Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 avril
de Info’Com-CGT
1 commentaire
Info’Com-CGT propose « Les Rencontres Info’Com ». Tout au long de l’année, notre syndicat et divers partenaires organiseront des débats, des échanges en présence d’auteurs, des militant-e-s autour de la sortie d’un livre, d’un documentaire etc. Le premier débat sera autour du dernier livre de Michèle Audin : « Eugène Varlin, ouvrier relieur 1839-1871 » (aux éditions Libertalia). L’écrivaine nous présentera cette grande figure de la Commune de (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Indésirables du reclassement
de : Fanny Doumayrou
lundi 4 octobre 2004 - 01h33 - Signaler aux modérateurs

de Fanny Doumayrou, Imphy (Nièvre)

À l’heure où les patrons présentent le « reclassement » comme la panacée des restructurations et des suppressions d’emplois, un document découvert il y a un mois par la CGT du site Arcelor d’Imphy, dans la Nièvre, lève le voile sur la manière dont une entreprise considère et gère l’avenir de ses salariés. Ce document est un rapport établi par un chef d’atelier pour la direction des ressources humaines. Il montre que les généreuses « propositions de reclassement » ne sont pas toujours de bonne foi quand l’objectif est de diminuer les effectifs et de se débarrasser des syndicalistes.

L’affaire remonte à 2003. À l’époque, l’aciérie d’Imphy subit depuis plusieurs années une série d’éclatements et de suppressions d’emplois (voir ci-dessous). Dans ce cadre, Arcelor annonce pour la fin 2003 la fermeture de sa filiale Mecagis, une petite entité de 32 salariés qui produit des composants électroniques à quelques kilomètres d’Imphy. Cet atelier a déjà subi deux plans de suppressions d’emplois, en 1999 et en 2001. Cette fois-ci, il doit fermer, car la production est délocalisée en Chine. Conformément au Code du travail, la direction doit tout mettre en oeuvre pour reclasser les salariés. En cas de refus de leur part, elle peut les licencier.

RECLASSEMENT INCONCEVABLE

« La direction a proposé un reclassement dans l’aciérie à Imphy, mais dans des conditions très différentes », raconte Gérard Daguin, secrétaire du syndicat CGT d’Imphy-Alloys, une des entités de l’aciérie. Le personnel de Mecagis est surtout féminin. Les ouvrières effectuent en 2 × 8, assises, un travail de précision. On leur propose un reclassement dans un atelier de laminage à froid (LAF) où le travail, très physique, debout, avec de lourdes charges à porter, était jusqu’à présent réservé aux hommes. De plus, les horaires sont en 3 × 8. En juillet 2003, le chef de cet atelier les reçoit individuellement pour leur présenter les postes de travail proposés. C’est le compte rendu à la DRH de neuf de ces entretiens qu’a intercepté la CGT.

« Quand j’ai rencontré le chef d’atelier, il m’a dit que des gens comme moi, des cégétistes, il en fallait », se souvient amèrement Mauricette Briffaud, déléguée CGT entrée à Mecagis en 1973. Le compte rendu rédigé par le cadre est nettement moins amène : « Comme prévu, Mme Briffaud dénonce la manière de gérer ces reconversions en mettant en avant la problématique des rythmes 3 × 8 difficiles à gérer pour une femme, écrit-il. Nous lui avons précisé qu’elle avait la possibilité de refuser la proposition du LAF. » Autrement dit, elle peut choisir le licenciement ! Le cadre ne cache pas sa déception : « La visite du banc 348 a semblé l’intéresser ! Elle va réfléchir et donner une réponse en septembre. En espérant qu’elle refuse !! Mais je pense qu’elle va accepter et amener avec ses frères (également militants CGT - NDLR) un renfort de la présence CGT au LAF. » À l’occasion du reclassement, la direction souhaite évacuer l’influence syndicale. Le rapport sur un ouvrier de cinquante ans mentionne qu’il est « délégué et secrétaire adjoint du comité d’entreprise ». « A priori, n’a pas l’intention de postuler pour de nouveaux mandats (...). Possible intégration en septembre ou octobre. À voir en fonction des élections pour qu’il ne se présente pas sur Imphy. » L’ouvrier sera donc retenu s’il renonce à ses mandats, ce qui se produira. Pour un troisième salarié, le chef précise : « J’avais déjà eu l’occasion de rencontrer cette personne lors d’un précédent plan social de Mecagis, pour un poste de rectifieur. Je ne l’avais pas retenu (il faut dire qu’à l’époque il était délégué syndical). Entretien réalisé dans un climat positif (...). Possible intégration mi-novembre. » Ayant renoncé à son activité syndicale, le salarié ne pose plus problème.

« Ces documents montrent noir sur blanc la discrimination syndicale chez Arcelor, s’indigne Gérard Daguin, de la CGT. C’est une liste noire établie par un chef d’atelier sur demande de la direction des ressources humaines. Arcelor ne s’embarrasse pas de la légalité, il fiche les salariés, cible ceux qu’il veut garder ou pas. Pour les indésirables, il met des barrières. » Sur les 32 salariés de Mecagis, 8 sont partis en préretraite, 7 ont refusé le reclassement et ont été licenciés, 17 autres, dont 6 femmes, ont dû accepter le poste au laminage. « Les collègues étaient hostiles au reclassement, mais c’était ça ou la porte, dénonce Mauricette Briffaud. En fait, Arcelor espérait certainement que les femmes refuseraient les postes en 3 × 8. Les reclasser n’était pas dans son intérêt puisqu’il s’apprêtait à licencier dans l’aciérie aussi. Il a été surpris qu’on accepte. Mais on a besoin de travailler. Certaines d’entre nous ont des enfants en bas âge. Une est seule avec ses enfants. Elle a commencé à déprimer trois mois après le reclassement, à cause du travail trop dur. » Le médecin du travail lui-même avait émis des objections au reclassement vu les conditions de travail.

HARCÈLEMENT longue durÉE

La cégétiste a été la seule à tenter de résister. Peu après l’entretien, elle apprend le contenu du rapport du chef, par un salarié qui transmettra bien plus tard le document à la CGT. « Sachant à quel point j’étais rejetée, j’imaginais la pression que j’allais subir. J’étais très stressée. J’ai refusé de signer un nouveau contrat de travail entérinant le reclassement dans cet atelier et le passage en 3 × 8. À la fin de janvier, j’ai craqué, je suis tombée en dépression. » Lors d’un précédent plan social, la direction avait déjà harcelé la déléguée. Alors que l’inspection du travail avait refusé son licenciement, la direction lui envoyait des lettres l’invitant à quitter l’entreprise, à consulter la cellule de reclassement. Depuis janvier elle est en arrêt de maladie. « Sur la base de ce document, nous avons engagé une action aux prud’hommes pour harcèlement moral et discrimination syndicale, et nous envisageons aussi d’aller au pénal, indique Gérard Daguin. Il faut sanctionner la direction et empêcher que de tels fichages deviennent monnaie courante. »

http://www.humanite.presse.fr/journ...



Imprimer cet article





Un capitaine de police, mère de famille, s’est donné la mort avec son arme de service Récit d’un ancien flic (vidéo)
jeudi 18 - 14h48
de : nazairien
2 commentaires
Carré Blanc sur Fond Blanc
jeudi 18 - 10h39
de : Marc ARAKIOUZO
3 commentaires
Toulouse : « il y a une volonté politique d’interdire les manifestations »
jeudi 18 - 08h35
Gilets Jaunes : motion de soutien de la FIJ aux journalistes français
jeudi 18 - 08h25
de : FIJ
Un caillou dans sa chaussure / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 18 - 07h53
de : Hdm
Manifestation potagère le samedi 18 Mai à Sainte-Pazanne contre les multiples projets de grandes surfaces dans le 44 !
jeudi 18 - 06h52
de : Collectif Terres Communes
Wauquiez sera sûrement d’accord pour un EPR en lieu et place de NDDP
mercredi 17 - 23h58
de : Quasimodo de NDDL à Quasimodo de NDDP via jyp
1 commentaire
Aucune fermeture selon Macron. « Un hôpital sans chirurgie, sans maternité ni urgence, ce n’est plus un hôpital », réagit Christophe Prudhomme
mercredi 17 - 17h31
Les bâtiments peuvent être reconstruits mais la nature ne peut pas se reconstuire aujourd’hui !
mercredi 17 - 11h54
de : Shepered Gaïa
1 commentaire
Rencontre débat sur les violences policières ici et là-bas
mercredi 17 - 11h48
CGT, France insoumise, « gilets jaunes »... Appel à l’union pour une « grande mobilisation » sociale le 27 avril
mercredi 17 - 08h26
SANS FEU, NI FLAMME ..
mercredi 17 - 08h13
de : Mickael Wamen
1 commentaire
Bordel, quelle hypocrisie !
mercredi 17 - 08h09
de : anti-k
4 commentaires
Sauvons la cathédrale du cœur. Pour un autre usage de Notre-Dame-de-Paris
mercredi 17 - 07h54
de : Un curé de campagne en visite à Paris
Divine surprise.
mardi 16 - 17h15
de : L’iena rabbioso
8 commentaires
Espagne : 44 ans après la mort de Franco, l’extrême droite s’apprête à entrer au parlement
mardi 16 - 16h37
de : Stéphane Ortega
1 commentaire
Justice : la cour administrative d’appel annule la privatisation de l’aéroport de Toulouse-Blagnac
mardi 16 - 14h13
de : Juliette Meurin
LES BLACK BLOCS - La liberté et l’égalité se manifestent
mardi 16 - 12h24
de : Ernest London
Olivier est tombé, son arche restera debout !
mardi 16 - 11h34
de : Le Cercle 49
Christelle Déchronique Les péages urbains (audio)
mardi 16 - 09h48
de : Ciné Christelle
Conférence débat, Michèle Audin présente Eugène Varlin, ouvrier-relieur, jeudi 18 avril à 18h30
mardi 16 - 09h28
de : Info’Com-CGT
1 commentaire
LE 26 MAI, METTONS LA RACLÉE À MACRON ! - Meeting Mélenchon, Aubry, Ruffin, Becker à Amiens (video)
mardi 16 - 08h40
Juan Branco, avant le "grand déballage" macron, dénonce une nouvelle fois nos "pseudos élites" (video)
lundi 15 - 17h41
de : nazairien
8 commentaires
Acte 22 Place de la République, police nationale et bagueux de Paris, complètement hors sol (vidéo)
lundi 15 - 14h19
de : nazairien
4 commentaires
Toulouse #Acte22 : La police tabasse 2 Journalistes et casse leurs caméras (video)
lundi 15 - 11h01
Jean-Luc Mélenchon. Privatisations : « VOTRE MODÈLE EST FINI » (video)
lundi 15 - 10h33
Le "meilleur des mondes" A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on rend inévitables les révolutions violentes.
dimanche 14 - 13h30
de : nazairien
6 commentaires
Anti-impérialisme : cycle de conférences
dimanche 14 - 13h29
Marlène Schiappa, piégée par ses mensonges, quitte l’interview (vidéo)
samedi 13 - 15h29
de : nazairien
1 commentaire
Rassemblement pour la libération de Georges Abdallah mercredi 17 avril 2019, 18h00, métro Château-rouge (Paris 18ème)
samedi 13 - 13h22
GAFA de tous les pays, taxez-vous en Irlande !
samedi 13 - 08h52
de : Karine Darmanche
Saurel chante sa révolution à la Comédie Dalayrac
samedi 13 - 00h04
Mobilisation samedi 13 avril contre la loi « anticasseurs »
vendredi 12 - 16h30
de : jean 1
2 commentaires
Le calme avant la tempête
vendredi 12 - 13h56
de : jean 1
Dans la république des gredins...
vendredi 12 - 13h05
Privatisation d’ADP : Macron et les copains de la finance
vendredi 12 - 11h20
de : Hélène Grumal
Parmi ceux du type exemplaire de l’homme : Aujourd’hui Julian Assange (video)
jeudi 11 - 17h43
de : Jean-Yves Peillard
1 commentaire
Le samedi 13 avril : Manifestation nationale contre la criminalisation des résistances antigouvernementales.
jeudi 11 - 16h01
de : René HAMM
Alexis Corbières (F I) dézingue bruno le maire, sinistre de la dette (accessoirement ministre de l’économie) (vidéo)
jeudi 11 - 13h21
de : nazairien
2 commentaires
Arrestation de julian Assange (videos)
jeudi 11 - 12h59
de : irae
2 commentaires

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Il vient une heure où protester ne suffit plus : après la philosophie, il faut l'action. Victor Hugo
Facebook Twitter Google+
NON AU LICENCIEMENT DE GAEL QUIRANTE / STOP À LA REPRESSION (video)
Info Com-CGT

Souscription Le journal prescrit sans ordonnances ! Moins Une et plus si affinités
Solidarité, le sens d’une vie » de Mourad Laffitte et Laurence Karsznia
« Liquidation » de Mourad Laffitte (video)
DAZIBAO
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite
Disparition de Marceline Lartigue, Communiqué de presse
dimanche 6 mai
de Micheline Lelièvre
C’est avec une grande tristesse que nous apprenons la disparition de Marceline Lartigue. Elle s’était faite discrète les temps derniers, mais je voudrais saluer la mémoire de celle que je connaissais depuis le début de sa carrière. Elle avait 16 ans, je crois, et dansait avec Fabrice Dugied la première fois que je l’ai vue. Puis nous nous sommes liées d’amitié. Marceline avait un caractère bien trempée, une intelligence très fine et un grand talent de chorégraphe. (...)
Lire la suite
Marceline Lartigue est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en pleine distribution de tracts
samedi 5 mai
de Jean-Marc Adolphe
Aujourd’hui, 1er mai 2018, Marceline Lartigue ne participe pas aux manifestations du 1er mai 2018. Cela ne lui ressemble pas. Mais elle, tellement vivante, ça ne lui ressemble pas non plus de mourir. Et pourtant, Marceline est partie en voyage, rejoindre Antonio Gramsci et quelques autres camarades de lutte (l’un de ses tout derniers billets sur Facebook rendait hommage à Gramsci, mort le 27 avril 1937). Marceline est partie brusquement, fauchée par une attaque cérébrale en (...)
Lire la suite
Tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai...
vendredi 4 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
C’est une photo prise par Baker 5 minutes avant que tu tombe... Avec ton sourire magique, Marceline Lartigue Ma compagne, mon amour, mon amie, ma camarade tu me manque, tu est tombé devant moi pendant la diffusion des tractés pour la manif du 1ere et du 5 mai, avec tout mon courage et ma force je suis pas arrivé a empêcher la faucheuse de faire son salle boulot, tout le temps ensemble sur les barricadés contre les injustices de cet monde, aujourd’hui je part a manifester pour (...)
Lire la suite
13 Mars ! Déjà 8 ans que Jean Ferrat nous quittait emportant ses rêves inachevés d’un monde meilleur (video)
mercredi 14 mars
de Roberto Ferrario
Jean Ferrat, auteur-compositeur né le 30 décembre 1930 à Vaucresson (Seine et Oise) et mort le 13 mars 2010 à Aubenas (Ardèche) est intimement lié à la commune d’Ivry-sur-Seine, où il a vécu 40 ans. En octobre 1960, il s’installe avec sa compagne Christine dans un petit appartement du 129, rue de Paris (plus tard renommée avenue Maurice Thorez), qui servira de cadre à plusieurs reportages lui étant consacrés, dont cet extrait de l’émission "Au delà de l’écran" (...)
Lire la suite