Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Le vandalisme culturel menace les orchestres et les opéras français

lundi 15 décembre 2014 , par Le Snam Cgt - Contacter l'auteur

La mobilisation reste plus que jamais indispensable

Il y a moins d’un mo
is les orchestres et maisons d’o
péras de notre pays se sont très
largement
mobilisés pour répon
dre à l’appel de la Fédération i
nternationale des
m
usiciens - la FIM - contre le
« 
vandalisme culturel
 », pour la défense des orchestres symphoniques et lyriques en Europe et dans
le monde. Cet élan de solidarité avait, notamm
ent, été motivé par le licenciement brutal de l’orchestre
et du chœur de l’Opéra de Rome.

Cette mobilisation exceptionnelle aura permis de faire reculer la
municipalité de Rome et d’obtenir le réengagement des musiciens de l’orchestre et des artistes
lyriq
ues du chœur même si ce sont les seuls artistes permanents qui épongent 3 des 4 millions
d’euros du déficit prévu en 2015, par des suppressions de primes, baisses de salaire, augmentation de
la “productivité”, etc.

Nous n’imaginions pas que nous devrions
connaître quelques semaines plus tard de telles attaques
sur le territoire français. Pourtant, depuis le début du mois de décembre c’est dans notre pays que les
menaces contre le service public de la musique, contre les orchestres et les chœurs se multipl
ient,
menaçant certains dans leur pérennité.

Aujourd’hui de nombreuses collectivités territoriales, prenant prétexte de la crise économique et de la
baisse des dotations de l’Etat pour certaines
ou de conflit
s
entre collectivités pour d’autres, n’hésitent
plus à couper de manière drastique dans le financement des orchestre
s
et des maisons d’opéras dont
elles avaient la responsabilité.

Pourtant,
le tissu mondial d’orchestres et de maisons d’opéra qui s’était constitué
a
u fil des années et
des siècles avait
résisté aux turbulences économiques, aux changements de régimes, aux guerres...
La crise économique mondiale en cours n’est ni pire ni plus exceptionnelle que dans le passé. Rien ne
peut justifier les risques d’anéantissement de tout un patrimoine, de tou
t un savoir -
faire, de toute une
histoire. Rien ne peut justifier que des ressources artistiques et culturelles investies dans la création et
l’innovation soient sacrifiées.
Opéra National de Montpellier
 :

A
la suite de la coupe de 5M d’€ dans le financeme
nt de la région en
2012, du retrait du conseil général et de l’audit commandé par le
président PS de l’agglo de
Montpellier, un plan d’austérité prévoit de demander les départs volontaires de 25 salariés de l’Opéra
en 2015. Cela devrait être réparti entre
l’orchestre - 6 musiciens (sur un effectif de 94) -
, le non
remplacement des départs à la retraite, une baisse des effectifs du chœur (30 artistes lyriques) le
plaçant en dessous du seuil critique et des départs volontaires dans tous les services. Les menac
es
sont clairement exprimées
 : s’il n’y a pas de départ volontaire il y aura plan de licenciement. C’est
l’emploi permanent et donc les missions de service public de cet orchestre, de cette maison d’Opéra
,
qui sont remises en cause.

Orchestre d’Avignon (O
lrap)
 :

Lors de son dernier conseil d’administration, Catherine Bugeon,
adjointe au maire d’Avigno
n, a annoncé que Cécile Helle, m
aire PS d’Avignon
,
souhaitait une baisse
de 2,5 % des subventions pour l’Orchestre en 2015 et ne s’engageait pas sur 2016 et 2
017.
Mais la baisse annoncée est encore plus importante puisque le Grand Avignon, qui devait confirmer sa subvention à hauteur de 655
000
€ pour les trois années à venir, a décidé de suivre la ville d’Avignon.
La Région qui s’était engagée sur 615
000
€ a,
elle aussi, réduit sa dote à l’O
l
rap à 600
000
€.

L’Orchestre d’Avignon qui, grâce à nos mobilisations, avait réussi à poursuivre ses activités au service
d’un public fidèle est à nouveau menacé.

Musiciens du Louvre Grenoble
 :

La ville de Grenoble
,
dirig
é
e
par le Maire EELV
,
Eric Pioll
e,
a
annoncé son intention de supprimer la subvention de 438.000

accordée aux Musiciens du Louvre, ce
qui risque de lui porter un coup fatal.

Et d’autres menaces se profilent
 : Orchestre de Cannes, Les Arts florissants...

C’est bien l’ensemble de l’emploi
, tout particulièrement permanent, des
musiciens et des artistes
lyriques, c’est bien tout le service public et ses missions qui sont menacés.

Dans le même temps le ministère de la Culture et de la Communication abandonn
e la promesse
présidentielle d’une loi d’orientation
pour la Culture. Elle y substitue un projet de loi « sur la liberté de
création,
le patrimoine et l’architecture ». En comparaison des versions précédentes, il n’est plus fait
référence au service public e
t à ses missions, aux labels nationaux et à leur défense, à la
démocratisation culturelle qui n’est plus un objectif et, de même, la suppression des subventions
ministérielles fait peser une menace sur l’existence même des Conservatoires à rayonnement
dépa
rtemental et régional et sur l’enseignement artistique spécialisé.
Face à cette situation sans précédent où le gouvernement et les élus territoriaux tournent le dos à
toute idée de démocratie et de diversité culturelle, d’équité territoriale, le Snam-Cgt et ses syndicats
appellent les musiciens, les publics,
l
es mélomanes
, les chefs d’orchestre, à la mobilisation la plus
large et la plus déterminée pour lutter contre la désertification culturelle de notre pays.

Mots clés : Economie-budget / Musique / Syndicats /
Derniers articles sur Bellaciao :