Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

A quelles conditions existe-t-on vraiment ? (zaz)
de : Ocséna, contre le Système-Ena
mercredi 22 août 2007 - 15h17 - Signaler aux modérateurs
4 commentaires

Sous-titre : La turpitude médiatique

1° Introductif : Suis-je ? qui suis-je ?

"Cogito ergo sum : je pense donc je suis". Cette formule n’est sans doute en soi pas fausse, elle se révèle dans la sphère privée, par les nuits insomniaques, quand tu te retrouves seul avec toi-même dans ta tête. En fait, la grande, très grande solitude qui fait bobo-pas-rigolo est plutôt ordinairement celle du terrible vide de l’amour absent, inexistant. Pour preuve, on donnera que cette solitude-là se transforme instantanément en plénitude sitôt qu’on est enfin aimé : "Je suis aimé donc je suis", voilà une non moins puissante vérité, au fond beaucoup plus chérie que le cogito cartésien.

Dans cet ordre de pensée de la dialectique vécue avec soi-même ou avec les autres, la démocratie dans laquelle on trempe mérite encore cependant d’être examinée en propre. La véritable démocratie serait premièrement d’être reconnu, toi, vous, moi, comme une personne à plein temps et en totalité. Bon ben, le moins qu’on puisse dire c’est qu’il y a, dans ce domaine, loin de la coupe d’hydromel attendue aux lèvres attendantes, mêmes les jours voués aux élections.

"Tous les hommes sont égaux par la nature et devant la loi" proclamait dans son article 2 la Constitution du 24 juin 1793, on n’en a retenu positivement que la fin sur la Loi (comment pouvait-on faire autrement ?), le premier membre sur notre nature supposément commune est resté quasiment inconnu, il est resté lettre morte et on n’en parle plus depuis la vénérable date indiquée, on l’a supprimé faut-il le préciser de toutes les constitutions venant après. Egaux devant la Justice, ok, les hommes sont tenus pour irrémédiablement inégaux dans la réalité quotidienne, là-dessus, je pense, on ne vous dévoile rien.

C’est que chacun se trouve une supériorité sur son voisin ou sa voisine ne serait-ce que 5 centimètres de plus en taille ou en tour de nibards. Tout dans la société entretient ce culte de l’inégalité, le pousse à son extrémité : école, sport, consommation, institutions, etc. Malgré tout ce qu’on peut vous raconter, un pongiste laissera toujours la priorité pour passer une porte à un rugbyman qui le surpasse de 60 kilos de beefsteaks entraînés. Un énarque l’emporte sur un quidam, un polytechnicien sur un simple manar ou un plombier-zingueur. Parfait ! Il n’est pas malin de comprendre que les hommes ont droit à des distinctions statutaires en fonction de leurs talents et leurs mérites. Sciences-po qui pratique l’économie vous expliquerait sans difficulté que les hommes génèrent de la valeur ajoutée de façon très contrastée, vous comprenez pourquoi il sort de cette considération des hiérarchies indubitables. D’où il advient encore, seconde conséquence, que les uns ont droit au caviar et les autres à la boite de sardines. Très bien comme ça, on sombre pas dans l’utopie ! Sans compter qu’on a fait, notez-le, de gros progrès dans le social, il fut un temps où les quidam, manars, plombiers-zingueurs n’avaient tout simplement pas de quoi bouffer, Ils ont maintenant le SMIC ou le RMI pour faire leur gras à l’huile d’olive.

Ce système radieux donc, chiadé, économiquement inattaquable n’appelle scientifiquement plus la moindre contestation. Il y a encore quelques difficultés mais faut pas pinailler : L’argent du député que vous avez élu (x fois le vôtre, en vérité son montant vrai est maquillé) et qui est censé vous représenter, bin quoi, ça vous fait un peu râler ! : ces bonnards, hein ! ils s’emmerdent pas, c’est vous qui les payez avec vos impôts dont ils fixent le montant. Les énarques aussi vous payez leurs études, etc. mais, disais-je, ne critiquons pas le système, ce serait puéril, en plus c’est complètement dépassé comme attitude.

L’ennui sérieux en vérité n’est pas le fric, ou ne l’est plus , il n’est pas dans la possibilité pour certains de manger fin, et vous pas. Le danger dans la société est certainement dans les médias. "Je suis médiatisé donc j’existe, je ne le suis pas je n’existe pas", c’est de ça ci-après qu’on va tenter de vous parler.

2. Pas vu, pas célébré, tu n’existes tout simplement pas

Tu n’as pas la naïveté de croire être quelque chose au motif banal que tu as notoirement une identité officielle ou un numéro de Sécu. Hier, Libé, journal redevenu de gauche, dissertait savamment sur la carte d’identité et son histoire fouareuse. La carte d’identité en tant que carte policière est là pour faire être l’Etat, pas toi. Nous le croyons volontiers ! Du point de vue de Libé, nous a-t-il paru, la faute en est à Pasqua d’abord et à Sarkozy après bien sûr. Nous le croyons moins quoique étant de gauche, mais laissons médire, il en restera toujours quelque chose. Sarko, après tout c’est Attila. Aetius et ses confédérés vont le rencontrer aux Champs catalauniques sans tarder pour lui fiche la dragée, l’université d’été du PS à la Rochelle prépare le combat final.

Et bien ça n’a aucune importance ! Sarko-Attila éliminé, les choses resteront exactement comme avant ! : vous n’existerez pas plus, au max serez-vous une ombre, un ectoplasme, une formelle virtualité. Tout le système est finalisé pour ça. Les médias, la presse, la télé sont là, gate keepers, pour filtrer et canaliser. La police, la DGST, n’en peuvent mais., comparativement ils constituent une sorte de rigolade.

Donc comment fonctionne le truc ? Depuis toujours tu as eu des princes et des fées, mais dans le temps jadis c’était en nombre limité. On avait alors des livres d’images, pas des tapées de chaînes de télé privées, des journaux à la chthon et des magazines fortement fessiers sur papier glacé. Deux choses importantes, trois peut-être, expliquent le processus gate keepers, bref en français le truc des chiens de garde comme dirait Serge Halimi.
 1° Les journaux (les télés) sont tous (toutes) la propriété de groupes financiers qui n’y gagnent pas un rond, tu vois déjà si c’est suspect.
 2° De plus en plus de journalistes ont fait Sciences-po, garantie soi-disant de leur niveau, ça c’est pas non plus a priori du pot.
 3° Un journaliste enfin reflète ses convictions, ses illusions, ses préjugés, c’est donc dans le fond un possible brave type maladroit qui ne fait pas forcément du mal, du moins sciemment et volontairement, ... Mais le drame du journaliste fondamentalement, c’est qu’une fois parti tu peux pas l’arrêter, il est obligé de parler sans arrêt, son métier exclut les trous. Il a besoin d’un sujet. Intéressant forcément, il doit donc le surdéterminer, il a besoin d’un porteur du sujet, idem il doit le couvrir d’or (plus exceptionnellement de merde, mais il serait évidemment absurde de couvrir les pédophiles d’or.)
 4°Enfin il y a nous les récepteurs, les auditeurs, et là force est de dire que l’esclavage admiratif est volontaire et que ce fait massif est un mystère. Là, on en revient nous les péquins aux princes, princesses et fées des temps premiers. Sauf que dans les temps premiers ils connaissaient très bien la chanson. A l’Assemblée grecque on exilait une fois par an les gens les plus célèbres. A Rome, on nommait dix tribuns de la plèbe qui étaient sacro-saints et défendaient le peuple. Leur autorité supérieure à celle des magistrats et même des consuls leur permettait de sortir les pauvres mecs coincés à tort dans des prisons, de conspuer les salauds prévaricateurs et à l’occasion de les pousser dans le vide de très haut. Bon ben manque de chance on n’en est pas là aujourd’hui à ce degré d’avancement de la démocratie.

En fait nous ne sommes pas dans une démocratie nous sommes dans une aristocratie extrêmement travaillée. Les vedettes qui nous dépassent de plusieurs têtes et nous infligent leur vérité sont de plusieurs catégories, il y a les membres de l’Institut mais eux on les voit pas, ce sont au plus des faire valoir pour les autres, les autres sont top model, acteurs-actrices de cinéma, députés, ministres, chanteurs, poutes de service males, females, shemales, il y en a même produits directement pas la télé, c’est te dire dans quelle merde globalement on est !

3° Conclusion : Ce qu’il nous reste à faire

Bon, résumons-nous : dans cette aristocratie des médias qu’on nous fait en lieu et place de la démocratie il y a ceux qui sont dans la lumière, qui existent, et ceux qui n’y sont pas et qui n’existent pas. Après la révolution des droits, (l’initiale), après la révolution sociale (pas terminée), il y a maintenant la révolution médiatique qu’il faut envisager. Elle est un peu engagée grâce à l’internet qui a liquidé la presse traditionnelle en deux temps trois mouvements, n’empêche vous n’existez pas encore vraiment !. C’est que l’image au trait forcée passe encore de tous côtés et dans sa genèse ne vous appartient pas. On vous fait Star-academy, Koh Lanta, l’Ile de la tentation pour vous faire patientez. Peut-on espérer qu’à La Rochelle les socialos -qui veulent se réformer- viennent à y penser. Logiquement la seule conduite effective serait qu’ils se sabordent, mais bon faut pas être inhumains, on peut pas leur demander.

Nous ce qu’on pourrait faire c’est un très injuste mais efficace "club des antifans". L’opposition qui est contre tout montre le chemin, nous-même citoyens soyons contre tout ce qui brille et qui n’est pas exactement nous : Halte aux films qu’on vous vend publicitairement le mieux, halte à la musique, halte aux politiques, halte à tous les cons et connes siliconés !

Nous pronons dès à présent une Assemblée nationale nouvelle dans une constitution nouvelle : 30 000 inconnus tirés au sort comme à Athènes, payés au tarif de la médiane nationale des salaires (tu vois si c’est pas chien !). On commence par se battre là-dessus, raidement de leur propre initiative les actuels parlementaires te résolvent les trois problèmes de la démocratie : le droit, le social, l’image de soi du citoyen lambda. Mais on parie volontiers que vous avez d’autres idées à proposer sur la question.

..................................

Les pensées zaz de l’Ocséna

Ocsena, Organisation contre le système-ENA... (et pour la démocratie avancée)
 http://ocsena.ouvaton.org
 ocsena.org@wanadoo.fr



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
A quelles conditions existe-t-on vraiment ? (zaz)
22 août 2007 - 19h14

"30 000 inconnus tirés au sort comme à Athènes, payés au tarif de la médiane nationale des salaires"

Mais pourquoi 30 000 inconnus ?

Et pas 500 000 , voire 5 000 000 ?

Et d’abord, pourquoi pas moi ?

L’analyse n’est pas bonne selon moi, quand je regarde TF1.

Il s’agit en fait de 60 000 000 000 de personnes tirées au sort, tous les jours.

Le truc pourrait être efficace, tous les jours, le roi des français en direct sur TF1.

Vous basez votre système sur une representativité restrainte, et c’est justement cela qui favorise le penchant monarchique.

Bon sang, une bonne fédération anarchiste de communes, cela fait 36 000 communes, et cela marcherait sans tirage aléatoire.

jyd.



A quelles conditions existe-t-on vraiment ? (zaz)
22 août 2007 - 22h21 - Posté par

Bonne observation, pourquoi 30 000 ? Par facilité et habitude, parce qu"’a Athènes ça devait être le chiffre, et que le stade de France doit avoir aussi des limites. En fait, grace à internet on doit pouvoir dans 10, 20, 30 ou 40 ans, établir de nouvelles bases à la représentation nationale. Il neserait d’ailleurs pas surprenant que le concept de représentaion soit alors complètement dépassé.


A quelles conditions existe-t-on vraiment ? (zaz)
23 août 2007 - 14h44

L amour , ça s’entretient : il ne se nourrit pas de rien.
C est un cadeau .. encore faut -il être prêt à le recevoir.
Il est unique mais pas à sens unique.
Il ne se décline pas à l’identique à d’autre partenaire sur aucun site.

Et puis les 60 kgs de beef supplt , je les laisserais passer ; je m’effacerais par dégoût plus que par crainte..

Et , au caviar, je préfère ma sardine à l’huile.

Pour le reste du discours , je suis d’accord..c’était d’ailleurs le véritable sujet.



A quelles conditions existe-t-on vraiment ? (zaz)
24 août 2007 - 01h27 - Posté par

Je trouve ce commentaire merveilleusement beau

Al.





Projection-débat “Nous ne vendrons pas notre avenir” 21 novembre 2019 - 18h30 (video)
jeudi 21 - 11h44
de : Info’Com CGT
Une fois le fascisme décongelé on ne peut pas le recongeler - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 22h09
de : Hdm
1 commentaire
SYRIE : Israël aggrave dangereusement la tension Internationale !
mercredi 20 - 20h07
de : JO
BOLIVIE : Un nouveau coup d’Etat orchestré de la guerre économique des multinationales !
mercredi 20 - 19h54
de : J0
Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il faut avoir une parfaite conscience de ses propres limites, surtout si on veut les élargir. Antonio Gramsci
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite