Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

"La double ambition de l’eurocommunisme"

lundi 3 mai 2010 - Contacter l'auteur - 2 coms

La double ambition de l’eurocommunisme

, Aldo RIZZO (txt tronqué)

3 mars 1977 - Le Monde

Mars 1977 sera-t-il le mois de l’eurocommunisme ?

Il y a plus d’un an que le phénomène complexe et, par certains côtés, fuyant du communisme "différent", du communisme "made in the West", occupe les premières pages des journaux, et suscite autant d’appréhensions que d’espoirs au sein des gouvernements de la zone atlantique comme de la zone soviétique. Mais le sommet à trois de Madrid-dont la tenue est confirmée pour le 2 mars-sera une nouveauté absolue.

Pour le première fois réunis, Enrico Berlinguer, Santiago Carrillo et Georges Marchais donneront une évidence physique au fait qu’il existe une position commune, une voie commune vers le socialisme, propre aux trois principaux partis communistes de l’Europe occidentale.

L’eurocommunisme est né et il s’est développé autour du Parti communiste italien : sommet italo-espagnol de Livourne en juillet 1975, sommet italo-français de Rome quatre mois plus tard, meeting commun Berlinguer-Marchais à Paris en juin 1976, manifestation italo-espagnole à Rome en septembre de la même année, pour la première réunion publique (bien qu’à l’étranger) du PCE. Il manquait une réunion à trois, qui serait en un certain sens la conclusion d’un cycle : c’est le projet de Madrid.

Le mot d’eurocommunisme, d’origine journalistique, longtemps ignoré par les dirigeants communistes, a été prononcé pour la première fois à un niveau politique par Enrico Berlinguer au cours de la seconde des manifestations italo-françaises que l’on vient de rappeler, c’est-à -dire lors du meeting commun de la porte de Pantin.

Georges Marchais continua de l’ignorer, et Santiago Carrillo lui-même, au cours de la réunion plénière des communistes européens à Berlin-Est, le jugera limitatif parce qu’il indique une zone géographique plutôt qu’un modèle de construction du socialisme (ainsi, dans ce sens plus large, pourrait-il englober le PC japonais lui-même). Mais désormais ce mot vit avec une force qui lui est propre, indiquant tout à la fois une zone et un modèle : c’est la plus grande nouveauté du monde communiste depuis la condamnation de Tito et le schisme chinois.

Est-elle également solide ? Peut-elle provoquer des conséquences aussi importantes ? A la veille de la rencontre prévue à Madrid, on peut faire les observations suivantes.

Certains caractères distinctifs de la nouvelle doctrine sont désormais assurés : engagement à la construction du socialisme dans la liberté, avec une pluralité de partis, dans le respect de l’alternance de forces diverses au pouvoir, refus d’un parti-guide et d’un Etat-guide, et refus également, pour l’Occident, du modèle général de la révolution soviétique dénonciation systématique, enfin, de toute manifestation antilibérale caractérisée aussi bien en URSS que dans les pays satellites.

L’Italie, l’Espagne et la France sont arrivées à ce point d’évolution par des voies autonomes, et sur la base d’expériences différentes.

Le PCI s’est fondé sur une tradition politique et culturelle qui remonte à Gramsci (la révolution au moyen d’une lente conquête de l’hégémonie, qui doit être obtenue par un consensus), une tradition qui a survécu à la longue nuit stalinienne.

Le PCE, sorti détruit de la guerre civile d’Espagne, a élaboré à nouveau une stratégie et une idéologie en se reconstituant.

Le PCF, demeuré orthodoxe et même stalinien alors que les deux autres ne l’étaient plus depuis longtemps, s’est aligné, avec un changement de cap sensationnel, massif et "guidé" tout autant que l’avait été l’orthodoxie.

Mais, avec des modalités et des rythmes différents, les trois partis ont tenu compte de deux réalités objectives : la crise du mythe soviétique, à partir du XXe congrès, et la complexité des sociétés occidentales, qui rend pratiquement irréalisable la révolution de type classique.

Des questions en suspens

Bien des questions restent toutefois en suspens, et notamment les rapports avec le passé, c’est-à -dire l’absence d’une autocritique sérieuse. En d’autres termes, la prétention des trois partis à avoir toujours agi de la seule façon rendue possible par les circonstances historiques est suspecte, ce qui, inévitablement, jette quelques ombres, sinon sur la sincérité, du moins sur l’ampleur des changements actuels.

Le "centralisme démocratique", c’est-à -dire la persistance d’une organisation interne du parti qui empêche la constitution d’une opposition, reste un problème. Les difficultés, voire le refus de passer de la critique de phénomènes antilibéraux particuliers des régimes de l’Est à une discussion ouverte et généralisée, sont là .

Sur ce dernier point, le PCE va toutefois plus loin que les autres : selon Santiago Carrillo, l’URSS n’est pas un pays socialiste, mais "une dictature d’une couche du pays sur l’ensemble du pays", appréciation que Enrico Berlinguer a jugée, pour sa part, "(.. TXT MANQUANT..)

Les trois partis (auxquels le parti portugais de Alvaro Cunhal, malgré un assouplissement de sa ligne, continue de ne pas s’associer) ont en tout cas une double ambition : d’une part, provoquer une transformation substantielle, dans un sens socialiste, de leurs pays respectifs d’Europe occidentale de l’autre, représenter un point de référence politique et culturel toujours plus important pour les pays de l’Est qui supportent mal la règle du communisme "bureaucratique". Cela crée naturellement, pour des raisons différentes, des espoirs et des inquiétudes, tant à Washington qu’à Moscou.

ALDO RIZZO

Le Monde du 1er mars 1977

Source : http://www.cartage.org.lb/fr/themes/geohis/Histoire/chroniques/pardate/Chr/770303a.HTM

Mots clés : Communisme : le débat / Europe /

Messages

  • l’eurocommunisme a été éradiqué par les bolchéviques de salon.Les prosoviétiques du pcf lui ont fait une chasse impitoyable pour arriver à ce que l’on sait.Les eurocommunistes ont eu le tort d’avoir raison trop tôt.

    • L’échec de l’eurocommunisme , comme antistalinisme et non comme anti-capitalisme, démontre sa mauvaise stratégie des années 70 qui nous ménera au programme commun déstabilisateur de l’influence communiste avec la promotion du social-libéralisme avec Mitterrand en france , Prodi en Italie , Blair en grande bretagne , Schroder en Allemagne , Zapatero plus tard en Espagne .

      Cette erreur historique , malgré la chûte du mur de berlin , n’a pas revigoré les partis communistes complètement englués pour la plupart dans la collaboration de classe avec la social-démocratie et les capitalistes ont pu mettre en place leur mondialisation financière et économique sans trop de problèmes .

      Aujourd’hui les résultats pour les peuples sont désastreux en terme de pauvreté et de démocratie . Cela démontre que des erreurs et des fautes de stratégie politique commises par des dirigeants révolutionnaires à un moment donné de l’histoire ont des conséquences à moyen et long terme sur la mobilisation populaire pour changer de socièté . La bourgeoisie au pouvoir sait exploiter toutes nos faiblesses et elle adapte en permanence sa stratégie pour conserver ses privilèges . Nous ne sommes plus au temps des grands leaders charismatiques qui avaient raison sur tout , et cela peut permettre l’éclosion de nouvelles intelligences révolutionnaires comme nous le voyons actuellement dans des pays d’amérique latine ou d’asie comme le Népal et la Thaïlande . Le vieillissement des peuples européens ne permet pas de renouveau politique pour le moment dans un sens révolutionnaire car l’euro-communisme a déçu ainsi que le communisme bureaucratique et autoritaire des pays de l’est .

      Les luttes actuelles , face à la crise financière du capitalisme , sont désordonnées avec comme seul souci d’obtenir des indemnités de licenciement copieuses sans avenir industriel pour la classe ouvrière . La jeunesse est désemparée et sans avenir. Ce constat amer pessimiste de la défaite provisoire des idées communistes en Europe au cours des trente dernières années est corrigé aujourd’hui par le succès grandissant du PC chinois sur le plan économique . La NEP chinoise , promue dans les années 20 en URSS par Boukharine et empêchée par Staline et son équipe avec toutes les conséquences dramatiques que nous connaissons , prouve qu’il faut une transition de fort développement industriel pour construire la société communiste de nos rêves . L’expérience russe et soviètique a permis aux camarades chinois , surtout après l’expérience de la révolution culturelle, de comprendre cette nécessité de construire une industrie forte et variée dans tous les domaines en y associant toutes les créativités y compris de la diaspora anti-communiste . Il reste aux communistes chinois de nous prouver que de cette NEP surgira un socialisme qui libérera son peuple de la pauvreté et enclenchera la construction d’une société communiste harmonieuse .

      Pour ce qui concerne la France et l’Europe , en pleine déroute industriel , il faut que les communistes reprennent le flambeau de la réindustrualisation pour fixer un avenir à la jeunesse . Sans ce combat nous sommes condamnés au dépérissement et au sous-développement . L’Europe des vieux laissera partir sa jeunesse sous d’autres cieux plus accueillants pour leur avenir . L’immigration changera alors du sud au nord pour nord-sud ou nord-est ou ouest . Le choix d’une France déshabillée de tout son tissu industriel au profit d’un tourisme de masse est déjà à l’oeuvre . Il faut donc que les idées communistes retrouvent très vite leur actualité avant qu’il ne soit trop tard .

      Une nation sans ouvriers est une nation "morte" ...

      Bernard SARTON ,section d’Aubagne

Derniers articles sur Bellaciao :