Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

Italie : LA RÉFORME TREMONTI-GELMINI DOIT ÊTRE BLOQUÉE ! (videos Napoli, Pisa, Firenze, Milano...)


de : Italie
mercredi 29 octobre 2008 - 10h33 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 79.6 ko

de DOCTORANTS ET CHERCHEURS DES UNIVERSITÉS DE NAPLES

Avec le blitz du 6 août le gouvernement Berlusconi a converti en loi le décret 122, impunément appelé "Dispositions urgentes pour le développement économique, la simplification, la compétitivité, la stabilisation de la finance publique et la péréquation fiscale", en poursuivant le processus de "réforme" de l’école et de l’université. Depuis un mois à présent, contre cette mesure, descendent sur les places élèves, parents, instituteurs, professeurs, personnel technique et administratif, précaires de l’enseignement.

La mobilisation est forte également dans les universités : la protestation d’étudiants, doctorants, précaires de la recherche, s’étend de Turin à Palerme, en passant par Milan, Gênes, Pise, Florence, Bologne, Rome (et bientôt Bergame, Parme, Venise, Padoue, Ferrare, Pérouse, Bari, Salerne, Cagliari, Reggio Calabria, Catane)... Certaines facultés sont déjà occupées, dans d’autres les cours ont été interrompus, l’année suspendue.

Il n’y a pas de quoi s’étonner : tous ceux qui vivent et travaillent dans les écoles et dans les universités ont compris, que derrière des vocables comme "simplification" ou "stabilisation" il y a le désengagement de l’État, que "compétitivité" et "péréquation" signifient en réalité "revente". Des écoles maternelles au-delà des écoles doctorales, tout le système de l’instruction est déstructuré, à travers la suppression des financements, la mise en précarité, le blocage des recrutements.

La loi 133/08 ne représente pas cependant une absolue nouveauté : elle s’insère en effet dans le processus de démantèlement de l’instruction publique entrepris depuis au moins 15 ans par les gouvernements de centre-droit et de centre-gauche. Cela fait longtemps en effet que se succèdent de supposées "réformes", destinées à seconder les préceptes idéologiques du néo-libéralisme. Ce dernier vise à re-dessiner comme il l’entend les rapports entre capital et travail, en piochant dans les dépenses sociales comme la santé, les salaires et les retraites, disséminant partout insécurité et précarité.

L’université se trouve au cœur de ce processus. Elle est naturellement un espace clé à investir à tout prix : ici en effet on endoctrine les futures élites, on habitue au travail les futurs précaires de demain. Déjà la réforme qui introduisait le tristement célèbre "3+2" avait assené un coup dur au système : les étudiants, fragmentés en myriades de licences aussi nombreuses qu’inutiles, sont contraints de suivre obligatoirement les cours, de grappiller des "crédits" ça et là, de se plier à des formes de travail non rétribué sous forme de stage, en étudiant de façon parcellaire, obsessionnelle et mécanique.

Et pourtant la manœuvre Tremonti-Gelmini réussit à faire pire. Grâce à une campagne médiatique violente et inédite, vouée à criminaliser le statut fixe (par trop propre aux fainéants), on tente de ramener l’instruction 40 ans en arrière pour créer une Université de série A, constituée de pôles d’excellence, où éduquer les dirigeants de demain, et de série B, où asservir la future main d’œuvre à bas prix. Comme déjà expérimenté ailleurs, on tente de détruire par tous les moyens le secteur public pour ensuite faire valoir des urgences, et mettre en œuvre, sous le paravent idéologique de la "réforme", des mesures qui minent le fondement du système public.

Voilà ce que prévoit la loi Tremonti-Gelmini :

 Blocage des recrutements : dans les trois prochaines années est prévue une seule embauche pour cinq départs en retraite. Ce qui signifie une réduction dramatique du « turn over » et un conséquent vieillissement de la classe enseignante, déjà aujourd’hui parmi les plus vieilles d’Europe. Ceci marquera l’impossibilité pour les plus jeunes d’accéder à la recherche et à l’enseignement, en allongeant de façon insoutenable les échéances de recrutement. Seront intégrés seuls ceux qui peuvent patienter sur de longues et fastidieuses « listes d’attente » : pour les autres qui ne viennent pas d’une famille aisée c’est la résignation ou l’exil. Un abandon qui appauvrit toute la société, étant donné que l’instruction et la recherche ne sont pas des dépenses superflues, mais ce sur quoi se joue le futur d’un pays.

 Coupe claire dans le budget ordinaire : Jusqu’en 2013 est prévue une suppression de 1441 millions d’euros, soit 20% en moins du bilan budgétaire de 2008. Bilan du reste dérisoire, étant donné que 90% des universités sont déjà contraintes de dépasser les plafonds de dépense. Ces coupes aboutiront à une augmentation des frais et du nombre d’étudiants par enseignant, et à une ultérieure dégradation de la qualité de la pédagogie, de la recherche et de tous les services, avec la réduction des bourses d’étude, dégradation ou fermeture de cantines, bibliothèques, laboratoire, secrétariats, résidences universitaires...

 Possibilité de transformer les Universités en Fondations de droit privé : pour se financer et jouir au mieux de leur « autonomie » (mais autonomie de quoi ? des liens sociaux que la collectivité abandonne aux intérêts sans limites du marché !), les universités ouvriront à des sujets privés, comme des mécènes particuliers ou des entreprises, l’accès aux instances de direction des Facultés. Personne n’offre gratuitement, et ainsi ce qui appartenait à tous sera aliéné. Conséquences : adéquation des programmes aux intérêts des entreprises, contrôle majeur de la recherche (seront en effet financés seulement les programmes qui entrent dans des critères déterminés par le gouvernement ou l’UE), jusqu’à la revente matérielle du patrimoine immobilier pour récupérer des fonds.

En tant que doctorants, boursiers, précaires de la recherche, chercheurs contractuels, à temps partiel, « à discrétion », et toujours « à disposition », nous jugeons cette réforme, plus encore que les précédentes, comme une véritable sauvagerie. En consonance avec la restructuration néo-libérale du marché du travail, nous sommes fragmentés en une myriade de contrats et statuts divers, sous-payés ou sans aucune rétribution, sans droits ni reconnaissance d’aucun type, assimilés à des logiques baronales et de cooptation. Nous pouvons accéder à un contrat décent seulement si « affiliés » au bon créneau d’enseignants, nous sommes contraints de subir la répartition des postes ad personam, des mécanismes de recrutement corrompus et burlesques, alimentés par des dessous de table entre groupes de pouvoir. Et ce malgré les prédispositions constitutionnelles à des concours ouverts et transparents pour l’accès aux charges publiques (art.97). Celles-ci devant être « fondée sur le travail » protégé à temps indéterminé (art.1), et œuvrer pour « la suppression de tous les obstacles d’ordre économique et social, qui, limitant de fait la liberté et l’égalité des citoyens, empêchent le développement complet de la personne et la participation de tous les travaux à l’organisation politique, économique et sociale du Pays » (art. 3) !

Ces éléments nous rendent difficile toute identification à une subjectivité de même qu’à un type de lutte déterminés. Mais en pratique, dans notre activité quotidienne, nous sommes un sujet unitaire. On s’est tant étendu sur notre présumée faiblesse, notre incapacité à être le moteur de ce mouvement sans l’appui de pouvoirs forts, des institutions et des nombreux barons. Nous pensons en revanche qu’eux sont faibles par leur recours (et gestion à tout va) à la protestation pour défendre leurs privilèges. Nous ne devons pas nous leurrer : aujourd’hui ils nous flattent au nom d’un présumé intérêt commun, mais demain le carrosse redeviendra citrouille et, comme toutes les têtes de bois, une fois devenues inutiles, nous serons jetés.

Dans l’université italienne, il manque au moins 30000 chercheurs pour entrer dans la moyenne OCSE. Nous avons le plus faible nombre de docteurs et de chercheurs par habitants d’Europe. Certes pas pour des préoccupations d’ordre social ou culturel, mais seulement pour « s ’armer » dans l’aspre compétition du marché global, les gouvernements de l’UE se sont employés en 2002 à consacrer à la recherche au moins 3% du PIB : notre pays en dépense aujourd’hui 1%. Mais même dans une période de crise économique les coupes doivent être faites ailleurs : l’Italie est au 8è rang mondial des dépenses militaires (25milliards d’euros, plus de 2% du PIB, en continuelle augmentation), sans parler de l’évasion fiscale et des 3milliards d’euros consacrés au financement des privilèges d’une des classes politiques plus riches et corrompues d’Europe.

Aujourd’hui plus que jamais nous affirmons que l’Université s’appuie sur le travail de 60000 précaires, soit la moitié des préposés à l’enseignement et à la recherche. Avec les étudiants et les travailleurs ce sont les premiers touchés par cette situation, et, justement parce qu’ils n’ont aucun privilège à défendre, ils doivent s’allier pour contrer l’asservissement du public aux intérêts du privé et aux desseins de Confindustria, d’abord mis en pratique par le gouvernement de centre-gauche, par celui du centre-droit aujourd’hui.

Nous ne voulons pas défendre l’Université du présent, classiste et baronale, mais la refaire : repenser l’école et l’université comme lieux de critique et instruments sociaux d’émancipation, ouvertes au territoire de la société.

CONTRE LA TRANSFORMATION DES UNIVERSITÉS EN FONDATIONS !

CONTRE LE BLOCCAGE DES RECRUTEMENTS !

CONTRE LES COUPES CLAIRES DANS LES BUDGETS !

LUTTONS UNIS AVEC LES ETUDIANTS ET LES TRAVAILLEURS

POUR BLOQUER LA REFORME ET POUR UNE UNIVERSITÉ LIBRE ET ACCESSIBILE A TOUS !

DOCTORANTS ET CHERCHEURS DES UNIVERSITÉS DE NAPLES

rete.univ.napoli@gmail.com

Photo et videos trouvées par Dr Furioso


Contro la Gelmini Napoli


Contro la legge 133 ! Assemblea in Piazza dei Cavalieri, Pisa


Manifestazione contro la legge 133 a Firenze


Movimenti anti Gelmini assalto in Cadorna Milano


Imprimer cet article





CUBA : les 500 premiers ventilateurs pulmonaires fabriqués.
mercredi 15 - 11h52
de : joclaude
2 commentaires
Les coups d’Etat permanents de l’impérialisme, la BOLIVIE !
mercredi 15 - 11h30
de : joclaude
Pierre Perret à 85 ans, au meilleur de sa forme, nous chante "les cons finis" (vidéo et paroles)
dimanche 12 - 15h07
de : nazairien
VENEZUELA : le Parlement Européen dans les bottes de l’impérialisme.
dimanche 12 - 14h44
de : joclaude
Les femmes manifestent contre « le remaniement de la honte » (vidéo)
samedi 11 - 20h52
de : nazairien
4 commentaires
Dans tous les cas TOUS EN GRÈVE ET EN MANIFESTATION LE 17 SEPTEMBRE
samedi 11 - 12h33
de : Laurent Brun
1 commentaire
REMANIEMENT:CE QUE VOUS N’ENTENDREZ JAMAIS, en toute démocratie, bien sûr !
samedi 11 - 10h17
de : joclaude
2 commentaires
La Sécurité sociale, l’assurance chômage et les retraites en danger !
samedi 11 - 09h12
1 commentaire
Çà suffit Mme Obono ! Un peu de sérieux !
samedi 11 - 08h17
de : Christian Delarue
4 commentaires
Je ne suis pas aussi blanc que j’en ai l’air...
vendredi 10 - 23h24
de : Christian Delarue
1 commentaire
Un p’tit coup de bourbon : Remaniement !
vendredi 10 - 15h10
de : joclaude
1 commentaire
La Cour des comptes pointe les errements et la gabegie de la filière nucléaire et de ses premiers de cordée
vendredi 10 - 05h47
de : coordi sud est via JYP
Air France : milliards de prêt, milliers de postes en moins, bonus époustouflant pour le PDG
jeudi 9 - 09h00
1 commentaire
Venezuela : Publication de la liste des organisations candidates aux élections législatives
mercredi 8 - 16h32
de : joclaude
Du 8 au 12 juillet 2020 Festival des Canotiers 2020 : le programme
mercredi 8 - 07h26
Conférence de presse de Jean-Luc Mélenchon
mardi 7 - 18h03
3 commentaires
IRAN : Israël joue-t-il avec le feu ?
mardi 7 - 17h47
de : joclaude
AVEC CASTEX çA CARBURE SEC
mardi 7 - 05h25
de : Nemo3637
1 commentaire
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 - 21h35
de : Roberto Ferrario
1 commentaire
Services publics pour appliquer les droits sociaux « opposables »
dimanche 5 - 11h14
de : Christian Delarue (Converg SP)
Remaniement Ministériel:le 1er Ministre n’arrive pas en novice !
samedi 4 - 21h28
de : joclaude
Coronavirus : Superbe analyse d’Ignacio Ramonet
samedi 4 - 16h31
de : joclaude
Stopper le rouleau compresseur mondialiste
samedi 4 - 15h37
de : Claude Janvier
1 commentaire
LA PRÉFECTURE DE PARIS MET DES FAMILLES À LA RUE POUR UN HÔTEL DE LUXE
samedi 4 - 11h54
de : joclaude
Nomination de Castex à Matignon
samedi 4 - 08h15
de : jo.dez
L’indépendantisme catalan à la veille d’une recomposition d’envergure
vendredi 3 - 18h20
de : Antoine (Montpellier)
Remaniement : Emmanuel Macron réinvente la macronie d’avant le Covid-19
vendredi 3 - 15h29
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 - 15h00
de : Roberto Ferrario
4 commentaires
MUNICIPALES : GAUCHE BOBO CONTRE GAUCHE PROLO
vendredi 3 - 11h21
de : joclaude
2 commentaires
SYNDICALISTE - ANTIRACISTE - ANTISEXISTE
vendredi 3 - 07h21
de : DELARUE C. & LE QUEAU S.
La Via Campesina condamne le plan d’annexion colonialiste en Palestine
vendredi 3 - 06h25
de : VIA CAMPESINA
Crise et robotisation : De l’actualité des Grundrisse de Marx !
vendredi 3 - 02h32
de : Lepotier
MON COMMUNISME
jeudi 2 - 21h55
de : Nemo3637
1 commentaire
Soignants : une « grande famille ». Vraiment ?
jeudi 2 - 15h30
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 - 11h38
de : Mickael Wamen
Le creux de la vague - C’est l’heure de l’mettre
mercredi 1er - 20h54
de : Hdm
QG présente : "« Le capital se radicalise » Mickaël Wamen, Monique Pinçon-Charlot" (video)
mercredi 1er - 17h28
de : Aude Lancelin
4 commentaires
CARNAGE ORGANISÉ CONTRE RÉACTION DÉSORGANISÉE ...
mercredi 1er - 17h06
de : Mickael Wamen
Convention Citoyenne pour le climat soumis au bon vouloir de notre monarque !
mercredi 1er - 12h27
de : joclaude
Courrier à l’adresse de Philippe Martinez SG CGT.
mardi 30 - 22h38
de : Mickael Wamen

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite
Aux dirigeants d’Info’Com-CGT
vendredi 5 juin
de Mickael Wamen
2 commentaires
Après avoir repoussé plusieurs fois cette décision, je vous informe que je ne souhaite plus être adhérent au syndicat info’com CGT et je quitte le bureau de placement de la SACIJO. Je tiens de suite à indiquer que cette décision n’a strictement rien à voir avec cette connerie d’affiches. Ce serait trop facile pour vous de prendre cet argument pour expliquer ma décision.t Depuis les démissions d’Olivier et Stéphane, la ligne du syndicat ressemble bien trop à celle (...)
Lire la suite