Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

CHANGER LE PCF ?
de : Tintin & Milou
dimanche 25 mai 2008 - 17h54 - Signaler aux modérateurs
18 commentaires
JPEG - 27.1 ko

de Tintin & Milou

"La crise que traverse le PCF depuis la débâcle de l’Union de la gauche en mars 1978 passe pour la plus sérieuse de l’après-guerre.

Certes, ceux qui attendent le renvoi à la production du "Groupe Marchais" ou, à l’issue d’un Congrès dramatique, la proclamation d’un parti communiste dissident, en seront encore une fois pour leurs frais. L’appareil connaît son métier : il sait jouer des ouvriers contre les intellectuels, la province contre Paris, les sectaires contre les ouverts, les "patriotes" contre les œcuméniques.

Moyennant quelques milliers de départ, deux ou trois esclandres et – une fois écrasés les infâmes – un train de mesures démocratiques, la direction reprendra les choses en main, comme aux plus beaux jours.

A une différence près toutefois : les question soulevées par les « contestataires » ne pourront plus être durablement éludées, comme en 1956, 1962,1968… Elles continueront à agiter les esprits, susciter des réponses contradictoires, nourrir des "courants de pensée" de plus en plus cohérents.

Car la crise de l’été 1978 présente quelques spécificités remarquables, qui la différencient des précédentes :

 Cette crise affecte un Parti communiste idéologiquement à découvert : l’aggiornamento eurocommmuniste a sapé l’orthodoxie stalinienne. Mais rien de bien consistant n’a été mis à la place. Les Italiens ont déterré et accommodé Gramsci comme stratège d’une voie antistalinienne au socialisme. Les Espagnols leur ont, tardivement mais fermement, emboîté le pas. Malgré les efforts méritoires de quelques uns (J. Texier, Gramsci, Seghers ; Ch. Buci-Glucksmann, Gramsci et l’Etat, Fayard 1974),les Français n’ont jamais pu se faire aux subtilités du théoricien sarde.

Ils tentent laborieusement d’assigner à Maurice Thorez le rôle de père fondateur de « la voie française du socialisme ». Entreprise stérile et sans espoir : l’illustre « fils du peuple » ne s’est-il pas proclamé à bon droit « premier stalinien de France » ? L’inconsistance idéologique du communisme français nourrit le désarroi des militants, leur « crise d’identité » ; elle rend urgente l’élaboration d’une nouvelle cohérence.

 D’autant que ce parti est menacé de déclin : la salarisation massive de la population française ne lui a pas profité. Le PS qui lui dispute son électorat, la CFDT, sa suprématie absolue dans les usines, l’extrême gauche le contrôle des nouveaux mouvements sociaux…S’il veut endiguer la lente érosion qui mine sa puissance ,l’appareil communiste doit chercher la voie de l’adaptation aux conditions nouvelles de la vie politique.

 Enfin la masse des adhérents actifs appartient à la génération des années 60 réputée « anti autoritaire », non sans quelques raisons. Les « nouveaux communistes » tolèreraient moins aisément que leurs aînés l’étouffement bureaucratique des débats et leur liquidation administrative.

Du vivant de Lénine, la presse communiste et l’édition foisonnaient de débats contradictoires qui mettaient aux prises souvent les dirigeants les plus en vue du parti.

Comme le rappelle Georges Lavau, le PCF regroupe la fine fleur du prolétariat français, des dizaines de milliers de militants d’une exceptionnelle qualité humaine. Ce n’est pas le moindre crime du stalinisme que d’avoir stérilisé ce potentiel humain incomparable transformé tant de jeunes ouvriers révolutionnaires en bureaucrates cyniques et conservateurs.

Ces dizaines de milliers de militants viennent de vivre coup sur coup : la liquidation de la plus puissante grève générale de l’histoire de la France, faute dune « alternative politique de gauche » ; et la liquidation de cette « alternative », patiemment édifiée au long de quinze ans, « pour ne pas servir de marchepied à la social démocratie »…A quoi s’ajoute l’écrasement blindé du Printemps de Prague, l’abandon subreptice de la « dictature du prolétariat », concept jadis réputé « clef de voûte » du marxisme ; le ralliement à la force de frappe et bien d’autres innovations encore, généralement communiquées par la voie des ondes.

A nombre d’entre eux s’applique désormais la boutade de Jorge Semprun : « Ils ont perdu leurs certitudes, s’ils leur restent des illusions… ».

1. L’ELECTORALISME OU COMMENT PERDRE LES ELECTIONS

Si la « cause immédiate » de l’échec – pour reprendre la saine distinction des historiens –est bien la polémique PC-PS, la cause « profonde », celle qui éclaire finalement l’explosion de cette polémique elle-même, réside dans la stratégie de l’Union de la gauche et son caractère étroitement électoraliste.

Les partis socialistes révolutionnaires de la fin du XIXè siècle ont cru ingénument que la conquête du suffrage universel, dans des Etats où la prolétarisation des masses allait bon train, porterait irrésistiblement la classe ouvrière au pouvoir. Depuis, ils ont déchanté… ou se sont résignés à la « gestion loyale » de l’ordre bourgeois.

On sait que dans les centres impérialistes la bourgeoisie domine plutôt « au consensus » qu’à la « coercition » : elle s’efforce d’obtenir l’adhésion des classes dominées aux valeurs, aux finalités, aux options conformes à ses intérêts de classe, plutôt que de contraindre les travailleurs par la force.

Mais la société capitaliste – même avancée – étant déchirée par les antagonismes de classes, la production du consensus est rien moins que spontanée. Elle s’effectue délibérément et systématiquement au moyens d’un ensemble complexe d’appareils d’hégémonie publics u privés, qui vont des grands moyens d’information et de communication de masse à l’Eglise, la famille, la caserne, l’école ; en passant bien sur par l’usine qui comme chacun sait ne produit pas seulement des biens matériels mais de l’idéologie et des rapports sociaux (cf. Robert Linhart, l’Etabli, Ed . de Minuit 1978).

