Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Contre les mensonges à répétition, entrons tous en campagne

vendredi 19 janvier 2007 - Contacter l'auteur - 3 coms

de Pierre Laurent

Il reste moins de cents jours avant le premier tour de l’élection présidentielle.Et disons le tout net, il est temps pour chacune et chacun d’entre nous d’entrer en campagne.Certe, tout le monde n’est pas militant, encore moins candidat, mais c’est l’avenir de tous qui joue. Et la partie, telle qu’on voudrait nous la faire jouer, ne nous convient pas.

Il faut tous entrer en campagne, pour la bousculer, pour la sortir de son ronron monarchique bipartisan, pour poser les questions qui fâchent, pour mettre sur la table toutes urgences sociales, pour obtenir un vrai débat sur les solutions, pour garantir une confrontation démocratique à laquelle trop de candidats veulent se soustraire, pour faire émerger une forte ambition de transformation sociale à gauche.

Fermez les yeux, braves citoyens, nous sommes à quarante-huit heure du second tour !!

Eh bien non, nous sommes à trois mois et demi d’un scrutin dont le scénario n’est pas écrit d’avance. Oh ! bien sûr, la campagne est lancée, il y a des candidats qui la mènent, des militants, des élus qui s’y engagent, les médias nous en parlent tous les jours. Mais le débat politique et médiatique, l’implication citoyenne sont ils à la hauteur de ce que le pays est en droit d’attendre ? Poser la question, c’est y répondre.

Bien entendu, certains ne sont pas pressés de "démocratiser" le débat électoral. Les grands communicants s’occupent de tout, nous susurrent-ils à l’oreille. Ils ne reculeront devant aucun sacrifice. Suivre une candidate jusqu’à la muraille de Chine s’il le faut, retransmettre en direct tous les shows de son concurrent si nécessaire pour faire bonne mesure. Mais justement, à force de "bipolarisation excessive" selon la formule du CSA, le compte n’y est pas. Et seulement 16% des personnes interrogées jugent à ce jour "équilibré" le traitement du débat présidentiel par les médias.

L’appétit démocratique réclame un autre menu. Les citoyens savent se mettre à table quand le jeu en vaut la chandelle, la preuve par le référendum et la mobilisation anti-CPE. Et le jeu vaut encore une fois la chandelle, assurément.

Il faut entrer en campagne contre la confiscation démocratique du débat électoral !! ,

pour permettre à chaque citoyen de forger son choix à partir d’une véritable confrontation démocratique des opinions et des projets en présence.

Il faut entrer en campagne contre les mensonges de la droite, qui ont atteint des sommets dans le discour de Nicolas Sarkozy à la porte de Versaille.!!

Après avoir ué le père, le candidat de l’UMP veut lui aussi nous faire croire qu’il verse des larmes de crocodile sur la fracture sociale : " J"ai changé parce qu’on change forcément quand on est confronté à l’angoisse de l’ouvrier qui a peur que son usine ferme." Mais qui propose de libérer davantage encore le pouvoir des gros actionnaires et des marchés financiers sinon lui ? " Je veux dire qu’il serait mortel de juger celui qui a voté non au lieu de chercher à le comprendre." Mais qui propose de pousser plus loin l’Europe dans la voie de l’ultralibéralisme sinon lui ?

Il faut entrer en campagne contre les choix tronqués qui, sous prétexte de réalisme, à gauche biaisent avec les exigences de réussite du changement.!!

Pour s’en tenir à une question qui vient de faire débat, une réforme fiscale de justice ne s’exonérera pas d’affronter le problème crucial de la mise à contribution des profits et des revenus financiers. Le débat ne peut pas rester à "plus ou moins d’impôts ?" , mais il doit répondre à la question "quels impôts, payés par qui et pour quoi faire ?". Sans parler de l’argent du crédit et des banques, aujourd’hui détourné du financement d’une croissance utile et solidaire pour servir les énormes opérations du capitalisme financiarisé.

Il faut entrer en campagne contre les postures de résignation !!

qui, sous prétexte de clamer une colère sans concessions, renoncent à changer la gauche et s’enferment dans la protestation stérile.
Il faut entrer en campagne pour donner de la voix à une gauche courageuse, !!

une gauche "de responsabilité et de combat", selon la formule de Marie George Buffet. La gauche populaire et antilibérale qu’elle entend rassembler ambitionne de porter haut et fort les priorités de combats sur le logement, les salaires, l’éducation, l’emploi... sans lesquelles il est impossible de vivre mieux, tout simplement. Mais elle veux surtout porter le fer sur les moyens à mettre en oeuvre, faute de quoi toute promesse est vide de crédibilité.

Mobiliser autrement l’argent, donner de nouveaux pouvoirs aux citoyens et aux salariés, changer l’Europe.... Le 23 janvier, la campagne de Marie-George Buffet connaîtra son premier rendez-vous populaire marquant au Zénith à Paris. Une autre voix va se faire entendre à gauche. Nous en avons besoin.

Source : HD (jeudi 18 janv), http://unautremonde.gauchepopulaire.fr

Mots clés : Collectifs Unitaires / Dazibao / Pierre Laurent / Présidentielle 2007 /

Messages

  • sous prétexte de clamer une colère sans concessions, renoncent à changer la gauche et s’enferment dans la protestation stérile.

    C’est bien évidemment toujours la position, la stratégie de l’autre, qu’on trouve stériles... Sinon on serait d’accord avec lui et on défendrait la même position, la même candidature.

    C’est comme le vote utile... Chacun va avoir le sentiment de faire un vote utile... Sinon il voterait autre chose.

    A défaut de certitudes, on pourrait se dire que les votes Buffet, Laguiller ou Besancenot sont des votes un minimum utiles.

    OC (qui va voter OB en pensant que ce n’est pas complètement stérile)

  • Des études intéressantes pour alimenter les débats sur le chômage et l’emploi.

    - Chômage officiel et chômage réel en 1996 et 2005
    http://travail-chomage.site.voila.fr/chomage/chom_reel_1996_2005.htm

    - Gains de productivité du travail, durée du travail, chômage
    http://travail-chomage.site.voila.fr/produc/gain_productiv.htm

    En France, la productivité du travail a augmenté de 17,22 % en sept ans, pour l’ensemble de l’activité nationale. Sans rien changer à la production de richesses du pays, le nombre d’emplois aurait pu être augmenté de 17,22 % en réduisant de 14,69 % la durée réelle du travail. En moyenne, avec des transferts d’emplois entre secteurs d’activité, le nombre d’emplois aurait augmenté de 4 284 500. Le chômage réel aurait beaucoup baissé.

    - Plus d’emplois créés en France qu’en Angleterre en 15 ans
    http://travail-chomage.site.voila.fr/britan/emploi_15ans.htm

    En quinze ans, de 1990 à 2005, la France a créé davantage d’emplois (2 520 000 : +11,25%) que l’Angleterre (1 520 000 : +5,82%). Le modèle libéral britannique n’est donc pas supérieur au modèle social français.

    - Manipulation des chiffres du chômage dans un pays du nord
    http://travail-chomage.site.voila.fr/danois/dk_merite.htm

    En 2004, le Danemark a plus de préretraités (187 200) que la France (139 700) pour une population active dix fois plus faible. Avec les autres mesures de marché du travail, le nombre réel de chômeurs est 2,52 fois le nombre officiel. Le taux de chômage réel devient 14,65 % au lieu d’un taux officiel de 6,38 %.

    Avec une évolution de sa population active identique à celle du Danemark depuis quinze ans, non seulement la France n’aurait plus aucun chômeur officiel, mais le chômage réel serait résorbé pour l’essentiel. Et cela sans introduire une plus grande flexibilité des contrats de travail.

    - Durée du travail : apparences et réalité, France et autres pays
    http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/duree_travail.htm

    Si l’on fait la moyenne de tous les emplois, à temps partiel et à temps complet, la durée de la semaine de travail est :
    - 36,3 h en France
    - 36,2 h en Italie
    - 35,1 h au Danemark
    - 33,8 h aux Etats-Unis
    - 33,6 h en Allemagne
    - 33,2 h en Espagne
    - 31,7 h en Grande-Bretagne
    - 30,1 h en Suède (36,1 h pour ceux "au travail")
    - 29,2 h aux Pays-Bas

    - La gauche crée plus d’emplois du secteur privé, à croissance égale
    http://travail-chomage.site.voila.fr/emploi/5ans_emploi_prive.htm

    Un site bien documenté, à consulter.

Derniers articles sur Bellaciao :