Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Après la barbarie capitaliste, quel monde construire ?

vendredi 9 janvier 2015 , par mallers - Contacter l'auteur - 1 com

En supposant que le XXI ème siècle serait spirituel , Malraux ne pensait pas si bien dire pour le pire de celui-ci pourtant encore à son aurore . Ce qui vient de se produire dans les locaux d’un journal à l’esprit libertaire de Mai 68 ne peut manquer d’interroger tous ceux qui ne se reconnaissent pas dans cette société capitaliste et qui combattent pour qu’advienne une société plus juste et plus humaine .

Depuis les premiers socialistes Enragés de 1789 jusqu’aux révolutionnaires de la III ème Internationale , le crédo socialiste a toujours été de considérer l’organisation capitaliste bourgeoise comme une transition nécessaire pour évacuer , par ses critiques matérialistes , les derniers fondements du féodalisme , de l’Ancien régime et des religions traditionnelles . Marx et Engels , on le sait maintenant , ont sous-estimé les capacités du capitalisme à trouver des ressources pour dépasser ses crises périodiques et sur-estimés celles des masses travailleuses à renverser ce système . Certains historiens comme Arno MAYER ( " La persistance de l’Ancien Régime " ) ont même brillamment démontré l’existence d’éléments féodaux ( la noblesse ; les aristocrates agrariens ) jusqu’au milieu du XXème siècle , créant même une classe symbiotique avec la bourgeoisie libérale ayant elle même cessé d’être révolutionnaire depuis les évènements révolutionnaires des classes ouvrières montantes du XIX ème siècle ( 1848 et 1871 ) . D’autant que ces nouvelles classes révolutionnaires étaient encore marquées par un monde en décomposition accéléré , celui de la paysannerie et des métiers artisanaux : elles luttaient en fait davantage pour ne pas disparaître et freiner l’industrialisation capitaliste qui n’allait donner sa pleine mesure qu’au lendemain de le Deuxième Guerre Mondiale . Ce monde ancien , celui d’avant les Lumières , a donc perduré historiquement bien au delà de ce qu’espéraient les socialistes de la IIème Internationale trouvant même de nouvelles forces au lendemain des épisodes révolutionnaires de 1917-1921 en Russie et en Europe centrale .

Après la dernière boucherie mondiale , ces illusions matérialistes ont continué ; beaucoup pensaient que la période des Trentes Glorieuses marquées par la massification du marché mondial , de la production industrielle et de la consommation allaient cette fois contribuer à la mise en place des éléments culturels permettant un dépassement de l’ordre capitaliste , les éléments institutionnels comme la laïcité ( qui suppose l’existence de l’Etat ) et la sécularisation étant même déjà en place depuis le début du XXème siècle pour l’extension de la démocratie industrielle et marchande . Le déclenchement des évènements révolutionnaires de Mai 68 , sur fond de rivalité des deux blocs russe et américain depuis 1945 , pouvait en effet alimenter de sérieuses espoirs sur les limites objectives atteintes par ce système .

Avec le recul et depuis l’écroulement du bloc de l’Est , nous pouvons maintenant affirmer que nous nous sommes nourris de beaucoup d’illusions . Déjà au coeur de la Guerre Froide , les deux grandes puissances impérialistes ont su soutenir certaines sociétés traditionnelles comme au Caucase ou en Afghanistan ( la France se chargeant de faire de même en Afrique Occidentale dans l’intérêt du bloc américain ) ou bien ont soutenu des mouvements nationalistes radicaux comme à Cuba ou au Vietnam lorsque la dictature ne laissait aucune initiative locale . Déjà aussi pouvait-on s’étonner de la recrudescence de l’orthodoxie religieuse au coeur de l’ex URSS . Avec la disparition de la Guerre Froide en 1989 , la plupart de ces sociétés traditionnelles n’ont plus eu à subir le tutorat disciplinaire des têtes de blocs américain et russe libérant ainsi la boîte de Pandore du fanatisme idéologique et religieux .

A décharge des premiers penseurs socialistes , on peut considérer que si l’accumulation capitaliste avait permis à la majorité de la population mondiale de vivre décemment , ces nouveaux combattants n’auraient pu avoir l’écoute des populations précarisées y compris celles qui vivent au coeur des puissances industrielles . Disons donc clairement à tous les hypocrites républicains qui veulent nous contraindre à nous rassembler derrière leur bannière démocratique que nous ne partageons pas leurs valeurs , ces mêmes valeurs qui ont manipulé et assassiné des populations colonisées et des millions de travailleurs dans les massacres modernes ; pour la critique socialiste radicale , les débats ne peuvent évidemment pas se focaliser que sur le phénomène religieux qui n’est qu’un symptome d’une crise structurelle plus profonde et définitive . Ajoutons que ce qui ne laisse pas de surprendre , c’est que même dans sa crise définitive , lisible dans une rétraction du marché mondial , ce capitalisme trouve encore des forces pour assurer l’accumulation du capital au ralenti ( ainsi la troisième révolution du numérique ) et pour intérioriser ses propres transgressions culturelles dans les consciences des dominés . En revanche , la vague actuelle de mondialisation marchande laisse aussi des milliards d’individus , répartis dans les sociétés les plus appauvries et même au coeur des villes les plus clinquantes , sur le bord de la route , exclus de tous les services sociaux et condamnés à vivre de débrouille avec 1 ou 2€ par jour ou aux services des mafias locales . Il faut être d’une naïveté crasse pour ne pas se rendre compte du délabrement comportemental et cognitif de ces individus prêt à suivre les courants de l’intégrisme religieux qui ne se contentent pas de développer un discours religieux sectaire contre le mode de vie occidentale mais qui apportent aussi un soutien humanitaire et matériel aux populations précaires que les Etats surendettés abandonnent à leur sort .

Puisque les médias occidentaux nous bourrent le crâne avec la religion , revenons donc aux deux sens de l’étymologie latine : les républicains capitalistes et leurs médias voudraient nous RELIER à leur ordre totalitaire pour étouffer toutes les formes de contestations discordantes en particulier matérialiste et athée ; seul devrait compter leur religion qui hypostasie les catégories motrices du capital ( l’argent , le salariat , l’Etat , la force de travail ) aux dépens de toutes la créativité humaine . Pour ce qui nous concerne , retenons cet autre sens , RELIRE . Relire autrement ce que furent les mouvements d’émancipation passé ; relire , critiquer et interpréter autrement les textes socialistes passés ; relire différemment les critiques sur l’histoire du capitalisme .

Un appel aussi à se retrousser les manches car relire c’est aussi tenter de comprendre pour mieux coller au réel et aux luttes de libérations sociales ; continuer malgré l’adversité à développer des critiques constructives et des débats fructueux même très minoritaires , contre tous les sectarismes à camouflage universel et démocratique , et la barbarie capitaliste .

Mallers

Mots clés : Histoire / Mouvement /
Derniers articles sur Bellaciao :