Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

IRAK : LE PAYS DES DEUX FLEUVES EST SANS EAU par Domenico Guglielmi
de : Emily
dimanche 2 décembre 2007 - 23h08 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 85.8 ko

Depuis l’invasion américaine, le système d’approvisionnement en eau en Irak, le pays le plus riche en eau du Moyen Orient, a été complètement dévasté. L’absence de projet de reconstruction par le gouvernement et la difficulté des organisations humanitaires à intervenir de manière efficace sont à l’origine d’une situation d’urgence hydraulique et humanitaire presque impossible à gérer. A cette situation s’ajoute les problèmes liés au risque d’une éventuelle rupture du plus grand barrage du pays.

Le barrage de Mossoul : entre risque et alarmisme infondé

Actuellement le barrage de Mossoul fournit en eau potable et d’irrigation toute la région environnante et la vallée jusqu’à Bagdad, produisant 300MW d’énergie électrique pour la région. Selon des experts américains du corps d’ingénieurs de l’armée US, le barrage pourrait être sur le point de céder, créant un désastre aux proportions gigantesques, que ce soit en terme de vies humaines (on parle de 500 000 victimes possible avec l’inondation totale de Mossoul qui compte 1,7 millions d’habitants). Ou en terme d’agriculture du pays. La pression provoquée par les eaux en amont pourrait créer en aval une vague de 20 mètres de hauteur dont l’impact toucherait Bagdad (située 400 Km au sud). Les inquiétudes se sont amplifiées depuis mai, quand, suite à une inspection par l’Inspecteur Général Spécial US pour la Reconstruction Irakienne (SIGIR), une lettre a été envoyée par l’ambassadeur américain en Irak, Ryan Crocker, et le général David Pétraeus, au président Nuri-al-Maliki. Selon des experts, les dommages seraient principalement dus à une forte érosion du sol calcaire sur lequel a été construit le barrage en 1984. Depuis le début de sa construction, les autorités irakiennes ont fait des travaux de maintenance, injectant du ciment liquide pour éliminer les infiltrations en sous sol (plus de 200 tonnes de ciment par an ont été utilisées depuis 1990).

Suite au rapport américain, il y a eu une réaction du gouvernement irakien et de l’inspecteur spécial pour la reconstruction en Irak, Stuart Bowen, ayant déclaré que le danger de rupture n’était pas imminent. Même le porte parole du ministère des ressources hydrauliques, Ali al-Dabbagh, a confirmé avec fermeté que le rapport américain était frauduleux et que les installations sont constamment contrôlées, soulignant que les problèmes principaux ont toujours existé et qu’ils étaient sous contrôle, avec une structure générale en bon état. Le ministre des ressources hydrauliques Latif Rashid a déjà déclaré qu’à partir de 2008, ils vont mener des travaux pour encastrer le tout afin d’empêcher toute possibilité d’infiltration.

L’Association des Diplômés Irakiens Musulmans (AMS) attribue la responsabilité à la fois aux américains et au gouvernement pour la mauvaise gestion du barrage, et à l’insuffisance de fonds alloués pour sa maintenance (27 millions de $). Depuis un certain temps déjà, avant la déclaration faite sur la possible catastrophe imminente, de nombreuses associations irakiennes et internationales avaient dénoncé la mauvaise gestion des travaux réalisés sur le barrage par le SIGIR américain, allant même jusqu’à soupçonner que le barrage ait été volontairement endommagé. Ces derniers mois, une information a fait surface comme quoi une société turque qui avait bénéficié d’un contrat de 640 000 $ pour la construction de blocs de ciment pour renforcer le barrage, a techniquement mal construit ceux-ci, de sorte qu’ils n’ont pu être utilisés.

Les trafics en coulisse du gouvernement et les interventions par les organisations humanitaires

La plupart de l’eau en Irak est distribuée par le biais de camions citerne qui partent le matin des réservoirs d’eau et la distribuent pendant le reste de la journée. A Fallujah par exemple, les camions citerne vont remplir les réservoirs d’eau d’Abu Ghraib et d’Al Asakhia, répondant à presque 75% des besoins de la ville. Entre août et septembre, l’UNICEF a étendu les opérations de distributions d’eau, établissant de nouveaux points d’eau surtout pour Bagdad. On estime à 38,5 millions de litres la quantité d’eau distribuée dans différents endroits de la capitale, couvrant les hôpitaux, les écoles et les centres de réfugiés, soit au total 120 000 personnes. 17 systèmes d’installation d’eau et de tout à l’égout ont été réparés par les organisations gouvernementales à Wasit, Kirkuk, Basra et Kerbala, tandis qu’à Thiqar, 30 000 personnes ont bénéficié de la réparation de 3 systèmes de tout à l’égout, toutes ces interventions nécessitant de nombreux mois avant d’être achevées, à cause de problèmes de sécurité.

Des organisations humanitaires forment actuellement de nombreux experts en ingénierie dans le domaine des infrastructures hydrauliques, et elles sont impliquées dans la réparation des centrales électriques, qui dans bien des cas permettent l’accès à l’eau potable (tel est le cas dans la zone d’Al Shua’iba dans la ville de Basra). Parmi les projets menés par l’UNICEF et l’UNOPS, il y a celui de la construction d’une centrale électrique nécessaire pour le fonctionnement des systèmes de purification d’eau à Sharq Dijala, qui fournirait en eau potable les 2,7 millions d’habitants de la partie ouest de Bagdad.

On prévoit un investissement de 5,6 millions de $ mais les financements sont rares. La même UNICEF a été incapable de répondre à la demande du gouvernement pour l’approvisionnement en produits chimiques nécessaires au traitement de l’eau, toujours à cause du manque de financement. L’Organisation Humanitaire Polonaise (PHO) a lancé un projet pour aider à améliorer la qualité de l’eau dans la région de Babele. Les installations pour la purification de l’eau sont les seules sources d’approvisionnement en eau potable de la ville. En 2006, 7 purificateurs ont été réparés et en juillet 2007, grâce au financement du ministère des affaires étrangères polonais, le PHO a commencé la construction de systèmes de purification qui produiront 50 M3 d’eau potable. Le projet prévoit la construction d’un réseau de tuyauterie d’eau qui transportera l’eau potable aux familles du village de Saied Esmail dans la région d’Ablu Garak.

D’un côté les organisations humanitaires sont très actives, de l’autre le manque d’intervention par les autorités gouvernementales à l’intérieur du territoire est évident. Tout dépend des projets sporadiques menés par des organisations humanitaires, qui, entre le manque de financement, l’absence de sécurité dans les zones d’intervention et l’immensité de la crise, ne réussissent pas à faire face efficacement aux problèmes. La réalité c’est que, malgré les assurances du ministère des ressources hydrauliques, le système d’approvisionnement en eau du pays est loin d’avoir été rétabli. Les canaux, barrages, stations d’épuration et de désalinisation, les stations de pompage et les installations pour le traitement des eaux usées sont presque complètement inutilisables.

L’eau, entre le pétrole et le gaz

La reconstruction du système d’approvisionnement en eau en Irak dépend de choix géopolitiques des Etats-Unis et de leurs alliés, avant tout concernant la partie nord de l’Irak (provinces de Ninive et Dahuk) une zone d’où le gaz et le pétrole devraient couler en direction de la Turquie et de l’Europe, avec comme but l’émancipation de la dépendance des hydrocarbures vis-à-vis de la Russie. Ce projet devrait mener à long terme à la substitution des hydrocarbures irakiens à ceux russes. Cette stratégie est définie par de nombreux analystes comme « la balkanisation de l’Irak », mettant en place le partage des ressources du nord entre les grandes multinationales occidentales.

Dans ce but, les autorités de la région autonome kurde continuent de signer de nouveaux contrats pour l’exploitation du gaz et du pétrole avec d’autres pays. Les 7 derniers contrats concernent les zones d’Akre-Bijil et Shaikan près du barrage de Mossoul (dont ces mêmes autorités ont la maintenance). D’autres (environ 24) concernent la province de Dahuk sans que soient spécifiées les localités (cela pourrait inclure des zones éventuellement inondées par la vague en amont et en aval du lac artificiel). Eventuellement, si le barrage cédait, cela forcerait presque 1 million de personnes à partir de ces territoires (actuellement mis de côté pour l’exploitation agricole) créant une grande vague de réfugiés en direction de la Syrie.

Une fois que l’Irak aura perdu ses ressources en eau provenant du barrage, la Turquie aura le contrôle total de la fourniture en eau de l’Irak par le biais de la construction d’un nouveau barrage de 1,7 milliards de $ sur le Tigre, là où la rivière coule en direction de l’Irak (le vieux projet « Ilisu » financé par la Société Générale SA, des sociétés de crédit allemande, suisse et autrichienne, qui une fois terminé produira 3800 Gigawatts d’électricité par heure, c’est-à-dire 2,4 % de la production actuelle de la Turquie). De cette façon l’Irak perdrait une grande partie de son approvisionnement en eau potable et on assisterait à l’assèchement définitif des terres marécageuses de Shatt el Arab. Les résultats seront l’éventuelle disparition de toutes les formes d’agriculture : au nord à cause de l’inondation du barrage, et dans le sud à cause de l’assèchement des marécages. Tout ceci malgré la convention de l’ONU de 1997 portant sur « la juste distribution de l’eau des rivières exploitables ». Cependant, malgré cela, en mars 2007, l’Irak la Syrie et la Turquie ont signé un protocole d’accord concernant la gestion commune des eaux du Tigre et de l’Euphrate.

Le comportement des autorités américaines ces derniers mois semble confirmer leur stratégie mondiale. Les US ont investi seulement 2,1 milliards de dollars dans la reconstruction du système d’approvisionnement en eau (à la fois pour l’eau potable et le traitement des eaux usées) pour répondre aux besoins évalués à 14 milliards de dollars. Selon des sources irakiennes, 530 millions de $ auraient été dépensés pour les infrastructures d’approvisionnement. Ils ont également proposé comme solution la construction d’un barrage à Badush, qui ne serait cependant pas suffisant pour fonctionner en remplacement en cas de rupture du barrage de Mossoul et sa construction coûterait 300 millions de $, et le gouvernement irakien ne veut pas entreprendre celle-ci. Ceci sans considérer le fait que pour éviter que le barrage soit construit sur un terrain inapproprié, comme c’est le cas pour le barrage de Mossoul, des inspections géologiques nécessitant plusieurs années seraient nécessaires.

Conclusion

Au-delà d’interventions sporadiques, la reconstruction du système d’approvisionnement en eau de l’Irak est lièe de près à des stratégies géopolitiques des grandes puissances présentes dans la région. La gestion des travaux concernant le barrage à Mossoul, dans une zone instable du Moyen Orient, représentera un appât important pour les futurs atouts de la région. Ce qui semble évident, c’est que l’Irak est dévastée, appauvrie non seulement en ressources énergétiques mais aussi en ressources en eau. C’est la bataille pour le contrôle de l’eau qui garantira le statut de puissance au Moyen Orient, et comme Israël contrôle l’eau destinée à l’Autorité Palestinienne et la Jordanie, la Turquie pourrait contrôler l’eau destinée à la Syrie et à l’Irak.

Domenico Guglielmi 30/11/07 Source :
http://www.equilibri.net/indices
Traduit de l’italien vers l’anglais par Megan Ball pour
http://www.uruknet.info/?p=38774

 uk.equilibri.net/article/8350/Iraq_...

Traduction en français Mireille Delamarre pour
www.planetenonviolence.org

http://internationalnews.over-blog....



Imprimer cet article





G7 : Les opposants manifestent, (24 août 2019, Bayonne) les prétoriens protègent, la "racaille mondialiste (vidéo)
dimanche 25 - 11h39
de : nazairien
La France n’a pas de leçons à donner à la Russie
vendredi 23 - 14h33
de : JO
2 commentaires
G7 : Biarritz occupée par l’état-major du néolibéralisme
jeudi 22 - 18h05
de : joclaude
1 commentaire
Nous accusons !
jeudi 22 - 17h07
Qu’a vraiment dit Vladimir Poutine sur les Gilets Jaunes à Brégançon ?
jeudi 22 - 16h58
de : JO
Urgences, femmes de chambre, travailleurs sans-papiers : trois grèves qui n’ont pas pris de vacances
jeudi 22 - 16h21
VENEZUELA : Témoignage sur la reconnaissance des droits des Indiens !
jeudi 22 - 11h50
de : JO
GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
3 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

On a voulu, à tort, faire de la bourgeoisie une classe. La bourgeoisie est tout simplement la portion contentée du peuple. Victor Hugo
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite