Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

INDE : la République de la Faim
de : himalove
vendredi 7 novembre 2008 - 12h01 - Signaler aux modérateurs

Un journaliste, réellement "sans frontière" et "fauché", retrousse ses manches et trime comme journalier sur un des nombreux chantiers que le gouvernement indien organise, juste avant la mousson, afin de contre-carrer la famine, la sècheresse et l’étrange épidémie de suicides qui sévit dans les campagnes indiennes.

Dhalewadi, État du Maharashtra, 3 juillet 2004.

J’ai 36 ans, et le compagnon Rangnath Dixit qui me regarde, hilare, manier la pioche, en a 70. Si l’ouvrier, en France, n’a pas de jeunesse, comme l’écrivait Jean-Paul Sartre dans les années soixante, ici, il ne connaît toujours pas la retraite. Rangnath Dixit, un fermier ruiné dont les fils se sont "enfuis" à la ville en est l’exemple vivant.

« Le sanya (retraite en hindi) est réservé à Sonia et aux brahmines », plaisante Rangnath. Le vieux et moi faisons partie d’un groupe de 68 hommes et 102 femmes travaillant, sous un soleil de plomb, de 10 heures du matin à 5 heures du soir autour d’un projet d’irrigation. Le chantier est organisé dans le cadre d’un programme "nourriture contre travail". Les "bureaucrates de Dehli l’appellent "Employment Guarantee Scheme".

Nous devons creuser d’étroits canaux que nous renforçons par des murs de boue tout le long. Les paysans locaux nomment ces tranchées des "nullah bunding". Ce travail de Sisyphe plonge son origine dans la nuit des temps. Ainsi les eaux de ruissellement ne quittent-elles pas facilement ce terrain vallonné et raviné par l’érosion. Les nullah bunding, vus du ciel, dessinent les arabesques d’une antique civilisation.

« Ce boulot n`est pas pour toi ! » tranche mon compagnon, regardant la terre rouge et la poussière volant et maculant mon visage. « Même nous, qui avons l’habitude, nous trouvons la besogne difficile », ajoute-t-il, un brin moqueur. Comme si quelqu’un de la moitié de son âge était trop tendre pour cette corvée...

Bien que la grosse chaleur soit passée — il y a des nuages dans le ciel (mon compagnon les scrute comme un sourcier) —, au bout de quelques minutes, je suis en nage. Les insectes qui tournoient collent à la peau et pénètrent mes narines. Mes gestes maladroits trahissent ma qualité de citadin et ma non-appartenance à la caste des damnés. Mes bras tremblent lorsque le fer de la pioche affronte la caillasse, et je deviens comique quand je lutte contre un moustique.

J’ai rejoint ce groupe de villageois-forçats 4 jours auparavant. Le chantier est situé à Dhalewadi, à 53 km de Pune dans l’État du Maharashtra ; il doit s’achever — heureusement pour moi — le 6 juillet. Les villageois sont là depuis le 22 juin, mais semblent gratter cette terre ingrate et desséchée depuis une éternité.

Chaque matin, les villageois, armés de pelles, de pioches et de "ghamelas" sont alignés devant le "mukadam", responsable du site. Le contremaitre répartit les journaliers en groupe de 12 et assigne aux femmes la tâche de transporter la terre. Ce matin sont présents the Agriculture Officer R.J. Shelke et son assistant V.L. Chavan.

La hiérarchie, en Inde, a quelque chose de caricatural et la soumission à l’autorité, des allures de dévotion ; on ne sait jamais si c’est le charisme ou la génuflexion, héritée d’une sévère éducation, qui donne sa substance à l’autorité... Bref, on reconnaît le chef à la batterie de stylos qui émergent de la poche de la chemisette blanche, et aux 2 ou 3 gorilles en saharienne qui le protègent.

« Pour 3 mètres-cubes de terre, articule à voix haute l’officier Shelke, Chaque femme doit marcher 7,20 kilomètres et transporter 360 ghamellas ». C`est pour le technocrate et son assistant un "travail facile". C’est pourquoi le gouvernement rémunère les femmes 15,54 roupies (1 euro = 56,57 roupies) cash et 25 roupies en farine par jour ; les hommes qui manient la pioche et le marteau sont payés 25 roupies cash et 25 en farine. Les salaires sont versés chaque fin de semaine par le mukadam.

