, dans quelques minutes,
par les plaidoiries.

Devant le Palais de Justice, l’ambiance est en train de monter (juste
avant l’interruption nous avons commencé à entrendre des cris, depuis la
sale d’audience située de l’autre côté du batiment). Ca se radicalise
même, puisque certains ont tenté de forcer le portail, faisant
apparaitre des CRS, armés de boucliers. A l’intérieur, d’autres sont
déjà casqués...

Il faut dire qy’une fois les personnes assistant à l’audience sortent du
Palais, ils ne peuvent plus revenir. Et que la salle est maintenant à
moitié vide... Publicité de débats ?

Stay tuned...

Jacques.


> Début du procés de l’incinérateur de Fumel
18 septembre 2003 - 13h48 - Posté par

21h00 :

A la reprise des débats, ce fut à l’avocat de la partie civile de prendre la parole,
Tout d’abord, il indique que sa présence est dûe à un vote "unanime" du syndicat
intercommunal qui avait la gestion de l’incinérateur. Ensuite il dit que si les
accusés voulaient arréter l’incinérateur, il suffisait de faire un "référé en voie da
fait" [Ceci en donnant pour exemple une affaire totalement caricaturale, laissant
oublier que si les copains avaient tenté à l’époque de faire un référé, il se serait
enlisé dans des querelles d’experts, et non avec les éléments actuels à propos des 45
incinérateurs, dout dout le monde est d’accord aujourd’hui]... Mais même si il déclare
que l’incinérateur n’était pas si dangereux que cela ("Les vaches n’ont pas changé de
couleur"), il nous laisse entendre cependant que le syndicat serait en fait satisfait
de l’arrêt,..

Le procureur déclarant d’abord qu’il ne faut juger l’affaire que sur les faits de
destruction, sans s’occuper de sa légitimité, base toute son argumentation à essayer
de détruire la légitimité des actions citoyennes "faites par des individus
fonctionnant de façon anti-démocratique"... Plus pratiquement, il demande que la loi
soit appliquée avec une peine individualisée pour chaque accusé. Ce qui n’est pas
évident, puisque les actes individuels n’ont pratiquement pas été vérifiés. Il demande
cependant 9 mois fermes, donc huit avec sursis pour Gérard, les frangins et Pierre
(Parce que selon lui, ce serait le "théoricien"), 6 mois avec sursis pour Marie, et
trois mois avec sursis pour Patrick.

C’est l’avocat de ce dernier qui prend ensuite la parole, rappelant que Patrick
n’était rien fait de plus grave que faire bruler que trois pallettes de bois et
ammener des boules de pétanques. Et qu’il avait déja été puni par le fait qu’il avait
perdu son travail lorsque son patron avait appris qu’il allait passer en procès.
Ensuite l’avocat de Marie, s’étonne comment une affaire ayant au début été gérée comme
une action de grande criminalité, avec incarcérations et mises sous controle
judiciaire/social délirant, finisse pas disparaitre totalement, avant de réapparaitre
moins de quinze jours avant sa prescription... Plus tard retournant les propos du
procureur, il demande que Marie soit jugée sur ses actes de dégradations : faire
bruler trois palettes de bois, dégonfler les pneux d’un véhicule et autres
broutilles... Et en ce qui concerne l’accusation d’entrave à la liberté du travail, il
ne fait que rappeler que si des gens y travaillaient, ils le faisaient en dehors de
toute légalité...

L’avocat des frangins, s’applique ensuite a expliquer la légitimité de l’action
d’arrêt d’un lieu connu pour être dangereux pour la santé, et démontre que faire un
référé n’aurait eu aucun effet.

L’avocate de Pierre s’attache tout d’abord a démontrer la liaison entre, AC !, la
précarité et l’incinérateur, en rappelant que les personnes les plus proches de
l’incinérateur étaient un camps de personnes précarisées (des gitans) et qu’il n’y
avait pas d’incinérateur dans le 16e arrondissement de Paris. Ensuite, elle s’attache
à démontrer que l’action de Pierre est une action militante au même titre qye ses
autres activités dans les collectifs de chômeurs.

Enfin l’avocat de Gèrard, résume les plaidoiries des autres avocats, et plaide l’état
de nécessité, justifant l’arrêt d’un incinérateur dangereux pour la santé publique.

Délibéré le 19 novembre


> Début du procés de l’incinérateur de Fumel
18 septembre 2003 - 13h49 - Posté par

mercredi 17 septembre 2003, 20h31

(Agence Reuters)

Peines de prison requises contre les "inculpés de Fumel"

AGEN - Le ministère public a requis devant le tribunal correctionnel d’Agen
(Lot-et-Garonne) des peines de neuf mois de prison dont huit avec sursis à trois mois
de prison avec sursis à l’encontre de six militants de AC ! poursuivis pour avoir
dégradé l’incinérateur d’ordures intercommunal de Fumel, qu’ils considéraient comme
polluant.

Le procureur de la République Gérard Ilbert s’est élevé contre le "contrôle citoyen"
qui tend à "permettre à certains sous le couvert associatif ou syndical de s’exonérer
des lois de la République".

Il a évoqué des "comportements beaucoup plus inquiétants que la dioxyne, des
comportements anti-démocratiques qui peuvent nous amener à la catastrophe".
Les prévenus se sont tous dits solidaires de l’action qu’ils avaient menée. Leurs
avocats ont demandé la "justice" au tribunal plus que "la clémence", rappelant que les
autorités du département s’étaient montré sourdes aux risques encourues par les
populations habitant autour de l’incinérateur.

A l’ouverture de l’audience, le tribunal a récusé quatre des témoins de la défense
dont le porte-parole de la Confédération paysanne José Bové estimant qu’il n’était pas
qualifié sur le cas de l’incinérateur et ne pouvait témoigner sur les prévenus.

Le 15 mars 1999, un groupe de chômeurs d’AC ! et de Clash (Chômeurs libres, actifs,
solidaires et heureux) avait neutralisé l’incinérateur d’ordures ménagères géré par le
Syndicat intercommunal en démontant la porte du four et en sectionnant les câbles du
tableau de contrôle. Le montant des dégâts a été évalué à 230.000 euros. Depuis,
l’incinérateur n’a pas été remis en fonction.





Gilets-Jaunes - Acte 45 - Dès ce matin mobilisation massive à Paris !
samedi 21 - 11h21
de : joclaude
C3H8NO5P
vendredi 20 - 20h51
de : L’iena rabbioso
LIBERTE POUR VINCENZO VECCHI
vendredi 20 - 18h39
La liste des 11 membres du gouvernement à avoir « oublié » des biens dans leur déclaration de patrimoine
vendredi 20 - 17h20
de : joclaude
La France équipe les troupes égyptiennes soupçonnées d’exactions dans le Sinaï
vendredi 20 - 14h11
de : joclaude
1 commentaire
TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Vous voulez les misérables secourus, je veux la misère supprimée. V. Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite