Archives Bellaciao FR - 2002-2021 Archives : IT | EN | ES

Cliquez ici pour retrouver Bellaciao V.3 ;)

Ils ne votent pas

dimanche 26 août 2012, par Carland

Ceux qu’on voit
Ceux qu’on ne voit pas
Ceux qui ne viennent pas
Ceux qui disent salut, ceux qui n’osent pas
Ceux qui achètent la bouteille de sky
Ou la vodka avec un peu de red bull
C’est bien à la mode la red bull
Qui la torchent la bouteille
Sans avoir l’âge d’homme
Qui tombent et finissent à l’hosto
Mais qui pour les respecter
Eux que personne ne veut connaitre
Trop jeunes pour être dehors
Trop vieux pour être enfermés
Et la télé/internet qui dit dort
Les vieux qui captent pas
Les filles à courir et séduire
Conduire vite pour séduire
Poser son cul sur un banc pour finir
Une bouteille de mauvais alcool pas cher
Des flics qui te collent au cul
Que même les morpions de mon époque
Etaient moins grattants
Papiers
On c’est vu hier
Papiers petit con
Mais je te dis qu’on c’est vu hier
Au trou p’tit con
On leur donne même plus l’enfance
On leur vole les années du droit au rêve
On leur dit télé où va jouer dehors
Ils jouent dehors et alors
Et courent après eux des cas soce
Des soces démocrates qui vivent de la misère
C’est un métier d’éduquer
Le plus honteux des métier
Le métier des lèche-bottes
L’enfance massacrée, devenue métier
Eux qui n’ont pas eu le droit de rêver
Ceux d’on à dit : du déchet
Faudrait qu’ils soient gentils en plus
Faut qu’ils soient polis
Avec leurs enfances torturées
Mal goupillée dès le départ
Ben ceux là dont vous ne voulez plus
Ceux là moi qui n’ait pas de gosses
Je les adopte, je les prends comme ils sont
Vous les jetez, alors ils sont de mon coté
Ils ne savent pas les mots
Mais que valent les mots
Is n’ont juste pas le vocabulaire de vos maux
Quand la poignée de main est sincère
Quand la bise est sincère
Vous avez peur d’eux quand même
Pleurez bonnes gens
Baissez la tête quand vous les croisez
Ils sont méchants, la télé le dit
Moi je les croise
Certains, je commence à les connaitre
Et comme leurs ainés, on me dit
Tu cause à ces mecs là
Et invariablement, je réponds :

OUAIS et je t’emmerde
Toi et tes certitudes affalées
Toi qui en fabrique un autre à suivre
OUAIS, toujours du coté de celui qui mange
Du coté qui viendra manger sans ta permission

Carland