Archives : IT | EN | ES

Les articles depuis 2022

Merci patron !

mardi 25 octobre 2005 - Contacter l'auteur - 1 com

de Bernard Lallement

L’Assemblée nationale a adopté, dans la nuit de vendredi à samedi,un amendement proposant d’exonérer de l’ISF, à hauteur de 75 %, les actions détenues par les dirigeants et salariés des entreprises, à condition qu’ils s’engagent à les conserver au moins six ans. Il en est de même pour les titres détenus dans le cadre d’un "pacte d’actionnaires."

Ce sont surtout les grands patrons qui devraient bénéficier de cette bonne manière, renforcée par la modification du barème de l’impôt sur le revenu applicable à partir de janvier 2006.

En effet, si Dominique de Villepin avait présenté cette réforme comme « devant profiter en priorité aux classes moyennes », à l’arrivée ce sont surtout les hauts revenus qui en tireront le meilleur avantage. Car, habillement, le gouvernement à intégrer dans l’assiette de l’impôt l’abattement fiscal de 20 %. Or celui-ci étant plafonné à 117.500 €, tous les revenus dépassant ce seuil verront leur imposition baisser du même pourcentage.

Il faut savoir que 70 % des Français perçoivent un revenu annuel brut inférieur ou égal à 21.600 €, dont 50 % en dessous de 15.800 €. En revanche, la moyenne des revenus des dirigeants du CAC 40, abonde à 2,2 millions d’euros. Après avoir progresser de 14 % en 2003 (contre 0,3 % pour les ménages), l’augmentation n’a été « que » de 9,80 % avec un record pour le salaire de Jean-Philippe Thierry, président des AGF, : 80,3 %.

Au résultat, un célibataire qui gagnerait, annuellement, 20.000 € verrait sa réduction d’impôt abonder à une centaine d’euros, alors que le même célibataire dont le revenu serait dix fois supérieur bénéficierait d’un baisse de son imposition d’environ 5.000 €.

« Il apparaît en effet que toute la faveur du Gouvernement va aux intérêts patrimoniaux des grands patrons du CAC 40, alors que l’un d’eux, actuellement ministre des finances - qui n’est pas venu siéger au banc du Gouvernement - est parmi ceux qui sont directement concernés par les mesures d’exonération, notamment de l’ISF, dont nous allons débattre. Je rappelle tout de même que le Parquet de Paris a récemment soupçonné un délit d’initié, suite au vote d’un amendement tendant à alléger la fiscalité sur les profits réalisés à l’occasion des ventes d’immeubles à la découpe qui ont tant ému le pays. J’ai là un article de presse qui cite le nom de plusieurs parlementaires » a eu beau jeu de rappeler le député Arnaud Montebourg, lors de la discussion budgétaire.

Visiblement, la réforme fiscale n’est pas celle des plus défavorisées.

Colbert préconisait de taxer les pauvres « parce qu’ils sont plus nombreux. » Thierry Breton, ancien grand patron, a visiblement retenu la leçon.

Bernard Lallement

Article paru dans le Blog "SARTRE" de Bernard Lallement

- http://sartre.blogspirit.com

Mots clés : Bernard Lallement / Dazibao / Economie-budget / Gouvernements /

Messages

  • Et ceux qui ne sont pas imposés parce qu’ils n’ont pas suffisamment pour vivre... ils n’ont rien. En un mot pour que ça change il faut faire la révolution. Le social-réformiste ne changera rien. Il faut se souvenir que c’est sous Jospin que les inégalités ont commencé à se creuser. La fracture sociale a commencé avant Chirac qui ne l’a fait que l’accentuer !
    PS ou UMP même combat !!!!

Derniers articles sur Bellaciao :