Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : LA RÉFORME TREMONTI-GELMINI DOIT ÊTRE BLOQUÉE ! (videos Napoli, Pisa, Firenze, Milano...)
de : Italie
mercredi 29 octobre 2008 - 10h33 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 79.6 ko

de DOCTORANTS ET CHERCHEURS DES UNIVERSITÉS DE NAPLES

Avec le blitz du 6 août le gouvernement Berlusconi a converti en loi le décret 122, impunément appelé "Dispositions urgentes pour le développement économique, la simplification, la compétitivité, la stabilisation de la finance publique et la péréquation fiscale", en poursuivant le processus de "réforme" de l’école et de l’université. Depuis un mois à présent, contre cette mesure, descendent sur les places élèves, parents, instituteurs, professeurs, personnel technique et administratif, précaires de l’enseignement.

La mobilisation est forte également dans les universités : la protestation d’étudiants, doctorants, précaires de la recherche, s’étend de Turin à Palerme, en passant par Milan, Gênes, Pise, Florence, Bologne, Rome (et bientôt Bergame, Parme, Venise, Padoue, Ferrare, Pérouse, Bari, Salerne, Cagliari, Reggio Calabria, Catane)... Certaines facultés sont déjà occupées, dans d’autres les cours ont été interrompus, l’année suspendue.

Il n’y a pas de quoi s’étonner : tous ceux qui vivent et travaillent dans les écoles et dans les universités ont compris, que derrière des vocables comme "simplification" ou "stabilisation" il y a le désengagement de l’État, que "compétitivité" et "péréquation" signifient en réalité "revente". Des écoles maternelles au-delà des écoles doctorales, tout le système de l’instruction est déstructuré, à travers la suppression des financements, la mise en précarité, le blocage des recrutements.

La loi 133/08 ne représente pas cependant une absolue nouveauté : elle s’insère en effet dans le processus de démantèlement de l’instruction publique entrepris depuis au moins 15 ans par les gouvernements de centre-droit et de centre-gauche. Cela fait longtemps en effet que se succèdent de supposées "réformes", destinées à seconder les préceptes idéologiques du néo-libéralisme. Ce dernier vise à re-dessiner comme il l’entend les rapports entre capital et travail, en piochant dans les dépenses sociales comme la santé, les salaires et les retraites, disséminant partout insécurité et précarité.

L’université se trouve au cœur de ce processus. Elle est naturellement un espace clé à investir à tout prix : ici en effet on endoctrine les futures élites, on habitue au travail les futurs précaires de demain. Déjà la réforme qui introduisait le tristement célèbre "3+2" avait assené un coup dur au système : les étudiants, fragmentés en myriades de licences aussi nombreuses qu’inutiles, sont contraints de suivre obligatoirement les cours, de grappiller des "crédits" ça et là, de se plier à des formes de travail non rétribué sous forme de stage, en étudiant de façon parcellaire, obsessionnelle et mécanique.

Et pourtant la manœuvre Tremonti-Gelmini réussit à faire pire. Grâce à une campagne médiatique violente et inédite, vouée à criminaliser le statut fixe (par trop propre aux fainéants), on tente de ramener l’instruction 40 ans en arrière pour créer une Université de série A, constituée de pôles d’excellence, où éduquer les dirigeants de demain, et de série B, où asservir la future main d’œuvre à bas prix. Comme déjà expérimenté ailleurs, on tente de détruire par tous les moyens le secteur public pour ensuite faire valoir des urgences, et mettre en œuvre, sous le paravent idéologique de la "réforme", des mesures qui minent le fondement du système public.

Voilà ce que prévoit la loi Tremonti-Gelmini :

 Blocage des recrutements : dans les trois prochaines années est prévue une seule embauche pour cinq départs en retraite. Ce qui signifie une réduction dramatique du « turn over » et un conséquent vieillissement de la classe enseignante, déjà aujourd’hui parmi les plus vieilles d’Europe. Ceci marquera l’impossibilité pour les plus jeunes d’accéder à la recherche et à l’enseignement, en allongeant de façon insoutenable les échéances de recrutement. Seront intégrés seuls ceux qui peuvent patienter sur de longues et fastidieuses « listes d’attente » : pour les autres qui ne viennent pas d’une famille aisée c’est la résignation ou l’exil. Un abandon qui appauvrit toute la société, étant donné que l’instruction et la recherche ne sont pas des dépenses superflues, mais ce sur quoi se joue le futur d’un pays.

 Coupe claire dans le budget ordinaire : Jusqu’en 2013 est prévue une suppression de 1441 millions d’euros, soit 20% en moins du bilan budgétaire de 2008. Bilan du reste dérisoire, étant donné que 90% des universités sont déjà contraintes de dépasser les plafonds de dépense. Ces coupes aboutiront à une augmentation des frais et du nombre d’étudiants par enseignant, et à une ultérieure dégradation de la qualité de la pédagogie, de la recherche et de tous les services, avec la réduction des bourses d’étude, dégradation ou fermeture de cantines, bibliothèques, laboratoire, secrétariats, résidences universitaires...

 Possibilité de transformer les Universités en Fondations de droit privé : pour se financer et jouir au mieux de leur « autonomie » (mais autonomie de quoi ? des liens sociaux que la collectivité abandonne aux intérêts sans limites du marché !), les universités ouvriront à des sujets privés, comme des mécènes particuliers ou des entreprises, l’accès aux instances de direction des Facultés. Personne n’offre gratuitement, et ainsi ce qui appartenait à tous sera aliéné. Conséquences : adéquation des programmes aux intérêts des entreprises, contrôle majeur de la recherche (seront en effet financés seulement les programmes qui entrent dans des critères déterminés par le gouvernement ou l’UE), jusqu’à la revente matérielle du patrimoine immobilier pour récupérer des fonds.

En tant que doctorants, boursiers, précaires de la recherche, chercheurs contractuels, à temps partiel, « à discrétion », et toujours « à disposition », nous jugeons cette réforme, plus encore que les précédentes, comme une véritable sauvagerie. En consonance avec la restructuration néo-libérale du marché du travail, nous sommes fragmentés en une myriade de contrats et statuts divers, sous-payés ou sans aucune rétribution, sans droits ni reconnaissance d’aucun type, assimilés à des logiques baronales et de cooptation. Nous pouvons accéder à un contrat décent seulement si « affiliés » au bon créneau d’enseignants, nous sommes contraints de subir la répartition des postes ad personam, des mécanismes de recrutement corrompus et burlesques, alimentés par des dessous de table entre groupes de pouvoir. Et ce malgré les prédispositions constitutionnelles à des concours ouverts et transparents pour l’accès aux charges publiques (art.97). Celles-ci devant être « fondée sur le travail » protégé à temps indéterminé (art.1), et œuvrer pour « la suppression de tous les obstacles d’ordre économique et social, qui, limitant de fait la liberté et l’égalité des citoyens, empêchent le développement complet de la personne et la participation de tous les travaux à l’organisation politique, économique et sociale du Pays » (art. 3) !

Ces éléments nous rendent difficile toute identification à une subjectivité de même qu’à un type de lutte déterminés. Mais en pratique, dans notre activité quotidienne, nous sommes un sujet unitaire. On s’est tant étendu sur notre présumée faiblesse, notre incapacité à être le moteur de ce mouvement sans l’appui de pouvoirs forts, des institutions et des nombreux barons. Nous pensons en revanche qu’eux sont faibles par leur recours (et gestion à tout va) à la protestation pour défendre leurs privilèges. Nous ne devons pas nous leurrer : aujourd’hui ils nous flattent au nom d’un présumé intérêt commun, mais demain le carrosse redeviendra citrouille et, comme toutes les têtes de bois, une fois devenues inutiles, nous serons jetés.

Dans l’université italienne, il manque au moins 30000 chercheurs pour entrer dans la moyenne OCSE. Nous avons le plus faible nombre de docteurs et de chercheurs par habitants d’Europe. Certes pas pour des préoccupations d’ordre social ou culturel, mais seulement pour « s ’armer » dans l’aspre compétition du marché global, les gouvernements de l’UE se sont employés en 2002 à consacrer à la recherche au moins 3% du PIB : notre pays en dépense aujourd’hui 1%. Mais même dans une période de crise économique les coupes doivent être faites ailleurs : l’Italie est au 8è rang mondial des dépenses militaires (25milliards d’euros, plus de 2% du PIB, en continuelle augmentation), sans parler de l’évasion fiscale et des 3milliards d’euros consacrés au financement des privilèges d’une des classes politiques plus riches et corrompues d’Europe.

Aujourd’hui plus que jamais nous affirmons que l’Université s’appuie sur le travail de 60000 précaires, soit la moitié des préposés à l’enseignement et à la recherche. Avec les étudiants et les travailleurs ce sont les premiers touchés par cette situation, et, justement parce qu’ils n’ont aucun privilège à défendre, ils doivent s’allier pour contrer l’asservissement du public aux intérêts du privé et aux desseins de Confindustria, d’abord mis en pratique par le gouvernement de centre-gauche, par celui du centre-droit aujourd’hui.

Nous ne voulons pas défendre l’Université du présent, classiste et baronale, mais la refaire : repenser l’école et l’université comme lieux de critique et instruments sociaux d’émancipation, ouvertes au territoire de la société.

CONTRE LA TRANSFORMATION DES UNIVERSITÉS EN FONDATIONS !

CONTRE LE BLOCCAGE DES RECRUTEMENTS !

CONTRE LES COUPES CLAIRES DANS LES BUDGETS !

LUTTONS UNIS AVEC LES ETUDIANTS ET LES TRAVAILLEURS

POUR BLOQUER LA REFORME ET POUR UNE UNIVERSITÉ LIBRE ET ACCESSIBILE A TOUS !

DOCTORANTS ET CHERCHEURS DES UNIVERSITÉS DE NAPLES

rete.univ.napoli@gmail.com

Photo et videos trouvées par Dr Furioso


Contro la Gelmini Napoli


Contro la legge 133 ! Assemblea in Piazza dei Cavalieri, Pisa


Manifestazione contro la legge 133 a Firenze


Movimenti anti Gelmini assalto in Cadorna Milano


Imprimer cet article





Hôpitaux : un plan d’urgence au rabais
mercredi 20 - 14h35
Emission : Allemagnes 89/90 - Réunification ? Ou colonisation ?
mardi 19 - 18h02
de : Emission Polémix et La Voix Off
2 commentaires
Gilets jaunes : sept Français sur dix trouvent le mouvement "justifié" et estiment qu’il a servi aux catégories populair
mardi 19 - 13h36
de : nazairien
1 commentaire
LA RAGE ET LA RÉVOLTE
mardi 19 - 12h42
de : Ernest London
Didier Maisto, directeur de "sud radio" , mais aussi, journaliste de terrain, témoigne sur l’acte 53 à Paris (vidéo)
lundi 18 - 23h02
de : nazairien
2 commentaires
3 Médias indépendants, au coeur de l’acte 53 à Paris, article de pierrick tillet (vidéos)
lundi 18 - 19h12
de : nazairien
Le peuple désarmé sera toujours vaincu ! Analyse à méditer en tout cas !
lundi 18 - 16h54
de : JO
2 commentaires
Le Préfet de police a « transformé par un tour de passe-passe bureaucratique des manifestants en délinquants »
lundi 18 - 16h40
de : JO
4 commentaires
Mémoire historique : Information et mise au point sur l’association « 24 août 1944 »
lundi 18 - 15h24
de : Miguel Campos
1 commentaire
Dimanche 17 Novembre, Paris, Acte 53 suite, Pas de repos pour les GJ ! (vidéo)
dimanche 17 - 21h16
de : nazairien
1er anniversaire, du combat des "gilets jaunes" AN II reprise des "ronds points" (vidéo)
dimanche 17 - 20h25
de : nazairien
4 commentaires
16 et 17 novembre : pas de cadeaux pour l’anniversaire des gilets jaunes
dimanche 17 - 19h32
2 commentaires
Les Forces de l’Ordre (quoique) ne devraient-t-elle nettoyer plus souvent la visière de leur casque
dimanche 17 - 18h34
de : jean-marie Défossé
Acte 53 Gilets Jaunes : Dissuasion ou interdiction perfide des manifs ; ?
dimanche 17 - 18h01
de : JO
Acte 53 Gilets Jaunes :Des policiers se font-ils passer pour des black blocs
dimanche 17 - 17h54
de : JO
Les réformes de Macron sont les vraies armes par destination
samedi 16 - 20h54
de : Xavier Marchand
1 commentaire
Une Transition Anticapitaliste est-elle encore possible ?
samedi 16 - 14h02
de : Lepotier
9 commentaires
Damien Saez, un artiste, qui n’a jamais renié ses engagements, chante l’anniversaire du combat des "gilets jaunes"
vendredi 15 - 23h13
de : nazairien
Pour revenir sur la 4e Assemblée des Assemblées des Gilets Jaunes à Montpellier avec Demos Kratos (vidéo)
vendredi 15 - 19h35
de : nazairien
Reviens vite Evo, ton peuple a besoin de toi : Roger Waters (vidéo str fr)
vendredi 15 - 11h50
de : nazairien
2 commentaires
LES « PÉTROLEUSES »
vendredi 15 - 10h48
de : Ernest London
LA LUTTE FINALE
jeudi 14 - 20h36
de : Nemo3637
2 commentaires
Hôpital : tout le monde déteste l’austérité
jeudi 14 - 18h11
Bloc bourgeois - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 21h31
de : Hdm
Sans âme.
mercredi 13 - 21h27
de : L’iena rabbioso
Précarité étudiante : le cinq décembre dans toutes les têtes
mercredi 13 - 18h37
1 commentaire
GILETS JAUNES Acte 52 à Montpellier : La terreur bleue !
mardi 12 - 16h26
de : JO
CES 600 MILLIARDS QUI MANQUENT À LA FRANCE
mardi 12 - 12h16
de : Ernest London
BOLIVIE ! Processus électoral électronique mis en cause !
mardi 12 - 11h32
de : JO
2 commentaires
Pour poser de nouveaux jalons de laïcité
mardi 12 - 01h01
de : Christian DELARUE
2 commentaires
Intervention de Michèle Sibony, au nom de l’UJFP, à la manifestation du 10 novembre contre l’islamophobie
lundi 11 - 23h23
de : Chantal Mirail
6 commentaires
L’appel à manifester des sous-marins jaunes
lundi 11 - 21h09
de : jean1
Rassemblement contre la précarité étudiante dans toute la France le mardi 12 novembre
lundi 11 - 20h50
de : jean1
La terre a tremblé de Cruas à Tricastin ; Allo vous m’entendez ?
lundi 11 - 15h40
de : le fou du roi nucléaire pour coordi SudEst
1 commentaire
Gauche SERVILE ou gauche INDOCILE face aux intégrismes religieux
lundi 11 - 11h53
de : Christian DELARUE
5 commentaires
Coup d’Etat en Bolivie :Les syndicats annoncent un siège et donnent 48 heures à Camacho pour quitter La Paz
lundi 11 - 11h13
de : JO
2 commentaires
L’Europe doit cesser d’investir dans l’industrie du génocide
dimanche 10 - 22h29
de : DAIARA TUKANO via Christine Prat
ISLAMOPHOBIE : du SENS STRICT au SENS LARGE
dimanche 10 - 17h42
de : Christian DELARUE
8 commentaires
Le voile est-il une obligation religieuse ?
dimanche 10 - 17h22
de : Mohammed Chirani
5 commentaires
Comprendre l’instrumentalisation du féminisme à des fins racistes pour résister
dimanche 10 - 17h07
de : Lisbeth Sal et Capucine Larzillière 15 septembre 2011
3 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Les fruits sont à tous, et la terre n'est à personne. Jean-Jacques Rousseau
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite