Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?

de : Appel de Cologne
samedi 20 décembre 2008 - 21h23 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires

Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?

Appel de Cologne contre les jeux vidéo violents

I. Les jeux de tueurs ravagent les esprits

Des jeunes de cinq, quinze et vingt-cinq ans sont assis des jours et des nuits devant leur ordinateur ou console de jeux. Lors de jeux tels que Counter-Strike, Doom 3, Call of Duty, Halo 3, Crysis, Grand Theft Auto IV, ils s’exercent systématiquement à tuer avec des armes allant de la mitrailleuse à la tronçonneuse. Sur leurs écrans, ils humilient, tor­turent, mettent en pièces, abattent et scient des êtres humains.
Depuis longtemps, il est prouvé que la violence des médias et, surtout, les jeux de tueurs exercent des effets déplorables sur les enfants et les adolescents notamment.
De même, les parents, enseignants et éducateurs ne peuvent manquer de constater depuis longtemps que les jeux vidéo violents rendent les enfants et adolescents agressifs, violents et dépourvus de sentiments. Plus brutaux sont les jeux et plus de temps les enfants y perdent, pires sont les prestations scolaires.
De nombreux parents sont désespérés, les enseignants doivent lutter contre une brutalité et des échecs scolaires croissants.

II. Les jeux de tueurs constituent un entraînement à la guerre

Les jeux de tueurs sont issus des programmes d’entraînement professionnel de l’armée des Etats-Unis, qui visent à affiner la technique de tir, la précision face à l’objectif et la réaction directe à l’apparition d’ennemis. La sensibilité des soldats s’émousse, le réflexe les dissuadant de tuer s’atténue, ils sont prêts au carnage. De même, les jeux de tueurs inculquent aux enfants et adolescents des connaissances particulières sur les armes et la tac­tique militaire, car ces prétendus jeux sont en fait des simulations de la guerre réelle. Ils provoquent la peur, le stress et des dé­charges d’adrénaline. Ils obligent à des actions directes suivant un schéma stimulus-réaction et empêchent ainsi une distance et une empathie critiques ciblées. Les champs virtuels et le monde réel s’entremêlent, ne peuvent plus être distingués. La « marge de manœuvre » de nos enfants et adolescents correspond à la réalité du combat de soldats enrôlés dans des guerres contraires au droit international, par exemple en Irak et en Afghanistan. Assis devant les mêmes moniteurs de visée, les ­équipes des blindés, avions et hélicoptères abattent l’un après l’autre des hommes réels – ce qui est appris est appris.

III. Qui profite de l’influence des jeux violents sur les esprits ?

Les « Global players » de l’industrie des jeux profite, dans une économie mondiale en stagnation, du marché de croissance le plus grand. La branche des jeux vidéo réalise un chiffre d’affaires annuel mondial de plus de 30 milliards euros. Les jeux vidéo sont de gigantesques machines à sous : la branche croît à un taux de deux chiffres, sa rentabilité est considérable, car les jeux vidéo sont chers et ne nécessitent que peu d’investissements. En Allemagne, ce marché en pleine expansion est même soutenu par l’Etat.
En outre, l’industrie des jeux vidéo et les militaires coopèrent intensivement dans la recherche et le développement ainsi que dans les applications. Le développement des jeux et la recherche se complètent au moyen de simulations militaires. L’armée des Etats-Unis recourt aux jeux vidéo pour enrôler des soldats (www.americasarmy.com). Les groupes fabricants de jeux, qui font ainsi partie du complexe militaro-médiatico-industriel, contribuent de cette manière à attirer les futurs soldats par des « jeux ». La vie quotidienne est donc empreinte de guerre, pour faire accepter les guerres actuelles et fu­tures.
Ces jeux sont des attaques contre les droits de l’homme, le droit international public et la loi fondamentale allemande. Pourquoi n’est-il rien fait contre cette évolution ?

IV. Complices, collaborateurs et profiteurs de l’industrie des jeux violents

Le développement des jeux vidéo comme la sous-estimation de leurs effets ne peuvent avoir lieu que parce que des scientifiques et des universités participent à cette procédure depuis longtemps. Les univer­sités proposent des études propres à l’industrie des jeux et les scientifiques créent une nouvelle langue qui dissimule la réalité au lieu de l’expliquer : par des notions nébuleuses telles que « compétence des médias » et « capacité de distinguer la fantaisie de la réalité », on suggère de manière pseudo-scientifique que les enfants peuvent éviter les conséquences néfastes des « jeux de tueurs » sans subir de dommages intellectuels ni corporels. Or les jeux sont conçus de manière telle que cela n’est pas possible.
Les critiques relatives aux jeux vidéo sont taxées de « non scientifiques ». Or il n’y a aucun débat scientifique. Plus de 3500 études empiriques prouvent une corrélation entre la consommation de violence par l’intermédiaire de médias et l’augmentation de l’agressivité.
Les scientifiques qui le nient se font complices et profitent du complexe militaro-médiatico-industriel, leurs instituts recevant un soutien financier important de l’industrie des jeux. Les universités ne reçoivent plus guère de fonds de l’Etat et se transforment toujours davantage en serviteurs de l’industrie. Ainsi, la corruption de la science et sa dépendance des militaires sont quasiment automatiques.
La politique également se soumet à ces intérêts : actuellement, des propositions de décisions sont soumises au Bundestag, qui tendent à faire des jeux vidéo un « bien culturel ». Si des jeux empreints de violence sont considérés comme de l’« art », la protection de la jeunesse est neutralisée.
En Allemagne, la Bundeszentrale für politische Bildung (Centre fédéral de formation politique) banalise depuis des années des jeux empreints de violence. Ici, presque uniquement des « pédagogues spécialistes des médias » proches de l’industrie des médias et dont les écrits prônent souvent les jeux violents bénéficient de publications. Les citoyens financent donc leur propre désinformation par leurs impôts. La Bundeszentrale für politische Bildung viole ainsi le mandat d’éducation à la paix que lui donne la Loi fondamentale.

V. Qui est responsable ?

Ce ne sont donc ni aux parents ni aux enseignants – que l’on charge toujours de tirer les conséquences – d’être responsables. Bien au contraire, la responsabilité incombe aux fabricants et à l’industrie de l’armement ; la propagation débridée des jeux est voulue politi­quement ; elle est encouragée par la « science » et par les médias.
En fait, les enfants et adolescents ont besoin non d’une compétence en matière de médias, mais d’une formation par rapport à ceux-ci, y compris d’une formation qui touche le cœur. Ils doivent être préparés à remplir de manière judicieuse et humaine les tâches réelles de notre époque. Les parents, les enseignants et tous les citoyens doivent donc désigner les responsables et leur demander de rendre des comptes.

Nous ne tolérons pas ...
• que les esprits et les cœurs de nos enfants continuent d’être perturbés par des jeux de tueurs empreints de guerre et de violence,
• que les enfants et adolescents deviennent des machines à tuer sur les champs de bataille virtuels et réels de ce monde,
• que de nouvelles images négatives soient créées et que l’hostilité aux étrangers soit propagée ;
• que les bases humanitaires et pacifiques de notre société soient détruites et que la guerre devienne la règle et
• que les droits de l’homme, la Loi fondamentale et le droit international public soient sapés par des jeux vidéo violents. Nous demandons ...
• que la fabrication et la propagation de jeux vidéo destinés aux enfants, glorifiant la guerre et stimulant la violence soit interdite, car la guerre est nocive non seulement pour les enfants, mais aussi pour les adultes,
• que la Bundeszentrale für politische Bildung retire de la circulation ses textes minimalisant la portée des jeux vidéo et informe, conformément à sa mission, de l’état réel de la recherche,
• que les scientifiques publient les données relatives à leur financement par l’industrie des jeux,
• que tous les partis retirent leur proposition visant à déclarer bien culturel les jeux vidéo,
• que l’industrie fabriquant des jeux ne reçoive ni soutien financier de l’Etat, ni soutien politique,
• que la formation par les médias décrive les effets réels des descriptions de violence et vise à une éducation pacifique et
• que les politiciens, scientifiques et représentants des médias se conforment à leur mission consistant à servir la paix, ainsi que l’exigent la Loi fondamentale, les droits de l’homme et le droit international public, ou renoncent à leurs fonctions.

(Traduction Horizons et débats)

Premiers signataires :

Arbeiterfotografie Forum für engagierte Fotografie, Köln ; Prof. Dr. Veronika Bennholdt-Thomsen, ITPS e.V., Bielefeld ; Prof. Dr. Lutz Bieg, Erftstadt ; Beate Bogalho, Rektorin, Kerpen ; Ilona Bogdal-Klumpe, Fachberaterin für Kindertagespflege, Bergisch-Gladbach ; Susanne Dahlmann, Kinderpflegerin, Köln ; Dr. Maria Emmerich, Schulpflegschaftsvorsitzende, Bedburg ; Dr. Ing. Christian Fischer, Köln ; Frauenhaus Herford e.V. ; Thomas Freitag, Freie Waldorfschule, St. Augustin ; Heidi Graichen, CSU-Stadträtin, Erlangen ; Dany Gruneberg, Bornheim ; Gerhardt Haag, Leiter Theater im Bauturm, Köln ; Dipl.-Päd.Renate Hänsel, Gymnasiallehrerin, Wallenwil (CH) ; Dipl.-Psych. Dr. Rudolf Hänsel, Schulberater, Wallenwil (CH) ; U. Hedwig, Bildungswerk Köln, Köln ; Christoph Hirte, Aktiv gegen Mediensucht e.V., München ; Dr. Werner H. Hopf, Schulberatung Oberbayern-Ost ; Dr. med. Susanne Hörnemann, Köln ; Prof. Dr. Günter L. Huber, Universität Tübingen ; Dipl.-Soz. Gabriele Isele, ECP, GWG, Hamburg ; Christin Jonas, Kinder- und Jugendpsychotherapeutin, Engelskirchen ; Thomas Jung, Oberbürgermeister und 20 Stadträte der Stadt Fürth ; Hidir Kalay, Bürgerzentrum Alte Feuerwache, Köln ; Hermine Karas, Mutter und Grossmutter, Köln ; Dr. med. Heinz Katlun, Naturheilarzt, Bergheim ; Prof. Dr. Constanze Kirchner, Universität Augsburg ; Angela König, kath. Religionslehrerin, Wuppertal ; Elisabeth Kornder-Bilke, Lehrerin, Erlangen ; Margarete Kramer & Funda Aras, Frauen helfen Frauen e.V., Köln ; Prof. Dr. Jochen Krautz, Alanus Hochschule, Alfter ; Prof. Dr. Hans-Jörg Kreowski, Universität Bremen, Vorsitzender des Forums InformatikerInnen für Frieden u. gesellschaftliche Verantwortung e.V. ; Prof. Dr. Ekkehart Krippendorff, Berlin ; Heinz Kruse, Dipl.-Volks­wirt, Wirtschaftsdezernent der LH Hannover AD, Ministerialrat AD ; Annette Lehnert, ­Lehrerin, Pulheim ; Gerd Lohwasser, Bürgermeister der Stadt Erlangen ; Michael Martens, Feuer­wehrmann, Bergisch Gladbach ; Gabi Martens und weitere zehn Tagesmütter, Bergisch Glad­bach ; Prof. Dr. Maria Mies, Köln ; Christa Meves, Kinder- und Jugendlichenpsychotherapeutin, Uelzen ; Prof. Dr. Carsten Müller, FH Emden ; Prof. Dr. Benno Müller-Hill, Köln ; Prof. Dr. Kurt Oette, Köln ; Elke Ostbomk-Fi­scher, Dozentin und Ausbilderin (GWG), Köln ; Dr. Rainer Patzlaff, IPSUM-Institut, Stuttgart ; Gudrun Pausewang, Schriftstellerin, Schlitz ; Prof. Dr. Christian Pfeiffer, Kriminologisches Forschungsinstitut Niedersachsen, Hannover ; Regine Pfeiffer, Dortmund ; Günter Pohl, Bonn ; Eva Maria Pott-Bärtsch, Ärztin, Langenfeld ; Ruth Rampini, Musikerin und Mutter, Köln ; Martina Reicheneder, Sonderpädagogin, Köln ; Ursula Reinsch, Journalistin, Köln ; Ellen Rohlfs, Mitglied von Gush Shalom und Pax Christi, Trägerin Bundesverdienstkreuz am Bande ; Dipl.-Päd. Jürgen Rose, Oberstleutnant, München ; Wolfgang Schäfer, attac Mainz ; Dr. Sabine Schiffer, Institut für Medienverantwortung, Erlangen ; Saral Sarkar, Köln ; Stephan Schimmelpfennig-Könen, Gymnasiallehrer, Kassel ; Reinhard Schön, Rechtsanwalt, Köln ; Katharina Schubert, Frauenforum, Brühl ; Jana Sommer-Gersippe, Kindertagesstätte der AWO, Bergisch-Gladbach ; Prof. Dr. Hubert Sowa, PH Ludwigsburg ; Prof. Dr. Manfred Spitzer, Universität Ulm ; Hans-Christof Graf Sponeck, Mühlheim ; Prof. Dr. Fulbert Steffensky, Hamburg ; Otmar Steinbicker, Vorsitzender des Aachener Friedenspreis e.V. ; Felizitas Traub-Eich­horn, StD, SPD-Stadträtin, Erlangen ; Hamila Vasini, Iran.-Deutsch. Frauenverein, Köln ; Susann Wagener & Julie Weissenberg, Freie Waldorfschule, Köln ; Frieder Wagner, Filme­macher, Köln ; Willy Wahl, seniora.org, Zürich ; Michael Wallies, München ; Hermann Weische, Rechtsanwalt, Köln ; Dipl.-Psych. Dr. Rudolf H. Weiss, Medienpsychologe, Auenwald ; Werk­statt Frieden & Solidarität, Linz ; Marita Wissmann-Hardt, Jugendamt Wiehl
... ainsi que 142 autres signataires et 175 autres pétitionnaires (situation au 6/12/08).

Toute personne intéressée par cet appel est priée de s’adresser à :
Prof. Dr. Maria Mies, Blumenstr. 9,
50670 Cologne, ­koelner.aufruf@gmx.de.

C’est à cette adresse que l’on peut demander le texte de l’appel et des listes de signataires.

(via Paz)


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
20 décembre 2008 - 22h09 - Posté par PIERRE

La liberté d’expression inciterait-elle à la liberté d’action ?
Encore faut-il conjugaison de manipulation et de soumission.

Un enfant de moins de 10 ans meurt toutes les 5 secondes dans le monde parce qu’il n’ a pas droit à un des besoins vitaux immuables : une ration alimentaire nécessaire et suffisante, quotidienne et continue.Plus de 30 millions de personnes meurent de faim chaque année, et près de 900 millions sont gravement sous alimentés. En parallèle, la production alimentaire annuelle mondiale est capable de nourrir plus de 12 milliards d’être humains, nous avoisinons les 6 milliards...

Les puissances économiques transcontinentales avec le consentement plus ou moins tacite des gouvernements de chaque pays manipulent avec talent aussi bien les milliards d’euros, de dollars que les milliards d’humains.

A DEBATTRE...



Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
20 décembre 2008 - 22h18

jeux vidéo destinés aux enfants

ces jeux sont interdits aux moins de 18 ans, alors c’est de la responsabilité des parents...

stop la censure !

Thom



Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
21 décembre 2008 - 01h30 - Posté par Ash’

Non, sérieusement, vous croyez vraiment ce que vous racontez ?

Les jeux vidéos, en plus d’améliorer les réflexes et la réactivité, permettent de se divertir et de rejeter la haine sur quelque chose de virtuel, du moins pour certains..
Personnellement, je joue à Counter strike depuis des années et j’ai jamais ressenti aucune haine en "tuant" mes ennemis, encore moins l’envie de tuer quelqu’un...

Cet article est du pseudo-journalisme..
Tient quelqu’un trucide un type car il a joué à GTA.Mon Dieu interdisons GTA..
Mais ne serais-ce pas la chercher un bouc-émissaire à tout les problemes de la planète cher esprits intellectuels ?
Qu’en est il de l’environnement dans lequel nous grandissons, je parle de la famille, de valeurs morales, d’encadrement scolaire..
Si rien de tout ça n’est fournit, n’importe qui pète un plomb, jeux vidéos ou pas..

C’est marrant, je ne vois personne incriminé les médias qui nous bourrent le crane d’images bien plus ignobles que beaucoup de jeux vidéos aux infos du soir, pourtant heure de très grande écoute, de films avec certaines séquences horribles qui sont interdit au moins de 12 ans (la bonne blague)
Les jeux vidéos que vous citez sont interdit au moins de 16 ans ou 18 ans, c’est bel et bien la responsabilité des parents de contrôler ce que font leurs enfants , pas à l’industrie des jeux vidéos d’arrêter, ils fournissent un divertissement de qualité bien plus prenant qu’une starac ou autre...
Arrêtez de chercher des victimes car vous vous ridiculisez...

Bientot à la une : Les jeux vidéos, initiateur de la crise économique !
Mon Dieu, un trader joue à World of Warcraft, interdisons World of Warcraft, c’est le mal !


Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
21 décembre 2008 - 14h06 - Posté par emelyne

comme beaucoup, je ne suis pas contre les jeux videos sauf ceux qui sont concus par le PENTAGONE en vue de propagande guerriere ou de diabolisation ethnique.
certains jeux ultra-violents peuvent avoir un impact mais cela depend de la nature de la personne. faut un debat.



Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
21 décembre 2008 - 15h00 - Posté par Roblin

Je ne crois pas que les jeux vidéos ou les films violents rendent les enfants violents, le seul effet que ça peut avoir est de déclencher les violences que l’enfant à emmagasiné en lui.

Sur ce sujet de la violence des enfants, on ne peut que rappeler le travail important de la psy Alice Miller :
_ http://alice-miller.com/index_fr.php

Voici un tract qui explique la véritable origine de la violence, les enfants respectés ne s’intéresseront simplement pas aux films et jeux violents :

"Les racines de la violence ne sont PAS inconnues
Le cerveau malmené et les émotions bannies

Mardi 09 septembre 2008
Traduit en Français par Béatrice Anceaux.

Les constats :

1 – Le développement de notre cerveau dépend de ce que l’on a subi. Le cerveau se structure dans les 4 premières années de la vie, selon les expériences que l’environnement offre à l’enfant. Ainsi le cerveau d’un enfant dont le vécu est essentiellement empreint d’amour se développera différemment de celui d’un enfant qui aura été traité cruellement.

2 – La quasi-totalité des enfants de notre planète sont battus dans les premières années de leur vie. Ils apprennent dès le début la violence et cette leçon est inscrite dans leur cerveau. Aucun enfant ne naît violent. La violence n’est PAS génétique. Elle existe parce que les enfants battus font usage, dans leur vie adulte, de la leçon intégrée par leur cerveau.

3 – Comme les enfants battus ne sont pas autorisés à se défendre, ils doivent supprimer leur colère et leur rage contre leurs parents qui les ont humiliés, qui ont tué leur empathie innée et qui ont insulté leur dignité. Ils sortiront cette rage plus tard, en tant qu’adultes, sur des boucs émissaires et surtout sur leurs propres enfants. Dépourvus de leur empathie, certains vont diriger leur colère contre eux-mêmes (à travers les désordres alimentaires, la dépendance aux drogues, la dépression etc) ou contre d’autres adultes (à travers les guerres, le terrorisme, la délinquance etc).

Questions/Réponses :

Q : C’est sans se poser de questions que les parents battent leurs enfants pour qu’ils obéissent. Personne, hormis une petite minorité, ne proteste contre cette dangereuse habitude. Pourquoi ce schéma si évident (celui de victime trompée à celui d’auteur d’abus) est-t-il totalement ignoré de par le monde entier ? Pourquoi même les Papes, responsables du comportement moral de tant de millions de croyants, n’ont-t-ils jusqu’à présent jamais informé ces derniers que battre les enfants est un crime ?

R : Parce que nous avons presque TOUS été battus et que nous avons tous dû apprendre très tôt que ces actes cruels seraient normaux, anodins et même bons pour nous. Personne ne nous a jamais dit qu’il s’agissait là de crimes contre l’humanité. Cette leçon erronée, immorale et absurde a été inscrite dans nos cerveaux en développement. Ceci explique la cécité émotionnelle qui gouverne le monde.

Q : Pouvons-nous nous affranchir de la cécité émotionnelle que nous développons dans l’enfance ?

R : Nous pouvons, au moins jusqu’à un certain degré, nous libérer de cette cécité en osant ressentir nos émotions réprimées y compris notre peur et notre rage interdites contre nos parents qui nous ont souvent terrorisés pendant ces longues années qui auraient dû être les plus belles de notre vie. Nous ne pouvons rattraper ces années. Mais en affrontant la vérité nous pouvons transformer notre enfant intérieur empli de peur et de déni en un adulte bien informé et alors responsable qui a enfin regagné son empathie dont on l’avait si tôt dépossédé. En devenant des personnes bien informées, nous ne pouvons plus nier le fait que : battre les enfants est un acte criminel qui devrait être interdit sur la planète entière.

Conclusion :

Prendre soin des besoins émotionnels de nos enfants veut dire bien plus que leur donner une enfance heureuse. Cela veut dire permettre aux cerveaux des futurs adultes de fonctionner d’une façon saine et rationnelle exempte de perversion et de folie. Forcer à apprendre dans l’enfance que battre les enfants est sans aucun doute bon pour lui, est la leçon la plus absurde et la plus déroutante qui a les conséquences les plus dangereuses. Cette leçon adossée au fait d’être coupé de ses véritables émotions crée les racines de la violence.

www.alice-miller.com
© 2008 Alice Miller"



Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
11 janvier 2009 - 18h25 - Posté par Non 100 blag

Le "Kölner Aufruf" : une pétition signée par un cercle de personnes habitant majoritairement la très catholique ville de Cologne - Un cercle qui nous veut probablement du bien... même malgré nous s´il le faut. Une alliance composée de membres appartenant entre autre á des organisations et partis chrétiens (AWO,conseillers municipaux chrétiennes-sociales du CSU, du secours catholique,et profs anthroposophes des "waldorfschulen").
En ce qui les concernent,rien d´étonnant quand on sait que,l´emploi de jouets fabriqué avec autre matiere que le bois fut longtemps prohibité dans ces établissements.

Les études empiriques qui "prouvent" une corrélation entre la consommation de violence par l’intermédiaire de médias et
l’augmentation de l’agressivité, auront du mal à fournir les même preuves en ce qui concerne les atroces conflits qui sévissent au quotidien depuis bien trop longtemps en Afrique et ailleurs,et je ne parle même pas de la 2eme guerre mondiale.

En bref,ces gens-là nous expliquent que la guerre est nocive (tiens,vraiment ?),qu´il existe un lien entre les conflits du monde réel et ceux du cyber-space (reste à prouver) et que les fabricants de consoles contribuent de cette manière à attirer les futurs soldats par des « jeux » -

Ceci dit,ils refusent cependant de prendre leurs parts de responsabilité, je cite litérallement : "Ce ne sont donc ni aux parents ni aux enseignants ...d’être responsables"
Comportement que je qualifie d´inacceptable - car oui, c´est bien AUSSI á eux d´expliquer aux gosses que le fait de tirer sur une figure animée ne jusitifie en aucun cas la vraie guerre et ces atrocités,
et pourtant, messieurs dames á Cologne ou ailleurs voila lá un des vrai Challenge de l´éducation des gamin(e)s au 21ème siècle. Ou alors simplement tout interdir ?

Alors chers chrétiens et adeptes de Rudolf Steiner,les droits de l’homme, la Loi fondamentale et le droit international ne sont pas sapés par des jeux vidéo violents, il ne faut quand meme pas déconner, mieux vaut informer les gosses calmement et leur faire comprendre qu´íl ne faut pas confondre la réalité et la fiction-



Comment la guerre pénètre-t-elle dans les esprits et les cœurs ?
28 septembre 2009 - 18h19 - Posté par moighhhh

que dirions nous les alceriens : l ecole publique forme des monstres !!!!!







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite