Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Les causes de l’échec

mardi 24 avril 2007 - Contacter l'auteur - 16 coms

On entend dire ici et là que la gauche antilibérale est laminée à cause du "vote futile" ; des sondages frelatés et surtout de la division. Tous ces facteurs ont joué, mais ce ne sont pas les seuls.

Ah quel dommage, entend-on, quel dommage que nous n’ayons pas eu une candidature unitaire, alors que nous avions un si bon programme : nos 125 propositions.

Les 125 propositions, parlons en. Ne sont elles pas la principale cause de notre échec ?

Tout d’abord, la forme est criticable ; Il y a bien longtemps que les électeurs ne sont plus convaincus par ces catalogues de promesses électorales, dont chacun a plus ou moins intégré qu’elles n’engagent que ceux qui les écoutent. Par son aspect "foisonnant", le catalogue des 125 propositions était difficile à communiquer.

Mais sutrout, le fond l’est encore plus. Une des propositions les plus intéressantes était de revivifier la démocratie en donant aux associations de citoyens des moyens d’expertise, afin que les débats n’opposent pas "ceux qui savent" à "ceux qui ne savent pas". On aurait apprécié que cette exigence d’expertise s’applique d’abord au volet économique des 125 propositions. Chaque semaine, la revue "Politis" publie un article d’un économiste à contre-courant, proche de idées antilibérales. Il était donc possible de faire expertiser ces propositions.

Cela n’a pas été fait. La mesure phare consistait à passer le SMIC à 1500€ nets. Son montant actuel est environ de 1000€ nets. Nous avons donc proposé une augmentation de 50% du SMIC. Nous avons aussi proposé une retraite minimum égale au SMIC (majoré...), puis l’instauration d’une sécurité sociale professionnelle (payée par les entreprises), mais aussi la hausse des minima sociaux (et donc des charges salariales), mais aussi l’augmentation de la fiscalité sur les entreprises etc etc ...

Il n’est pas besoin d’avoir le prix Nobel d’économie pour s’apercevoir que de telles mesures provoqueraient le dépôt de bilan immédiat de centaines de milliers d’entreprises et l’apparition de millions de chômeurs supplémentaires.

Mais ce n’est pas tout. Supposons même que cette politique soit un succès. Supposons que l’augmentation massive des salaires provoque de relance de l’économie qui permette de financer les mesure prévues. On aurait alors relancé la croissance, et donc augmenté l’empreinte écologique des français sur la planète, alors que nous répétons à longueur de temps qu’il faut sauver cette dernière.

Imaginions nous que les électeurs ne percevraient pas ces incohérences et ces contradictions ? En fait, le volet économique des 125 propositions est une des causes majeures de notre échec.

On ne surmontera pas la crise sans refonder notre projet. Par exemple, au lieu de proposer des augmentations de salaires irréalisables, ne peut-on pas se demander comment mieux vivre avec les salaires actuels ? Si on dispose d’un logement écolgique à loyer modéré, de services publics de qualité et gratuits en matière de santé, de culture, d’éducation, de petite enfance, de transports urbains etc... on peut bien vivre avec un salaires modeste, tout en réduisant son empreinte écologique.

Ce travail unitaire de refondation sera long et difficile, mais nous n’avons pas d’autre voie.

Jean-Pierre

Mots clés : Collectifs Unitaires / Partis politiques / Présidentielle 2007 /

Messages

  • A Jean Pierre ,

    je lisais ton texte tranquillement jusqu’a ce que j’arrive à : ""Par exemple, au lieu de proposer des augmentations de salaires irréalisables, ne peut-on pas se demander comment mieux vivre avec les salaires actuels ? ""

    Tu vis sur quelle planete jean Pierre ?

    tu vis toi avec un RMI ?

    Tu vis toi avec un SMIC ?

    Tu vis toi avec une pension de reversion ?

    Tu vis toi avec un temps partiel imposé de 20h / hebdo ?

    Et en plus dans un appart ecolo à loyer modéré , ou , dans quelle ville , dans quel village ?

    Avec tes raisonnements à deux balles , tu ne te rends meme pas compte que tu insultes ceux dont tu parles !

    claude de Toulouse .

    • J’ai vécu avec un SMIC. Passé une époque, j’étais même chômeur, sans indemnité et sans protection sociale....

      "Et en plus dans un appart ecolo à loyer modéré , ou , dans quelle ville , dans quel village ?"

      Tu n’as pas compris. Ce que je veux dire, c’est que si la collectivité met à notre disposition des logements écologiques et pas chers ainsi que toute une gamme de services publics gratuits, alors on peut bien vivre avec des petits salaires. Je n’ai pas dit que c’est la situation actuelle, mais je pense que nos propositions devraient s’orienter dans cette voie.

      Cordialement

      Jean-Pierre

    • SI ON MANGE MOINS,SI LES ENFANTS SONT PRIVES DE TOUT,SI TU N’ACHETE JAMAIS UN JOURNAL,SI TU NE TE CHAUFFES PAS,SI TA COMPAGNE N’A DROIT A RIEN :SUR QUE TU DEPENSE MOINS ET QU’AVEC UN SMIC TU EN AS MEME TROP....ET IL Y EN A DES C...QUE TU POURRAIS INVITER CHEZ TOI !!!! SALUT QUAND MEME M.B(CORSE)

    • Mais alors les riches ils vont vivre encore mieux si c’est pas cher et qu’on leur laisse tout !!! Claude

  • Jean-Pierre , vous n’êtes pas l’expert de service, celui que les "collectifs" ont consulté, et heureusement, car vous inventez les lapalissades du MEDEF lui-même, lequel a fort sérieusement "sélectionné " ses "experts" !

    ainsi, pour diminuer "l’empreinte écologique" de l’Humanité sur la "pauvre planète", il faut demander aux "pays pauvres " de rester "modestes" et de cesser de "vivre au dessus de leurs moyens avec le surendettement" , et dans la même logique, bien sûr, on accuse les salaires des classes populaires des "pays riches" d’être responsables de "l’empreinte écologique "...

    Justement, la vertu des "125 points", c’est leur cohérence, et elle provient tout à la fois des "savants" que des "sachant" :

    la force de ces propositions , c’est ce qui gène la puissance médiatique , qui s’est évertuée à organiser un mur de silence contre elles, comparable aux murs "antiterroristes" à plus d’un titre :

    si ces propositions franchissent le "mur du silence", elles feront "un attentat " à la pudeur des bons bourgeois qui roulent en 4X4 et chient sur le monde sans vergogne ...enrichis par les guerres et le marché succulent des armes, enrichis par "la concurrence libre et non faussée" qui pousse à remettre à plus tard toutes les promesses faites à la "pauvre planète" quant à la réduction des émissions nocives !

    Malheureusement, la graine est semée, et malgré les tonnes de "désherbant anticommuniste" versées, cette graine franchira le mur, au niveau unique du passage possible : le vote Ségolène !

    une fois franchi ce "barrage " , à la barbe de la Parisot et de sa milice néofascisante sarkosienne, nous cultiverons avec "nos experts" les graines des "125 propositions"...Heureusement, les élections législatives seront la revanche du peuple sur ce système présidentiel de confication monarchique de la "souveraineté populaire" !

  • Avril 1968 Smig=340 ff
    Juin 1968 Smig=650 ff

    Combien de faillites en 69=0

    Au législatives de 1967 le Pcf était pour le SMIG à 600F, pour les socialistes de l’époque, c’était "démagogique" ! Et Rocard, en 68, trouvait que les travailleurs était "rentrés" pour un "plat de lentilles" !

    CN46400

  • La faute à ceux qui depuis le 29mai2005 avaient décidé de récolter le NON de gauche pour le compte du PC !

    La faute à ceux qui veulent maintenir le PC dans l’orbite du PS !

    la faute à ceux qui regardent le PC comme leur chose, leur nombril et qui finissent par ne rien voir d’autre !

    Ceux-ci et ceux-là voulaient, à tous prix, un candidat. Ils l’ont eu, on a fait la campagne "pour faire passer nos idées" et on a vu !

    Le NON est devenu un OUI, et bien sûr, nous n’y sommes pour rien !

    A tous les coins de rues, partout, sur toutes les terrasses on a entendu : pourquoi pas d’entente antilibérale ? et on répondait : c’est la faute des autres !

    En 36 Thorez posait la question : Ou est le drapeau de l’unité ? nulle part ! alors vous perdrez tous !

    Et c’est bien ce qui est arrivé !

    CN46400

  • oui, c ca

    autant s’entrainer a supporter notre malheur sans denigrer le exces de ceux qui en profitent egoistement.

    en fait, ne veux tu pas dire :

    - nous ne sommes pas nes sous la meme etoile

  • jean pierre tu dis :
    "Il n’est pas besoin d’avoir le prix Nobel d’économie pour s’apercevoir que de telles mesures provoqueraient le dépôt de bilan immédiat de centaines de milliers d’entreprises et l’apparition de millions de chômeurs supplémentaires.
    "
    justement c’est tout à fait possible !
    et c’est cela qui est rageant c’est qu’il n’y a qu’a aller les chercher ces montagnes de fric !!!

    toute l’ideologie patronale c’est de dire:irréaliste les revendicatoions des salarieés,
    Et des salaries la reprennent cette idéologie ...jusqu’a ce qu’un greve generale leur donne enfin par exemple les congés payés
    Et des salaires s’appercoivent qu’ils ont été baisées toute leur vie ,TOUTE leur vie !!!
    C’est le patronat collectivement qui devra payer les mesures d’urgenc sociale et pas seulement la pme de 3 salariés.
    Allez 165 milliard d’euros ca fait conbien de salariés payés à 1500 euros nets par mois ?je ramasse les copies ds 1 heure
    Spartacus

  • Cela montre que ce débat est nécessaire.

    Lorsque le PCF gère une municipalité, parvient-il oui ou non à améliorer la vie des gens ? Je crois que la réponse est oui et que les élus le font en développant des services publics de qualité pour leurs administrés : restauration scolaire bon marché, centres de loisirs, centres aérés et colonies de vacances pour les enfants, politique culturelle active, politique dynamique de logements sociaux etc... Cet impact positif sur la vie quotidienne s’obtient en gardant un budget municipal équilibré (sinon la ville est mise sous tutelle) et sans la moindre augmentation des salaires, puisque les élus locaux n’ont aucun pouvoir en la matière.

    Pourquoi ce qui est possible à l’échelle locale ne le serait-il pas au niveau national ?

    Bien sûr, il faut viser la réduction des inégalités, et l’augmentation des bas revenus (et donc la diminution de ceux qui dépassent le revenu médian dont le mien). Mais ne soyons pas démagogues : on peut augmenter le SMIC, mais pas de 50% d’un seul coup ! ç3% des français on sont d’ailleurs convaincus, sinon ils auraient voté pour la gauche antilibérale.

    Par ailleurs, avec la raréfaction du pétrole, nous devrons tôt ou tard envisager une société de décroissance. Il est inutile de le nier, mais il faut construire l’alternative pour que décroissance signifie plus de bonheur et non récession et misère pour le plus grand nombre. Vous avez dû lire un article dans un numéro récent de l’Huma, qui indiquait que les mexicains sont plus heureux que les états-uniens malgré un revenu beaucoup plus faible. De quoi faire réfléchir ....

    Jean-Pierre

  • La "Décroissance" ça fait dire pas mal de conneries !!!!!

    Raspoutine

    • Décroître OK ! mais pour qui ? LA bourgeoisie ou le prolétariat ? Forgeard ou l’ingénieur à 5000€ de Airbus ? Commençons par voir si tous ceux, salariés ou actionnaires, qui gagnent plus, qu’un prix Nobel méritent bien leurs revenus !

      CN46400

  • l’echec c’est a cause de la trouille, et du vote donc "utile" ...

    pas du tout à cause d’autre chose.

    juste pour info, en 2002 dans ma commune la gauche du PS totalisait 27,47% des voix (verts, lo, pc, lcr, pt, gauche radical)

    cette année : 8,72%

    et lire que le SMIC à 1500€ NET c’est demago etc, ça me ressort par les trous de nez ..
    2 FOIS + DE RICHESSES EN FRANCE QU IL Y A SEULEMENT 30 ANS.

    le pognon est là ....

    la france est classée 14 eme au niveau des salaires
    et première au niveau remunération du capital.

    la difference entre un cadre sup et un ouvrier au niveau richesses du patrimoine est de 1 à 22

    etc etc ...

    mes vidéos militantes : http://www.dailymotion.com/patrickdu49/1

    • au niveau national 1er tour 2002 :

      gauche de la gauche 21,38% réunie (sans compter l’abstension enorme, et déjà le vote "utile" de certains, et sans compter ceux qui ont voté Lepen pour dire "merde" )

      cette année 2007 : 9,99%

      donc si le PC dés le début, avait non seulement été ultra clair, face au PS, et s’ils avaient eu la jugeotte de ne pas presenter une tête du PC de la gauche plurielle, pour ne pas semer le trouble, et qu’on y etait allé donc unis, avec l’intention d’arriver au second tour, moi je dis on y serait arrivé au second tour.

      car quand vous regardez bien les chiffres de 2002, en prennant tout les paramètres, on se rend compte qu’on aurait pu cartonner grave en 2007.

      par contre faut y croire, faut pas partir perdant, ça c’est sur ...

      j’espère que le PC a enfin compris sa connerie, avec ces 1,93% ...
      eux qui n’arretent pas de se venter de leur nombre de militants ..

      marie george 140000 adhérant pour 707327 voix
      olivier 10000 adhérants pour 1 498 835 voix
      et josé sans étiquette et sans moyen financier quasimment, zéro adhérant, que des sans voix comme moi qui se reunissaient tant bien que mal : 483 076 voix

      il est grand temps de se réunir derrière Olivier ou José je pense aux legislatives et d’une manière générale à l’avenir, les chiffres parlent d’eux mêmes, non ?

  • la belle unanimité des commentaires - hauts cris toutes chapelles confondues ! - est assez révélatrice des causes de l’échec : pour beaucoup, à gauche de la gauche, quoi qu’il advienne, cela conforte les certitudes premières. C’est la rançon à payer quand on fait davantage de morale que de politique, qu’on s’indigne exclusivement plutôt que de chercher les véritables conditions d’avancées réelles - seraient-elles moins satisfaisante que l’exigence une morale à courte vue dont on aime se draper.

Derniers articles sur Bellaciao :