Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Adieu Michel, Ils ont pris ta voix….

lundi 3 décembre 2012, par Le SNJ-CGT - 6 coms

On n’entendra plus la voix teintée d’accent de son Ariège natale ; on ne verra plus la moustache
indignée de ses accès de fureur contre les adeptes du consensus mou dans la profession ou
fustigeant les dérives de la gauche néo-libérale.

Notre camarade, notre ami, Michel Naudy a mis fin à ses jours d’une balle dans la tête.

Michel faisait honneur au journalisme d’investigation, au journalisme d’analyses et d’éditos,
enfonçant les clous là où ça faisait mal.

Le lutteur a décidé d’en finir.

Sa dernière apparition publique aura été pour dénoncer les « nouveaux chiens de garde » dans
le film éponyme.

Les luttes, il les menait depuis sa jeunesse à l’Union des Etudiants communistes.

Il les a poursuivies durant sa carrière de journaliste, troquant les assemblées générales pour la
plume, comme d’autres* avant lui, avaient « remplacé la mitraillette de la Résistance par le
stylo ».

D’abord à L’Humanité dont il eu la responsabilité du service politique, fondant parallèlement
Politis, puis après 1981 à France 3, ou il gravira les échelons pour devenir Rédacteur en chef
de la rédaction nationale et éditorialiste.

Durant toutes ces années, malgré sa grande honnêteté intellectuelle, sa rigueur, quelques uns
en interne et en externe, ne lui pardonneront jamais ses engagements de journaliste-citoyen.

Il sera débarqué de son poste, trouvera refuge à France 3 Ile de France avant qu’une nouvelle
fois son magazine « Droit de regard » soit censuré en mai 1995, pour avoir exprimé une critique
sur la couverture par France 2 du second tour de l’élection présidentielle. C’en était trop, Michel
démissionnait de ses responsabilités.

Depuis, voilà plus de quinze ans, il attendait que la Direction de France 3, puis de France
télévisions, honore son contrat de travail.

Il avait postulé à différents postes de moindre responsabilité en Commission paritaire. La
dernière fois pour occuper le poste vacant de chef du service politique, qu’il devait une nouvelle
fois se voir refuser au prétexte selon un cadre de la rédaction nationale, qu’il « n’y avait pas
besoin d’un Brétécher à la rédaction » !

Hommage du vice à la vertu.

Les nombreuses interpellations de notre syndicat pour que les directions successives lui
donnent du travail s’étaient toutes avérées infructueuses.

Aujourd’hui certains devraient avoir honte de se regarder dans une glace….
Adieu Michel le monde du journalisme est en deuil.

Paris, le 3 décembre 2012

SNJ-CGT

* André Carrel, Vice président du comité de libération parisien et rédacteur en chef de l’humanité de 1957

Portfolio

Messages

  • Bonjour,

    je suis très émue d’apprendre le décès de Michel Naudy...

    Toutes mes condoléances à sa famille.

    Cette mauvaise nouvelle est terriblement triste !

    Paix à son âme !

    Nicolina

  • Suicide ? Peut-être. Michel Naudy avait subi de graves menaces de la part de mafieux locaux. Ne l’oublions pas. En tous cas c’est un grand bonhomme qui disparait.

  • Je m’associe à cet hommage et présente à la famillede MICHEL, à ses proches et camarades du Parti de Gauche mes condoléances les plus sincères.

    Michel était connu des girondins ,c’était un garçon avec lequel j’ai partagé des moments chaleureux
    Comme avec cet autre journaliste ami CARDOZE, lui aussi de cette lignée d’intellectuels communistes longtemps interdit d’antennes..
    (Lui aussi ayant eu un parcours complexe..depuis sa rupture avec le P.C.F).

    Je connais trop les détails concrets du départ de NAUDY pour commenter certaines phrases de ce communiqué du SNJ -CGT quant aux problèmes"en interne" qu’aurait eu à vivre douloureusement MICHEL
    Du moins si, comme je le suppose on fait ici allusion au Parti communiste ou à l’Humanité

    Les années 81, la façon dont , Juquin en maitre d’oeuvre efficace,a négocié la fin de l’interdit professionnel qui frappait les communistes dans les médias, notamment à l’ex ORTF, ce que cela a eu comme conséquences dans des itinéraires personnels, cela fait partie d’une histoire complexe, et ce qui a conduit tel ou tel journaliste encarté au PCF à s se rompre avec le Parti n’a pas sa place, même avec des allusions pour initiés -dont je suis- le jour ou disparait un ami.

    Qui a gardé toute mon estime même après que nous ayons constaté de profonds désaccords , au moment notamment ou il a rejoint certains "ex" au sein du M.A.R.S,(avec COQUEREL) qui ,en compagnie d’ex chevenementistes, ont depuis intégré le Parti de gauche , orga dont Michel a porté les couleurs dans l’Ariège aux législatives de 2007., au nom du Front de Gauche.

    A.C

    note :

    MIchel NAUDY s’expliquait en 1986 sur son analyse politique du moment dans un bouquin : "P.C.F. : le suicide".

    • Sincères condoléances à tous les proches de Michel Naudy.

      Je garde le souvenir d’une belle réunion au cinéma le Lido, à Carmaux où il était venu, avec enthousiasme et une indignation intacte, débattre avec le public venu assister à la projection du film "les nouveaux chiens de garde" dans lequel il intervient.
      Il faut lire ce qu’écrivait Michel Naudy. Récemment, il continuait de faire son travail de journaliste, avec le Kanal :

      https://sites.google.com/site/lecer...

      Pour ceux qui s’intéressent à son parcours politique, il s’était depuis quelque temps déjà éloigné des appareils politiques, notamment du PG et de ses dirigeants, mais ce n’est pas le sujet aujourd’hui.

      C’était un homme sincère, droit et un journaliste d’une grande intégrité.

  • On a toujours "besoin d’un Brétécher" à la rédaction.
    Sincèrement,
    whynot

  • Michel Naudy, mort embarrassante d’un journaliste embarrassant

    Pionnier de la critique interne de la télé, et placardisé à France 3 depuis 17 ans

    enquête le 06/12/2012 par Laure Daussy @si

    Michel Naudy, journaliste et militant communiste, avait lancé en 1995 une éphémère émission de critique télé sur France 3 Île-de-France, Droit de regard. Salarié par la chaîne mais placardisé depuis dix-sept ans, il a été retrouvé mort à son domicile le 2 décembre à l’âge de soixante ans. La gendarmerie privilégie l’hypothèse du suicide.

    Pas une seule réaction officielle de France Télévisions, pas une mention à l’antenne : jusqu’à sa mort, Michel Naudy aura illustré la difficulté de la télévision à parler d’elle-même, et de la dureté, parfois, de ses rapports de force internes. Agé de soixante ans, Naudy a été retrouvé mort, atteint d’une balle dans la tête, dimanche 2 décembre à son domicile d’Ascou (Ariège). Ancien chef du service politique du quotidien l’Humanité puis cofondateur et rédacteur en chef de l’hebdomadaire Politis, Naudy avait été journaliste à France 3 à partir de 1981 puis rédacteur en chef de la rédaction nationale. Il avait été, en 1995, à la tête d’une des premières émissions de critique média sur France 3 Île-de-France : "Droit de regard". Mais cette année-là, une de ses émissions avait été censurée. Il avait alors démissionné avant de revenir à France 3 où il se retrouva "placardisé", comme l’explique à @si un responsable du SNJ-CGT de la chaîne.
    Naudy avait conservé le statut de rédacteur en chef national, sans affectation. Régulièrement, il demandait un poste à sa direction. La CGT envoyait aussi chaque année un courrier à la DRH, auquel on répondait qu’aucun poste ne correspondait à sa fonction de rédacteur en chef national. En 2008 ou 2009, alors qu’un poste de chef du service politique national de France 3 se libérait, il postula avec le soutien de la CGT devant la commission paritaire. "La commission a été très violente". On lui aurait alors signifié qu’il ne pouvait avoir ce poste en raison de sa proximité avec le parti communiste, comme l’indique ce communiqué du SNJ-CGT publié sur Acrimed. "Il s’agit d’une discrimination professionnelle et politique" souligne notre source. Selon l’AFP, Naudy avait effectivement des engagements politiques. Il s’était présenté - sans succès - aux législatives de 2007 dans l’Ariège sous la bannière du PCF.
    Le syndicat des journalistes CGT de France Télévisions a salué sa mémoire : "Michel faisait honneur au journalisme d’investigation, au journalisme d’analyses et d’éditos, enfonçant les clous là où ça faisait mal. Le lutteur a décidé d’en finir." Le syndicat déplore d’ailleurs le silence de la direction de France 3 après sa mort. "D’habitude, lorsqu’un ancien salarié de France 3 décède, on en parle à l’antenne, là, rien."

    Pas de maladie incurable

    Il faut dire que le cas Naudy a tout pour embarrasser la direction de France Télévisions. Sa longue placardisation l’a-t-elle conduite au suicide ? "Il en parlait tout le temps, il vivait très mal cette mise à l’écart", assure-t-on au SNJ-CGT. A l’inverse, le site de France 3 Midi-Pyrénées a évoqué l’hypothèse d’une maladie : "Selon un proche de Michel Naudy interrogé par France 3 Midi-Pyrénées, celui-ci était très fatigué ces derniers temps et se savait malade." Naudy aurait-il souhaité mettre fin à ses jours pour éviter de plus amples souffrances ? L’info a été reprise dans plusieurs articles, comme ici. Pourtant, il semblerait qu’il n’en soit rien. La source de France 3 Midi-Pyrénées est Jean-Pierre Petitguillaume, un ancien proche de Naudy. Ensemble, ils avaient fondé le Cercle Lakanal, un groupe ayant pour objectif de dénoncer la corruption de certains élus ariègois. Il explique à @si que le journaliste du site de France 3 Midi-Pyrénées, avec qui il avait évoqué cette maladie, n’a pas bien compris ses propos. "Il ne s’agissait pas d’une maladie incurable", assure-t-il. "Cette maladie ne peut en rien expliquer le suicide de Naudy."
    Autre hypothèse : Naudy devait comparaître le 4 décembre devant le tribunal correctionnel de Foix, pour diffamation envers Francis Dejean, directeur général des services du Conseil général. Dejean poursuivait le journaliste, notamment pour avoir écrit qu’il avait été condamné pour violences sur un terrain de rugby. Mais Petitguillaume se refuse à y voir une cause de son geste. "C’était un homme debout, très combatif, qui n’esquivait pas les problèmes." Petitguillaume refuse d’ailleurs de croire à la thèse du suicide, privilégiée pour l’heure par la gendarmerie. Naudy lui aurait lancé : "Si un jour tu apprends que je me suis suicidé, demande une enquête." Une autopsie devrait être effectuée dans les prochains jours.

    Une émission de Critique média censurée

    Naudy s’était illustré en 1995 pour avoir été à la tête, sur France 3 Île-de-France, d’un magazine critique sur les médias intitulé "Droit de regard". Cette même année, une de ses émissions, consacrée au traitement de l’élection présidentielle par France 2, avait été déprogrammée deux heures avant sa diffusion. Xavier Gouyou-Beauchamp, directeur de France 3, considérait qu’elle était "critique" et "déséquilibrée vis-à-vis de France 2", précisait à l’époque un article du Monde.
    L’émission censurée critiquait notamment les journalistes Alain Duhamel (France 2), et Guillaume Durand (TF1). Naudy soulignait qu’ils étaient devenus des "chronométreurs officiels d’une République en quête de convenable". Le magazine commentait aussi une soirée électorale où "l’on se tapait sur les cuisses aux exploits motorisés de porte-micros lancés aux basques du vainqueur". Intitulé "Télé-beauf", un montage dénonçait les blagues lourdes du duo Daniel Bilalian-Bruno Masure, perpétuellement hilares, rappelle Le Monde. Un exemple : "Je viens de voir passer une très jolie chiraquienne, toutes considérations politiques mises à part", lançait l’un d’eux, tandis qu’à plusieurs reprises ils faisaient remarquer au correspondant de France 2 qui, place de la Concorde, tendait le micro à des jeunes filles : "Vous êtes toujours sur les bons coups (...). Vous êtes toujours bien placé sur ces coups-là." L’émission avait finalement été diffusée la semaine suivante, après que Michel Naudy eut présenté sa démission. Elle n’avait pas été reconduite à la rentrée 1995.

    Avec le Cercle Lakanal, Michel Naudy avait dénoncé à plusieurs reprises l’irrégularité de la gestion du conseil général socialiste. France 3 Midi-Pyrénées l’interrogeait à ce sujet en octobre dernier :
    http://www.dailymotion.com/video/xvmldo_naudy-france3_news

Derniers articles sur Bellaciao :