Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Cuba - Chine : entrevue avec le professeur Salim Lamrani

vendredi 13 juillet 2012, par Philippe Rodrigues-Rouleau - 1 com

Le Premier secrétaire du Parti communiste cubain, Raúl Castro, est en visite en Chine depuis mercredi dernier. L’occasion pour l’État insulaire de signer des accords de coopération avec le géant asiatique, mais aussi, dit-on, s’imprégner du miracle économique chinois. Analyse d’une rencontre bilatérale entre deux alliés communiste que plus de 12 000 kilomètres séparent avec le spécialiste de Cuba, Salim Lamrani (professeur et chargé de cours aux universités Paris Sorbonne-Paris IV et Paris-Est Marne-la-Vallée).

Docteur ès en études ibériques et latino-américaines de l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, Salim Lamrani est aujourd’hui enseignant et chargé de cours dans cette université de même qu’à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée. Il est également l’auteur de plusieurs ouvrages, dont État de siège. Les sanctions économiques des États-Unis contre Cuba, paru en 2011.

Quelle est la symbolique de cette première visite de Raúl Castro en Chine en tant que Premier secrétaire du Parti communiste cubain ?

Le déplacement de Raúl Castro en Chine revêt une importance de première dimension dans la mesure où il s’agit de son second partenaire commercial après le Venezuela.

Quels sont les liens historiques entre la Chine et Cuba ?

Les relations entre Cuba et la Chine remontent au triomphe de la Révolution cubaine en 1959. Cuba a été le premier pays d’Amérique latine à reconnaître la Chine populaire de Mao en 1960. Les relations se sont ensuite distendues durant la guerre froide en raison du conflit idéologique opposant Moscou à Pékin - Cuba se rangeant du côté de Moscou. Elles ont repris leur cours suite à l’effondrement de l’URSS en 1991, avec notamment la visite de Jiang Zemin (président de la République populaire de Chine de 1993 à 2003) en 1993, alors que Cuba se trouvait au bord du gouffre.

De quelle manière et dans quels secteurs d’activité la Chine aide-t-elle Cuba ?

La Chine a investi massivement dans le secteur de l’industrie – l’extraction de nickel -, de même que dans les secteurs de l’énergie, de la construction, de la santé, des télécommunications, et des transports.

La Chine s’est beaucoup libéralisée, et enrichi dans les dernières années. Et ce, avec succès. Récemment, Raúl Castro a lui aussi entrepris des réformes pour tenter de « libéraliser » quelque peu l’île des Caraïbes. Quelles sont jusqu’à maintenant le succès de ces réformes ?

Cuba a ouvert son économie à l’initiative privée et à la micro entreprise depuis deux ans. Il s’agit d’une ouverture de l’économie étatique au secteur privé, destinée, entre autres, à légaliser une économie informelle croissante, et à récolter des impôts dans un pays peu habitué à la culture fiscale. Ainsi, l’Etat, qui contrôle près de 90% de l’économie, a décidé de déléguer une partie de ses activités économiques à des personnes privées, et se limitera à la gestion et l’exploitation des ressources stratégiques de la nation, avec une décentralisation progressive afin de stimuler le développement. Près de 250 000 nouvelles licences ont été octroyées dans divers secteurs. Près de 178 nouvelles activités ont ainsi été ouvertes au domaine privé et concernent différents champs tels que la restauration - le nombre de sièges dans les restaurant passant de 12 à 50 -, la vente au détail ou la location de chambre. Dans 83 secteurs, les nouveaux entrepreneurs pourront désormais embaucher du personnel, prérogative qui a été jusque là une exclusivité de l’Etat, des sociétés mixtes et des entreprises étrangères, moyennant des charges à hauteur de 25% du salaire de l’employé.

Le succès a été immédiat. En l’espace de six mois, le nombre de petits entrepreneurs est passé de 157 000 à plus de 320 000. Il est aujourd’hui de plus d’un demi-million. Les premiers effets positifs sont apparus avec une augmentation des recettes fiscales de l’Etat au bout de six mois.

De quelle manière concrète la Chine peut-elle inspirer Cuba à entreprendre des réformes économiques ?

Cuba peut s’inspirer des réussites chinoises mais ne doit en aucun cas copier le modèle chinois car il répond d’abord au contexte de ce pays asiatique. Par le passé, Cuba a copié le modèle soviétique, l’a mal copié de surcroît et l’on sait ce qu’il en est advenu. Cuba doit trouver son propre modèle de développement qui réponde à sa situation intrinsèque, édifier sa propre alternative pour améliorer la productivité tout en conservant ses acquis sociaux qui en font un modèle pour les pays du Tiers-Monde. Là se trouve le défi majeur de Cuba.

Quel est l’avantage de la Chine de venir en aide à une économie comme celle de Cuba qui, malgré les avancées des dernières années, demeure plutôt moribonde ?

Il faut prendre en compte d’une part la solidarité politique à l’égard de Cuba qui vit sous état de siège depuis 1960. Les États-Unis imposent des sanctions économiques qui affectent toutes les catégories de la société et constituent le principal obstacle au développement de la nation. Elles disposent d’un caractère extraterritorial – c’est-à-dire qu’elles s’appliquent à d’autres nations et bloquent le commerce international de l’île avec d’autres pays. Par exemple, si la Chine souhaite exporter des camions aux États-Unis, elle doit démontrer que ses produits ne contiennent pas un seul gramme de nickel cubain, etc.…

Certes, la situation économique cubaine est compliquée en raison des sanctions économiques, de la forte dépendance de l’île vis-à-vis des matières premières alimentaires importées à 83%, de la crise systémique mondiale et du manque de productivité, mais la situation des pays voisins ou même de l’Europe n’est pas meilleure.

Au-delà des solides liens politiques qui existent entre les deux nations, Cuba représente un marché de onze millions d’habitants, dispose du capital humain le plus important du Tiers-Monde et d’une population active hautement qualifiée. Cuba reste la plus grande île des Antilles et dispose de nombreux atouts qui attirent les investisseurs étrangers tels que la Chine, mais également le Venezuela, l’Espagne, le Canada.

Propos recueillis par Philippe Rodrigues-Rouleau (répondu par courriel)

http://www.lesoir.be/actualite/monde/2012-07-09/cuba-chine-entrevue-avec-le-professeur-salim-lamrani-925843.php

Messages

  • Si Cuba est un régime qui se bat contre l’impérialisme et en butte aux agressions des USA, la Chine capitaliste est elle un état impérialiste attaquant les armes à la main les îles vietnamiennes et philippiennes pour piquer des ressources naturelles et des champs de pétrole et de gaz.

    La Chine est capitaliste et cherche à se tailler une place dans le concert des impérialismes (et rentre donc en concurrence avec l’impérialisme dominant de la planète).

    Le courageux combat de la direction cubaine pour desserrer l’étau de l’impérialisme US est parfaitement légitime et son désir de passer des alliances économiques et de coopération avec la Chine parfaitement compréhensibles et justifiés. Ils jouent leur peau.

    La direction impérialiste chinoise a d’autres objectifs par la nature même de la classe corrompue au pouvoir dans ce grand pays qui a ces derniers jours dans de multiples régions envoyés ses forces anti-émeutes tenter d’écraser des manifestations populaires de masse :

    2 jeunes assassinés et des centaines de blessés à Shi fang dans les affrontements de dizaines de milliers de personnes pendant plusieurs jours.

    5 morts et des centaines de blessés dans des affrontements de milliers de prolétaires migrants contre la violence de la police à Zhongshan dans le Guangdong

    D’innombrables grèves et batailles populaires.

    et à l’autre bout l’arrogance de la bourgeoisie dirigeante chinoise qui se pavane sur des yachts de luxe, des villas de luxe, des habits achetés dans les boutiques de luxe des vieux états impérialistes.

Derniers articles sur Bellaciao :