C’est ce travail quotidien de production et de reproduction du consentement que les élections viennent périodiquement entériner. Celles-ci ne sont qu’un instrument de mesure, une photographie de l’opinion à un instant donné. Elles ne produisent pas elles-même cette opinion. Laquelle se forme pour l’essentiel hors de la sphère électorale, dans les pratiques sociales telles qu’elles sont structurées par les rapports sociaux dominants et les institutions qui les cristallisent. C’est ce que confirment tous les travaux de sociologie politique, y compris ceux des sociologues et politologues communistes (cf. Classe sociale, religion et comportement politique, G. Michelat et M. Simon).

Pour que les élections n’enregistrent pas simplement « la domination des dominateurs », le mouvement ouvrier doit intervenir longtemps avant l’échéance électorale, au niveau du procès de formation du consensus lui-même.

Il doit promouvoir une pratique anticapitaliste de lutte qui, précisément , sape l’hégémonie bourgeoise, désagrège l’alliance de classes qui la sous-tend, met en crise les « appareils », les institutions, les pratiques vécues là où elles s’enracinent.

La conquête parlementaire présuppose et sanctionne une ample activité extra-parlementaire. Si cette activité fait défaut, le suffrage universel débouche le plus souvent sur la défaite, dans le meilleur des cas sur une victoire précaire et sans lendemain.

Il y a une pratique révolutionnaire et une pratique intégrée, subalterne, du suffrage universel, martèle l’Internationale communiste dès ses premiers congrès.

La première conçoit la lutte électorale comme un moment –important mais non décisif- de la lutte des classes ; un terrain institutionnel de confrontation, où le mouvement ouvrier engrange des résultats obtenus ailleurs, par un travail de mobilisation, d’organisation, d’éducation, visant à concrétiser dans tous les domaines l’alternative socialiste.

La seconde tend à considérer en pratique la lutte électorale et parlementaire comme la force par excellence de la lutte des classes, son point culminant, le terrain privilégié où elle se déploie et se dénoue, le moment stratégique qui commande tout le reste.

L’électoralisme ce n’est pas le fait de participer aux élections et de s’efforcer de les gagner, comme l’a longtemps cru un certain gauchisme. C’est l’idée que le Pouvoir se conquiert par les élections et que les élections se gagnent dans les campagnes électorales. Pour gagner les élections, dit l’électoraliste, il faut attirer les électeurs hésitants, modérés, indécis : ceux qui votaient jusqu’alors conservateur mais qui pourraient bien cette fois ci sauter le pas. Or, pas plus qu’on n’attire les mouches avec du vinaigre, on ne gagne les modérés par l’agitation. Les luttes ouvrières aliènent au socialisme le vote des cadres et des petits patrons ; les luttes des femmes celui des phallocrates, celles des jeunes, celui des vieux…

C’est ainsi que l’électoraliste se fait piéger par l’adversaire : il renonce à promouvoir sur tous les terrains les mouvements unitaires de masse porteurs d’alternative socialiste par crainte d’effaroucher les électeurs modérés. Sa dénonciation du système reste purement propagandiste, ne s’incarne pas dans des pratiques de lutte et des formes organisées qui la rendraient concrète et convaincante ; le travail des « appareils bourgeois d’hégémonie » s’exerce en conséquence sur des masses passives, atomisées en électeurs, donc à plein rendement.

Pour gagner des élections – objectif en effet majeur - il faut résolument tourner le dos à l’électoralisme. Il faut modifier les rapports de classe là où ces rapports se nouent. En appuyant sans réserve l’auto-organisation des masses pour la défense de leurs intérêts, le mouvement ouvrier stimule au maximum toutes les aspirations au changement et répond simultanément au besoin de sécurité des travailleurs.

Seul il peut empêcher que la victoire électorale soit une victoire sans lendemain, préparant après une phase plus ou moins courte de convulsions et de chaos le retour en force de la réaction. Car la victoire électorale n’est pas la révolution, l’accession au gouvernement n’est pas la conquête du pouvoir. Elles ne sont tout au plus que des moments – nécessaires mais non suffisants – de l’avènement socialiste.

Ce ne sont pas les appareils qui comptent, mais leur fonction, pas la multitude des adhérents mais leur travail politique, moins la variété des organisations que leurs relations avec les mouvements sociaux.

L’attitude du PCF dans la tourmente sociale de Mai – moment de vérité par excellence –révèle le conservatisme frileux de sa direction, son incapacité à mettre en œuvre une « démarche hégémonique » ; ce que Jean Rony appelle pudiquement son « politicisme », ou tendance à privilégier étroitement les aspects institutionnels » de la lutte : incapacité à définir un projet de société traduisant les aspirations les plus avancées de la jeunesse et des travailleurs. Incapacité à poser la classe ouvrière comme classe dirigeante potentielles, prenant en charge les problèmes de toutes les couches populaires et leur donnant une solution intégrée à son projet révolutionnaire d’ensemble.

Attitude crispée, craintive, conservatrice, effet d’un stalinisme persistant qui rend compte plus que toute autre chose de la stagnation du PCF, de la régression de la CGT, face à la renaissance miraculeuse d’un Parti socialiste réduit pourtant à l’ombre de lui-même par vingt-cinq ans de molletisme.

La consigne de François Mitterrand à ses troupes « le maximum de programme commun, le minimum d’actions communes devenant dans les faits le précepte de toute la gauche.

Ce « minimum » ce furent des journées de protestation morcelées, éparpillées, des grèves de vingt-quatre heures et des journées d’action par branches, secteurs, ou régions, notoirement insuffisantes pour faire plier le gouvernement, mais usant à la longue la combativité populaire. Cette érosion se mesure dans le succès décroissant des initiatives. De toute évidence, les travailleurs ont compris le caractère purement protestataire de ces barouds d’honneur. D’où leur attentisme croissant.

Etroitesse électoraliste qui n’est elle même qu’une manifestation de la stratégie consacrée par le XXIIè Congrès.

2. COMMENT UNIR LA GAUCHE ?

La direction du PCF explique les nombreux coups de barre de sa tactique unitaire comme autant de réponses au « turnant »du Parti socialiste. Au Congrès d’Epinay, en 1971, ce parti se serait résolument « tourné à gauche » ; d’où l’attitude fraternelle, indulgente, affectueuses même du PCF à son endroit, culminant dans la campagne présidentielle de 1974. Mais après les « Assises pour le socialisme » et l’entrée en force des amis de Michel Rocard , le PS aurait viré de bord, repris au seuil du pouvoir par ses vieux démons. D’où l’attitude de plus en plu ferme d u »parti de la classe ouvrière » afin d’endiguer la dérive sociale démocrate de son versatile allié….

Cette explication ne tient pas debout : la direction du Parti socialiste n’était pas « plus à gauche » en 1972 qu’en 1976. Elle était plus loin du pouvoir. Il lui fallait l’alliance avec le PCF pour se refaire une virginité et séduire ces millions de nouveaux salariés dont l’industrialisation pompidolienne avait peuplé les villes nouvelles. Le projet de François Mitterrand étai minutieusement exposé, noir sur blanc, dès 1969, dans un pamphlet acerbe « Ma part de vérité ». Se placer sur orbite grâce à la fusée PCF, et tandis qu’elle retomberait vers la terre, gouverner à loisir au centre gauche.

François Mitterrand applique ponctuellement son programme : au Congrès de Nantes, il traite déjà le PCF comme une force d’appoint… N’y a t il pas de parade ? Le PCF est-l condamné soit à l’impuissance, soit au rôle de marche pied de la social-démmocratie ?

La parade existe : elle consiste à jouer des contradictions de l’allié socialiste. L’arroseur peut être arrosé. Mais il faut pour cela tourner le dos à l’électoralisme. Et comprendre à qui on a affaire.

Les analyses du PS que propose le PC attestent à quel point la théorie marxiste s’es t dégradée, dans ce Parti, en idéologie inconsistante. Elle ne vise pas à produire des connaissances mais à justifier les tournants tactiques de la direction. Ce qui frappe donc, dans les analyses du PS produites par le PCF c’est leur caractère unilatéral, non-dialectique : l’incapacité de saisir les contradictions de la formation socialiste et d’élaborer une tactique unitaire jouant sur elle.

Les partis sociaux-démocrates sont pourtant bien les lieux de contradictions spécifiques que les théoriciens marxistes ont mis à jour de longue date.

Ces partis ont été forgés par la clase ouvrière à la fin du XIXè siècle pour assurer la représentation au sein des institutions démocratiques bourgeoisies et, au-delà ,sa présence au niveau politique. Ils assument une fonction de médiation entre les masses salariées et l’Etat bourgeois au profit de ce dernier, dont ils vivent.

Le Parti communiste peut avoir une prise sur la direction social-démocrate, en agissant sur les aspirations, les attitudes, les attentes politiques de sa base sociale. Cette base sociale , même dans le cas du PS, est composée pour l’essentiel de travailleurs salariés. Ses intérêts de classe ne sont pas substantiellement distincts de ceux des travailleurs communistes.

L’appareil social démocrate est alors placé devant une alternative : ou bien s’aligner sur la combativité nouvelle de sa base ; ou bien s’y opposer frontalement, au risque de lourdes pertes d’influence.

Mais pour promouvoir cette tactique, il ne faut pas soi-même sombrer dans l’électoralisme !

En réalité derrière tous ces débats c’est le problème général de la stratégie révolutionnaire en Occident qui se trouve posé : en Europe occidentale, la classe ouvrière affronte un ennemi bien plus puissant que les oligarchies tsaristes ou chinoise.

Cela ne veut pas dire que toute transition au socialisme est impossible en Occident : les pays capitalistes avancés d’Europe occidentale sont le lieu de contradiction spécifiques dont la condensation peut précipiter des crises pré-révolutionnaires parfaitement exploitables par le mouvement ouvrier. Mais cette transition au socialisme doit tenir le plus grand compte des spécificités de la domination bourgeoise en Occident.

Comme l’a souligné Gramsci mais avant lui Karl Radek, Paul Lévy et bien d’autres, la transition au socialisme dans ces pays couronne un long travail de gestation, de préparation politique, où le mouvement ouvrier doit consciemment et systématiquement contribuer à produire les conditions de la conquête révolutionnaire du pouvoir.

3. DEMOCRATISER LE CENTRALISME DEMOCRATIQUE ?

Reste la question de la conception du Parti : son rapport aux masses, son régime intérieur. C’est ici que l’immobilisme est sans doute le plus frappant. Le rapport aux mouvements et aux organisations de masse demeure régi par le modèle de la « courroie de transmission » : le Parti s’assure le contrôle sans partage des organisations de masse – sans omettre évidemment d’attribuer quelques strapontins en vue à des « potiches démocratiques »- et leur insuffle sa « ligne juste ».

Rien de plus étranger à sa démarche que l’idée d’un réel respect de l’autonomie de ces mouvements. Attitude évidemment incompatible avec toute stratégie révolutionnaire. Le Parti doit certes transformer la spontanéité des masses en pratique révolutionnaire consciente ; mais pour cela, il lui faut d’abord reconnaître cette spontanéité et s’éduquer lui-même à son école.

Quant a u régime intérieur du Parti, il est resté pratiquement inchangé depuis Staline. Certes il ne se donne plus le ridicule d’exclure les non-conformistes, et la « liberté de râler » (cf. L’expression est de Molina et Vargas) est totale à la base. Mais l’exercice du pouvoir au sein du Parti reste toujours autocratique. Peu importe que l’autocrate soi une personne morale (le « groupe dirigeant » et non plus une personne physique (le secrétaire général). Peu importe que sa manière soit plutôt libérale. La base militante ne joue toujours aucun rôle réel dans l’élaboration de la ligne et la désignation des dirigeants. Certes, les statuts du Parti stipulent tout le contraire.

Mais il y a le droit et le fait, la théorie et la pratique. Et cette dernière est parfaitement rôdée.

Les « élections » ne sont pas des élections : à tous les niveaux, des « commissions de candidature » choisissent les candidats. Et comme il y a autant de candidats désignés que e postes à pourvoir, l’élection n’est qu’une ratification des choix effectués par la hiérarchie. On n’a pas d’exemple d’un candidat ainsi coopté qui ne soit élu.

En présentant le « centralisme bureaucratique » qui sévit dans le Parti comme un modèle de démocratie prolétarienne, Georges Marchais a ingénument révélé le contenu réel de son idéal démocratique : un pouvoir exercé pour le peuple, par une élite strictement hiérarchisée, et qui sait mieux que les travailleurs où se trouve leur intérêt. Tout cela est bien connu et les « contestataires » communistes du printemps de 1978 s’en sont expliqués mieux que quiconque.

Tous se récrient d’horreur à l’évocation du droit de tendance agité comme un épouvantail par la direction du Parti.

La pratique de la démocratie dans un parti ouvrier de masse n’est pas chose facile, et nul ne peut prétendre en détenir la formule. Le degré de démocratie praticable dans un parti de combat est d’ailleurs fonction du degré de démocratie existant dans la société où il lutte. Il faut donc se garder d’aborder ce problème abstraitement, en métaphysicien ou en moraliste. Il faut l’aborder en politique : étant donné les conditions de lutte en Europe occidentale et la stratégie spécifique de transition au socialisme qui y correspond, de quel type de parti communiste les travailleurs ont-ils besoin ? quel type de militant former ?

Si l’on admet que la fonction politique cardiale d’un parti ouvrier révolutionnaire est de promouvoir l’auto-organisation des masses et de travailler à la radicalisation politique de leurs mouvements, on comprend l’importance politique de la démocratie interne au sein d’un parti véritablement communiste : seul un parti ouvrier réellement démocratique peut former des militants capables d’une « démarche hégémonique ».

Tout se tient : si l’on veut disposer de militants capables de « rapports hégémoniques » -et non plus bureaucratiques – avec les masses, il faut les dégager des rapports bureaucratiques au sein de leur propre parti.

La démocratie ce n’est pas « le droit de râler » dans être exclu, disent à juste titre les oppositionnels communistes. C’est le pouvoir d’influer effectivement sur l’élaboration de la ligne du Parti et le choix de ses dirigeants. La démocratisation du PCF passe par l’instauration de procédures statutaires créant la possibilité effective pour les militants de mettre en minorité la direction, d’en changer la composition, de lui imposer des choix politiques.

Louis Althusser a lumineusement mis en évidence comment ce système dépossède politiquement la base et concentre tout le pouvoir dans les mains du « groupe dirigeant ».

 Pour en finir avec le centralisme bureaucratique, il faut que les élections au sein du Parti deviennent de vraies élections.

Pour qu’il y ait une élection véritable, réelle possibilité de choix, il faut que le nombre des candidats ne soit pas limitatif, qu’il puisse excéder largement le nombre des postes à pourvoir ; que l’avis de la Commission des candidatures puisse être discuté, contredit avant le scrutin ; que les candidats non retenus puissent être défendus par les instances qui les présentent ou par eux-mêmes.

 Pour en finir avec le centralisme bureaucratique, il faut que les débats soient de vrais débats. Un parti ouvrier de masse se trouve inséré dans des situations complexes, placé devant des choix dramatiques pour lesquels il ne dispose que de données partielles, fragmentaires. Il est normal que ces situations engendrent des appréciations divergentes. Nul ne détient la Vérité au sein du Parti, pas même le secrétaire général. Nul ne connaît a priori la ligne correcte la ligne juste. Celle-ci ne peut être approchée que dans la libre confrontation des points de vue, la lutte des idées. C’est dans et par cette fonction que le Parti s’acquitte de sa fonction d’ »intellectuel collectif ».

La fameuse clause -prétendument antifractionnelle – interdisant les « contacts horizontaux » entre militants porte une restriction draconienne au libre développement du débat.

Mais le militant de base en désaccord ne peut exprimer ses critiques que dans a cellule – où l’appareil dépêche rapidement « du renfort »….S’il cherche à confronter ses thèses avec des militants critiques d’autres cellules, s’il cherche à réunir ceux qui partagent son point de vue pour élaborer collectivement des options alternatives à celles de la direction, il tombe sous le délit « d’activité fractionnelle » et se met hors la loi.

Pour que le débat soit un vrai débat, il faut que saute ce système de cloisonnement vertical par lequel l’appareil asseoit sa dictature sur le Parti.

Mais c’est le droit de tendance que vous nous prêchez-là, protestent à cet instant, chacun sur son registre, contestataires et orthodoxes du PCF ! Arrière Satan ! Vous voulez transformer le Parti communiste en « club de discussion », écarter les dirigeants ouvriers au profit des intellectuels beaux parleurs, substituer à l’unité du Parti les querelles de fractions ! Voyez le Ps, le PSU, le Fen ! Et c’est pour aboutir à ces résultats que nous nous exhortez à renoncer à l’acquis léniniste ?

Ce réquisitoire est en parti fondé. D’où son impact sur les oppositionnels qui ont pourtant tout intérêt à gagner d’un démocratisation réelle du PC.

Il n’est de démocratie que pluraliste, et de pluralisme démocratique qu’organisé.

Les traits négatifs d’un « pluralisme organisé » que soulignent à juste titre les oppositionnels du PCF peuvent être considérablement réduits, sinon éliminés, par un semble de clauses, de pratiques, d’attitudes visant à compenser les inégalités entre militants au sein du Parti, à bloquer toute dynamique fractionnelle. Le droit de tendance ,comme tout droit, doit être réglementé.

Un travail systématique de formation des militants peut réduire les inégalités entre manuels et intellectuels face au débat politique. La participation des militants ouvriers à l’élaboration de la ligne et à la direction du Parti peut être garantie par l’attribution – tacite ou formelle – à ces militants d’une proportion appréciable du temps de parole dans les assemblées et les tribunes de discussion publiées par la presse du Parti, d’un pourcentage de postes de responsabilités dans toutes les instances dirigeantes.

Molina et Vargas ont raison lorsqu’ils soulignent que la démocratisation du PCF ne doit pas se borner à la substitution du libéralisme bourgeois à ce qu’ils appellent « la routine stalinienne ». Mais ils ont tort de condamner, au nom de cette exigence, le « pluralisme organisé ».

Chaque fois que les conditions de lutte le permettent, la démocratie ouvrière doit être en avant, et non en retrait, de la démocratie bourgeoise."



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 18h25

" Changer le PCF ? " A l’impossible nul n’est tenu !

RC31



HELP !!!!!! LE PC NE REPOND PLUS DU TOUT !!!!!
25 mai 2008 - 19h11 - Posté par

J’ai besoin d’aide...

Mon PC est bloqué !!

Il ne répond plus... lorsque je parle de mon PC le débat ne se lance pas, l’analyse reste comme si le CN était off. j’ai fais un’autre essai... rient...

Je crois que j’ai un sérieux problème...

Dés que le débat se lance il se bloque aussitôt...

Rien ne s’affiche à l’écran...

Qu’est ce qu’il a ce PC ?!

Que me conseillez vous de faire


HELP !!!!!! LE PC NE REPOND PLUS DU TOUT !!!!!
25 mai 2008 - 21h56 - Posté par

HELP !!!!!! LE PC NE REPOND PLUS DU TOUT !!!!!

exellent !!!


HELP !!!!!! LE PC NE REPOND PLUS DU TOUT !!!!!
27 mai 2008 - 00h12 - Posté par TOURNESOL

PREND UN MAC !!


CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 19h08 - Posté par Vitriot

Je ne vois pas l’interet de ce texte vieux de 30 ans

Si ce n’est de confirmer que 30 aprés sa mort programmée par cet oracle

LE PCF EST TOUJOURS VIVANT ET BIEN VIVANT.... !!!

Comme quoi les horoscopes et toutes les Carmen Tessier du monde ne sont que balivernes et propos de charlatans ....

Et dans cette période ils ne manque pas de prophétes qui s’étendent sur le devenir du PCF !!!!

Comme l’auteur de ce texte ils rejoindront bientot les poubelles de l’histoire



CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 20h18 - Posté par

Je ne vois pas l’interet de ce texte vieux de 30 ans

Pauvre Vitriot... Changer de PC sans perdre ses données révolutionnaires ou bientôt même en France...

Nouveau propriétaire pour l’Unità

Goffredo de Marchis évoque le rachat du quotidien L’Unità, journal du Parti communiste, fondé en 1924 par Antonio Gramsci.

"L’ère de l’Unità est terminée. La ligne future du journal, étroitement liée au débat politique du Parti démocratique (PD), est en jeu. Parmi les candidats au rachat figurait également la famille Angelucci, qui contrôle le journal de gauche Il Riformista, et dont la candidature était mal vue, aussi bien par la rédaction du journal que par Veltroni [président du Parti démocratique]. C’est Renato Soru, le président de la région Sardaigne, entrepreneur et propriétaire de Tiscali [portail Internet], qui a été choisi pour devenir le nouveau propriétaire du journal.

Le portail de communication, qui tourne autour de l’axe du Parti démocratique, comporte une voix de plus.

La rédaction se réjouit et espère une synergie multimédia, avec la télévision, la radio ou Internet, selon les préférences du nouveau patron."

http://europe.courrierinternational...


CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 19h13

Trop fort

Après trente ans, ce texte est totalement d’actualité...



CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 21h05 - Posté par

Gramsci avait raison.

Les combats politiques se mènent d’abord dans le monde de la réflexion.

Pour gagner la bataille des urnes, il faut d’abord gagner celle des idées.


CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 21h55

A nombre d’entre eux s’applique désormais la boutade de Jorge Semprun : « Ils ont perdu leurs certitudes, s’ils leur restent des illusions

Texte de 30 ans ; depuis certains ont fait leur chemin ; ils sont devenus de carpettes de la bourgeoisie, par exemple le fameux Semprun invité régulièrement par les médias pour dégurgiter son anticommunisme.

Le PCF existera en fin d’année au congrès, non pas sur les vieilles querelles sur Staline auquel me semble t’il, le créateur de ce blog doit avoir quelques références du fait de ses connaissances.
D’ailleurs il est marrant de voir ces vieux staliniens qui ont souvent montré l’exemple contraire de ce qu’ils affichent aujourd’hui.
Le PCF New Look on est des tas à y réfléchir et ce la n’a rien à voir avec ce dégobillage.
Une vieille formule disait à ceux qui voulaient prendre leur désir pour des réalités : "TINTIN"



CHANGER LE PCF ?
25 mai 2008 - 22h21 - Posté par NF

Oui, des camarades élus dans les directions travaillent actuellement en dehors du parti. Ils ont été élus, lors du dernier congrès à différents niveaux (local ou national) pour mettre en oeuvre la politique élaborée par les adhérents, validée, votée.
La dernière AG de décembre, de militants des sections s’est prononcée très très majoritairement pour conserver, améliorer le PCF (démocratie, propositions, activité, projet).
Oui, il y a des positions différentes dans le parti communiste, elles doivent être posées, débattues à l’intérieur.
Beaucoup de textes en ce moment sont écrits à l’extérieur du parti de la part de dirigeants ou d’élus du PCF, mais peu de propositions, de projet, mais des méthodes peu démocratiques de la part de ces adhérents.
Pour moi, le débat doit être à l’intérieur.
Dans la "gauche de la gauche, il y a tout de même beaucoup d’anti-communisme,
Voici un point de vue d’une militante de base, qui veille que dans sa section, le débat d’idées puisse avoir lieu sans tabou, sur toutes les questions.



Changer le PCF, pourquoi pas...
26 mai 2008 - 09h37 - Posté par Frédéric VIALLE

Je suis parfaitement d’accord avec toi, il n’y a que les communistes qui doivent et peuvent faire évoluer leur parti. Maintenant, il y de grandes différences entre communistes... il y a ceux qui veulent garder le parti tel qu’il est, d’autre qui veulent juste le rénover et d’autre qui pensent qu’il faut passer à autre chôse, c’est à dire construire une nouvelle force de gauche avec des socialistes en rupture avec le PS, des écologique de gauche, des altermondialistes... Quelle est la meilleure voie ? j’arrive à un stade, aprés 25 ans de parti, j’ai 40 ans bientôt et je garde toujour espoir de changer vraiment la vie. Je crois cependant que sur Bellaciao, il y beaucoup de gens qui s’exprime sur le PCF, mais qui n’en sont pas membre, voir souvent anti-communiste pour ne pas dire plus... Je reste trés méfiant sur les internautes qui écrivent ici, et qui ne signe même pas leurs papiers ! Le PCF qu’il garde sa forme actuel ou qu’il se transforme en une nouvelle force politique restera à la fois une force de contestation du système capitaliste, mais aussi une force de transformation sociale capable de prendre le pouvoir et pour cette fois réussir à changer la donne !!! Maintenant, je ne suis pas devin je ne pense pas que le PCF puise resté tel qu’il est, certe les scores des dernières élections ne sont pas si mal, mais ils sont loin de permettre un changement de rapport de force dans la gauche, si il y a des chôses qui vont venir de nous dans la prochaine période il y aussi des militants socialistes, de la LCR, ou d’aillleurs qui sans aucuns doute veulent s’unir dans une structure réellement de gauche, mais qui intervienne sur les chôses. Le PCF peu y contribuer, en restant ouvert sur la société et surtout en évitant de ce regarder le nombril. Il nous reste des ressources elles seront grandements utiles pour la suite.
Frédéric VIALLE
Limoges.


CHANGER LE PCF ?
26 mai 2008 - 09h21 - Posté par Copas

Je ne sais de qui est ce texte mais il est solide, très solide et fait le tour de problèmes qui ont leurs prolongements actuels, en beaucoup plus dégradés.

La trajectoire de l’auteur, ou des auteurs, importe peu de ce point de vue, mais tout est dit sur le fond, de l’électoralisme au problème de la démocratie interne , des questions d’alliance, du centre de gravité du mouvement populaire , etc.

Très bon....

Les 30 ans qui suivent ne sont qu’un déroulé des problèmes bien désignés alors.

Se retrouver avec un PCF à quelques %, avec insuffisamment de jeunes, qui avance comme un navire ivre, avec des bantoustans, des morceaux d’appareils qui font la loi et s’affrontent les uns les autres, est une pure conséquence des travers cités dans le texte.

A méditer....

Bien vu sur la question de la domination concrète, hierarchiste, de l’appareil qui stérilise le débat, et surtout essaye d’isoler individuellement les camarades qui expriment une ligne politique alternative....



CHANGER LE PCF ?
26 mai 2008 - 11h49

Je trouve cet article extrêmement intéressant ( d’autant plus que comme le note quelqu’un il semble avoir 30 ans d’âge...ce qui me laisse méditative, sinon un peu pessimiste mais "il ne faut pas désespérer Billancourt".)

Sans doute qu’à certains égards, il y a eu des progressions dans le Parti depuis. Mais l’accusation de "comportement fractionnel", par exemple, reste toujours très vivace.Je l’ai vécue moi à cause de ce forum et de ma participation au collectif (on a ainsi gentiment oublié que tout cela était "très bien, super, génial" au moment de la présidentielle, ce qui illustre aussi le comportement du PC à l’égard des mouvements et orga qui ne sont pas dans le Parti mais peuvent travailler AVEC !)

Ce qui est "drôle" c’est que l’on accuse toujours les mêmes (en gros, les militants de base qui n’ont aucune responsabilité dans le Parti) de "comportement fractionnel" c’est à dire au fond les communistes DANS le parti qui souhaitent y faire entrer une démocratie réelle, souhaitent débattre réellement, et qui ne se satisfont pas, justement, d’ une simple libéralisation vaguement copiée sur le modèle institutionnel bourgeois.

Je m’interroge sur ces quelques vertueux camarades qui sont intervenus :

 Qui a élevé la voix contre les membres du PCF qui ont fait campagne pour d’autres que MGB (après sa désignation dans le Parti) en leur disant à eux "vous êtes fractionnels, cassez-vous" ? - Ils l’étaient de fait pourtant ! Personne. O na râlé etc , mais JAMAIS il ne serait venu à l’idée de faire une pétition par exemple pour que ces personnes soient exclues par exemple ( à ça on ne le fait plus officiellement ,c’est pas "libéral"...). Pourquoi on a rien fait ? Mais parce que c’est nécessairement FRACTIONNEL de pétitionner voyons !!!! Résultat : on laisse courir...mais si le groupe dirigeant déraisonne et nous emmène droit dans le mur ???? A moins qu’on pense que "le chef a toujours raison" ?

Et bien dans ce cas là, laissez moi douter que nous arriverons ainsi à la révolution. Spartacus est un esclave qui s’est révolté . Ca veut tout dire. L’esprit révolutionnaire est incompatible avec la soumission aveugle aux chefs et à sa propre condition, incompatible avec le légitimisme.Respecter la majorité ,respecter les règles, faire oeuvre dialecticienne, débattre, voter etc oui. Etre dominés DANS le Parti sans démocratie réelle, non.

Je poursuis :

 Qui proteste contre les "fondations" des uns et des autres en se demandant si, par hasard, ce ne serait pas des lieux de fractions ?
 Qui hurle contre tous les regroupements, par Internet, 100 % PCF garantis (il suffit de voir leurs liens pour en être convaincus n’est-ce-pas...) de camarades qui n’appartiennent même pas à la même section du Parti, et qui s’unissent pour demander soit la mort, soit la vie du PCF ?
 Qui se manifeste contre La Riposte, groupe hautement fractionnel, s’il en est,qui distribue pour tant ces brochures à chaque meeting parisien du Parti ?
 Qui a hurlé sur cette incroyable "Assemblée générale de décembre" même pas statutaire et où, en plus étaient conviés des "membres extérieurs au parti" ? JE vous ai vus beaucoup moins virulents et exigeants face à la direction que face à vos camarades.Et je me retiens de dire ce que cela m’a inspiré d’ailleurs !
 Qui piétine devant ces nouvelles réunions de communistes prévues ici et là pour "préparer le Congrès" ? Je ne vous entends pas beaucoup non plus vous battre contre le comportement "fractionnel" des camarades qui ont rejoint les communistes unitaires (entre autres !).
 Qui a pétitionné pour demander à la direction du PCF Paris de ne plus abriter de magazine ouvertement "fractionnel" ? Etc ,etc.

Moi je ne proteste contre rien au contraire, dans la mesure où ces expressions n’ont pas pour but manifeste de tendre à la suppression du PC. On ne peut pas faire de la simple "dissidence" ( i.e. ne pas être d’accord avec "le chef" une volonté de détruire le Parti.) une volonté de détruire le PCF. Faut être sérieux.

Ces accusations sont totalement ridicules, ciblées, contre productives pour la pensée et la théorie communistes, et de fait, il faut être un sacré hypocrite pour prétendre le contraire, les courants existent dans le Parti depuis longtemps. La position vertueuse qui consiste à dire "il ne faut pas" alors que rien n’est sanctionné et que CELA EXISTE !

En outre ces accusations, qui prétendent se fonder sur le léninisme et la pratique léniniste du parti sont fausse. C’est ce que démontre avec raison l’article. Jamais le communisme n’a été plus vivant que jusqu’à ce que l’après guerre ( la première) et Staline, suspendent le droit de tendance dans le parti (il existait donc bien avant) !! Reprenez vos manuels d’histoire.

Je me "marre" dès qu’on évoque le "droit de tendance" et que les cris , mêmes des plus "contestataires, exactement comme le dit le texte, fusent immédiatement ( pour lequel, je ne l’ai jamais caché , je suis tout à fait pour ,mais à certaines conditions strictes , avec des règles - qui ne sont pas nécessairement ce que l’on voit au PS qui n’est que l’institutionnalisation des batailles de chefs, reproduisant la "pseudo démocratie "bourgeoise -, et notamment, dans ces règles, qu’une fois les avis et positions exprimées, ce soit la majorité qui l’emporte et que la ligne ainsi adoptée soit suivie par tous , sous peine de sanction. J’apprécie aussi beaucoup que ce "droit de tendance soit lié à la question, brûlante, de la formation des communistes dans le PC et à al représentativité des salariés, notamment des ouvriers.

Ma limite au droit de tendance, c’est effectivement de ne pas participer à des projets qui ont clairement pour but de supprimer le PC "de l’extérieur" - là, je dis à ces camarades : vous devez partir. Libre à vous de vouloir constituer un "courant culturel communiste" au sein d’une "force de gauche étendue" mais vous ne pouvez pas imposer cette question au Parti et aux autres camarades qui eux, estiment avoir besoin d’un PC.

Le Parti tel qu’il existe n’est plus un héritier du parti bolchévique léniniste ! C’est encore un descendant direct du parti stalinien, quoi qu’on ait , jusqu’ à un certain point toutefois (car "pas touche à la direction") ce fameux "droit de râler".

Le défi est là pour nous, comme le souligne très justement ce texte ( qui cite d’ailleurs non pas seulement des "anticommunistes" mais Jean Rony par exemple qui si ma mémoire ne me fait pas défaut était membre du parti (30 ans de PArti un communiste s’interroge) de même que Althusser, également membre du PCF etc. - Donc, l’anticommunisme ,là j’avoue que j’ai du mal à le voir . Surtout dans un texte qui à mon avis prenait la peine de pointer nos pbs , non pas pour "casser" mais pour nous faire exister valablement.

Il me semble si j’ai bien lu ce texte très riche (et toujours d’actualité) que l’auteur ou les auteurs, en appellent au contraire à un RENFORCEMENT du Parti pour sauver la gauche et amener la transition socialiste.

Je partage tout à fait leur avis, i l n’y aura p as de socialisme sans Parti communiste ; c’est pour cela que je l’ai rejoint il y a un an et demi d’ailleurs, contre tout les avis de l’époque, c’est pour cela que j’y reste ( on verra après le Congrès) en dépit de toutes ces imperfections etc. (Ma limite sur ce sujet , ce sera en effet ce Congrès, qui devra être révolutionnaire au sens strict ou ne sera qu’une lente continuation de toutes nos erreurs depuis 30 ans.Or je dois dire que je suis pessimiste car justement le débat s’organise de plus en plus sur des positions claniques et non sur des positions théoriques, des propositions de fond. On en est au niveau zéro à peu près de l’analyse marxiste, c’est dramatique.)

Comment nous priver des meilleures conditions pour faire vivre, non pas le simple "dialogue" - genre on parle mais la direction décide - mais le débat, le fondement de la dialectique, quand on se prétend un parti communiste ? J’ai du mal à comprendre.

Il me semble bien que ce texte , que j’ai lu à plusieurs reprises pour être sûre de bien le comprendre, ne dit pas du tout que nous DEVONS disparaître mais que nous RISQUONS de disparaître ( ce qui me semble très juste et pas pour les raisons que l’on amène rituellement au Congrès). Et que ce risque nous devons tout faire pour l’éviter. A cette fin, il propose des pistes.

A 1.93% à la dernière présidentielle, à un groupe parlementaire sauvé in extremis GRACE à une alliance avec des anticommunistes pour le coup notoires comme N Mamère etc, aux dernières municipales et cantonales où nous avons certes progressé en nombre mais perdu des "bastions symboliques" comme le 93, avec des adhérents qui ont fini par nous quitter en nombre mais qui sont restés communistes mais sont "en déshérence" ( l’Huma avait publié l’an dernier un très bon dossier sur ce sujet) et j’en passe, je pense que les camarades devraient arrêter de se cacher derrière leur petit doigt.

Ne pas se poser de questions, ne pas faire nôtres certaines questions ou suggestions qui viendraient "de l’extérieur" mais certes EN LES TRAITANT DANS le parti et entre seuls adhérents, ça me semble suicidaire.

LA question est de savoir si on est capables d’identifier les bonnes problématiques (surtout lorsqu’elles nous sont posées par des supposés "ennemis") d’avoir enfin les bonnes analyses, et d’unir toutes nos forces ( y compris nous "faire violence", nous "déshabituer" à certaines habitudes, certaines rengaines....) pour répondre à ces problématiques si elles sont justes et fondées et qu’elles nous font progresser.

J’ai du mal à comprendre que l’on estime que "tout va bien" et que le Parti n’a pas besoin d’une démocratisation communiste.

J’ai du mal à comprendre qu’on refuse l’évidence : on VA MAL. Oui. Mais ce n’est pas inéluctable si on fait ENFIN Ce qu’il y a à faire : revenir sur nos erreurs passées ( notamment la question de l’abandon de la "dictature du prolétariat", l’abandon de formation des communistes, l’abandon de la démarche marxiste/marxienne, l’abandon de la dialectique etc...), nous démocratiser réellement, réfléchir à la question institutionnelle pour nous dans le PArti et pour la France, revenir sur notre soi disant "déstalinisation" etc.

Notre "état" ne me semble pas permettre qu’on repousse ad vitam ces questions et ce n’est pas QUE dans les quelques jours de Congrès ou même les 2 mois de pré congrès, qu’on va régler ça SI ON ne se donne pas nous même les moyens de présenter de VRAIES propositions alternatives (ce qui implique donc aujourd’hui d’avoir un comportement "fractionnel" , qui ne doit nullement empêcher ou remplacer le travail en CELLULE.)

Pourquoi je devrais prendre pour parole d’Evangile le choix politique construit de manière non démocratique de la direction ,exprimée aujourd’hui dans l’Huma sur l’avenir du PC dans l’Europe , le PGE etc ? On croit quoi ? Que c’est deux débats de 5 heures par ci par là qui permettent de dire "nous en avons débattu, nous en avons décidé ensemble" ? Pourquoi je devrais croire "sur parole" des gens qui me disent "sortir de l’Europe est impossible et inenvisageable" ? - Quand ,récemment, un CN comportant plus de 52 membres a t il été réuni pour débattre au fond sur la question de l’Europe ???? Quand les militants ont ils été consultés ?

Nous sommes "plus cons " qu’eux ?
Ben non.

Moi non plus je ne veux pas que le parti meurre. Mais j’aimerais qu’il VIVE et pas qu’il survive, en soins palliatifs, jusqu’à ce que finalement ,il crève. JE ne vois pas comment on peut faire autrement pour VIVRE VRAIMENT que de lui rendre sa nature de démocratie prolétarienne que Staline, puis d’autres après lui, nous ont confisquée dans toute l’Europe pour assurer l’hégémonie soviétique, comme on peut faire sans lui rendre sa nature "d’avant garde éclairée" (et pas de "garde désabusée").

Fraternellement.

La Louve, toujours AU PCF ( et qui aimerait bien y rester).



CHANGER LE PCF ?
27 mai 2008 - 14h05 - Posté par

En relisant les uns et les autres (et parce que ,comme je l’ai dit ailleurs j’ai en ce moment e nez dans quelques anciennes "pépites" genre le bouquin de Molina et Vargas cité ici "dialogue à l’intérieur du PCF français" (j’aimerais bien qu’on me dise qu’ils sont "anti-PCF" tiens...) je me rends compte que je saute peut être trop rapidement de la "démocratisation réelle" au "droit de tendance" alors que ce que je veux exprimer c’est la nécessité du retour en force de la base dans l’élaboration politique, théorique et stratégique.

Peut être que des idées comme celles du référendum interne ,du droit de pétition etc.. qui seraient déjà des progrès énormes, la non condamnation des "initiatives horizontales" n’impliquent pas nécessairement un "droit de tendance " reconnu en tant que tel.

La Louve


CHANGER LE PCF ?
26 mai 2008 - 13h49 - Posté par raymond debord

Eh bien.... Cà fait de longues années que je n’avais pas lu un texte avec lequel je sois d’accord à 100 %. Alors j’aimerais bien un petit signe de "Tintin et Milou".



CHANGER LE PCF ?
26 mai 2008 - 15h19

Pour en finir avec le centralisme bureaucratique, il faut que les élections au sein du Parti deviennent de vraies élections. Avec un réel contrôle, des inscrits, des votants, des résultats, bref avec une commission électorale ad’hoc ! Il ya 30 ans on ne pensait pas à cela....

Pour en finir avec le centralisme bureaucratique, il faut que les débats soient de vrais débats. Vrai à l’époque, mais encore plus vrai aujourd’hui....

Une lacune dans ce texte, pourquoi "la dictature du prolétariat" et "le centralisme démocratique" sinon pour rattraper, par la bande, le "retard de 56". Au risque de charger Marx et Lénine des errances de Staline !

Et puis Tintin et Milou, c’est qui ?

CN46400



CHANGER LE PCF ?
26 mai 2008 - 16h43 - Posté par

"c’est qui c’est qui ??"

 :) éh éh éh

"Détendez vous" les camarades, on s’en fiche de "c’est qui", "ils sont où", etc ?!! On n’est pas une annexe des RG ici.

L’important c’est ce qui est dit. Pour le "qui l’a dit" on verra ça plus tard...
La Louve

Ps : Je précise de suite que ce n’est pas moi "l’auteur masqué", je suis incapable de produire une analyse d’une telle qualité (même si on ne la partage pas ou pas entièrement on ne peut pas dénier sa qualité), malheureusement et je le déplore.... :(


CHANGER LE PCF ?
27 mai 2008 - 10h39 - Posté par angela anaconda

je pense que le communisme est bien plus que le PCF. Le PCF est une forme d’organiser la lutte pour surmonter à terme le salariat, mais ce n’est pas la lutte elle-même. La lutte, c’est nous, hommes et femmes qui, au quotidien, s’investissent pour libérer la parole de celles et de ceux qui disent comment faire autrement, à l’avantage de tou(te)s.
angela anaconda (en s’inspirant librement de Rosa Luxembourg).






Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre !
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso
Hypotextile : Soutien à Constance seins nus
mercredi 4 - 09h25
de : Christian DELARUE
Appel à la mobilisation contre l’OMC et les accords de libre-échange
mardi 3 - 21h27
de : via campesina
Christophe Prudhomme, porte-parole des médecins urgentistes : « Il faut arrêter de gérer l’hôpital comme une entreprise »
mardi 3 - 17h08
de : nazairien
1 commentaire
AFFAIRE BENALLA : suite et... !Pas fin ?
mardi 3 - 15h29
de : JO

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Le bonheur c'est lorsque vos actes sont en accord avec vos paroles. Gandhi
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite