Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

ADAS : non à l’informatisation de la santé

jeudi 15 juillet 2004 - Contacter l'auteur - 2 coms

ADAS Association de Défense des Assurés Sociaux :4 rue de Cardurand 44600
Saint-Nazaire

http://www.webzinemaker.com/adas/

ACISVIPI (Contre l’informatisation de la société, la télétransmission par la
Carte Vitale et les réseaux de santé) 9 route de Toulouse 31180 Castelmaurou

Association "SOURIEZ VOUS ÊTES FILMÉS" 25 rue Campo - Formio Bât H - n°
125 - 75013 PARIS.

http://souriez.info/

APPEL A UN REFUS TOTAL

DE L’INFORMATISATION DE NOS DONNEES DE SANTE

Le 5 juillet 2004, une trentaine de députés ont adopté un projet de loi qui
constitue une régression sans précédent de nos libertés, qui veut nous
déposséder de la confidentialité de nos données de santé, sous le motif de
la réduction des dépenses publiques.

Nous dénonçons, et refusons l’informatisation des données de santé, la carte
vitale et le chantage aux remboursements en échange de leur utilisation.

Depuis l’origine de ces projets dans les années 1980 et de leurs mises en
oeuvre, les seuls objectifs véritables ont été l’émergence et l’organisation
de nouveaux marchés pour des industriels, des sociétés commerciales et
sociétés :Télécommunication, Informatique, Télématique, ’’ cartes et
lecteurs à puces’’. sociétés qui font commerce des données de santé et n’ont
aucune légitimité technique, médicale et sociale.

De plus, ces mises en oeuvre sont gravement et irréversiblement
attentatoires aux libertés fondamentales et individuelles, violant le droit
à la vie privée et au secret médical portant atteintes au lien sociale.

Nous exigeons :

- l’arrêt immédiat de l’informatisation de nos données de santé

- Une expertise sur les comptes de la Sécurité Sociale depuis les
années 1980.

- Une expertise sur les dépenses engagées par tous les ministères qui
ont financés et financent ces projets (Recherche, Environnement et
Aménagement du Territoire.).

- Une information précise et transparente sur les acteurs publics et
privés, industriels et commerciaux, qui ont favorisés la mise en place de
ces projets.

Nous appelons chacune, chacun les professionnels de santé, les associations
et collectifs à dire NON au CASIER JUDICIAIRE INFORMATISE DE LA SANTE.

Mots clés : Numérique-Techno. / Santé - Médecine / Sécurité Sociale - AM /

Messages

  • Un petit tour sur le site de l’ADAS est très instructif, le lien avec la "Coordination nationale des médecins spécialistes" (ultra-libéraux) est bien apparent.

    Si quelques textes de l’ADAS pourraient à la première lecture sembler intéressants, le reste n’est qu’une charge contre le service public, et naturellement les "fonctionnaires" pléthoriques. La fuite des "chirurgiens" vers la grande bretagne n’est qu’une illustration de la théorie fumeuse du "déclin de la France".

    DEMAGOGIE ! ! !

    Vases communiquants ?

    Mettre cette "association" en lien avec "Souriez vous êtes filmés", il fallait oser la récup !

    Patrice Bardet

    • Monsieur Bardet,

      Notre association a été créée par des employés de bureau, des ouvriers des chantiers de l’Atlantique etc etc, qui, pour la plupart, tout le monde le sait, sont ultra-libéraux ; notre vice présidente est aide maternelle, donc ujtra libérale ! notre secrétaire est magasinier et notre trésorier mécanicien-auto. Un des derniers articles, "voixxée contre cadeus" est le témoignage d’une patiente au CMU et adhérente de l’ADAS .

      Je suis moi-même médecin déconventionné volontaire : cela vous fait frémir ? Je n’ai jamais monté mes honoraires, même pour les plus riches, je ne demande pas, moi, leur déclaration d’impôt aux patients, par contre, je les baisse souvent car ils ne sont plus remboursés de la consultation. Pour ma part, j’ai perdu largement la moitié de mes revenus pour cet ultra libéralisme là .
      Voilà donc des gens, l’ADAS, qui font pas mal de sacrifices pour défendre tout simplement leurs libertés individuelles et dénoncer la médecine-bidon sous convention, dénoncer le dossier informatisé, dénoncer la main-mise de grandes sociétés commerciales, en particulier multinationales, sur nos vies privées via l’outil sécu.

      Etre déconventionné, ce n’est pas être ultra libéral au sens politique que vous lui donnez, c’est se délivrer de tout lien de subordination avec la sécu, donc avec le pouvoir, de quel bord qu’il soit. Toute personne qui défend une médecine libérale en France devrait comprendre cela. La sécu est devenu un organisme de gestion, de contrôle et d’asservissement des individus.Pour se faire, elle a besoin des médecins conventionnés.

      Et les syndicats de salariés, CGT and Co qui défilent en arborant la carte vitale à la boutonnière, quel est le montant de la subvention pour service rendu au pouvoir ?

      Réveillez-vous, les syndicats, c’est fini, trop soumis. Les buts de la sécu n’a plus rien à voir avec ses principes fondateurs. tout ces machins-là sont devenus des outils du pouvoir.

      Réveillez-vous, bon sang ; c’est pas parce qu’on travaille à la sécu, c’est pas parce qu’on est informaticien qu’il faut à tout prix fermer les yeux sur ce qui se passe dans la santé et l’informatique.

      Mais je comprends votre réaction. Quand on a été ou qu’on est informaticien à la sécu, normal qu’on défende son petit boulot d’informatisation des masses.

Derniers articles sur Bellaciao :