Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Jeudi 29 janvier mobilisation nationale contre les droits rechargeables

mardi 27 janvier 2015 , par CGT chômeurs rebelles 56 - Contacter l'auteur

Le nombre de victimes des droits rechargeables est bien supérieur aux 30.000 annoncés par le bureau de l’Unedic. Partout en France, des allocataires de l’assurance chômage perdent des centaines d’euros avec la nouvelle convention.
Ce qui est en cause ? Le droit d’option, qui interdit à toute personne de se "défaire" d’anciens droits à l’assurance chômage (reliquat de droit) pour bénéficier des nouveaux droits acquis avec un nouvel emploi.

Aujourd’hui, seules les personnes qui ont travaillé initialement en contrat de professionnalisation ou en contrat d’apprentissage peuvent bénéficier du "droit d’option".

droits rechargeables

Cliquer ici pour accéder à l’article d’origine

Rien que sur notre site, les 80 victimes des droits rechargeables qui nous ont contacté, montrent l’ampleur des dégâts : Des personnes qui ne peuvent plus payer leur loyer, qui doivent déménager, qui doivent retourner vivre chez leurs parents, qui doivent abonner leur projet de création d’entreprise, des personnes désespérées qui ne savent pas comment faire pour payer leurs impôts ou nourrir leurs enfants.... (voir des témoignages plus bas dans l’article).

Spéciale dédicace : Saluons la CFDT, syndicat signataire de cette très mauvaise convention, pour son incroyable mauvaise foi dans cette sinistre affaire.

La CFDT a délibérément refusé de prendre en compte les multiples alertes que l’on a faîtes bien AVANT la mise en vigueur de la convention, c’est-à-dire le 1er octobre 2014.
La CFDT n’hésitait pas à dire à l’époque, que "tous les demandeurs d’emploi pourront bénéficier des droits rechargeables".
Mauvaise foi qui continue, en minimisant les dégâts, qui ne seraient pour elle que "quelques fausses notes". Oups !
Dans sa communication, la CFDT déclare carrément s’être mobilisée pour modifier la convention, alors qu’elle s’exprime pour la première fois sur le sujet le 22 janvier !!! Le "droit d’option pour tous" serait un "ajustement à la marge" !!! On est super content de le savoir !!!
Même le MEDEF a été plus rapide à s’exprimer sur ce sujet !

Les concernés apprécieront !!!

Nous ne pouvons que conseiller à la CFDT, à l’avenir, de LIRE LES TEXTES QUE LUI TEND LE MEDEF AVANT DE LES SIGNER, et non pas après...

Il est temps maintenant
pour obtenir satisfaction,
de faire plus de bruit,
et d’occuper le terrain

Jeudi 29 janvier se tient le conseil d’administration de l’Unedic.

La victoire est à portée de main. Le Medef lui-même a fini par avouer que la situation n’était pas tenable pour les "recalculés des droits rechargeables", et qu’il fallait signer un avenant à la convention d’assurance chômage du 1er octobre 2014

Mais, attention, le syndicat représentant les gros patrons (MEDEF) voudrait faire les poches d’autres chômeurs pour mettre en place le droit d’option. Les gros patrons voudraient que les chômeurs paient la crise que les spéculateurs-fraudeurs-exploiteurs ont provoqué.

Il en est bien sûr hors de question.

Nous, on voudrait que ce soient ceux qui profitent du système qui paient la note.

En effet, de nombreux employeurs profitent du système d’assurance chômage, en ayant un recours abusif aux contrats précaires.
Explication : Les salariés, eux, ne demandent pas à être embauchés sous contrat précaire.
Et les employeurs qui abusent des contrats précaires paient moins de cotisations que ceux qui embauchent en CDI temps plein, proportionnellement à ce que ça coûte à l’assurance chômage.
Il suffirait donc de mettre en place une surcôtisation patronale sur les contrats précaires (CDD, intérim, contrats saisonniers, temps partiels) pour compenser les pertes du régime d’assurance chômage. Ça ne serait que justice.

Jeudi 29, la CGT
et toutes ses organisations
participeront à une mobilisation nationale
dans tous les Pôle emploi de France
pour qu’une solution soit trouvée
pour les "recalculés"
des droits rechargeables,
et que ce ne soit pas
en faisant les poches
des victimes de la crise

Nous, CGT chômeurs rebelles du Morbihan, appelons les chômeurs, et, en solidarité, les actifs, à se mobiliser et à tracter dans toutes les agences Pôle emploi de France.

Cliquer ici pour accéder à notre modèle de tract.

Ci-après, trouvez un extrait des 80 témoignages que nous avons reçu. Pour ceux qui auraient un doute sur ce que vivent les victimes des droits rechargeables...

P.S : Vous êtes vous-mêmes victime des droits rechargeables, et vous voulez témoigner ? Venez, vous aussi, témoigner sur notre site (témoignage anonyme).

H : Depuis le 1er janvier je suis inscrite en tant que demandeur d’emploi après un CCD de 3 ans (fonction publique). Mon salaire net était de 1 450 euros net par mois.
Avant cet emploi, j’occupais un poste en CUI à temps partiel et au SMIC (boulot alimentaire).
Qu’elle horreur de découvrir que le montant de mon indemnité est désormais calculée sur cet ancien emploi. Je touche désormais 750 euros maximum d’indemnité mensuelle, soit la moitié de mes revenus. Et ces droits sont ouverts pendant 609 jours !!!
Or ma situation à changé en 3 ans. J’ai un enfant de 8 mois et un loyer de 560 euros. Comment vivre avec 190 euros par mois ?
Que dois-je prioriser ? Le logement ? La nourriture ? La santé ?
J’ai 34 ans et je vais devoir retourner vivre chez ma mère alors que j’ai travaillé et cotisé.
Chercher un emploi n’est absolument pas possible car je ne peux pas m’offrir une garde d’enfant…

S : Je me suis inscrite le 2 septembre 2014 (Contrat terminé fin juillet), mon dossier a été trés long a traité car ayant bénéficié de l’ACCRE il y a 5 ans, le pole emploi me bloquait mes droits, du coup après des relances et tout un tas de documents a ramener a chaque fois, j’ai réussi a obtenir le déblocage de mes droits, sauf que là grosses surprises, on a annulé mon inscription de septembre pour me réinscrire début décembre du coup pas de rappels des droits de Sept, Oct et Nov, et surtout le versement d’un droit datant de 2010 alors que je pensais être indemnisé sur mon dernier emploi.
Mon dossier ayant été en réclamation de Septembre a fin Décembre, je n’ai pas fais de demande RSA car le pole emploi m’assurait un rappel des indémnisations a la date de l’inscription. Résultat j’ai vécu 6 mois sur toutes mes économies, je viens d’être indemnisé seulement à partir de décembre et d’un montant d’a peine 400€...
Je ne pensais pas que pôle emploi pouvait empirer ma situation actuelle, d’être sans emploi, et bien si, ils m’ont carrément mise dans de grosses difficultés financières. A 26 ans, c’est difficile, surtout que j’ai toujours eu une activité.
Cordialement,

A : Avec les anciens droits je devrais avoir entre 1000 et 850 euros. Aujourd’hi, je vais avoir juste 380 euros. j’ai un enfant et je sais pas quoi faire.

C : Après trois années passées en CDD chercheur (3 fois 1 an), je vais bientôt porter l’étiquette de chômeuse puisque mon dernier contrat arrive à terme.Or je viens d’apprendre que dans le cadre de la nouvelle loi des droits rechargeables , mes droits seront ceux auxquels j’ai eu droit en sortant de thèse alors que je n’étais encore qu’une étudiante avec de faibles ressources (bourse de thèse).Avant de travailler en tant que chercheur, j’ai en effet fait une thèse à l’université, Je suis tombée enceinte pendant ma thèse et j’ai donc débordé du cadre de mes trois ans de contrat (de trois mois). J’ai soutenu ma thèse sur une période de chômage, l’université n’ayant pas voulu me prolonger de quelques mois pour soutenir ma thèse malgré l’excuse de ma grossesse.Une fois ma thèse soutenue j’ai immédiatement trouvé un CDD (j’avais commencé mes démarches de recherche d’emploi un an avant) .Mes droits à l’époque avaient été ouverts uniquement pour me permettre de soutenir ma thèse et pour très peu de temps.IL faudrait aujourd’hui, après avoir travailler pendant trois ans, que je perçoive une allocation calculée sur un salaire d’étudiante.pour moi c’est une catastrophe car j’ai deux enfants et un prêt immobilier donc des responsabilités et cela constitue une perte importante chaque mois. je suis un peu désespérée.. J’ai fait des études très longues et aujourd’hui j’ai l’impression d’être pénalisée pour celles-ci.j’ai beaucoup de difficultés à trouver un travail puisque je suis trop diplômée pour les entreprises, j’ai en trois ans déjà cumulé trois CDD. et maintenant j’apprends que de ces trois ans je ne tire aucun profit. je repars à zéro tout comme une étudiante en sortie de thèse. le passage du statut d’étudiant à travailleur devrait générer un recalcul des droits automatique.le système a oublié délibérément beaucoup de monde et cela a de graves conséquences...

L : temps partiel 2010 a 2011 : percoit 490 euro/ mois. Nouvelle emploi en camping cdd de 8 mois qui s’arrete le 31 octobre chaque anne pr 4 mois renouvelle en mars (car fermer) mais pendant ce temps je pointe a pole emploi.. nouvelle loi, reliquat de 508 jours avec un decalée de 52 jours pr percevoir mes droit donc depuis le 31 octobre j’ai RIEN. je toucherai une ARE en fevrier de 490 euro au lieu de 950 attendus et ceux pour 5 ans environ puique je travaille 8 mois dans l’année mais droit ne s’epuise pas vite.j’ai ecrit au president de la republique, au ministre du travail, au conseil generale et regionale, a l’association des chomeurs, seul le president ma repondu en me disant qu’il transmettais mon dossier au ministre du travail.. depuis RIEN. et c’est avec RIEN que nous vivon avec mes 2 enfants..noel est passer..et leur anniversaire approchee..il faut modifier cette loi a la c**

P : BONJOUR. pour moi le meme probleme . 3 ans de cdd a temps complet soit plus de 4800 heures. pour un salaire brut de 1780 euros par mois . je me retrouve avec une allocation ARE de 17,22 par jour pendant 361 jours . qui date de avril 2011 suite a un contrat de 6 mois a mi temps. LOL j ai cotisé 3 ans pour ca . je vais toucher 520 euros par mois . c est le prix de mon loyer . net . j ai 2 enfant scolarisés , un en iut donc chambre a 260 euros par mois et l autre bac pro en internat . je suis mort . d avance merci a vous et a tous ceux qui se manifesterons . en esperant que cela change tres tres vite c est urgent . NOUVELLE ARE =A LA RUE . MERCI A VOUS .

L : Tout d’abord un grand merci à vous de nous épauler par rapport à cette injustice. J’ai travaillé pendant 5 ans à 20 heures dans une association en tant qu’écrivain public, je percevais 735 euros. J’ai négocié une rupture conventionnelle car cette association ne voulait pas me donner un plein temps promis depuis l’embauche. En décembre 2012, j’ai obtenu le titre pour devenir Conseillère en insertion professionnelle via un CIF ; Je percevais 585 euros au chômage. En janvier la Mission Locale m’embauche en CDD d’un an du 6 janvier 2014 au 24 décembre 2014. J’avais un salaire de 1400 euros. Je me suis inscrite au Pôle Emploi le 29 décembre et le 5 janvier j’apprends que je serais payer 585 euros jusqu’en septembre 2016 avant de toucher mes 1000 euros ??? Franchement même moi qui était conseillère, je suis tombée de haut en apprenant la nouvelle ??? J’ai honte d’être conseillère ...une chômeuse "conseillère en insertion professionnelle" déçue de cette nouvelle réforme. Pourquoi ne pas avoir le choix "du droit d’option". Franchement, il vont me mettre dans "la merde" ainsi que d’autres personnes..... Excuser moi mais là je suis en colère. Et quand je pense que chaque fois que l’ emploi que j’occupe sont que des CDD.... C’est-à-dire qu’a chaque fin de CDD je vais me retrouver à 585 euros. Ah ! Je vois le boulet que je vais me traîner d’avoir accepter un mi-temps ou un CDD. Sans commentaire.... Je ne sais pas si je vais rester dans ce domaine. Je vous remercie de votre action et j’espère que cela fera annuler cette stupide réforme....

Mots clés : Emploi-chômage / Manifs-actions / Syndicats /

Portfolio

Derniers articles sur Bellaciao :