À la question de savoir où et quand le prochain chantier sera organisé, les bureaucrates, dépêchés par Dehli, restent cois ; et préfèrent prestement s’engouffrer dans leur voiture officielle démodée (une Ambassador Nova).

Les villageois sont mécontents car ils doivent travailler avec leurs propres outils sur les chantiers gouvernementaux. N`allez pas croire qu’ils soient tous sans éducation... Mon jeune collègue, Rajendra Sable (25 ans), qui a participé à de nombreux chantiers EGS, est un bachelier (first class Arts graduate) :

— "Quand j’étais collégien à Dehra Dun, me dit Rajendra, mon professeur me serinait que le manque d’éducation était responsable de la pauvreté ; mes parents ont tout vendu pour me payer des études. Aujourd’hui, je suis réduit à travailler comme journalier itinérant pour leur payer de quoi manger !"

— "Si tu veux devenir riche, en Inde, mon vieux, ouvre une école !" blague Babu Singh, un jeune chômeur de Jalandhar, dont le père, "sadarji", est en prison depuis 20 ans (sans jugement) pour avoir manifesté contre Rajiv Gandhi et les pogroms anti-sikhs de novembre 1984. Une année orwellienne pour la plupart des Sikhs...

Mais la plupart des forçats ici présents sont des paysans sans terre ou des fermiers ruinés tel mon voisin de tranchée Chhaya Baban Kalam qui manie avec dextérité un marteau de 8 kilos. Il possédait quelques hectares de terre en Andhra Pradesh. Dans les années 90, le gouvernement indien incita les fermiers à changer leur culture vivrière contre la culture du coton. Le marché était prometteur. L’Inde exportait 34 000 tonnes de coton brut.

Pour ce faire, Chhaya emprunta beaucoup d’argent aux banques. Patatrac ! En 1996, le marché s’effondra ; Chhaya dut vendre à perte ses terres — et même emprunter aux "sahudar" (usuriers locaux) pour contenter les requins des banques... « Jusqu’à 60% d`agio ! Tu te rends comptes », me dit-il.

C’est à ce moment-là qu’une étrange épidemie de suicides gagna l’ensemble des villages d’Andhra Pradesh et, par contagion, les États voisins. Les chefs de famille se donnaient la mort tous de la même manière : ils avalaient les pesticides achetés avec l’argent des banques.

Babu Singh, le chômeur penjabi, se souvient : « On mélangeait de petites doses de pesticide à de l’alcool, au Penjab ; on oubliait ainsi la répression et les créanciers... » Pour lui, nombre de morts "accidentelles" par overdose ont été maquillées et comptabilisées par les bureaucrates comme "suicide".

Un historien indien remarque que cette vague de suicides est sans précédent dans l’histoire du sous-continent ; il compare la crise du coton actuelle avec celle de 1861 : à l’époque, l’effondrement des cours mondiaux avait entraîné la ruine des paysans d’Andhra Pradesh ; mais les paysans, unis et organisés en Kisan (syndicat), avaient répliqué par la violence contre l’État colonial et les banques ; ils avaient brulé les livres de compte et massacré les sahudar et leurs goondas. La révolte est connue sous le nom de Decan Riots.

Aujourd`hui, les paysans tournent la violence contre eux-mêmes...

Lors des grandes calamités, le gouvernement indien a souvent recours aux compensations. Récemment, l’aimable Dr Singh a remis un chèque géant de 50 000 roupies à quelques familles d’Andhra Pradesh touchées par l’épidémie de suicides.

— "La cérémonie était organisée de telle manière, devant les caméras, que si on coupait le son de la télé, on avait l’impression que le P.M. distribuait les premiers prix d’une loterie !" ricane Babu Singh.

— "Il n’est pas sûr que les sahudars et leurs goondas ignorent longtemps le pactole, craint Chhaya Baba, les familles des malheureux sont toujours créditaires auprès des banques et des landlords...

— "Les compensations gouvernementales profitent toujours aux mêmes ! lance soudain Suman Ravi, une jeune fille de Laxampur-Bathe, au visage vitriolé. C’est peut-être cette douleur "évidente" qui lui donne le courage, en tant que femme, de s’exprimer. Les autres, enveloppées dans leur sari, se taisent comme autant de tombes silencieuses, consentantes.

—" Il n’y avait pas de contrat écrit entre mon père et le landlord dont il cultivait les terres, continue-telle. Lorsque dans les années 80, une terrible sécheresse éprouva le pays (le Bihar), c’est le propriétaire en titre qui empocha les compensations ! Les proprios ne cultivent plus leurs terres ; ils préfèrent les louer aux crève-la-faim que nous sommes – qu’ils traitent de Dalits – et ouvrir des commerces en ville. C’est plus juteux et moins risqué !...

— "...Commerces où ils revendent du pesticide (endosulphane prohibé en Europe), des graines et de l’engrais au prix fort – de quoi ruiner, empoisonner et endetter tout le village pour trois générations !, conclut Rajendra Sable, qui ne cache pas son amitié pour Suman "la Naxalite".

— "Attention ! On nous observe, prévient Babu Singh. Près d’un banian dont les racines tombent du ciel, un saddhu déplie sa longue silhouette famélique.

— "Babaji est les yeux de la maîtrise, me chuchote Rajendra Sable. Au physique, le fakir ressemble au Bouddha au moment de l’illumination, mais son fumet dégage rapidement le parfum du chacal... Le saddhu a mauvaise réputation auprès des villageois ; non parce qu’il lui arrive de jeter des sorts, mais parce qu’il est soupçonné – à tort ou à raison – de travailler pour la police...

À 1h30, nous déjeunons d’un oignon et d’un pain dur ; certains le tartinent de pickles et de salades. Les chiens et les singes que nous côtoyons n’ont pas grand chose à grappiller. L’ombre de la Grande Famine plane sur tous les convives. Et la nuit venue, le léopard – la légende des lieux – n’a pas grande difficulté à s’emparer de la carcasse d’un travailleur écroulé sur son lit de corde.

La passion du bourgeois à protéger la Nature a fait se multiplier le prédateur, non seulement dans les zones rurales, mais aussi à l’approche des villes...

— "Ce n’est pas le léopard qui s’est multiplié, mais nous, crétin ! rectifie Suman...

Non loin, ignorant des dangers, des enfants nus dansent, le ventre ballonné, au milieu d’un champs d’épandage. Rajendra me dit que dans son village : « il n’y a plus que lors des mariages que les gens arrivent à bien manger ».

— "Dieu recrute en masse et paye toujours ses sujets, nous chante Babaji, intimant l’ordre presque divin de la reprise du travail.

En fait, le gouvernement s’est inspiré, pour ces chantiers, du modèle des "Kar Sevak" – ces travailleurs volontaire qui construisent, pour un "thali" par jour (repas végétarien), Mandir, Masjid, Gudwarra et chapelles chrétiennes. Les seules constructions capables, en Inde, de traverser intactes deux ou trois moussons. Le concept de "l’impermanence" semble réservé au gouvernement et à ses oeuvres...

En Inde, l’État est une paroisse qui n’a plus d’adeptes (exception faite des militaires et des policiers). Les routes, les écoles, les dispensaires, construits sous EGS (employment guarantee schem) disparaissent rapidement du paysage ; le bitume, béton et ciment destinés à leur pérennité ayant été revendu par l’ingénieur ou l`homme politique au secteur privé.

Suman Ravi raconte qu’au Bihar le chief minister, le célèbre Laloo Yadav, avait fait construire une route menant à un petit village spécialement pour le mariage de sa fille ; ses goondas, pour l’occasion, avaient même volé aux concessionnaires de Patna toutes leurs voitures d’exposition afin de les offrir aux invités. Depuis, la route est en ruine et seuls les bergers, les bœufs et les chèvres y circulent.

Laloo Yadav, qui est aujourd’hui ministre des Chemins de fer, ne manque pas d’humour, il dissertait récemment devant les journalistes des mérites des inondations qui permettaient aux biharis d’avoir du poisson frais dans leur cuisine transformée en aquarium...

A suivre

HIMALOVE



Imprimer cet article





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
4 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Ne demande pas ce que ton pays peut faire pour toi, demande ce que tu peux faire pour ton pays. John Fitzgerald Kennedy
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite