Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

LA "FRONDE"
de : Patrick MIGNARD
lundi 1er février 2010 - 09h12 - Signaler aux modérateurs
7 commentaires
JPEG - 60.5 ko

de Patrick MIGNARD

Une Révolution ? Pas du tout ! Une révolte alors ? Pas même ! … Une Fronde ! Tout juste !

Devant le déferlement continu de l’imbécillité du pouvoir exécutif qui, tous les jours un peu plus, s’approche du stade de la mégalomanie et de la paranoïa, la classe politique et les institutions de la République commencent à réagir de manière significative.

Un exécutif pratiquant le culte de la personnalité, accumulant les gaffes, étalant une telle incompétence et un tel mépris des principes supposant fonder la République,… le tout servi par une Cour peuplée de courtisans tous plus serviles et stupides les uns que les autres, ne peut que faire réagir jusqu’aux hautes sphères de l’Etat.

Un frémissement institutionnel qui touche le Conseil Constitutionnel, le Sénat, la Magistrature – l’Assemblée Nationale étant trop bien quadrillée par les godillots aux ordres. Cette « fronde » n’a pas échappé à certains médias qui s’engouffrent dans l’évènement et, comme à leur habitude, le grossissent, voire en font des scoops.

Et pourtant !...

REVOLTE ,… VOUS AVEZ DIT REVOLTE !

La République dans sa sagesse infinie, et surtout son habileté, a su créer les véritables antidotes à ses propres dérives,… et ce toujours au nom du Peuple souverain et des principes qui la fondent et l’animent. Ainsi soit-il !

La décadence du système marchand, allié à un exécutif particulièrement dégénéré, font que ce « bel ensemble » qu’est la 5e République, devient peu à peu un édifice apparemment branlant. La colère sociale en rajoute pour donner une image de plus en plus dégradée de ce qui se veut être un édifice démocratique et « moderne » ( ?), mais qui n’est en fait que le « cache sexe » d’un système marchand décadent.

Ce qui peut paraître paradoxal c’est que des institutions aussi poussiéreuses et rétrogrades que sont le Sénat, le Conseil Constitutionnel, la Magistrature semblent – je dis bien « semblent » - jouer le rôle de la subversion.

En fait, point de subversion pour ces institutions, seulement des craintes,… des règlements de comptes et des défenses corporatistes qui prolifèrent dans cette ambiance fétide.

Au moins pour le Sénat, la contestation recoupe les intérêts de gangs politiques qui se disputent le Pouvoir. Véritables sinécure pour politiciens fatigués (des noms ?), jeunes arrivistes à l’échine souple ou aux intérêts, parfois familiaux, bien placés (des noms ?), et même politiciens véreux à qui on donne un fromage pour les faire taire (des noms ?), cette « haute assemblée » défend les intérêts de ceux qui la font exister : les partis politiques et les élus locaux. Ce qui explique son réveil soudain à propos de la Réforme des Collectivités Territoriales.

Le Conseil Constitutionnel, que l’on nous présente, à la fois comme un conseil de Sages (sic) et comme étant au bord de l’insurrection ( ?) est lui aussi un panier de crabes – financièrement juteux, pour politiciens, ou bon serviteurs, recyclés. Il est de notoriété publique que sa « majorité » chiraquienne et « anti sarkozy » en fait une « machine de guerre » dans la guerre de clans que se livrent les fractions du pouvoir.

Quant à la magistrature, de plus en plus couchée, voire « carpétisée  », institution qui n’a jamais brillée par son indépendance et son « esprit de révolte », c’est plus les intérêts corporatistes menacés par la « réforme judiciaire » - au demeurant parfaitement scandaleuse - qui la mettent en émoi que l’intérêt réel des justiciables,… Même si certains magistrats font preuve d’indépendance et s’en tiennent à une éthique professionnelle qui les honore.

Je n’aborderai pas le cas de la Police qui est un cas désespéré et désespérant.

On comprendra que dans ces conditions, la Fronde des institutions n’est pas prête d’accoucher d’un changement social.

De fait, cette « fronde » entre parfaitement dans la stratégie des groupes politiques qui se disputent le pouvoir.

LE SPECTACLE DE LA POLITIQUE

Cette « Fronde  » n’est qu’une facette du spectacle de la politique servant à fois à donner le change à un citoyen naïf qui croit voir là « fonctionner la démocratie » et aux gangs politiques pour se placer en vue des échéances électorales, dont les citoyens naïfs seront les pions, pour fonder la légitimité de leurs nouveaux maîtres.

Paradoxalement, ce spectacle qui n’est que le reflet de rapports de forces entre représentants des possédants – les politiciens professionnels – est présenté au bon peuple par ceux-ci comme le « fonctionnement normal de la démocratie », et la « garantie des droits politiques et des libertés fondamentales ». Rien que ça ! Le problème c’est que ça marche… tout le monde, ou du moins une grande partie, y croit.

Les groupes de l’opposition officielle – celle représentée dans ces institutions – font les choux gras de cette « révolte de palais »… Elle permet de les mettre en scène sans grands risques et de les faire apparaître comme progressistes,… alors qu’il est évident que les mesures et réformes prises aujourd’hui seront maintenues quand cette « opposition » reprendra le pouvoir.

Les médias toujours à l’affût du sensationnel, en rajoutent, et font de ces escarmouches entre bureaucrates de la politique la quintessence de la vie sociale et politique. Profitant de « petites phrases » habilement distillées par leurs auteurs, sur les conseils de spécialistes de la communication, elles font de ceux-ci des vedettes médiatiques qui encombrent les soirées du petit écran dans des émissions « pipeules », ou à vocation de « débat et réflexions politiques »( ?). Suit un sondage le lendemain qui dit au peuple ce qu’il pense en réalité ou ce qu’il « devrait en penser ».

Le bon peuple « marche », en connaisseur, dans ces nouveaux jeu du cirque, persuadé qu’il aura le dernier mot. On est en démocratie ou on n’y est pas ? Et quiconque en doute est un anti démocrate. Ben voyons !

Toute cette opposition, finalement sans enjeux essentiels, n’a qu’un seul et unique but : jouer sur les incohérence et contradictions du pouvoir en place et préparer la nouvelle redistribution des places, des privilèges, des fauteuils et strapontins du pouvoir,.central ou/et décentralisé.

Cette fausse ambiance « insurrectionnelle », entretien un climat d’excitation dans le bon peuple qui le rend plus à même de participer aux « agapes démocratiques », les élections,… dont seuls les politiciens tirent tous les avantages, la légitimité et des siège,… et bien sûr le pouvoir.

FAIRE OUBLIER L’ESSENTIEL

Cette ambiance au parfum « fin de règne » ou décadence d’un système, ne doit pas nous faire oublier l’essentiel : il n’y a pour l’instant, aucune alternative crédible.

Toutes les cartes, ou la plupart, sont entre les mains des pouvoirs institués, ou institutionnellement potentiels, qui n’ont qu’un seul but : assurer la pérennité du système marchand.

Les trépignements médiatiques des « révolutionnaires » et autres « alternatifs » aboutissement inéluctablement, malgré les « gros yeux » et les « discours radicaux », et au grand soulagement des tenants du système en place, à prendre, finalement, le chemin des urnes… même s’ils s’en défendent. Il suffit de voir comment tous préparent fébrilement, dans des marchandages interminables, et autres « crêpages de chignons », les élections en promettant « monts et merveilles » à l’électeur qu’ils veulent séduire. La lutte des places, avant la lutte des classes.

Ce n’est pas en expliquant seulement la perfidie du système, ce qu’il est toujours bon de faire, ni en adoptant les règles du marketing politique, que l’on « convaincra » le plus grand nombre qui, en l’absence d’alternative crédible, se retournera, par faiblesse, lâcheté et légitimisme vers les maîtres qui le dominent, et d’une certaine manière, les fascinent, négativement et/ou positivement.

Les élucubrations des politiciens qui s’agitent et jouent les « rebelles » sous les lambris des palais de la République, ne sont que les épiphénomènes des luttes que se livrent les fractions et les gangs pour le pouvoir. Tout cela n’a rien à voir avec les vrais questions qui se posent à la société civile : la répartition des richesses produites et leurs conditions de production.

A la course épuisante, ruineuse et vaine, aux scores électoraux, aux combats à « fleurets mouchetés » des politiciens, au spectacle mystificateur des pseudo conflits entre tenants du pouvoir, préférons la création d’alternatives concrètes, sur le terrain et impliquant toujours plus de monde dans leurs conditions de luttes et de vie quotidienne.

Janvier 2010 Patrick MIGNARD

Voir aussi :

« PEUT-ON AVOIR CONFIANCE DANS LES HOMMES/FEMMES POLITIQUES ? »



Imprimer cet article


Commentaires de l'article
LA "FRONDE"
1er février 2010 - 11h16

Clap clap clap !

Pas mieux que P Mignard que je rejoins comme toujours entièrement dans ses descriptions et constats.

Seulement sur la conclusion comme toujours je suis dubitative : montrer un "autrement" est il suffisant ? Et de quelle façon ? Ne risque t on pas d’aboutir à des situations d’échec plus ou moins annoncés justement où in fine les "expériences alternatives concrètes"accroîtront les désillusions et ce que j’appelle la "dépression citoyenne généralisée" ?

Que pourrait-on ajouter d’autre pour que même si elles sont appelées à se casser la gueule (compte tenu du système actuel et de nos peu de forces)ces expériences soient des facteurs de transformation positifs et non des "échecs" de plus ?

LL



LA "FRONDE"
1er février 2010 - 16h52 - Posté par

Dans l’Histoire, toutes les tentatives de changement ne réussissent pas du premier coup... Les expériences, tentatives sont constellées d’échec. Ce qui est important c’est la stratégie dans laquelle elles s’inscrivent et la "pédagogie" dont elles sont porteuses et qui permettent, au delà des échecs inévitables de progresser dans le changement.


LA "FRONDE"
1er février 2010 - 16h57 - Posté par

Nous sommes donc bien d’accord.

"Pédagogie" c’est le terme que je cherchais depuis 2 jours ;) Merci !


LA "FRONDE"
2 février 2010 - 11h27

Très bel article, qui au moins nous sort de la tambouille électorale et nous fait réfléchir aux vraies questions.



LA "FRONDE"
2 février 2010 - 14h12 - Posté par momo11

Sans les avantages faramineux,il y aurait beaucoups moins de prétendants.Alors si on examinait ces avantages,qu’ils se votent,enfin.......momo11



LA "FRONDE"
2 février 2010 - 14h20 - Posté par

Mais enfin Momo, on les connais ces avantages, ils sont régulièrement publiés, chiffres à l’appui,... mais le bon peuple préfère "fermer les yeux" et connement payer.

Le plus grave c’est qu’il réélit ces profiteurs, même ceux - rares - qui ont été condamnés.


LA "FRONDE"
2 février 2010 - 19h40 - Posté par

Relire ou lire "1984" de G. ORWELL et identifions le vrai "Big Brother", songeons à l’avertissement de Trotsky (et je ne suis pas trotskiste loin de là) qui nous disait que le fascisme est le dernier rempart de la Bourgeoisie.
Un Sarkozy en difficultés, montre qu’il ne recule devant rien pour assoir un pouvoir aujourd’hui basé sur la systémisation de l’exploitation et du pillage, de la vassalisation de notre pays devenu comme le réclamaient les Américains en 1945, un protectorat US.
En effet elle se déchire "notre" classe bourgeoisie, par institutions interposées, car le gâteau s’amenuise ainsi que le nombre de ses défenseurs dans les classes moyennes et populaires. Souvenons-nous de la dernière fois où le Peuple français s’est uni, si l’on peut dire, contre la guerre du Golfe, rappelons-nous des accents mâles d’un de Villepin qui pourrait représenter une certaine idée de la bourgeoisie nationale, une résistance populaire et populiste inspirée des meilleures heures du "Gaullisme"comme sa politique d’ indépendance nationale face aux super puissances.
Pas d’alternative crédible pour l’instant en effet, mais comme dirait René Char, la lumière naît des ténèbres.
RESISTONS !





Voilophobie : tentative de compréhension et d’explication.
dimanche 20 - 00h18
de : Christian DELARUE
7 commentaires
Canal Seine-Nord : la catastrophe écologique et économique en route !
samedi 19 - 19h08
de : Eve
4 commentaires
Reconnaissance faciale dans les lycées
samedi 19 - 11h02
de : quadrature du net
LA RAGE CONTRE LE RÈGNE DE L’ARGENT
samedi 19 - 08h44
de : Ernest London
Points de vue sur les Gilets jaunes
vendredi 18 - 16h35
de : jean 1
Yankees et son larbin français, effacent les preuves, de leur "implication terroriste" en syrie
vendredi 18 - 11h59
de : nazairien
"Gôôôche" démocratique et républicaine ou TRAHISON ?
vendredi 18 - 10h45
de : jean-marie Défossé
2 commentaires
Badgeophobie ou syndicalistophobie
jeudi 17 - 23h45
de : Christian DELARUE
1 commentaire
Est-ce que oui ou non castaner va dégager ?
jeudi 17 - 20h22
de : jean 1
VERS LA BANLIEUE TOTALE
jeudi 17 - 14h12
de : Ernest London
Est ce la panique, en macronie ? Le gouvernement envisage de retarder la réforme des retraites (vidéo)
jeudi 17 - 12h49
de : nazairien
3 commentaires
Le Crédit Mutuel prépare une vague de licenciements massifs
jeudi 17 - 11h23
de : PDUROC
Suspicion délation répression ... et agressions impérialistes
jeudi 17 - 10h56
de : Chantal Mirail
Sous le voile, une femme !
jeudi 17 - 10h36
de : Chantal Mirail
2 commentaires
Sociale vigilance / C’est l’heure de l’mettre
jeudi 17 - 10h28
de : Hdm
Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires
jeudi 17 - 09h58
Barcelone : des manifestants indépendantistes affrontent les forces de l’ordre pour la troisième nuit consécutive (vidéo
jeudi 17 - 00h53
de : nazairien
1 commentaire
Une personne porte ici un signe religieux ostensible !
mercredi 16 - 22h29
de : Christian DELARUE
8 commentaires
La manifestation des pompiers dégénère : incidents et tensions (15 octobre 2019, Paris) (vidéo)
mercredi 16 - 16h24
de : nazairien
2 commentaires
Des scènes de guérilla urbaine dans le centre de Barcelone, après la condamnation des dirigeants séparatistes (vidéo)
mercredi 16 - 16h09
de : nazairien
1 commentaire
Retraites : la CGT, FO, Solidaires et la FSU appellent à la grève le 5 décembre
mercredi 16 - 07h54
1 commentaire
15 Octobre 1987 THOMAS SANKARA
mardi 15 - 17h29
de : CADTM
De qui se moque t on ? Les frais d’hébergement des députés à Paris vont être davantage remboursés
mardi 15 - 17h11
de : nazairien
2 commentaires
ZOMIA ou l’art de ne pas être gouverné
mardi 15 - 14h20
de : Ernest London
Grande Fête du livre de Noir et Rouge
lundi 14 - 23h10
de : Frank
Nucléaire : le danger qui nous menace s’accroît
lundi 14 - 23h03
de : pierre peguin
Emission - Sabotage de l’école – Un peuple éclairé serait-il incontrôlable ?
lundi 14 - 20h03
de : Emission - Polémix et La Voix Off
Rojava : « La révolution ne doit pas disparaître »
lundi 14 - 17h10
de : jean 1
1 commentaire
Pascale Locquin
lundi 14 - 15h45
de : locquin
Les "gilets jaunes, bleus, verts, oranges" dans le VIéme ar, pour la "défense des victimes de l’amiante
dimanche 13 - 14h17
de : nazairien
Le voile ... dévoile une fois de plus sa stratégie de dislocation des valeurs républicaines
dimanche 13 - 11h56
de : Jean-Marie Défossé
18 commentaires
Toulouse, les baqueux toujours aussi dérangés, les CRS sous "captagon" ? et les gedarmes veulent faire aussi bien (vidéo
dimanche 13 - 02h25
de : nazairien
Rencontre débat « L’anarchisme pour les nuls »
samedi 12 - 21h15
de : jean 1
Le crépuscule de l’OTAN.
samedi 12 - 20h56
de : L’iena rabbioso
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h18
Soutien vincenzo vecchi
samedi 12 - 17h14
N’abandonnons pas les Kurdes et les populations de Syrie - Tribune collective sur Libération
samedi 12 - 16h33
de : Christian DELARUE
3 commentaires
GAZ ET FLOUZE À TOUS LES ÉTAGES - C’est l’heure de l’mettre
vendredi 11 - 15h08
de : Hdm
Intervention turque en Syrie : la révolution politique du Rojava menacée de toute part
vendredi 11 - 08h12
23 commentaires
Rejetée
jeudi 10 - 15h28
de : jean 1

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

La culture, ce n'est pas ce qui reste quand on a tout oublié, mais au contraire, ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné. Jean Vilar
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite