Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Désastre sanitaire à Gaza : L’eau dans les pays en guerre
de : Internationalnews
mercredi 12 mars 2008 - 08h38 - Signaler aux modérateurs

Le Monde diplomatique 10 mars 2008

par Marc Laimé

JPEG - 37.9 ko

Le conflit qui s’éternise dans les territoires palestiniens ajoute aux impacts directs et indirects des activités militaires une dégradation environnementale générale, provoquée par l’effondrement des structures administratives. La destruction des réseaux d’assainissement et d’adduction d’eau accroît ainsi les risques de contamination des eaux souterraines non protégées, qui affectent gravement la santé des populations concernées. A l’exemple de Gaza, ces dégradations, qui affectent toutes les zones connaissant des affrontements prolongés, finissent par être plus meurtrières que les conflits armés qui en sont responsables. Elles sont plus durables car l’arrêt des hostilités ne signifie jamais un retour immédiat à la paix dans un environnement assaini et sûr.

Alain Gresh, le 6 mars dernier, soulignait que Gaza endure la pire situation humanitaire depuis 1967. Une correspondance de Stevan Erlanger publiée par le New York Times le 6 novembre 2007 évoquait déjà les risques croissants de crise sanitaire découlant de l’absence d’entretien des infrastructures de traitement des eaux et des eaux usées, due aux mesures de sécurité adoptées par Israël sur l’importation de l’énergie, des pompes, tuyaux et autres pièces de rechange indispensables à un fonctionnement correct des réseaux dans les territoires sous le contrôle du Hamas.

Depuis mai 2007, 149 puits publics de Gaza n’ont pas été dotés de carburant en quantité suffisante pour fonctionner, et n’ont pas été entretenus en raison du manque de pièces. Par conséquent, 15% de la population de Gaza (225 000 personnes) ne reçoivent de l’eau que durant deux heures par jour.

Un constat confirmé par un article de Mel Frykberg, publié par le Middle-East Times le 2 janvier 2008, qui précisait de surcroît que la qualité de l’eau n’a pas été testée depuis plus d’un an, parce que les laboratoires d’analyse n’ont pas pu importer les produits chimiques nécessaires pour les tests. Ceux effectués par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) il y a plusieurs années avaient pourtant conclu que l’eau de Gaza n’est pas consommable sans risques sérieux pour la santé.

Les experts préviennent en outre que le manque de pièces de rechange pourrait bientôt amener l’une des 35 stations de pompage d’eaux usées à cesser de fonctionner à Gaza. Cela signifie qu’il y aura un reflux des eaux usées dans les maisons et les rues, avec les problèmes d’hygiène qui en résulteront.

La gravité de la situation a incité l’ex-premier ministre britannique et actuel délégué du « Quartet », M. Tony Blair, à s’impliquer dans un projet porté par la Banque mondiale, qui vise à améliorer d’urgence le traitement des eaux usées en situation dans la partie nord de Gaza. Il s’agit en fait d’obtenir des autorités israéliennes l’autorisation d’y acheminer d’urgence des pièces de rechange, en l’absence desquelles ce projet de la Banque mondiale est condamné à l’échec.

Lire le rapport intitulé « Otages de la politique : l’impact des sanctions et le blocus sur le droit de l’homme à l’eau et à l’assainissement dans la bande de Gaza », publié le 23 janvier 2008 par le Centre sur les droits au logement et les évictions forcées (Cohere).

(« Hostage to Politics : The impact of sanctions and the blockade on the human right to water and sanitation in Gaza. Centre on Housing Rights and Evictions. Position Paper. 23 January 2008).

L’eau dans les pays en guerre

Les conflits armés ont des conséquences négatives pour l’environnement et pour les populations, qui s’ajoutent aux morts violentes directes. La destruction des sites industriels et militaires provoque en effet des pollutions massives qui, au-delà des effets sanitaires immédiats et à moyen terme, détruisent à long terme les ressources vitales, par exemple en libérant des métaux lourds et des substances dangereuses dans l’air, le sol et les réserves d’eau douce. Le passage des engins militaires détruit les sols et la végétation d’écosystèmes fragiles.

Les conflits provoquent aussi la destruction des infrastructures, comme les systèmes d’irrigation, diminuant la production agricole, ce qui perturbe les systèmes alimentaires et contribue à la famine et à la malnutrition. Ils engendrent alors des flux massifs de réfugiés, concentrés sur des zones réduites, qui provoquent d’importants prélèvements de ressources pour répondre à des besoins vitaux.

Quand ils s’éternisent, comme dans les territoires palestiniens, aux impacts directs et indirects des activités militaires s’ajoute une dégradation environnementale générale provoquée par l’effondrement des structures administratives. La destruction des réseaux d’assainissement et d’adduction d’eau accroît les risques de contamination des eaux souterraines non protégées. La destruction d’immeubles libère des matériaux dangereux comme l’amiante. Et la disparition du système de collecte des ordures conduit à l’incinération en plein air des déchets

Ces dégradations finissent par être plus meurtrières que les conflits armés qui en sont responsables. Elles sont plus durables car l’arrêt des hostilités ne signifie jamais un retour immédiat à la paix dans un environnement assaini et sûr.

Les armements inutilisés constituent aussi une menace pour les hommes et l’environnement. C’est le cas des sites de production d’armes nucléaires et chimiques de la guerre froide contaminés par des agents toxiques, de l’arsenic, des dioxines, des substances radioactives.

Le 2ème Rapport mondial sur la mise en valeur des ressources en eau a estimé que les guerres et les persécutions auraient entraîné environ 17 millions de réfugiés et de personnes déplacées. Ces migrations ont un impact très important sur les ressources en eau des régions vers lesquelles elles ont été déplacées.

La région du Moyen-Orient a particulièrement été affectée par ces problèmes.

L’eau en Irak

Après la première Guerre du Golfe, 30% des réserves d’eau du Koweit ont été inutilisables pendant 10 ans. On observe aujourd’hui parmi les populations civiles kurdes, bombardées en 1987-1988 par des agents chimiques et biologiques, des cancers rares, des malformations chez les enfants, des fausses couches, des infections pulmonaires récurrentes, des problèmes neuro-psychiatriques graves.

Les armes contenant de l’uranium appauvri, utilisées lors des conflits au Kosovo, en Serbie-Monténégro et en Irak, polluent toujours de nombreux sites.

Les enfants irakiens ont été victimes à trois reprises des conflits qui ont affecté la région depuis trente ans. La guerre de huit ans avec l’Iran dans les années 80 et la guerre du Golfe en 1991, avaient déjà causé des dommages considérables aux infrastructures de plusieurs pays.

La destruction de nombreuses zones humides dans les marais du Sud de l’Irak avait provoqué des migrations de populations, mais aussi la disparition de certaines langues et de cultures profondément ancrées dans leur environnement naturel.

Près de 700 puits de pétrole avaient été incendiés au Koweit en 1991. La chute des température ou l’empoisonnement des réseaux d’eau potable causés par les gigantesques incendies provoqua près de 100 000 morts.

L’Irak a été pendant douze ans l’objet de lourdes sanctions des Nations unies. Bien que le programme Pétrole contre nourriture en 1996 ait autorisé le gouvernement irakien à vendre le pétrole et d’en utiliser les revenus pour acheter des fournitures humanitaires, réduisant ainsi l’impact des sanctions - en partie du moins - les conséquences en ont été considérables.

Une évaluation partielle de la situation conduite par le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) à Bagdad en 2003 montrait que la malnutrition avait presque doublé par rapport à ce qu’elle était avant la guerre. Sept enfants sur dix souffraient de diarrhée à divers degrés, ce qui mène à une perte de nutriments et souvent à la mort si un traitement approprié n’est pas appliqué.

Le système sanitaire et de distribution de l’eau, déjà mal en point, est pratiquement délabré aujourdhui, menant à l’absence ou à la contamination de l’eau courante, et ainsi à une plus grande prédisposition à contracter la diarrhée.

On estime que deux cent soixante-dix mille enfants nés après la guerre n’ont aucun des vaccins nécessaires et les services de vaccination de routine ont tous été interrompus. De plus, le stock de vaccins existant est devenu inutilisable par suite de l’interruption de la chaîne du froid. Les égouts déversent chaque jour des centaines de tonnes d’eaux usées non traitées dans le Tigre et l’Euphrate. Les produits chimiques servant au nettoyage de l’eau ayant été pillés ou détruits, la qualité de l’eau pompée vers les maisons est extrêmement basse et mène à des cas de maladies et de malnutrition plus fréquents chez les enfants.

En conséquence, l’évolution de la mortalité infantile depuis 1990 est dramatique. Dans les années 90, l’augmentation la plus significative a été enregistrée dans le nord et le centre du pays, où la mortalité des moins de cinq ans est passée de 56 à 131 pour 1000 naissances viables. L’insécurité conduit beaucoup de mères à accoucher à domicile, où elles ne bénéficient d’aucun suivi pré-natal.

Une enquête sur l’éducation en Irak (Iraq Education Survey), conduite par le gouvernement irakien avec le soutien de l’UNICEF au début des années 2000, soulignait que dans les régions les plus affectées, plus de 70% des bâtiments des écoles primaires n’avaient plus accès au service de l’eau. Selon un rapport publié conjointement le 30 juillet 2007 par l’association caritative britannique Oxfam et le Comité de coordination des ONG d’Irak, quelque huit millions d’Irakiens ont un besoin urgent d’eau et de systèmes d’assainissement. Globalement 70% des Irakiens ne disposent pas de ressources adéquates en eau, contre 50% en 2003.

Un porte-parole de l’Iraq Aid Association rapportait à l’été 2007 que « dans certains camps de déplacés près de Baqouba, Najaf et Missan, les familles puisent de l’eau des bouches d’égout à ciel ouvert qui se trouvent aux alentours, la filtrent avec des morceaux de tissus et la boivent sans la faire bouillir au préalable. »

« Il ne fait aucun doute que de nombreuses familles déplacées et locales vivent sans eau propre, en partie du fait de l’insécurité, et en partie à cause du manque d’électricité ou d’infrastructures pour permettre l’approvisionnement en eau. [...] De nombreuses familles en viennent à exploiter illégalement des canalisations, à creuser des puits ou à boire l’eau des rivières », déclarait à la même date Mme Claire Hajaj, chargée de communication aux bureaux irakiens de l’UNICEF.

Les ressources naturelles à l’origine de conflits armés

Si l’environnement subit donc fortement, et à long terme, les effets des conflits armés, il peut également être lui-même source de tensions et de conflits.

La dégradation et la raréfaction des ressources, dues à une surexploitation croissante et renforcées par les évolutions et les événements climatiques, génèrent des rivalités entre des populations sur les questions des terres agricoles, de l’eau douce, des ressources forestières ou des pêcheries. Si c’est souvent à l’intérieur des pays que surgissent de tels conflits, ils existent aussi au niveau international, car les ressources fondamentales se font plus rares et plus disputées, ceci d’autant plus quand s’y ajoutent des enjeux démographiques.

En outre, au-delà de l’accès aux ressources susceptibles d’assurer à long terme la vie des communautés, l’exploitation des revenus des richesses naturelles est devenu un but de guerre et un moyen de financement des parties en conflit. L’abondance de ressources naturelles conduit ainsi à leur détournement et à leur prise de contrôle par la violence. Cette captation des ressources concerne en particulier des pays africains, riches en pétrole, diamants, minerais ou bois. Elle est entretenue par les entreprises et pays importateurs, dont les enjeux économiques l’emportent sur la transparence et des sanctions internationales dérisoires.

Mais les pénuries de ressources environnementales ne sont jamais la cause unique d’un conflit et n’en sont que rarement à l’origine. Ce dernier résulte souvent de la difficulté d’une communauté à gérer la rareté et à partager équitablement les ressources, ce qui nécessite des droits et une administration efficace.

Environnement et paix

La prise de conscience des effets possibles des conflits sur l’environnement a abouti en 1977 à la signature d’une Convention sur l’interdiction d’utiliser des techniques de modification de l’environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles.

On estime en effet que la reconstruction des économies, les vies dévastées, les infrastructures endommagées, notamment les services d’eau et les réseaux électriques, la reconstruction et restauration des systèmes d’irrigation endommagés ou le déminage des territoires au terme des conflits armés absorbe 27% de l’aide extérieure au développement.

Des initiatives se développent qui visent à prévenir ou arrêter les conflits, à s’opposer à la prolifération des armes légères. Initiatives qui sont souvent le fait d’organisations créées par des femmes.

La coopération dans le domaine de la protection et de la gestion de l’environnement peut aussi aider à maintenir ou reconstruire la paix. L’établissement de zones protégées internationales permettant de réduire les sources de tension entre pays. C’est le cas dans le corridor méso-américain, avec une succession de parcs transfrontaliers du Mexique à la Colombie, mais aussi entre Israël et la Jordanie avec le Parc marin de la mer Rouge.

La question environnementale peut ainsi favoriser la prévention des conflits et devenir le moteur d’une stratégie régionale de coopération et de développement.

La gestion intégrée des cours d’eau permet également de prévenir la violence. Ainsi l’Initiative du bassin du Nil, qui regroupe les pays riverains et des organisations internationales, favorise-t-elle une gestion des intérêts de tous et préserve la qualité écologique, voire la survie du fleuve.

Mais la communauté internationale doit impérativement s’attacher à renforcer les moyens juridiques et les mécanismes actuels de protection de l’environnement en temps de guerre. Y compris par la création d’une juridiction pénale internationale spécifique, car l’application de nouvelles règles est nécessaire pour minimiser les risques environnementaux et sanitaires. Il faudra aussi définir les réparations qui pourront être accordées aux victimes, et développer de nouveaux types de coopération autour des enjeux environnementaux et de l’accès aux ressources vitales.

http://blog.mondediplo.net/2008-03-...

http://internationalnews.over-blog....



Imprimer cet article





GILETS JAUNES :L’enquête sur la mort de Mme. Zineb Redouane à Marseille !
mercredi 21 - 19h37
de : joclaude
MANIFESTATION POUR EXIGER LA LIBERATION DE GEORGES ABDALLAH
mercredi 21 - 17h51
de : Jean Clément
La "guerre en syrie, qui n’en finit pas de finir" : Les raids pro-Résistance de l’aviation russe
mercredi 21 - 17h25
de : nazairien
1 commentaire
Biarritz : Ville fermée.
mardi 20 - 21h39
de : L’iena rabbioso
Contre-G7 : la Confédération paysanne appelle à une forte mobilisation
mardi 20 - 16h16
de : jean 1
2 commentaires
À MES FRÈRES - Anthologies de textes poétiques et politiques
mardi 20 - 10h44
de : Ernest London
Féminisme : choisir un courant.
mardi 20 - 10h15
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Depuis le 8 Aout 2019 énième accident nucléaire Nionoska Russie
lundi 19 - 22h32
de : savoie antinucléaire ACDN Next-up
L’île aux enfants.
lundi 19 - 18h24
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Trump décrète un blocus total du VENEZUELA !
lundi 19 - 18h02
de : JOclaude
1 commentaire
Comité Chômeurs et Précaires CGT Strasbourg : Les nouveaux Esclaves !
lundi 19 - 16h23
de : JOclaude
Montpellier : 150 gilets jaunes font fermer le Polygone et un « village jaune » au rond point de Près d’Arènes.
lundi 19 - 16h06
de : jean 1
1 commentaire
ARGENTINE : le spectre d’un retour du péronisme fait plonger la Bourse !
lundi 19 - 15h53
de : joclaude
1 commentaire
Contre-sommet : « Ce G7 n’est pas un point d’arrivée, c’est un point de départ »
lundi 19 - 10h26
3 commentaires
Féminisme hypertextile et féminisme hypotextile
lundi 19 - 01h00
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Voiler sans tarder les jeunes filles de 2 à 12 ans ?
dimanche 18 - 22h09
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Suite des oeuvres des brutes de Macron ! Mes observations !
dimanche 18 - 21h25
de : JO
2 commentaires
Pudeur pour soi ou pudeur pour autrui.
dimanche 18 - 21h13
de : Christian DELARUE
5 commentaires
ADIEUX AU CAPITALISME Autonomie, société du bien être et multiplicité des mondes
dimanche 18 - 07h31
de : Ernest London
1 commentaire
G7EZ BLOKATU Deuxième communiqué/Bigarren agiria
samedi 17 - 12h06
de : g7blokatu
Théorie de la consience du monde ; aujourd’hui la Palestine
vendredi 16 - 22h54
de : Agence media palestine
ÇA GRÉSILLE DANS LE POTEAU - Histoires de la lutte contre la T.H.T Cotentin-Maine – 2005-2013
vendredi 16 - 11h04
de : Ernest London
Santé de la population : les connivences de l’aristocratie médicale avec le nucléaire, le pétrole, la téléphonie,...
jeudi 15 - 22h49
de : coordi sud-est
2 commentaires
Grèce. La chasse aux jeunes rebelles est ouverte.
mercredi 14 - 23h02
de : Ne vivons plus comme des esclaves - Yannis Youlountas
Tournesol OGM fauché dans l’Hérault
mercredi 14 - 22h44
de : faucheur de chimères
Chez Castagner le nucléaire
mardi 13 - 22h51
de : Intercollectif contre les projets nucléaires et imposés
G7 BLOKATU : Bloquons le G7 et son monde !
mardi 13 - 21h04
de : jean 1
Rassemblement de soutien aux mobilisations du 13 août au Brésil contre l’extrême droite de Bolsonaro
mardi 13 - 08h43
de : jean 1
1 commentaire
Quand Castaner diffusait une BD porno contre ses adversaires politiques
lundi 12 - 22h25
de : Les Crises
Selon l’IGPN
lundi 12 - 22h21
de : Chantal Mirail
1 commentaire
Bulletin du 8 aout 2019
lundi 12 - 22h17
de : CADTM
NathalieLoiseau dans ses oeuvres.
lundi 12 - 09h18
de : jean 1
La SCOPTI 1336 a besoin de vous !
vendredi 9 - 08h10
de : Frérot
Festival « Les Bure’lesques 2019 »
jeudi 8 - 22h43
de : jean 1
Acte 42 : Appel à passage de la frontière Suisse le 31 aout 2019
mercredi 7 - 22h09
de : JOJO
Mort de Toni Morrison
mercredi 7 - 11h51
de : Cyclo 33
3 commentaires
Il y a dix jours, trois jeunes hommes étrangers à la rue sont morts à Paris »
mardi 6 - 07h41
de : jean 1
1 commentaire
"Sans haine et sans violence" , Geneviève Legay, s’adresse, aux forces de l’ordre encore dignes de leurs fonctions
mardi 6 - 00h35
de : nazairien
6 commentaires
final atomik tour à Dijon puis Burelesque en meuse
lundi 5 - 21h56
de : burelesque
LA REPUBLIQUE DES RABUTCHIKS
lundi 5 - 20h21
de : Nemo3637

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Nul n'est plus esclave que celui qui croit à tort être libre. Goethe
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite