Le site Bellaciao: coloré, multiple, ou le meilleur cotoie fort heureusement le pire, mélangé, bizarre, picabien et dadaîste, explorant toutes sortes de registres et de régimes rhétoriques, drole et polémiqueur, surréaliste: rencontre d'un parapluie et d'une machine à coudre sur une table de dissection, têtes de Lénine sur le clavier d'un piano Steinway ou Bosendorfer...
FR
ES
Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !

m. d’O.P.A interviewée par Franca Maï
de : O.P.A
vendredi 12 mars 2010 - 04h14 - Signaler aux modérateurs

Yep !

m., textes et porte-voix chez O.P.A, interviewée par Franca Maï.

m...pour l’orchestre poétique d’Avant-guerre (O.P.A), répond aux questions de Franca Maï

(JPEG)

Franca Maï : Raconte-nous la genèse de ton dernier album.

M... : « Odette », un label bordelais, nous a proposé deux jours d’enregistrement au studio de la rockschool Barbey pour nous produire une maquette de cinq titres. Comme nous faisons de l’improvisation, il était impossible de ne pas jouer tous en même temps. Alors, nous avons déjà passé une bonne demi-journée à réfléchir afin de résoudre ce problème et à poser le matériel. D’autant que nous faisions de l’électrique et de l’acoustique. Le deuxième jour, tout était prêt : moi dans la cabine avec l’ingé son et un casque sur les oreilles pour entendre les musiciens et eux, en studio avec ma voix dans les hauts parleurs. Au bout du compte, nous avons enregistré 17 titres en trois heures de temps. Nous en avons gardé une douzaine.

Quel est ton morceau préféré ?

C’est difficile à dire parce que chaque titre a une couleur bien à lui et pour moi, en plus, reste le souvenir de ce moment partagé. L’album est rattaché à un point précis et le fait que la plupart de ces morceaux n’existent et n’existeront que parce qu’ils ont été saisi là, en l’état, font que j’ai de la sympathie pour chacun d’eux. Mais j’avoue que je suis assez bluffée de l’improvisation que nous avons faite du « Bateau Ivre » de Rimbaud. J’aime aussi beaucoup « Personne ici ». J’avais écrit ce texte à propos de Chirac mais finalement, il colle beaucoup mieux à ce que nous vivons aujourd’hui. Et c’est une chanson positive.

Peux-tu nous présenter tes musiciens ?

L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre se renouvelle régulièrement. Seule la moitié des musiciens présents sur l’album jouent actuellement avec moi. Encore une fois, ce que nous privilégions dans O.P.A, c’est l’amour, l’amour à faire les choses ensemble, l’amour à donner et à recevoir. Quand celui-ci n’est pas présent, la technicité, le talent-même, ne peuvent pallier. Pas dans un projet comme celui-ci où nous nous ne pouvons qu’être authentiques dans cet élan qu’est l’improvisation. Avec les musiciens avec lesquels j’ai la chance de jouer aujourd’hui, l’amour est là et circule bien entre nous. Sur scène, vous trouverez donc Max la Menace à la batterie et les Frères Pétards à la guitare et à la basse. Sur l’album, en plus des Frères Pétards, il y a Mario à la batterie, Raphaël à la guitare et Stéphane aux saxophones.

Comment naît une chanson ?

O.P.A, c’est de l’improvisation totale, dans le sens où nous ne répétons jamais, où nous ne faisons que des concerts, sans playlist. Il y a bien évidement des choses qui reviennent, un texte déjà entendu, une mélodie mais pas forcément les deux ensemble et surtout cela ne constitue jamais qu’une infime partie d’un concert dont nous ne savons rien au moment où nous le commençons. Pour qu’une chanson naisse, il faut que l’un d’entre nous fasse une proposition. Je peux partir seule avec un parlé/chanté, ou bien un des musiciens lance une idée. Chacun alors, à l’écoute de soi et des autres, s’en saisit et l’accompagne. Cela demande une certaine concentration et à la fois un total lâcher prise. Nous agissons aussi en interaction avec le public. Ses vibrations, l’énergie qu’il nous renvoie influencent énormément la tournure d’un concert, toujours unique donc.

Nous en avons fait plus de 70 l’an passé.

A raison d’une moyenne de 10 chansons par concert, nous avons un répertoire assez étendu mais éphémère. Avec évidement, du déchet mais c’est le risque. En tout cas, sans lassitude.

Penses-tu que l’engagement militant aide à ouvrir les cerveaux ?

Oh ! lalala ! Quelle bien vilaine expression (rires) J’espère que je n’ouvrirai jamais un cerveau, c’est dégoûtant :+) !

M’enfin, je crois saisir le sens de ta question et non je ne crois pas que l’engagement militant aide à ouvrir les cerveaux.

Il y a tant de raisons qui font que les gens « s’engagent » et elles ne sont pas toujours bien humanistes. L’égo est là. Il y a aussi des tas de raisons qui font que les gens ne s’engagent pas et on peut les comprendre. Cela ne sert à rien de les culpabiliser. Ce n’est pas parce qu’on a l’impression que les gens ne sont pas engagés qu’ils ne le sont pas ou qu’ils ont le cerveau fermé. Nous avons tous à apprendre les uns des autres. Personnellement, je ne milite pas pour « ouvrir les cerveaux », je serai bien prétentieuse de croire cela alors que je ne sais même pas si le mien est vraiment ouvert. Je ne milite pas pour servir d’exemple, pour montrer une voie, car si elle existe - et elle existe ! - , c’est collectivement que nous la trouverons. Je fais ma part, comme le colibri de la fable, pour les enfants, pour essayer de donner confiance aux gens.

Et pour nourrir ce lien fraternel sans lequel je dépéris.

Tes prises de position t’apportent parfois des réactions violentes, comment vis-tu cette mise en danger ?

C’est-à-dire que je n’ai pas l’impression de me mettre en danger, ta question-même me surprend d’un premier abord. Maintenant si je fais un petit bilan de ces deux dernières années, ça donne : mon ordinateur trafiqué par des inconnus, mon adresse mail perso piratée, l’adresse mail d’O.P.A piratée, le premier myspace du groupe piraté, le site d’infos que j’administrais au sein d’Hacktivismes piraté et pour finir bien sûr mon cassage de gueule par les flics lors d’une manif en mars 2009. Oui, c’est vrai, ça fait beaucoup.

Suis-je pour autant en danger ? Je ne crois pas, du moins pas plus que celles et ceux qui essaient de remuer un peu la merde.

Ceci dit, j’ai mis beaucoup de temps à me remettre des coups portés par la police et les séquelles sont profondes.

C’est un véritable traumatisme qui a changé, radicalement et pour longtemps, beaucoup de choses en moi et autour de moi.

Je ne suis plus la même et je ne saurai te dire précisément ce qui est différent. C’est quelque chose de diffus et de permanent, une ombre sur ma face. Mais voilà, je suis de nouveau sur le champ de bataille et bien vivante. Alors à part une balle dans la tempe ou une bonne séance de torture, je ne vois pas ce qui va me freiner (rires).

Ta vie de femme est-elle conciliable avec ta vie d’artiste engagée ?

Ben disons que forcément, hein, sinon je péterai les plombs (rires). Ce que je veux dire, c’est que de moi à moi, je me sens en accord avec mes convictions, et j’ai du mal à distinguer ma vie d’un côté mon « engagement » de l’autre. Je suis quelqu’un d’assez entier. D’un point de vue plus intime, je crois que ce n’est pas facile pour les gens qui ont partagé ma vie. Je suis peu disponible et j’ai en plus besoin de grands moments de solitude pour créer, me ressourcer. Je crois que le fait d’écrire est encore plus « empêchant » que le fait d’être engagée.

Comment perçois-tu l’avenir de cette société ?

Je suis radicalement optimiste. J’ai une foi simple et quasi animiste, et je crois effectivement que l’Amour peut triompher du pire.

Je ne dis pas que cela va être facile, cela ne l’est d’ailleurs déjà pas mais j’ai confiance dans le genre et plus encore dans la Nature, la terre mère, l’univers qui nous obligeront à retrouver des valeurs simples et qui, quoi qu’il arrive, nous survivront. Ces valeurs simples, ce ne sont pas seulement des valeurs politiques mais aussi et surtout des valeurs spirituelles. Quand nous mettrons de nouveau de l’Amour dans chacun de nos gestes, dans chacun de nos mots, dans nos pensées, nos intentions, alors nous aurons retrouvé le sens premier de la vie : nous sommes ici de passage mais nous laisserons une empreinte.

Les puissants sont de plus en plus obscènes et arrogants et nous unissent malgré eux par les injustices et le mépris que nous vivons tous et toutes chaque jour. Je ne suis ni légaliste, en tout cas pas au vue des lois qui nous régissent actuellement, ni réformiste. Cette société n’a pas besoin de changement, elle a besoin d’une métamorphose. Il faut vouloir la joie et bonheur.

De toute façon, si nous ne faisons pas le choix de l’Amour, nous aurons la guerre.

Penses-tu que les droits de la femme ont régressé ?

Les droits des femmes, les droits des hommes, les droits des enfants, les droits des vieux, les droits des étrangers, tous les droits de tout le monde ont régressé. L’Etat dans lequel nous vivons est le pire que nous ayons eu depuis Vichy. L’Etat Français est un état raciste, autoritaire, paranoïaque et suicidaire. C’est maintenant les années sombres, les années de plomb. Mais elles ne dureront pas.

Quel est ton rêve en ce moment ?

J’aimerai me rendre au Mexique, à la rencontre de toutes ces communautés qui re-vivent l’autonomie alors qu’ils subissent une dictature sans frein.

Au-delà la lutte, je perçois là bas des spiritualités proches de la mienne.

Alors qui sait ? Un jour, j’irai poser ma carcasse vers le pays Chiapas. Cette autonomie, je la rêve aussi ici, dans cette France où il y a partout des gens qui inventent et qui créent.

Pour info :

Pour joindre O.P.A :
orchestre.poetique.bx@gmail.com
06 13 65 21 19

Le myspace du groupe 

Album « Live Alone Studio Barbey » écoute et téléchargement gratuit 

Diffusé sous licence Creative Commons : copie, diffusion, sample autorisés sans restriction.

Extrait

Gueule Cassée

1er Juillet - 23 novembre 2009

Alors vint l’Epoque où nous avons marché en rasant les murs, où des chiens de gardes traînaient à chaque coin de rue, où nos regards devinrent obliques, où la peur découvrit nos lâchetés et nos limites, notre nudité désarmante.

A un bout, le désespoir attendait que je lui livre une dépouille, la mienne, en implorant.

A l’autre, la peau sans anicroche rattachée au sens premier de la vie, à l’évidence et à la simplicité, au plaisir et à la joie.

C’est d’ici que je devins phénix et chimère, c’est d’ici que déracinant définitivement, je pris note de l’ego et pris soin de le redresser.

Paroles d’Usul Première sourate du Septième Livre - « La Métamorphose ».

(re) découvrir Myriam Eckert une graine lumineuse

http://e-torpedo.net/article.php3?i...

Force et courage à tous et toutes !

l’Orchestre Poétique d’Avant-guerre

http://www.myspace.com/orchestrepoetique



Imprimer cet article





TROIS QUESTIONS À CORINNE MOREL DARLEUX à propos de PLUTÔT COULER EN BEAUTÉ QUE FLOTTER SANS GRÂCE
jeudi 19 - 09h40
de : Ernest London
1 commentaire
Climat : comment les syndicats préparent-ils la grève du 20 septembre ?
jeudi 19 - 08h46
1 commentaire
D’aucun devrait apprendre que nous vivons un monde Multipolaire et non plus unipolaire !
mercredi 18 - 17h02
de : joclaude
Assez cautionné le « dialogue social » bidon avec le gouvernement et ses représentants !
mercredi 18 - 13h26
de : Jodez
3 commentaires
Urgence pour l’Hôpital ! Urgence totale des luttes sociales !
lundi 16 - 22h07
de : Lepotier
ACTE 44 des Gilets Jaunes : Les BRUTES de macron à l’oeuvre ! (video)
lundi 16 - 19h17
de : joclaude
2 commentaires
Les "affaires" en régime macronien ! Vertueuse prédiction : Plus jamais ça ?
lundi 16 - 11h59
de : joclaude
2 commentaires
Venezuela : les très gênantes photos de Guaidó en compagnie des narco-paramilitaires colombiens
lundi 16 - 10h45
de : Olivier Arendt
Les sous-traitants du nucléaire en grève le 18 septembre contre le dumping social
lundi 16 - 08h11
DÉCÈS D’UN TORTIONNAIRE EN ALGÉRIE.
dimanche 15 - 15h17
de : Transmis par Nuits de septembre 1965
Que la Terre nous sauve.
samedi 14 - 13h27
de : L’iena rabbioso
1 commentaire
Mesures Buzyn, c’est du Coluche : Dites nous ce dont vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer (vidéo)
samedi 14 - 13h12
de : nazairien
1 commentaire
MANIFIESTA 2019 - C’est l’heure de l’mettre !
samedi 14 - 11h47
de : Hdm
Patrick Balkany, proche de Sarkozy, condamné à 4 ans de prison ferme et incarcéré (vidéo Verdi)
vendredi 13 - 16h16
de : nazairien
10 commentaires
Les corbeaux , les vautours en passe de disparaître ?
jeudi 12 - 20h12
de : joclaude
1 commentaire
Réaction de LFI après la diffusion des images de Quotidien sur le jour des perquisitions (video)
jeudi 12 - 12h38
de : LFI
40 minutes d’images cachées : le coup monté médiatico-judiciaire contre LFI (video)
jeudi 12 - 08h57
de : L’Ère du peuple
1 commentaire
Je suis prêt ! « Et ainsi de suite… »
jeudi 12 - 08h44
de : Jean-Luc Mélenchon
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 - 08h41
de : Info’Com-CGT
Grèce : l’expérience autogestionnaire des Viome menacée
jeudi 12 - 08h04
Le Val-de-Marne, premier département de France à bannir le glyphosate
mercredi 11 - 09h40
de : Agnès Vives
2 commentaires
Perquisition chez Mélenchon... Un autre son de cloches (video)
mercredi 11 - 09h01
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 - 07h51
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Samedi 14 septembre 2019, les éditions Noir et Rouge présentent le second tome de La CNT dans la révolution espagnole de
mardi 10 - 22h09
de : Frank
UNE JUSTE COLÈRE - Interrompre la destruction du monde
mardi 10 - 13h55
de : Ernest London
1 commentaire
Le RN face à la destruction sociale
mardi 10 - 12h08
de : Christian DELARUE
3 commentaires
Toute la macronnerie : Menteuse ! La Révolution est permanente !
lundi 9 - 15h44
de : joclaude
4 commentaires
Gaspard Glanz (journaliste), à nouveau inquiété par la flicaille, ridiculise ces flics(quettes) (vidéo)
lundi 9 - 13h59
de : nazairien
Thales : petits meurtres entre amis, ou la politique des bâtons dans les roues
lundi 9 - 11h26
de : Bertrand F
Au moins 2000 gilets jaunes convergent à Montpellier pour leur rentrée
dimanche 8 - 15h42
2 commentaires
arret de la grêve de Petit Jean
samedi 7 - 12h32
de : promedic
"Opération Aéroport de Paris" : L’initiave citoyenne en action, dans le var (vidéo)
samedi 7 - 00h50
de : nazairien
Plan et marché à Cuba des années 1960 à aujourd’hui
vendredi 6 - 13h47
de : P. Del Castillo
2 commentaires
Les élucubrations de Stéphane Bern sur l’école au Moyen Âge
vendredi 6 - 11h09
de : Catherine Rideau-Kikuchi, Florian Besson
LA SOCIÉTÉ INDUSTRIELLE ET SON AVENIR
vendredi 6 - 06h41
de : Ernest London
2 commentaires
Rentrée catastrophe / C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 5 - 22h19
de : Hdm
Grenelle des violences conjugales : le gouvernement répond aux féminicides par l’aumône
jeudi 5 - 16h51
1 commentaire
Yémen : les images rares d’une guerre qui embarrasse le gouvernement français (vidéo)
mercredi 4 - 23h15
de : Nazairien
2 commentaires
La société pharmaceutique Ferring impliquée dans un nouveau scandale ?
mercredi 4 - 16h13
de : Pharmawatch
Les empoisonneurs.
mercredi 4 - 15h17
de : L’iena rabbioso

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Elle [la philosophie] fait sienne la profession de foi de Prométhée : "Je hais tous les dieux." Cette profession de foi est sa propre devise qu'elle oppose à tous les dieux du Ciel et de la Terre qui ne reconnaissent pas pour divinité suprême la conscience que l'homme a de soi. Karl Marx
Info Com-CGT
Facebook Twitter Google+
DAZIBAO
FÊTE DE L’HUMANITÉ 2019
jeudi 12 septembre
de Info’Com-CGT
Cette année encore notre syndicat participera à la Fête de l’Humanité les 13, 14 et 15 septembre à La Courneuve. Cet événement est à la fois un moment de débats politiques, syndicaux et sociaux, mais également des moments de partages entre camarades. C’est pour notre syndicat une manifestation grâce à laquelle nous pouvons faire connaître les combats que nous portons, rencontrer des salarié.es de nos secteurs d’activité et d’autres, échanger et approfondir des (...)
Lire la suite
11 Septembre 1973 : LES DERNIÈRES PAROLES DE SALVADOR ALLENDE (video)
mercredi 11 septembre
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Mes amis, C’est certainement la dernière fois que j’aurai à m’adresser à vous. La force aérienne a bombardé les tours de Radio Portales et de Radio Corporación. Mes paroles ne sont pas marquées d’amertume mais de déception, et seront le châtiment moral de ceux qui ont trahi leur serment : les soldats du Chili, les commandants en chef titulaires et l’amiral Merino, qui s’est promu lui-même, sans oublier Monsieur Mendoza, général perfide qui, hier encore, (...)
Lire la suite
(video) LE SYNDICALISTE GAËL QUIRANTE EN GARDE A VUE. RASSEMBLEMENT DES 12H30
lundi 17 juin
de Roberto Ferrario
1 commentaire
LE RASSEMBLEMENT POUR GAËL AURA LIEU AU COMMISSARIAT DU 15e 250 RUE DE VAUGIRARD (Métro Vaugirard) aujourd’hui lundi 17 juin dès 12h30 Venez nombreux et faites tourner !! "On était au siège de La Poste pour négocier, la police a débarqué en mode Shining, à la hâche. Ils accusent T3s GaelQuirante de dégradations : mais c’est eux qui ont démoli les portes !" Gaël Quirante a été emmené en GAV ce dimanche, à 6h. "On était à deux doigts de signer un accord après un an de grève. (...)
Lire la suite
Présentation-débat « Le président des ultra-riches » Jeudi 4 juillet 2019 de 18:30 à 21:00
mardi 4 juin
de Roberto Ferrario
Pour des raisons de disponibilités de Monique Pinçon-Charlot nous sommes contraints de décaler la rencontre débat prévue initialement le jeudi 20 juin au jeudi 4 juillet à 18h30. Excusez nous pour cet imprévu et espérons que vous pourrez venir à cette nouvelle date. Monique Pinçon-Charlot (sociologue de la grande bourgeoisie) nous fait l’honneur de venir présenter son dernier ouvrage "Le président des ultra-riches". Un livre passionnant qui enquête sur la dérive oligarchique du (...)
Lire la suite
En mémoire de Marceline Lartigue 10/11/1961 - 28/04/2018
mercredi 30 mai
Le but de cet page est de récolter le maximum de souvenirs de Marceline, tout les contributions sont les bienvenues (photos, vidéos commentaires, pensée etc. etc.), et permettre doucement de faire passer ces moments si difficiles, merci https://www.facebook.com/MARCELINELARTIGUE.ORG
Lire la suite
Marceline Lartigue : une femme, une artiste flamboyante
mardi 8 mai
de Raphaël de Gubernatis
Marceline Lartigue, qui vient d’être victime d’une rupture d’anévrisme à la veille des défilés du 1er mai, à Paris, avait une beauté d’une autre époque. Éclatante et pulpeuse, un peu à la façon de Brigitte Bardot dans son jeune temps. Et avec cela un chic extraordinaire pour se vêtir, une élégance toute théâtrale dont elle était sans doute la première à s’amuser, même si elle devait être parfaitement consciente de l’effet de ses tenues si recherchées dans (...)
Lire la suite
Adieu Marceline
lundi 7 mai
de Nicolas Villodre
Une cérémonie aura lieu lundi 7 mai à 13h30 au crématorium du Père Lachaise à Paris. Marceline Lartigue est partie avec le froid d’avril, samedi 28, victime d’une rupture d’anévrisme. Elle était danseuse, chorégraphe, militante de gauche depuis toujours, de père (Pierre Lartigue) et mère (Bernadette Bonis) en fille. L’attaque l’a prise, en plein mouvement, en pleine rue. Son compagnon Roberto Ferrario l’a vue tomber devant lui « pendant la diffusion de (...)
Lire la suite