Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Le Malaise des militants de la gauche de la gauche ...

samedi 9 novembre 2013 , par bernard Sarton - Contacter l'auteur - 8 coms

Depuis l’élection d’Hollande à la Présidentielle et de la majorité PS-EELV aux législatives tous les militants de la vraie gauche s’interrogent sur la stratégie à mettre en place pour sortir de cette crise du capitalisme.

Plusieurs questions sont à l’ordre du jour des diverses réunions du FDG,de tout le spectre de l’extrème-gauche et autres chapelles du marxisme .
- Les élections municipales et ses alliances
- Les élections européennes
- Le mouvement social face au chômage et aux fermetures accélérées des entreprises
- Le mouvement lycéen face à l’expulsion des scolarisés "étrangers"
- La lutte contre le FN et le racisme

Toutes ces questions suscitent le débat et les contradictions d’une société française très malade d’une société capitaliste en crise permanente face à une mondialisation anarchique qui ne profite qu’aux multinationales et aux gangs maffieux .

1) Les élections municipales vont être le premier test grandeur nature du rapport de force électorale des différentes familles politiques du pays . Le PS s’attend à une défaite cuisante compte-tenu de sa politique favorable aux grand patronat et donc contre les intérêts des salariés et de tous les pauvres de la France. Face au chômage de masse et au désarroi d’une population qui n’a plus d’avenir national le FN poursuit la construction électorale de sa toile nauséabonde en reprenant en parti le programme social du FDG . Le débat au sein du FDG,particulièrement au sein du PCF principale composante, est dure et même parfois houleux . Certaines villes ont des listes FDG dés le 1er tour, d’autres s’allient avec le PS comme à Paris, d’autres encore reconduisent les mêmes listes qu’en 2008 même avec le Modem comme à Aubagne.
Dans l’Huma de Mercredi Gérard Mordillat,écrivain et cinéaste,signe un article de grande qualité avec le titre "La Gauche de droite est au pouvoir"posant la question"faut-il faire le distinguo entre socialistes au gouvernement et dans les municipalités" ? En lisant attentivement ce qu’il exprime on est à priori d’accord avec lui sur le constat que les socialistes même dit de gauche sont de "faux-frères" et que leur "socialisme" en "peau de lapin" n’est que démagogie et mensonges.Donc nous ne devons pas faire alliance avec eux pour les municipales en construisant des listes FDG rassemblant toutes les forces anti-capitalistes et citoyennes.Pourtant Vendredi un éminent camarade Henri Malberg,ancien dirigeant parisien du PCF et co-responsable de l’erreur majeure du Programme commun avec Marchais and co, défend le contraire en réponse à Gérard Mordillat au nom du rassemblement du peuple de gauche trompé par le PS.Il argumente sur le fait que les municipalités de gauche sont des lieux de résistance aux politiques d’austérité et de construction du changement politique que nous souhaitons...Demandons aux ouvriers d’Aulnay-sous-bois ce qu’ils en pensent sur le poids d’une municipalité dite de gauche...Henri Malberg,que je respecte pour sa défense de l’huma en tant qu’ancien Président des "amis de l’huma", se trompe comme il s’est trompé sur le Programme commun qui a permis à Mitterrand de se refaire une virginité politique au sein du PS et de commencer une rigueur-austérité dés les années 80 avec Delors-Fabius-Bérégovoy-Cresson pour promouvoir l’europe du capitalisme mondialisé. Il croit encore au rôle des élus communistes dans les institutions de la 5ème république qu’il a combattu en son temps ! Est-il naif ou simplement conscient que le système capitaliste peut-être "pourri" de l’intérieur ? Depuis la fin de la 4ème république et l’avénement du gaullisme,puis du giscardisme et de la Mitterrandie, la France est dirigé par la droite et la social-démocratie sans aucun changement pour les travailleurs si ce n’est la misère du chômage ou de l’emploi précaire ...Quelques luttes comme en 1968, 1995 ont permis de freiner le combat antisociale de la grande bourgeoisie avec ses deux variantes UMP-PS. Depuis 2008 avec l’accentuation de la crise du capitalisme nous descendons aux enfers de plus en plus vite chaque jour avec Sarkozy et aujourd’hui Hollande et le PS au pouvoir. Le peuple ne comprend pas notre alliance de fait avec le PS et il se tourne vers le FN ou l’abstention avec de moins en moins de complexe idéologique. Mordillat ou Mallberg, deux points de vue contadictoires que nous devons vite trancher car ils résument les débats que nous avons en ce moment au sujet des futures municipales ...Pour ma part je choisis Mordillat et ses arguments car ils sont plus sur une ligne de lutte de classe que sur un compromis momentané avec la bourgeoisie même dite de gauche.

2) Les élections européennes vont suivre les élections municipales qui seront un tremplin pour les forces politiques qui gagneront en % les élections de Mars. Déjà le FN est placé en tête tant le rejet de l’Europe actuelle est forte en France. L’Euro spoliateur du pouvoir d’achat n’est pas dénoncé avec force par le FDG au nom d’une Europe Sociale irréalisable en l’état des opinions publiques de chaque pays.Les pays comme la Grande-Bretagne,la Suède,la Pologne s’en sortent mieux avec leur propre monnaie. L’euro-mark détruit toute notre industrie,les spéculateurs s’en donnent à coeur joie avec la complicité de l’UMP-PS.La France s’enfonce de jour en jour avec la complicité des élites préparantl’arrivée du FN au pouvoir qui imposera la Dictature avec Parti unique-Syndicat unique-Embrigadement de la jeunesse-mouvement féminin condamné à la procréation gauloise. Soyons lucides, des signes avant-coureurs s’expriment chaque jour avec la politique suivie par Hollande(augmentation des crédits pour l’armement et la police-gendarmerie)et le ralliement conscient de cadres chevénementistes ou UMP comme l’ancien directeur de cabinet d’Alain Juppé.La bourgeoisie prépare méticuleusement l’après Hollande discrédité.

3)Le mouvement social est la seule réponse à ce danger FN , la mobilisation ouvrière et la jeunesse seront les seules forces qui rendront gorge à la bourgeoisie au pouvoir et à ses valets serviles . Il faut agglomérer le mécontentement en riposte révolutionnaire et ne pas stigmatiser les "bonnets rouges" comme agents du patronat. La plupart des petits et moyens patrons,mis en faillite par le grand patronat dont ils sont souvent les sous-traitants, peuvent très bien rejoindre l’ensemble des salariés dans une lutte sans merci contre le capitalisme mondialisé.Le marché intérieur est fondamental avec l’élévation du niveau de vie pour écouler la production nationale et aider les pays en voie de développement.Cette conjonction des luttes peut permettre de vaincre le capital et faire grandir l’idée du socialisme-communisme comme possible alternative pour une nouvelle société. Ce n’est qu’ainsi que le Fascisme ,que construisent les élites bourgeoises actuelles, sera évité dans notre histoire après la tâche noire du Pétainisme et des collaborateurs hitlériens.Le syndicalisme a une lourde responsabilité aujourd’hui dans son combat quotidien contre les licenciements,pour le pouvoir d’achat et l’emploi ...

4) Les lycéens et étudiants nous rappelle leur rôle historique pour faire bouger l’opinion sur des sujets majeurs comme l’école, le respect des scolarisés même étrangers. L’avenir du pays c’est eux et la réforme des retraites du PS c’est contre eux. Ils doivent s’ajouter au mécontentement social qui grandit vite dans le pays et ils joueront un rôle fondamental dans l’évolution révolutionnaire de la France.Leurs slogans contre Valls l’expulseur contribuent à démystifier les sondages "bidons" du ministre de l’intérieur PS. Nous devons soutenir leurs actions sans réserve .Ils sont dans le mouvement social actuel et ils en sont même au coeur.

5)La lutte contre le FN et le racisme est en osmose avec les 4 questionnements précédents et il ne peut y avoir aucun compromis avec cette force politique promue par les médias bourgeois dans leur stratégie de mise en place d’un pouvoir autoritaire pour casser tous les acquis sociaux hérités de la résistance.Chaque jour nous devons dire la vérité sur le FN et ses dirigeants démagogiques. Ce sont des dictateurs,c’est la fin de la république sociale et des libertés,ce sont des racistes,des homophobes,des ex pétainistes et hitlériens,ce sont des anti-humanistes, ce sont des créatures malsaines et meurtrières d’un capitalisme en crise permanente et sans avenir.Oui on ne peut être complice de ce fascisme porté par les classes possédantes au nom de la préservation de leur pouvoir et de leurs privilèges .

Cela étant dit, nous sommes parti prenante du mouvement historique en cours et notre malaise actuel de militants est le symptôme des questions stratégiques que nous nous posons pour nos actions quotidiennes contre le pouvoir de la bourgeoisie et de ses valets des deux partis UMP-PS qui la servent fidèlement.Ces partis, usés jusqu’à la corde par la crise du système,ont comme successeur le FN proposé au peuple comme solution à ses problèmes. L’Europe et l’Euro servent de repoussoir pour promouvoir le Fascisme sous couleur de Populisme comme habillage.Les révolutionnaires de toute la gauche et les citoyens humanistes sont mobilisés pour enrayer et détruire cette alternance morbide que préparent les oligarques du capitalisme en crise,monstre fécond de toutes les dictatures .

Bernard SARTON,section d’Aubagne

Mots clés : Bernard Sarton / Mouvement / Partis politiques /

Messages

  • Chapô du papier de Mordillat :

    C’est une constatation cruelle mais c’est une constatation nécessaire  : il y a désormais en France deux partis de droite. Un parti à tendance néofasciste, l’UMP à la sauce FN, et un parti néolibéral qui ne porte plus le nom de socialiste que par paresse.

    à lire ici : http://www.humanite.fr/tribunes/la-gauche-de-droite-est-au-pouvoir-par-gerard-mord-552611

    • un parti néolibéral qui ne porte plus le nom de socialiste que par paresse

      Et comment qualifier ceux qui confortent de fait ce parti...
      - en adoptant une position ambigüe à son égard,
      - en cogérant régions et départements avec lui,
      - allant même jusqu’à s’allier électoralement avec lui aux municipales, que ce soit au premier ou au deuxième tour ?

      La gauche du néolibéralisme ?

      Ou...

      La droite de la gauche de la gauche néolibérale ?

      On vit une époque formidable...

    • Quelque soit les élus-es de gauche, à la gauche de la gauche, à la droite de la gauche et au milieu de la gauche, tous ont eu et auront besoin de la pression du peuple mobilisé sur des revendications politiques, économiques,sociales, environnementales. Arrêtons de "jeter" la pierre à nos élus-es de gauche ; certes ils ont leur responsabilité dans leur politique d’austérité notamment le PS. Mais ils seront ce que nous en ferons... mobilisons - nous sur des revendications claires et précises...peuple de gauche réveillez - vous ! agissons...c’est cela la lutte de classe...le peuple en mouvement rien ne l’arrêtera.

  • Pour ma part je choisis Mordillat et ses arguments car ils sont plus sur une ligne de lutte de classe que sur un compromis momentané avec la bourgeoisie même dite de gauche.

    Lutte de classe ou solo funêbre du prolétariat qui abandonne le combat pour son impérieuse unité au profit de celle de la bourgeoisie et de ses intérêts exclusifs..... En clair, les 26% qui font encore confiance à Hollande sont-ils des bourgeois où des prolos ? Faut-il tenter de les gagner ou bien les abandonner définitivement comme masse de manoeuvre dans les mains de la social démocratie

  • Depuis la fin de la 4ème république et l’avénement du gaullisme,puis du giscardisme et de la Mitterrandie, la France est dirigé par la droite et la social-démocratie sans aucun changement pour les travailleurs si ce n’est la misère du chômage ou de l’emploi précaire ;
    Désolé de vous contredire Mais en 1981, mitterand a fait passér l’age de la retraite à 60 ans. Elle était auparavant de 65 ans. C’était un changement important et positif pour l’ensemble des salariés à moins que vous consideriez que partir 5ans plutôt que prevu à la retraite est un recul.C’est ce point que je voulais souligner.
    Après le FDG qui preconise une autre politique n’est pas suivi par l’electorat , loin s’en faut malgré l’embellie de la présidentielle due certainement a la campagne menée par JL Melenchon. Les elections partielles montrent que le fdg ne tire aucun profit en terme electoral. C’est le FN qui marque des points.

    • La retraite à 60 ans en 1981 est positive mais depuis les gouvernements de droite(Balladur-Fillon-Sarko) et de gauche aujourd’hui(Ayrault-Touraine) la ramène à 62 ans et à 66 ans bientôt.Les acquis sociaux arrachés à un moment par le mouvement social sont toujours remis en cause par le capitalisme lorsque le mouvement ouvrier faiblit et baisse la garde . Cela prouve qu’il ne faut jamais s’endormir sur des lois progressistes que le capital à la moindre occasion remet en cause avec les gouvernements à sa solde. Aujourd’hui la crise du système s’approfondit et le moment historique approche où le peuple devra de nouveau se mettre en marche révolutionnaire pour faire avancer l’humanité vers de nouveaux progrès sociaux. Les oligarques de tous poils et les maffieux ne resteront pas aux manettes devant l’ouragan populaire qui commence à prendre son essor partout sur la planète.

      Notre malaise militant va s’estomper progresssivement devant le réveil du peuple,en particulier de la classe ouvrière et de la jeunesse.

      Bernard SARTON

  • N’y a-t-il pas aussi un "problème" Mélenchon désormais à la tête du FDG ? Est-il irremplaçable au sein du FDG ? S’il reste à sa tête, le FDG garde-t-il toute sa crédibilité ?

Derniers articles sur Bellaciao :