Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Bleu comme les étoiles
de : Al Faraby
vendredi 25 août 2006 - 22h54 - Signaler aux modérateurs

de Al Faraby

Nawal descend les escaliers restés en suspend après le bombardement. Ses yeux cherchent dans la foule rassemblée sur la petite place. Son regard se perd dans ses pensées qui se bousculent dans sa tête. Elle ne sait par où commencer.

Toutes les questions lui viennent à l’esprit, tous les visages, tous les noms, toutes les voix, les cris, les larmes, les souffrances, les douleurs, les peurs, les angoisses, les tremblements, les insomnies... toute l’obscurité.

Nawal descend les escaliers tranquillement. Elle est pieds nus.Sa longue robe frôle les marches et soulève un nuage de poussière.

Elle fixe la foule et regarde le ciel. Jamais il ne lui est apparu aussi claire, bleu... menaçant. La foule s’agite. Tout le monde se cherche, se retrouve, s’embrasse comme après une longue absence. Heureux de se retrouver en vie comme après une catastrophe naturelle : un tremblement de terre, un séisme, l’irruption d’un volcan, un tsunami ...

Nawal s’arrête net. Il n’y a plus aucune marche sous ses pieds. L’escalier donne sur le vide. Le fil est rompu. Pas pour longtemps, très vite, sortie de nulle part, une échelle est tendue. Les gens s’attroupent et encouragent Nawal à descendre. L’échelle est calée sur le toit d’une voiture cabossée par les gravats de l’immeuble partiellement effondré. Un homme s’assure que l’échelle est bien stabilisée. Un autre tend la main à Nawal.

"Ma fille. Quelqu’un a-t-il vu ma fille ?"

Ce sont ses premières paroles depuis sa sortie des décombres des étages écrasés les uns sur les autres.

"Ne craignez rien. Nous la retrouverons. Il faut descendre" Salah se veut rassurant. Les deux bras bien tendus, il s’assure une dernière fois que l’échelle tient bon. Nawal sait qu’elle n’a pas le choix. Elle doit avancer. Elle se retourne, s’accroupit et d’un pied tremblant cherche la première traverse de l’échelle. "C’est cela... continuez doucement... pas de geste brusque... nous avons tout notre temps"

Salah surveille le moindre geste. Il continue à lui causer.

"Vous habitiez à quel étage ?"

Nawal ne répond pas. Elle descend tout doucement. Elle veut retourner la tête. "Non, ne regardez pas en bas. Occupez-vous seulement de descendre" lui lance le sauveteur.

Elle obéit. Elle pose les pieds l’un après l’autre. L’échelle bouge un peu. La femme s’immobilise.

"Ce n’est rien" réplique rapidement Salah. Il ajoute :

"Comment s’appelle votre fille ?"

La mère ne bouge pas. A l’évocation de sa fille, Nawal décide de remonter. Elle crie :

"Ma fille, quelqu’un a-t-il vu ma fille ?"

L’homme réalise de l’erreur commise.

Trop tard. La femme remonte avec une agilité surprenante. Elle crie :

" Wardé... Wardé... Wardé... réponds-moi ma petite fille !"

"Non, redescendez... c’est dangereux.... nous retrouverons votre fille", crie Salah.

Nawal ne l’entend pas. Elle ne l’entend plus. Elle a atteint l’escalier. Elle s’y agrippe de toutes ses forces et d’un dernier effort elle passe par-dessus les premières marches.

Elle se redresse et continue à crier :

"Wardé... Wardé...J’arrive ma petite chérie... maman ne t’abandonnera jamais !"

Le sauveteur la supplie :

"Descendez... c’est très dangereux. L’immeuble risque de s’effondrer d’un instant à l’autre... Il ne faut pas y aller"

"Wardé... Wardé... m’entends-tu ma chérie ?"

Et la femme disparaît dans les pans de mur de béton encore debout.

Désespéré, Salah lève les yeux vers le ciel. Il ne l’a jamais vu aussi beau, aussi bleu, aussi... menaçant ! Il tient toujours l’échelle, inutilement. Il prend conscience de l’absurdité de son geste, de la situation... le désespoir le ronge jusqu’au plus profond de sa conscience.

"Il ne fallait pas que je la laisse partir... Il faut que je la rattrape" se dit-il.

Trop tard. Une tâche sombre apparaît sur le grand fond bleu, puis une autre, puis une autre... Les tâches grandissent à vue d’œil. Elles remplissent le ciel. Le bleu disparaît, la lumière du soleil s’éclipse. Tout s’assombrit. La foule se disperse dans tous les sens, dans un désordre inouï. Tous ses cris, tous ses hurlements, ne suffisent pas à couvrir le bruit sourd des trois appareils qui la survole.

Une bombe, puis une autre, puis une autre.... une pluie de bombes s’abat sur la foule qui disparaît dans une épaisse fumée noir rongée par les flammes. Salah, pris de panique, resté miraculeusement immobile sur le toit de la voiture cabossée, assiste impuissant au massacre.

Les avions font un dernier tour et s’éloignent. Les trois tâchent disparaissent du côté d’où elles surgissent à chaque fois.

Doucement, le ciel retrouve sa couleur habituelle du mois d’août... un bleu légèrement blanc, immensément éclairé. Un bleu comme en rêvent les enfants qui jouent sur la plage pas très loin. Bleu comme les étoiles des avions qui passent de temps à autre et lâchent des bombes.

Le ciel redevient bleu !

L’immeuble s’est complètement effondré. Il ne reste plus aucun mur debout... tout est réduit en poussière. Par ci, par là, des bouts de meubles éparpillés, fracassés, brûlés... Des bouts de lits, de chaises, des portes, des appareils ménagers, des livres, des chaussures, des valises, des jouets... et de temps à autre une main qui dépasse, un bras, une jambe, une tête avec les yeux encore ouverts qui semblent chercher quelqu’un !

Toute ressemblance avec la réalité est pure coïncidence.

http://www.aloufok.net/article.php3...



Imprimer cet article





Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
7 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
22 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1
double face
jeudi 10 - 12h01
de : jean 1
1 commentaire
Appel à Manifestation samedi 12 octobre à Saint-Victor
mercredi 9 - 22h05
de : AMASSADA
Détruire le capitalisme avant qu’il ne nous détruise (à propos de Lubrizol)
mardi 8 - 23h50
de : nazairien
3 commentaires
On nous cache tout, on nous dit rien :Frais d’obseques des deputes et de toute leur famille payes par nos impots (vidéo)
mardi 8 - 23h05
de : nazairien
LES BESOINS ARTIFICIELS - Comment sortir du consumérisme
mardi 8 - 17h23
de : Ernest London
11 commentaires
Le Maquillage Vert du Capitalisme ne change pas son essence prédatrice
lundi 7 - 23h02
de : Cecilia Zamudio
Emission - Lubrizol – Enfumage chimique. Enfumage médiatique. Enfumage étatique.
lundi 7 - 16h59
de : Emission Polémix et La Vox Off

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Chacun de mes contacts avec la politique m'a donné l'impression d'avoir bu dans un crachoir. Ernest Hemingway
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite