Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Victoire de la défaite
de : André Bouny
vendredi 18 août 2006 - 13h43 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 36.3 ko
Future maman vietnamienne, dessin d’André Bouny, Paris 1973.

de André Bouny

Victoire d’Israël, Victoire du Liban ; Victoire du Liban, Victoire d’Israël

La polémologie, science de l’étude de la guerre, ne considère pas la guerre comme un phénomène exceptionnel mais comme une constante de l’Histoire de l’humanité.

L’irénologie, science de la paix, ne figure pas dans le dictionnaire, pas plus que n’existe un Ministère de la paix dans quelque gouvernement que ce soit.

Sur la vie défaite montent des clameurs de victoire. Enfants israélites paraphant les ogives des bombes, enfants libanais brandissant le calicot du triomphe : germes des combats à venir. De la défaite de l’armement israélien sur les positions souterraines libanaises peut naître l’attaque nucléaire qui atteindrait de futures cibles enfouies en Iran.

Défaite de l’éducation des peuples, de leur sagesse et du comportement de chacun de nous, paroles et écris compris. Défaite de l’appartenance qui brouille le jugement toujours prompt à confondre ce qu’il aimerait qui soit avec ce qui est. Défaite de l’intelligence sensible. Défaite de la conscience. Défaite du protocole politique qui persiste à saluer la fonction habitée d’une crapule. Défaite des relations internationales et de la différence. Défaite de l’économie locale, régionale, mondiale, au bord du gouffre. Défaite de l’enfance.

Les enfants qui vivent la guerre y jouent puis la font. Les enfants en paix voient la guerre à la télévision et au cinéma, jouets et jeux - vendus par les marchands d’armes qui éditent les poètes - la reprennent prédisposant leurs utilisateurs à reproduire ce qu’ils voient comme faisant partie intégrante du paysage de leur vie réelle et/ou ludique. Comme allégorie de l’homme formaté à la guerre, il y a le pédopsychiatre du pays « riche et en paix » qui préconise de laisser l’enfant jouer avec des imitations d’armes - évacuation de l’agressivité - de façon à ce qu’il ne s’en serve pas une fois adulte. L’acceptation de ce rouage mental - qui reste à prouver - ne laisse pas de place à la paix globale, l’évacuation de l’agressivité de l’enfant vivant en milieu de paix se ferait donc au regard et au détriment de l’enfant vivant au milieu de la guerre. C’est le refrain, la paix c’est quand la guerre est ailleurs.

L’inévitable Histoire des hommes contient les déclencheurs « polémogènes » qui nourrissent la guerre, convoitise des richesses dans la chronologie de l’épuisement de la planète, or jaune, or noir, or bleu, bientôt or transparent, provocations, concordance de faits économiques, psychologiques, ethniques, culturels, démographiques et religieux. Mais la guerre est toujours perdue. Israël et Liban ont perdu. Perdus, les enfants bousillés. Perdues, les mères éclatées. Perdus, les pères explosées. Perdus, les arbres arrachés tirant de la terre aride l’huile parfumée et le sucre de leurs fruits. Défaites, les maisons où se prenait le repas frugal sans jamais prétendre à l’inaccessible bonheur, construites avec tant de peine et de temps de vie. Et demain le malheur est encore promis, niché dans l’engin qui n’a pas explosé et dans le légume pourri par la terre contaminée, dans la prochaine guerre.

Derrière les gravas tièdes et le rideau de fumée se cachent les gagnants, fabricants d’armes et futurs reconstructeurs, souvent les mêmes qui, aussi par éducation et formation, ne savent rien faire d’autre que cette besogne sur le dos de l’effort humain, du sang des autres, forgeant ainsi et alimentant les combats à venir pour leur plus grande fortune en imposant à nos sociétés une économie de guerre. L’activité de ces acteurs diffus et magnas de la guerre se ramifie au niveau local où se trouve toujours un élu, mal avisé, invoquant quelques emplois abjects au salaire obscène - pour une poignée de bulletins en plus dans l’urne - qui justifie l’installation de fabrication et sous-fabrication d’armes. (Pour exemple le cas des mines antipersonnel à 30 cents de dollar/pièce qui ne nécessite pas une haute technologie, couleur sable pour une utilisation en milieu désertique, colorée et attrayante pour les enfants sous forme de papillon, dit et montre le prospectus comme s’il s’agissait de vulgaire objet de consommation. Une mine antipersonnel arrache pieds et/ou mains, bras ou/et jambes ou bien les deux, éventre une fillette ou écouille un petit garçon toutes les vingt minutes sur la Terre. Elle peut rester active onze siècles. Le Traité d’Ottawa a mis cette pratique sous l’éteignoir mais la Chine, l’Inde, la Russie, les USA et bien d’autres ne l’ont pas signé.) Pour un chômeur conscient mieux vaut la mendicité devant la porte de l’église.

A l’autre bout du tuyau de cette économie de guerre et par le dispositif des multinationales, les gigantesques rebus de fer et d’acier vomis par la guerre sont rachetés à prix vil par ceux qui les ont vendu à prix d’or sous la forme de blindés et reviennent vers nous contaminés dans les biens de consommation courante de nos cuisines, automobiles et toute autre forme d’objets quotidiens sans oublier l’industrie du jouet. A tel point que si la guerre s’arrêtait l’économie s’écroulerait. C’est le triomphe de l’argent sur toutes les autres valeurs, vie comprise. La guerre se déroule donc, provisoirement, dans les pays où subsistent des valeurs supérieures à l’argent, permettant ainsi d’écouler les arsenaux et de reconstituer les stocks tout en recherchant l’arme émergeante qui mariera la nanométrie à la génétique avec une plus forte valeur ajoutée.

C’est la victoire de la défaite.

En paix.



Imprimer cet article





Armes Européennes chez Daesch : Des langues se délient !
lundi 12 - 18h02
de : JO
Les grosses augmentations de certains ministres en 2018
lundi 12 - 11h58
de : JO
1 commentaire
Enfoirés de journalistes !
lundi 12 - 10h10
de : jean 1
3 commentaires
« Fêtons la gratuité ! » le samedi 5 janvier à Lyon !
lundi 12 - 09h18
de : Paul Ariès
1 commentaire
La Bible, les terres et les missionnaires du temps de la « pacification » des colonies.
dimanche 11 - 22h02
de : Christian DELARUE
CONSEIL CONSTITUTIONNEL : Censurons les censeurs !
dimanche 11 - 14h56
de : JO
1 commentaire
LE MONDE SELON MONSANTO - De la dioxine au OGM, une multinationale qui vous veut du bien
dimanche 11 - 08h46
de : Ernest London
VENEZUELA : La Révolution se défend contre le terrorisme économique !
samedi 10 - 17h39
8 commentaires
Make Anti-Imperialism Great Again !
samedi 10 - 17h07
de : jean 1
1 commentaire
Réformes de l’éducation : « C’est un projet élitiste, autoritaire, réactionnaire et libéral »
samedi 10 - 06h08
Carburants ou pouvoir d’achat : les raisons de la colère
vendredi 9 - 20h44
de : Christian DLR (cgt fin pub)
Du 11 Novembre 1918… au 1er Septembre 1939… D’une guerre mondiale… à l’autre…
vendredi 9 - 13h31
de : Emission Polémix et La Voix Off
rencontre nationale des secteurs en lutte samedi 10 novembre à Paris !
vendredi 9 - 11h17
de : SUD Poste 92
2 commentaires
Ce mensonge du gouvernement qui pourrait vous coûter très cher !
vendredi 9 - 11h07
de : JO
Les GM&S attaquent PSA et Renault en justice
jeudi 8 - 16h08
Gender Recognition Act : la lutte des femmes britanniques pour ne pas être effacées
jeudi 8 - 12h36
de : Female-
1 commentaire
#fachosphère / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 8 - 11h51
de : Hdm
Sortons du vrai-faux débat sur le prix du carburant. Défendons le droit à l’énergie élémentaire via sa gratuité !
jeudi 8 - 07h54
de : Paul Ariès et l’Observatoire international de la Gratuité (OIG)
12 commentaires
Retraite Complémentaire : Très mauvaise nouvelle qui vous attend en 2019
mercredi 7 - 15h27
de : JO
Mélenchon : les limites juridiques, judiciaires et politiques de l’enquête préliminaire
lundi 5 - 16h00
de : Foolad
2 commentaires
Les approches libertaires de l’école du Rojava
lundi 5 - 12h06
de : jean 1
Suicide d’une factrice : ses collègues exigent le départ des encadrants depuis 10 jours
dimanche 4 - 13h37
L’abécédaire de Daniel Guérin
vendredi 2 - 14h03
de : jean 1
Arkéa : les épargnants en danger !
vendredi 2 - 12h15
de : Guirec
Détermination kurde - Retour à Kobané
jeudi 1er - 19h37
de : Pierre Bance
JAMAIS TROP TARD ! C’est l’heure de l’mettre
jeudi 1er - 12h46
de : Hdm
Macron, un économiste stupide ? Ou de classe...
jeudi 1er - 09h22
de : Allain Graux
1 commentaire
Les grèves de la faim se multiplient dans les conflits du travail
jeudi 1er - 07h22
APRÈS LE CAPITALISME - Essai d’écologie politique
mercredi 31 - 07h06
de : Ernest London
2 commentaires
Ce que l’élection de Bolsonaro au Brésil nous apprend ici en France
mercredi 31 - 06h37
de : Foolad
VIDEO EN DIRECT - Meeting de Jean-Luc Mélenchon à Lille mardi 30 octobre 2018 à 19h00
mardi 30 - 12h00
Mirages 2000, chars Leclerc, canons Caesar : la France fournisseuse officielle du carnage yéménite
mardi 30 - 10h29
de : jean 1
Les tribulations d’un Vampire sous l’Apartheid le 9 novembre
lundi 29 - 11h37
Lettre ouverte des communistes du PRCF
lundi 29 - 10h35
de : JO
2 commentaires
NANTES RÉVOLTÉE – Numéro 4 - Nos désirs font désordre
lundi 29 - 07h47
de : Ernest London
Brésil. L’élection d’un chef de gang psychopathe d’extrême droite, ouvre la voie à "un nettoyage jamais vu dans l’histoire du Brésil"
lundi 29 - 00h34
de : Smaïl Hadj Ali
4 commentaires
84% des Français ne font pas confiance à Emmanuel Macron pour redresser leur pouvoir d’achat
dimanche 28 - 14h00
de : JO
1 commentaire
Glasgow : 8000 femmes en grève pour l’égalité salariale
dimanche 28 - 10h14
Les multiples facettes du Rojava, égalitaire, féministe, écologique et démocratique
samedi 27 - 21h34
de : jean 1
Quatre hôpitaux, privatisés, se sont déclarés en faillite aux Pays-Bas
samedi 27 - 13h22
de : André

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le monde est un endroit magnifique pour lequel il vaut la peine de se battre. Ernest Hemingway
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite