Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
de : Le Figaro
mercredi 30 juillet 2008 - 15h50 - Signaler aux modérateurs
17 commentaires

L’antisémitisme est une bien vilaine chose, même sur le plan esthétique, si l’on oublie Wagner et Céline ; en tout cas, sur le plan moral et, bien souvent, sur le plan politique, malgré les satisfactions que certains y cherchent à court terme. Mais si l’on accepte un point de vue plus immanent que transcendant, on y verra surtout les vertiges et les trébuchements de sociétés, au demeurant forts diverses, qui sont en train de perdre leurs repères essentiels.

Examinons donc, sous cet angle, l’affaire Siné.

Il ne devrait pas y avoir le moindre doute sur le caractère antisémite des propos de l’auteur. Rappelons tout à trac et dans un ordre dispersé la récidive : Siné a déjà été condamné sévèrement par les tribunaux pour des propos outrageants, et avait déjà comme témoins de moralité quelques-uns des pétitionnaires en sa faveur tels le pontifiant Michel Polac ou l’amusant Guy Bedos.

Sans la précaution rhétorique de l’antisionisme, ce sont les juifs qui sont présentés comme les maîtres de l’argent et de la société française. Sans préjuger de l’inévitable réponse des tribunaux, on aurait pu imaginer que la presse et l’opinion reconnaissent le tranquille courage du directeur de Charlie Hebdo, Philippe Val, qui, après avoir épuisé les moyens de sauver la face de Siné, a pris acte de l’incompatibilité morale de sa présence et de celle dudit dessinateur, caricaturiste, au sein d’une même publication.

Mais cette attitude pleine de rectitude ne plaît pas aux amis de Siné. Certains invoquent son grand âge, qui semble ne pas avoir joué à l’endroit de Maurice Papon ; d’autres lui prêtent un « tempérament d’anar » qui, à leurs yeux, justifierait tous les excès. On leur répondra sur ce point que de grands intellectuels anarchistes français, comme Octave Mirbeau et Bernard Lazare, ont été des professeurs d’antiracisme, et spécifiquement de dreyfusisme.

La réalité, c’est que le terme « anar » ne signifie pas ici l’anarchisme politique qui eut ses gloires parfois et sa dignité toujours, celui de Durruti en Espagne, de Rudolf Rocker en Allemagne, mais plutôt les borborygmes haineux des Céline de grande banlieue (dont Céline lui-même) qui font régulièrement leur apparition dans notre paysage littéraire comme autant de bulles de méthane sur un étang pollué.

Le cas Siné est éminemment plus simple, en ce que l’auteur n’a jamais été anarchiste mais bien davantage stalinien endurci. On le retrouve ainsi quasi-éditorialiste graphique de la revue Révolution que le communiste néostalinien d’alors, Jacques Vergès, édite à la fin des années 1950 pour fustiger le XXème congrès du Parti communiste de l’Union soviétique, et exalter la résistance de Mao et de l’Albanais Enver Hodja.

Qu’est-ce qui unit de part le monde un islamiste marocain, un communiste russe déçu, un pasteur africain-américain ségrégationniste à l’envers, un intellectuel anglais semi-aristocratique et antiaméricain… et un adversaire rabique du président Nicolas Sarkozy, qui voit en lui l’inacceptable promotion de l’étranger ?

L’antisémitisme sert ici de ciment à un authentique vertige identitaire. Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? Et pourquoi les juifs semblent-ils ne pas souffrir de ce même vertige ? La réponse est d’ailleurs simple : les juifs aussi, de part le monde, souffrent de ce même vertige.

Mais revenons un instant sur la haine antisarkozyste : on aura beau rappeler que le président n’est ni juif par la religion, ni même très majoritairement par l’origine, de même qu’on constatera que le président s’est illustré depuis un an par une attention sans faille aux difficultés du monde arabe et a incarné, parfois à tort à mon avis, un recentrement assez sceptique de la politique européenne de la France : qu’importe, dans une mondialisation impétueuse que certains, à droite comme à gauche, vivent comme une agression permanente, un homme, Nicolas Sarkozy, proclame, sans cesse, qu’il est une opportunité pour une France qui peut se secouer de la rancœur petite-bourgeoise de la corporation et de l’éloge de la paresse, et voici que les antisémites, comme un essaim de mouches, s’en prennent à sa personne, ou, le cas échéant, à celle de son fils.

Le degré d’horreur et de mépris que cette attitude produira chez nos concitoyens, au-delà des clivages politiques traditionnels, est un test en grandeur réelle de la santé de notre corps politique. La France tombe souvent très bas, mais se relève ensuite plus haut que n’importe laquelle des autres nations de l’Europe.

Aujourd’hui, on voit en tout cas qui a la trempe d’un Zola, d’un général Picard : c’est Philippe Val.

Et qui a la bassesse de Drumont, de Maurras ou de Bernanos : ce sont les pétitionnaires semi-trotskistes en faveur de l’éternel stalinien Siné.

Alexandre Adler.
 http://www.lefigaro.fr/debats/2008/...



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 16h07 - Posté par jmw

Le problème est que les propos, qui n’ont rien d’antisémite, repprochés à Siné, sont de Patrick Gaubert, président de la LICRA, voir Libération du juin 2008 :

Je cite :

« Liens. Patrick Gaubert, président de la Licra et ami de Nicolas Sarkozy, assure n’avoir jamais parlé de ces questions avec lui. « Nous partions parfois en vacances ensemble avec une bande de copains juifs à moi, mais ne parlions jamais de religion. » Il remarque qu’aujourd’hui, le fils de Nicolas Sarkozy, Jean, vient de se fiancer avec une juive, héritière des fondateurs de Darty, et envisagerait de
se convertir au judaïsme pour l’épouser. « Dans cette famille, on se souvient finalement d’où l’on vient », s’amuse-t-il.

http://www.liberation.fr/actualite/...

jmw



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 16h23 - Posté par André Pellet

"Affaire Siné : Philippe Val dit tout" proclame Charlie Hebdo du 30 juillet...

Philippe Val,directeur de la publication, promu nouveau Zola ou général Picard par Alexandre Adler, dans son édito s’épanche sur cette désormais affaire, mais c’est le Canard enchaîné du même jour qui nous rappelle que c’est dans un article de Libération du 23/06/2008 où l’on pouvait lire : " Patrick Gaubert, président de la Licra et ami de Nicolas Sarkozy... remarque qu’aujourd’hui le fils de Nicolas Sarkozy Jean vient de se fiancer avec une juive, héritière des fondateurs de Darty, et envisagerait de se convertir au judaïsme pour l’épouser." que Siné avait probablement puisé son inspiration...

Que Philippe Val, continue donc a "ramé dans un océan de merde" comme il le dit si bien en conclusion de son édito !..
Avec mes salutations

André Pellet
pétitionnaire en faveur de Siné et... semi-trostskiste qui s’ignorait, dont la bassesse n’a d’égal que la haute réthorique d’un Alexandre Adler...



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 16h31

Le cas Siné est éminemment plus simple, en ce que l’auteur n’a jamais été anarchiste mais bien davantage stalinien endurci. On le retrouve ainsi quasi-éditorialiste graphique de la revue Révolution que le communiste néostalinien d’alors, Jacques Vergès, édite à la fin des années 1950 pour fustiger le XXème congrès du Parti communiste de l’Union soviétique, et exalter la résistance de Mao et de l’Albanais Enver Hodja.

Qu’est-ce qui unit de part le monde un islamiste marocain, un communiste russe déçu, un pasteur africain-américain ségrégationniste à l’envers, un intellectuel anglais semi-aristocratique et antiaméricain… et un adversaire rabique du président Nicolas Sarkozy, qui voit en lui l’inacceptable promotion de l’étranger ?

Et bien voilà Siné antisémite et... stalinien...

Moralité ? Brûlons Siné !!!!!!!!!!! doublement coupable.

Marrant... Je l’ai écrit il y a une heure sans avoir connaissance de ce qu’avait écrit Adler.

Comment peut on écrire de telles bêtises, tenter de faire passer un tissu de mensonges pareil pour une prétention intellectuelle ?!!!

VERGES STALINIEN ???????? Alors là, c’est le comble du ridicule....

On aura eu Vergès mao, mais Vergès stalinien, je n’avais jamais entendu ni lu ça nulle part...

M. Adler est-il un grand contrefacteur d’Idées devant l’Eternel ?

Même Wikipedia (! !) sait que Vergès était plus un maoiste qu’un stalinien, et que "Révolution" était un mensuel maoiste et non "stalinien".
Ici

J’hésite entre pleurer de rire et pleurer de rage.

Ou remercier M. Adler, qui en effet, nous dévoile le fond véritable de cette affaire Dreyfus moderne "à l’envers", parfaitement en phase avec l’époque :

ce qui est emmerdant dans tout ça, et qui dégoûte profondément tous les copains de Sarkozy (qu’ils s’appellent Val, Adler ou Attali), c’est qu’il existe encore des cocos en ce bas monde, même "d’anciens" et même des "repentis"...

Ca c’est vraiment inacceptable, intolérable, repoussant.

"Gloire au capitalisme", voilà ce que devraient se contenter d’écrire simplement tout ces gens...

LL



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 18h40 - Posté par Claude Deloume

! !! ... et encore ! Il n’a pas été dit que Siné était.... oserai-je le dire ? j’ose : Communiste... Car, même si ce n’est pas le cas, cela ne suffit-il point à justifier son procès pour antisémitisme, outrage à agent et génocidaire ?

Cela étant... hormis la solidarité que mérite Siné, cette affaire n’est-elle pas montée en épingle, encore une ! pour nous éloigner d’autres questions plus "terre à terre" ???


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 17h06 - Posté par Le lapin bleu

Mon Dieu… Une tentative de plus pour tenter de justifier les attaques dégueulasses dont à été victime Siné.
Cet article à la particularité de tenter de franchir une étape supplémentaire dans la bétise et l’orgueil qui caractérisent les articles de BHL, Joffrin et consorts – la guilde des penseurs bienséants et polis.
Cette fois-ci, les contradicteurs dans leur ensemble qui sont insultés en conclusion : pétitionnaires tous anti-sémites… !!!
Ça ressemble plus à une colère puérile qu’a un article d’éditorialiste reconnu.
C’est un texte très offensant. Arrêtez de voir des antisémites partout, et des Zola ou il n’y en a pas.
Zola écrivait en conscience. La notion de "race juive", c’est Joffrin qui la sort. C’est autrement plus grave.

Signé : un pétitionnaire antisémite qui s’ignorait, jusqu’à la démonstration remarquable qui lui fût faite ici…



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 17h23 - Posté par

Alexandre Adler, Philippe Val ou l’inénarrable jules d’Arielle relèveraient de l’antisémitisme (ou bien de la "haine de soi", invention sublimissime pour contrer les arguments qui vous clouent les couilles au mur... !) même dans certains passages de Primo Levi...

à gerber, et je pèse mes quintes

Brunz


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 18h39 - Posté par

Alexandre Adler a participé à une réunion du Bilderberg en mai 2003 à Versailles.

Il soutient le oui au référendum de 2005 sur la constitution européenne : « La bataille pour le "oui" sera dans ces conditions évidemmment la grande bataille pour la liberté de notre continent, et je l’espère la grande défaite de tous ces altermondialistes qui ont tout à la fois la candeur et l’impudence de se déclarer "antilibéraux", disons simplement ennemis de la liberté. »

Il est critique envers les altermondialistes en qui il voit des « illuminés communautaristes ». En 2007, il appelle à voter Nicolas Sarkozy dans sa chronique éditoriale au Figaro.

Engagé dans la communauté juive et dans ses combats politiques, il est administrateur de l’Union libérale israélite de France (ULIF) et a été officiellement conseiller du précédent président du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), Roger Cukierman. Il figure aussi au comité éditorial de L’Arche et participe à de nombreuses activités de l’Appel unifié juif de France.
Ardent défenseur de l’État d’Israël, c’est dans cette optique qu’il a été l’un des rares intellectuels français à souhaiter la victoire de George W. Bush contre Al Gore lors de la première candidature de Bush fils à la présidence des États-Unis.
Son engagement en 2002 au côté de l’avocat de droite Gilles-William Goldnadel, ainsi que du philosophe Alain Finkielkraut contre le journaliste (engagé à gauche) de France Inter, Daniel Mermet, accusé de provocation antisémite a été critiqué par les uns, soutenu par les autres.
Interrogé sur ses positions à l’endroit de l’intellectuel musulman Tariq Ramadan, il l’exonère pour partie de l’accusation courante d’antisémitisme et affirme le préférer aux « traîtres juifs ».
Quelques mois plus tard, il affirmera sur France Culture, que la préface de Rony Brauman au livre américain de Norman Finkelstein, dénonciateur du Shoah-business, et les positions convergentes d’Esther Benbassa, ont largement ouvert la voie aux agressions verbales de Dieudonné, qu’il qualifie d’« ignoble personnage ».
Alexandre Adler est l’objet de nombreuses critiques depuis son passage politique vers la droite, et pas seulement de la part des milieux intellectuels de gauche. Son approbation de la guerre en Irak et son soutien à la politique étrangère du président Bush et des néoconservateurs de l’administration américaine sont critiqués par une partie des intellectuels français.
En réalité, Alexandre Adler, qui s’honore de l’amitié personnelle d’Henry Kissinger, et qui a toujours défendu une politique d’ouverture des États-Unis et de l’Occident tant vis-à-vis de la Russie de Poutine que de la Chine actuelle, qui a exprimé les plus extrêmes réserves sur le projet de démocratisation du Moyen-Orient du président Bush, ne se situe pas sur l’essentiel dans la ligne du courant néoconservateur, bien qu’il soit l’ami personnel de Richard Perle et plus lointainement de Paul Wolfowitz.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Alexan...


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 18h50

Il y a quand-même quelque chose de savoureux dans cet article, qui aura pu vous échapper tant cette diarrhée nauséabonde nous empêche de l’examiner de près (mais qu’attendre d’autre d’un A. Adler ?) : "Aujourd’hui, on voit en tout cas qui a la trempe d’un Zola, d’un général Picard : c’est Philippe Val." !

Une phrase pareille qui réunit et assimile tout à trac Val et Zola... il fallait l’écrire, non ?

Laure.



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 19h46 - Posté par

Souvent Alexandre Adler varie et toujours surprend. Nous connaissions déjà ses évolutions idéologiques, ses variations courtisanes, mais nous sous-estimions l’acteur comique. Mais le pitre bientôt pontifie.

Comique ? Le 16 mai 2006, Alexandre Adler entame ainsi sa chronique matinale sur France Culture : « On va parler de Bush qui bouche la frontière [entre les Etats-Unis et le Mexique]. Bush bouche, bouche-à-bouche... Pour les autres jeux de mots que je n’ai pas trouvés je renvoie nos auditeurs à la prochaine édition de l’almanach Vermot. » On a bien le droit de rire sur une radio sérieuse, non ?

Mais quelques minutes plus tard, lorsque l’invité des « matins de France Culture », l’historien Jean-Pierre Rioux, est confronté aux questions de toute l’équipe, on ne rigole plus du tout. Des questions ? En réalité, Jean-Pierre Rioux, remplacé au pied levé, doit subir (et, avec lui, les auditeurs) un cours magistral infligé par Alexandre Adler : un étalage d’érudition répandu sur une montagne de cuistrerie.

L’invité vient d’évoquer l’enseignement traditionnel de l’histoire. Adler enchaîne et se déchaîne tel un ouragan... qui va durer 4 minutes.

« Je suis tout à fait d’accord avec votre diagnostic. Il n’y a que le terme de saga qui m’inquiète parce que c’était un terme qui était particulièrement apprécié de mon amie Eva Joly qui, avant qu’elle reparte pour la Norvège, me disait : « Ah ! Je relis dans La Pléiade maintenant les sagas des Vikings ». Et je me demande si au fond le modèle Viking n’a pas donné lieu à la naissance d’une justice judiciaire dont un grand flamand Renatus (Renaud ?) Van Ruymbeke a été aussi l’une des illustrations récentes. Mais trêve de sarcasmes... »

L’auditeur, sidéré, croit comprendre qu’Alexandre est inquiet du terme « saga » parce qu’Eva Joly, norvégienne, relit la saga des Vikings qui ont peut-être servi de modèle et d’origine à la « justice judiciaire » d’un flamand. Mais (ouf !) ce galimatias n’était que sarcasmes. Retenir surtout : « Mon amie Eva Joly (...) me disait. »

« ... Mais trêve de sarcasmes. Je suis tout à fait d’accord avec le diagnostic. Maintenant essayons de voir un peu les causes. L’Europe. L’Europe. Je viens d’assister à une pantalonnade extraordinaire. On nous annonce à sons de trompes que Français et Allemands se sont mis d’accord sur un même manuel. C’est l’Europe depuis 1945. Il n’y a ni le nazisme, ni la guerre de 14, ni Bismarck. Autrement dit, c’est la petite maison dans la prairie mais dans le dernier épisode : ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants, Jean Monnet, la prospérité, Adenauer et Charles, Helmut Kohl et Mitterrand. Tout le monde peut écrire ça. Donc, on n’a absolument pas une dimension européenne de culture. »

L’auditeur, étourdi, ne sait toujours pas sur quoi porte la grande leçon. Retenir surtout : « Je viens d’assister à une pantalonnade extraordinaire. »

« Bon. Deuxièmement. Alors, le constat, je fais le même que le vôtre. Je me considère toujours comme agrégé d’histoire, comme un membre détaché de cette communauté de 40 000 professeurs. »

Retenir surtout : « je » qui, agrégé d’histoire, tient à le faire savoir puisque il parle sur... France Culture et s’apprête à le démonter pour la même raison.

« Qu’est-ce qui se passe ? C’est que évidemment Lavisse avec les défauts qui étaient les siens mais aussi ses grandes qualités, et qui fait au fond un Michelet pédagogisé, nous a donné un récit. Et évidemment, on ne construit de bonnes maisons en histoire que par le toit. Ce n’est pas à la base dans la pédagogie en ânonnant des choses simplistes que l’on redressera les choses. C’est en ayant des œuvres de synthèse puissantes qui donnent une vision du passé médiéval, moderne et contemporain. Et cela, nous ne l’avons pas. Tout simplement. Donc, personnellement, dans le climat populiste d’aujourd’hui, j’accuserais, je pointerais du doigt nos élites. Les véritables retombées du constat que vous faites maintenant, c’est l’Ecole des annales, et parmi eux des grands esprits qui ont concassé, dissout, remis en cause le récit historique. Il suffit de franchir les frontières pour voir que ni en Italie - malgré l’influence du braudélisme - ni en Angleterre nous en sommes arrivés là. En Angleterre, c’est au fond le parti communiste britannique qui n’avait pas grand-chose à faire sur le plan politique, qui avec une génération, les Hobsbawm, Christopher Hill et autres a fait ce récit. Et donc tous les écoliers anglais apprennent Cromwell par Christopher Hill, la révolution industrielle par Hobsbawm. Où avons-nous ça ? Nous avons eu de grands esprits comme Marc Bloch qui ont dissout l’histoire médiévale, nous avons de grands esprits comme Georges Duby, un Marc Bloch catholique intégriste, qui a éliminé les templiers, qui a éliminé les universités, qui a éliminé absolument toute la dissidence du Moyen Age pour le présenter dans une image fixiste et Levi-straussienne. Et le résultat est là : on ne comprend rien. Et pourquoi ne comprend-on rien ? Parce que les grandes œuvres d’élaboration, et sur ce plan vous avez un point fort, c’est que l’histoire contemporaine à laquelle vous [Jean-Pierre Rioux] avez contribué de façon remarquable, à mon avis, je ne suis pas là pour... mais je le pense très sincèrement. Acceptez cet hommage sincère. L’histoire contemporaine se différencie... elle n’a jamais renoncé à l’histoire politique. Je termine juste. On commande à Braudel un ouvrage sur la France. Il ne sait pas l’écrire parce que justement, pour lui, la France n’est plus un objet. Alors il commence par Lyon. Il dit il faudrait commencer par Lyon vieux ressentiment antiparisien contre l’état central. D’ailleurs Lyon, ça aurait pu être Milan. On aurait dit que Lyon était Milan et que le Rhône avait un rôle d’artère... Non ! Lyon n’est pas Milan et la France c’est Paris. Ce sont les Capétiens. Et voilà ce que maintenant plus personne, je ne parle pas des gosses, je parle des étudiants en histoire, aujourd’hui, ne saura. »

Merci Alexandre...

Une tirade indigeste, multipliant les allusions destinées à un public forcément très cultivé (ou affectant de se croire tel), 17 noms de personnes citées, quelques trouvailles pittoresques (« un Marc Bloch catholique intégriste », « une image fixiste et Levi-straussienne »...) : en 4 minutes de temps d’antenne, il est difficile de faire mieux. A ces 4 minutes, il faut ajouter les 6 minutes de chronique matinale et les autres interventions (nombreuses) dans la dernière partie de l’émission...

Quand il est en forme, Alexandre Adler cumule une bonne douzaine de minutes d’antenne simplement pour étaler un savoir contestable et souvent contesté, oubliant même couramment de poser une question, ne serait-ce que par respect pour l’invité... Pour de telles prouesses, Alexandre Adler, de son propre aveu, en 2004 percevait - « excusez-moi, je parle en francs » - 25 000 francs [1].

Question : combien perçoivent les producteurs de France Culture qui, sans compter leur énergie et leur temps, essaient encore de construire de véritables émissions ?

On dit que l’équipe des matins de France Culture est lasse de ces longues prises de parole. D’ailleurs, dans cette même matinale, alors que Jean-Pierre Rioux et Nicolas Demorand conversent, Alexandre Adler essaye d’intervenir et se voit brusquement coupé par l’animateur : « Non, le micro n’est pas ouvert Alexandre, malheureusement. »

Une intervention de l’animateur que nous souhaiterions plus fréquente...

Mathias Reymond
(Grâce à la saisie soigneuse de Patrick)

Notes :

[1] « Conseiller éditorial à 60 000 francs mensuels au Figaro (« excusez-moi, je parle en francs »), chroniqueur matinal à France Culture pour 25 000 francs, essayiste à succès et conférencier worldwide, il confesse à l’américaine un impressionnant total brut mensuel de 120 000 francs (18 300 euros) », Libération, 19 juin 2004.

http://www.acrimed.org/article2382.html


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 21h22 - Posté par

Le journaliste de Libé Eric Favereau téléphone à Philippe Val pour écrire un portrait de Siné.

« Quoi, Libé veut faire un portrait de Siné ! Je trouve ça gonflé. » Philippe Val, directeur de Charlie Hebdo est furieux. « Quel pays pourri ! Je reçois des tombereaux d’injures et de menaces, alors que j’ai simplement voulu réparer une injustice. »

Puis, vraiment en pétard, et pas loin de déraper, lui aussi : « Rendez-vous compte, pas un journaliste non juif qui me soutient. »

http://www.liberation.fr/transversa...


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
30 juillet 2008 - 20h15

Sur cette page du site du Figaro, l’on n’a même pas fait attention à la pub distribuée par google :

http://img440.imageshack.us/img440/2508/articlefigarovz5.png

Elle me fait penser aux analyses de comptoir de L. Joffrin.



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
31 juillet 2008 - 17h06 - Posté par WILSDORF

ADLER FUT UNE "TÊTE PENSANTE" DU PCF DE 1968 A 1980. EN BON STALINIEN IL PASSE AU SARKOZYSME, ET S’EN PREND "AUX SEMI TROTSKYSTES" COMME SON ANCIEN MAÎTRE A PENSER STALINE QUI PARLAIT, LUI, D’HITLERO-TROTSKYSTES. LE TEMPS PASSE, ADLER DEMEURE FIGE DANS LA GLACE MÊME QUAND IL CHANGE DE MAÎTRE, IL NOUS SERT UN BROUET IDEOLOGIQUE INFÂME.


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
31 juillet 2008 - 18h11 - Posté par marielle

Philippe val voulait se debarrasser de Siné . S’il avait fait son boulot de redacteur en chef , les propos de sine , si ceux ci l’avait vraiment choqué, n’auraient pas du paraitre ,son job étant de faire le tri.
Comme ça , non seulement il peut le virer à l’aise mais en plus il l’enfonce en en faisant une polemique nationale.
Le mieux , ne plus acheter charlie hebdo.


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
31 juillet 2008 - 22h02 - Posté par cidrolin

je crois que c’est toi , Marielle ,qui a affiché le commentaire le plus pertinent de la série qui précède ...et pourtant , la plupart sont intéressants, sauf que certains sont un peu trop "compliqués " pour mon goût.

cidrolin


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
31 juillet 2008 - 23h24 - Posté par mohamed

alexandre adler n’a jamais ete une tete pensante du pcf c’est reecrire l’histoire ...il etait professeur à l’universite nouvelle ... celui qui etait la tete pensante etait jean ellenstein encore que le terme de tete pensante est inapproprié surtout qu’il y avait egalement de nombreux historiens membres du parti...de ce qu’il a garde comme professeur ce sont les raccourcis et cette façon de se mettre en avant ... de le voir pontifiant dans le journal de la collaboration "le figaro" est toujours surprenant ...
mohamed


Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
5 août 2008 - 16h47 - Posté par isat

Il s’agit du général PICQUART et non du général Picard.
Au cas où l’on recherche une orthographe majoritairement orthodoxe.



Affaire Siné : " l’antisémitisme, ciment du vertige identitaire " (Alexandre Adler).
8 novembre 2008 - 19h41 - Posté par Kh4led

j aime bien siné, j aime bien val,
les deux dans leur genre , ils tapent la ou il faut
cependant, siné c’est un provocateur et je trouve que c’est un peu hypocrite de crier au scandale quand arrive le retour de baton
c’est un peu comme le coup de sa barraque en corse, le gars il conchie des poseurs de bombes bon bah il font sauter sa maison, c’est logique
c’est pas juste mais c’est logique

il provoqsue le redacteur en chef de son journal, au bout d un moment celui ci se met a grogner, bah siné il aurait du faire le dos rond

j ai trouvé qu il avait fait sa vierge effarouchée sur ce coup la, peut etre bien que le pretexte de cet affaire arrangeait bien les deux parties.
l un se debarassant de siné, l autre de val :)






Adieux aux armes : à Deraa, des radicaux remettent des dizaines de chars à l’armée syrienne
lundi 16 - 14h55
de : JO
1 commentaire
Foot-identitaire : un make-up BBR pour femmes et hommes... en luttes !
dimanche 15 - 16h18
de : Delarue Christian
5 commentaires
OTAN : La guerre qu’ils ne pourront jamais gagner : celle contre les Peuples !
dimanche 15 - 10h40
de : JO
NATIONALISME FESTIF ! VRAIMENT ? ...
dimanche 15 - 09h16
de : philippedechatillon
2 commentaires
Déconnexion massive avant la coupe du monde
dimanche 15 - 01h20
de : CLAP‎
Le sénat Irlandais vote l’interdiction des produits issus des colonies israéliennes
samedi 14 - 20h24
de : JO
MAUVAISES MINES - Combattre l’industrie minière en France et dans le monde
samedi 14 - 19h14
de : Ernest London
L’équipe de France de football : des fantassins en uniforme bleu blanc rouge frappé du coq.
samedi 14 - 16h37
de : René HAMM
Ce matin, nouvelle action sur le Tour de France d’Info’Com-CGT (reportage photo + video)
samedi 14 - 15h58
de : Collectif Bellaciao
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
vendredi 13 - 14h57
de : Info’Com-CGT
Maurice Lévy, le premier des premiers de cordée, préfère investir au Luxembourg !
vendredi 13 - 11h10
de : Hervé Nathan
Les constructions en bois, prisonnières de l’industrie chimique ?
vendredi 13 - 11h00
de : Pierre Fournier
Stand Info’Com-CGT – Sipc-CGT à la Fête de l’Huma !
jeudi 12 - 22h06
de : Info’Com-CGT
La Féline, mort imminente du bar le plus rock’n’roll de Paris
jeudi 12 - 21h36
de : Laurent Jézéquel
TRÈS BRÈVE RELATION DE LA DESTRUCTION DES INDES
jeudi 12 - 20h29
de : Ernest London
Sommet de l’OTAN : Mais qui a peur de quelques pacifistes ?
jeudi 12 - 16h06
de : jean 1
RASSEMBLEMENT SOUTIEN À GAËL, MOUNIR ET XAVIER CONVOQUES AU COMICO
mercredi 11 - 15h55
NICARAGUA : S’informer autrement !
mercredi 11 - 11h03
de : JO
Au château de Versailles, le discours creux du roitelet Macron
mardi 10 - 18h25
de : JO
Concert : 14 Juillet des luttes et des résistances
mardi 10 - 14h22
1er Festival des Passeurs d’Humanité du 12 au 15 juillet dans la vallée de la Roya !
mardi 10 - 10h55
de : Les Ami.e.s de la Roya
Penser l’oligarchie, la classe dominante et le peuple-classe
mardi 10 - 00h42
de : Christian DELARUE
5 commentaires
BRESIL : LULA RESTE EN PRISON ! (à suivre)
lundi 9 - 11h11
de : JO
J.LUC MELENCHON : MACRON, C’EST LA MONARCHIE PRÉSIDENTIELLE ABSOLUE
dimanche 8 - 20h34
de : JO
BRESIL : LULA libéré après d’immenses MANIFS. populaires !
dimanche 8 - 20h09
de : JO
Livreurs à vélo : pas de pizzas pour la fin du Mondial
dimanche 8 - 12h30
SUR-TRAVAIL en Autriche et extrême-droite : 12H/j et 72 H/sem !
dimanche 8 - 12h27
de : Christian DELARUE
2 commentaires
LA BOMBE - De l’inutilité des bombardements aériens
samedi 7 - 10h08
de : Ernest London
Uranium Gate sur Léman
samedi 7 - 07h14
de : iwou
Migrants : le Conseil constitutionnel censure le "délit de solidarité", aider un clandestin ne doit pas être puni
vendredi 6 - 13h03
3 commentaires
Pinkwashing : la Marche des fiertés objet de toutes les récupérations
jeudi 5 - 08h48
2 commentaires
Destruction du village palestinien de Khan el-Ahmar par Israël (video)
jeudi 5 - 08h09
1 commentaire
TAZ - ZONE AUTONOME TEMPORAIRE
jeudi 5 - 07h44
de : Ernest London
2 commentaires
Repas de soutien aux Postiers du 92
mercredi 4 - 20h43
Postiers 92 : Toujours là !
mercredi 4 - 20h38
80 Kms./h. : Et si ?
mardi 3 - 20h07
de : JO
10 commentaires
MEXIQUE : Un nouveau SALVADOR ALLENDE élu Président ?
mardi 3 - 16h26
de : JO
Emmanuel Macron : Une bulle nébuleuse au-dessus de sa tête ?
mardi 3 - 15h59
de : JO
Introduction au confédéralisme démocratique
lundi 2 - 14h46
de : Pierre Bance
Les cheminots en grève cherchent des perspectives et une stratégie
lundi 2 - 08h21
1 commentaire

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les idées ne sont rien d'autre que les choses matérielles transposées et traduites dans la tête des hommes. Karl Marx
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
https://www.facebook.com/MARCELINEL... Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINEL...
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite