Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous

de : PACO
samedi 26 février 2011 - 14h23 - Signaler aux modérateurs
23 commentaires

La diffusion du film de Jean-Michel Carré, Sexe, amour & handicap, jeudi soir sur France 2 provoque des remous. Positifs chez les personnes qui découvrent (eh oui) que sexualités et handicaps ne sont pas incompatibles. Négatifs chez les féministes abolitionnistes qui s’entêtent à assimiler assistance sexuelle et prostitution… Avec talent et intelligence, Jean-Michel Carré a donné la parole à des personnes handicapées et à des valides qui inventent un métier respectueux de la dignité humaine. Avant lui, Nasha Gagnebin avait réalisé Une sensualité pour tous. Une pièce de plus pour faire avancer le Schmilblick.


Une Sensualité Pour Tous
envoyé par gagnebin. - Les dernières bandes annonces en ligne.

Une sensualité pour tous, un film de Nasha Gagnebin.

Liberté, égalités, sexualités pour les personnes handicapées

Paco sur Le Post


Partager cet article :

Imprimer cet article
Commentaires de l'article
Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 14h47

Vous dites une sensualité pour TOUS . Votre TOUS inclut-il les TOUTES ?
Est-il prévu que des hommes s’occupent sexuellement des femmes handicapées ou alors les besoins sexuels de la femme demeurent-ils encore un tabou en France ?

Si dans votre réclamation la sexualité des femmes handicapées n’est pas considérée mais uniquement celle des hommes handicapés, ce ne serait qu’une mesure discriminatoire sexiste de plus et les associations féministes ont raison de la dénoncer .



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 15h11 - Posté par

Et TOUTES bien sûr, comme l’explique notamment la présidente de l’association Choisir sa vie.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 16h21 - Posté par Anne-Marie

Pourquoi avoir programmé ce documentaire à 22h45 et non immédiatement après le journal ?



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 18h16

Que de vérites !!
Je pense a W.Reich et son combat sur la sensualite social.
Un grand tabou !!! tous avons besoin de sensualite et sa manque donne lieu au desequilibres mentaux.
Un gran effort !!! BRAVO pour le courage !!!



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 18h35 - Posté par lino

Raz le bol d’entendre parler de la misère sexuelle des personnes handicapées. Il me paraît évident que d’autres batailles doivent être menées
Alors que les moyens financiers fondent comme neige au soleil, les fermetures de services psychiatriques, les insuffisances de places en établissements spécialisés, insuffisance de personnels, des allocations dérisoires . . . .
Là se trouvent les vrais combats pour les personnes souffrant de handicap.
La sexualité ils y ont droit comme chacun d’entre nous, alors pourquoi devrait-on inventer un nouveau métier d’assistant (e) sexuelle. Changeons déjà la place laisser aux personnes handicapées dans notre société.
Changeons avant tout le regard de la société sur la sexualité des personnes souffrant de handicap, comment cela se vit dans la famille, dans les services ?

Ces « revendications » liées à la sexualité isolent un peu plus les personnes handicapées du monde social. Ce "combat" pour l’autorisation d’assistant (e) sexuel (le) est à mon sens un faux combat.

C’est au demeurant une vision bien bourgeoise de la sexualité, tout comme il y a quelques décennies, l’usage de la professionnelle du sexe était admis pour dépuceler l’adolescent.

A quand une assistance sexuelle pour les inadaptés sociaux qui bien souvent eux aussi vivent la misère effective et sexuelle ?
Avant tout c’est notre regard sur l’humain et le citoyen qui doit changer pour qu’il retrouve place et dignité dans la société.



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 19h16 - Posté par Ferenc

Vous, vous ètes un handicapé... du coeur


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
26 février 2011 - 21h27 - Posté par lucide

Si effectivement vous avez bien suivi cette émission , l’idée , c’est d’ouvrir et d’élargir ce "service" . En fin de compte , on instrumentalise la situation des handicapé(e)s pour permettre et autoriser à terme " les travailleurs du sexe " !
C’est le retour au 19eme siècle , les salarié(e)s , les chomeurs , chomeuses iront compléter leur salaire , en taillant des pipes à leur patron !

Tant de problèmes a régler , sur la question des personnes en situation de handicap , sur les malades , les hôpitaux qui ferment la secu qui rembourse de moins en moins .

De tout cela pas un mot dans cette émission paravent du capital !


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 09h43 - Posté par Alexandre

Ca se voit que vous n’ètes pas handicapée.
Vous penseriez autrement sinon.
Il est vrai que pour vous les handicapés doivent rester la cinquième roue du carrosse.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
28 février 2011 - 19h25 - Posté par

Et voila le commentaire stupide :
"Ca se voit que vous n’ètes pas handicapée. Vous penseriez autrement sinon"

Quel degré de handicap doit être pris en compte,
un aveugle oui mais le malvoyant à 95% ?
le sourd oui,mais le malentandant profond ,

et la sexualité du bégue qui est plus qu’handicapée ?
et l’agoraphobe qui ne peut plus sortir de chez lui ?
alors à quel niveau faire jouer le handicap ?

et croyez vous que tous les handicapés sont d’accord pour qu’une femme se fasse pute pour son plaisir ?
parceque c’est bien encore les femmes qui seront mises à contribution d’une maniére majoritaire .

alors pourquoi je dis commentaire stupide ,
parceque rien n’est jamais homogéne,ça me fait penser aux sots qui finissent leurs diatribes par ;ha sivous etiez smicard vous feriez,ou penseriez autrement !

comme si les smicards pensaient tous pareils !!

alors je suis cotorep 80% je suis reconnu travailleur handicapé et je suis en désaccord total sur la proposition de faire une profession avec cours et examen pour me faire jouir contre du fric !!

alors les handicapes ,svp ne parlez pas à leur place


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 08h24 - Posté par lino

Pourquoi serais-je un handicapé du cœur ?
Parce que je refuse de voir s’instituer l’amour tarifé pour les personnes souffrant de handicap ?

Que ces personnes puissent aimer et être aimer et qu’ils vivent leur sexualité ne me gène absolument pas !
Par contre qu’on élude le problème de la vie affective des handicapés de cette manière me semble bien réducteur et dangereux. La vie amoureuse ne se résume pas à l’aspect sexuel, qui n’est qu’une composante et seulement une composante.
A mots discrets et choisis ce que prône ce film c’est l’amour tarifé.
Je ne sais si vous aimeriez annoncer à vos proches, à vos voisins que votre fils ou votre fille exerce le nouveau métier d’assistant (e) sexuel(le) rémunéré (e).
Libre à chacun également de dépasser ses retenues, ses réserves et d’aimer une personne handicapée ( sans rémunération), là c’est un débat différent.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 09h19 - Posté par

Ce que fait saisir ce film est que la "sexualité" est LIÉE à l’amour et inversement et que dans notre monde puritain elle en est séparée... par l’argent. Bien sûr que les handicapés sont aptes à aimer et sexuellement de plus (et non pas : on "droit" à l’amour...) : c’est seulement ce que montre ce film.

Et il montre, concomitamment, la teneur de ce que cette sexualité fait de l’amour — qui est sexué — dans le cadre puritain de notre société de m.rde (et je pèse le mot !) et qui traite, si je puis dire, cet amour à la manière d’un déchet, dont elle ne sait pas quoi faire, comme tous les déchets qu’elle génère (radio-actifs, chimiques, biologiques, etc.).

Ce film n’est pas une solution au problème général de l’amour, solution qui ne tient qu’à NOUS, mais montre à sa manièret que l’amour — qui est sexué — est universel, car il concerne aussi, les handicapés.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 09h38 - Posté par

Pire ! Wilhelm Reich a montré que l’amour était une fonction universelle du Vivant, fonction qui se manifeste dès lors qu’un organisme possède plus de deux cellules, n’est plus unicellulaire (et encore !). Cette fonction est liée à une charge vitale V.I.T.A.L.E., qui provient de la vie, est nécessaire à la vie et montre la vie en fonctionnement — tension, charge, décharge, détente. Il est mort en prison.

Cette réflexion dont est doté l’humain quand il regarde le monde et lui-même, ne se verra plus dans un miroir (télé, ciné, pub, roman, etc.) et ne verra plus la manifestation de ses désirs d’amour (amoureux et sexués) ailleurs que chez lui, remarquera qu’il est beaucoup plus passionnant de vivre AVEC la vie que contre la vie et que ce "contre" est la source de tous ses déboires.

Et tout comme on peut voir ces révoltes de printemps exploser le désir de vivre des gens avec le retour de l’activité solaire - ce qui signifie que cet humain est toujours tributaire du cosmos et verra son activité humaine débordante de joie dans ses malheurs durer environ 3 ans - , ce ne sera que lorsque l’humain aura compris la relation entre cette charge biologique, cosmique de la vitalité et l’amour qui lui est tributaire, qu’il deviendra un peu moins CON et se posera la question de cette représentation de charge qu’est l’argent, comme substitut amoureux, possessif et possesseur, mesquinerie, castration qui concerne les deux sexes.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 09h53 - Posté par Ferenc

Il ne s’agit pas d’amour tarifé, même si ces assistant(e)s sexuel(le)s seraient rémunéré(e)s. D’ailleurs concernant la rémunération, le film n’est pas si affirmatif que cela. Les intervenant(e)s français(e)s étaient des bénévoles.

Vous avez certainement compris que c’est le regard sur les handicapés qu’il faut changer. Mais tant qu’ils ne seront pas intégrés dans l’imagerie amoureuse collective, la seule solution pour elles et eux sera de faire appel à de tels assistants sexuels.

Imaginez-vous seulement un instant dans un lit, prisonnier de votre propre corps, incapable d’assouvir vos pulsions sexuelles, qui, elles sont bien réelles et nécessaires, alors vous penseriez autrement.

Il faut arrêter de considérer les handicapés comme inutiles à la société, soit parce qu’ils ne rentrent pas dans le moule production-consommation, soit parce qu’ils seraient incapables d’intégrer le mouvement social. Les manifestations du collectif "ni pauvres, ni soumis" l’ont bien démontré.

Je sais que dans cette émission, personne n’a parlé de la dégradation voulue et assumée par tous les gouvernements libéraux (y compris à la sauce PS) de notre système de santé, mais ce n’était pas le sujet.

Par contre, je n’ai pas vu sur ce site beaucoup de réactions de "gauchistes hyper branchés dans le mouvement social" quand sarko a réformé l’AAH (Allocation adulte handicapés).


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 15h58 - Posté par

Il ne s’agit pas d’amour tarifé, même si ces assistant(e)s sexuel(le)s seraient rémunéré(e)s.

Là, j’ai du mal à suivre


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 10h16

Un texte qui était paru il y a un an ou deux sur ce thème

Assistante sexuelle pour handicapés ou prostitution ?
Par CLAUDINE LEGARDINIER Journaliste, MALKA MARCOVICH historienne, SABINE SALMON présidente nationale de Femmes solidaires, ANNIE SUGIER présidente de la Ligue du droit international des femmes

On le sait pour les contrats d’assurance, il faut toujours lire les petites lignes. Le manifeste « Tous solidaires avec les personnes handicapées », publié sur le site Internet de l’Express et signé par diverses associations et personnalités, le prouve. Jouant sur les mots, il entraîne un certain nombre de signataires dans une embuscade. Comment ne pas adhérer pleinement, de prime abord, à ce manifeste qui défend à juste titre le droit à l’emploi, à l’éducation, à la liberté de circuler, à la mise en place de structures suffisantes, etc.
Mais qu’en est-il des dernières lignes du texte, vite expédiées, et dont les détails sont reportés plus loin dans l’article 2 ? Le « droit à une vie affective et sexuelle » nous est servi l’air de rien en fin de plaidoyer. Oui, mille fois oui, à une prise en compte de la sexualité des personnes handicapées et au respect qui doit l’entourer ! Mais faut-il aller jusqu’à créer, comme aux Pays-Bas, des « assistants sexuels », personnes chargées de fournir elles-mêmes du plaisir sexuel, comme l’idée en est avancée plus loin sur le site et comme songent à le faire des associations de personnes handicapées réunies depuis mars 2008 dans le collectif Handicaps et Sexualités (CHA) ? Le texte fondateur préconise la mise en place de services « d’assistance érotique et/ou sexuelle » avec « l’élaboration de référentiels métiers, de compétence et de formation ». Faut-il garantir un « droit à la vie sexuelle », droit qu’il deviendra difficile de dénier à d’autres catégories de population (prisonniers, malades, etc.) ? Et qu’est-ce qu’un « droit à la sexualité » qui implique un « devoir sexuel » pour celles et ceux qui seront chargés de l’assurer ?
Ainsi, un nouvel « emploi » verrait le jour en France. Un « métier reconnu » doté d’une formation et qui, « pour des raisons culturelles » serait en réalité majoritairement exercé par des femmes, pour les « besoins » d’une majorité d’hommes (voir le rapport de Marcel Nuss sur les propositions pour un accompagnement plus humanisé et humanisant et une formation plus adaptée publié en juin 2006). Dans l’idéal, cet « emploi » serait exercé par des personnes issues du domaine médical ou paramédical, à qui serait proposé une formation. Les étudiantes kinésithérapeutes ou aides- soignantes apprécieront. Une nouvelle fois, les femmes vont payer la note. Renvoyées au sacrifice, à la générosité dont elles sont si prodigues, trouvant une solution au chômage dans un nouveau « métier de service ».
Une étape supplémentaire sera franchie. Le service domestique et le service soignant ne suffisant plus, le service sexuel viendra parachever le retour de la femme traditionnelle, oublieuse de soi, de sa propre sexualité, de ses propres désirs. On la paiera et elle aura la satisfaction, n’est-ce pas, de faire une bonne action. Pas de prostitution là-dedans, nous dit-on. Mais quoi, alors ? Comment appeler autrement un « service » rémunéré, comportant des actes sexuels ? Changer un nom suffirait- il à changer une réalité ? Faut-il rappeler que dans les pays où ce « service » existe, il est considéré comme une forme de prostitution spécialisée ? Qu’il ne peut être mis en place qu’à la condition de dépénaliser certaines formes de proxénétisme, ce qui est le cas aux Pays-Bas, en Suisse, en Allemagne, tous pays qui organisent la mise à disposition des femmes, avec la bénédiction de l’Etat, au bénéfice de la moitié masculine de la population, handicapée ou non ? L’incohérence serait totale à l’heure où de plus en plus de textes internationaux, que la France a notamment ratifiés, reconnaissent que l’existence d’une « demande » contribue à l’organisation de la prostitution et à la traite des femmes et appellent les Etats à la décourager ! Comment concilier la création de « services d’assistant(e)s sexuel(le)s » et les mesures préconisées - y compris législatives - à même de dissuader les « clients » des personnes en situation de prostitution ? On note d’ailleurs que certain(e)s signataires du manifeste - Catherine Trautmann, Axel Kahn, Bertrand Delanoë, Jean-Louis Bianco, etc. - ont, à d’autres occasions, exprimé leurs craintes sur la marchandisation de la sexualité ou se sont engagés en faveur de textes défendant la pénalisation des clients prostitueurs. Leur a-t-on vraiment donné tous les éléments sur le contenu du « droit à la vie sexuelle » ? La prostitution est un des hauts lieux de la violence contre les femmes. En faire un « métier de service », au nom de la détresse - réelle - de quelques-uns, c’est fournir un cheval de Troie à l’industrie du sexe et à ses marchands de femmes qui n’auraient jamais osé rêver d’une telle promotion. Nous refusons cette nouvelle dérive. Croit-on vraiment respecter les personnes handicapées en créant une loi spécifique qui aboutisse, non à résoudre leur légitime demande de liens affectifs et sexuels, leur besoin de reconnaissance en tant que citoyen(ne)s, mais à se débarrasser d’un problème douloureux en fabriquant une solution marchande ? Et nous demandons ici à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, de dire ce qu’elle en pense.



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 10h25

Depuis la diffusion du film de Jean-Michel Carré, on lit des choses insupportables y compris, hélas, sur Bellaciao. ça fait un peu bizarre quand des gens situés "à gauche de la gauche" s’alignent sur les arguments des droites les plus réactionnaires.
Le film ne parle pas que des assistant-e-s sexuel-le-s ! Il est question aussi de couples handicapés, de couples mixtes et, globalement, de la difficulté qu’il y a à parler en même temps de sexualités, de sensualité, d’amour... et de handicaps. Il faut savoir qu’une personne handicapée, homme ou femme, ne peut pas vivre au grand jour avec une personne valide sans perdre ses maigres allocations. Où sont les gauchistes pour dénoncer cette injustice ? Tout le monde semble admettre qu’une personne handicapée doit être soumise, assistée, asexuée et exploitée. Parce que s’il y a bien une catégorie sociale qui sait ce qu’est l’exploitation, ce sont les personnes handicapées !
Une militante d’Osez le féminisme et du Parti de gauche s’offusquait à l’idée que le métier d’assistant-e-s sexuel-le-s soit envisagé pour les personnes handicapées. "Pourquoi pas pour les laids aussi ?" disait-elle. Quel mépris ! Je crois comprendre qu’un député UMP va présenter un projet de loi pour réglementer l’aide sexuelle. Qu’un type de l’UMP soit plus intelligent que tous les héritiers de la "révolution sexuelle" qui traînent à gauche... ça met carrément en colère.



Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 11h25 - Posté par lino

La place des personnes souffrant de handicap n’est pas des plus facile dans notre société, je vous l’accorde volontier.

Maintenant, je me permets d’émettre les plus grandes réserves sur le fait que ce soit en revendiquant la possibilité de faire appel à des assistants (es) sexuels (les) comme en Suède en Allemagne ou au Pays-Bas que cela permettra une meilleure intégration sociale pour les personnes handicapées.

Quant à l’argumentaire de mener un combat progressiste en soutenant une réglementation permettant « l’aide sexuelle pour les personnes handicapées » présenté par un député UMP . . . . Cela devrait vous poser quelques questions sur les finalités de ce projet.

Pour le reste, je vous laisse à vos ressentis sur ce qu’est un combat de gauche ou de gauchiste, j ‘en ai bien d’autres définitions.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 16h38 - Posté par lucide

Le voila le chantage typique compassionnel !

"Une militante d’Osez le féminisme et du Parti de gauche s’offusquait à l’idée que le métier d’assistant-e-s sexuel-le-s soit envisagé pour les personnes handicapées. "Pourquoi pas pour les laids aussi ?" disait-elle. Quel mépris ! Je crois comprendre qu’un député UMP va présenter un projet de loi pour réglementer l’aide sexuelle. Qu’un type de l’UMP soit plus intelligent que tous les héritiers de la "révolution sexuelle" qui traînent à gauche... ça met carrément en colère."

Et bien canalyse ta colère et réfléchie ! Depuis des années la france résiste au milieu d’une propagande Anglo-saxonne ultra liberale pour libéraliser , marchandiser toutes les sphères de la société .

A chaque fois , le combat à été le même , au nom d’une idée libertaire humaniste il faudrait légaliser la prostitution , et comme cela ne passe pas les business man/women du sexe utilisent toutes les ficelles du coeur et maintenant le handicap pour arriver à leur fin !

Pulsions sexuelles , " je bande, donc je suis" et puis quoi encore ...comme si un être humain se réduisait à l’éjaculation ! Et après , le vide affectif encore plus mortifére ..
L’angoisse réapparaît dès lors que l’activité compulsive est consommée !

Et qui serait assistant(e) sexuel(le) rémunéré(e)s à votre avis ?
Auteuil/Neuilly/Passy ou Bobigny/Drancy/Ivry

Et comme les prostitué(e)s des bon(ne)s client(e)s pour les dealers à l’affût , car on ne pratique jamais ce genre d’activités sans séquelles , sans béquilles !
Et , ça c’est du réel .


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 17h28 - Posté par Unepute

Et bien canalyse ta colère et réfléchie ! Depuis des années la france résiste au milieu d’une propagande Anglo-saxonne ultra liberale pour libéraliser , marchandiser toutes les sphères de la société .

Completement faux : les u.s.a en particulier sont le pays qui poussent le plus a la prohibition de la prostitution. Tu peux t eduquer sur ce sujet en commencant par la :
http://en.wikipedia.org/wiki/Anti-p...

A chaque fois , le combat à été le même , au nom d’une idée libertaire humaniste il faudrait légaliser la prostitution , et comme cela ne passe pas les business man/women du sexe utilisent toutes les ficelles du coeur et maintenant le handicap pour arriver à leur fin !
"les business man / women du sexe" : donc tu nies completement que de nombreux acteurs font partie de ce debat : des activistes putes aux personnes handicapees, de docteurs aux travailleurs sociaux... Effectivement c est plus simple de crier au Grand Mechant Loup Capitaliste que d’ouvrir les yeux sur un sujet bien plus complique.
Pulsions sexuelles , " je bande, donc je suis" et puis quoi encore ...comme si un être humain se réduisait à l’éjaculation ! Et après , le vide affectif encore plus mortifére .. L’angoisse réapparaît dès lors que l’activité compulsive est consommée !
Pulsion sexuelle signifie aussi besoin de caresses, de contact physique, de calin, de tendresses..... tu crois quoi ? que les clients paient des putes pour jouir ? Tu veux pas pour 5 minutes essayer de comprendre que c est un peu plus complique que ca !? Je suis pute depuis 16 ans. Je ne sais pas combien de milliers de mecs j ai rencontre et non... ce n est pas uniquement a propos " d ejaculation" ... cest bien au dela de ca .. combien d obese j ai vu, de veufs, d handicapes, de jeunes trop timides ....

on ne pratique jamais ce genre d’activités sans séquelles , sans béquilles ! Et , ça c’est du réel .
. et bien souvent si certaines putes ont des bequilles c est a cause de ce discours victimisant et de la stigmatisation.
Un autre texte ( en anglais encore)
http://feministing.com/2010/12/17/t...


Si il y a un mouvement social des droits des travailleuses sexuelles c est le debouche logique de mouvement des droits sociaux des trans des pds et des gouines. A travers le monde entier, des putes se battent pour qu on respectent nos droits. Elles creent leurs syndicats et osent parler a visage decouvert de leur existences , de leur travail..... Bien sur , ca ne va pas dans ton sens et tu preferes reduire tout un mouvement social a une grande conspiration neo-liberale...
Ecoutes des putes parler ici :
http://sexworkerspresent.blip.tv/


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 22h14 - Posté par

Completement faux : les u.s.a en particulier sont le pays qui poussent le plus a la prohibition de la prostitution.

Je suis pas spécialement engagé dans le sujet mais pour cette assertion je m’inscrit totalement en faux :

Les Etats-Unis sont pour une prohibition drastique de la prostitution DANS LES ESPACES PUBLICS.

Par contre les bordels spécialisé sont non seulement tolérés mais aussi recommandés et sponsorisés et promus par les Etats et bien des femmes y bossent comme deuxième job dans un pays ou pour simplement "survivre" un seul ne suffit pas.

Pour le reste je trouve déjà délirant que des personnes dites "normales" aient besoin d’avoir recours à des séances sexuelles tarifées, mais qu’on en fasse une institution oficielle pour les handicapés alors qu’on leur supprime les aides simplement "vitales", me laisse penser que ça n’est pas si innocent que ça.

Parce que, sans mauvais jeu de mot, à un paraplégique auquel l’Etat supprime les moyens de s’acheter un fauteuil roulant, ça doit lui faire une "belle jambe" de savoir que certains s’occupent de lui permettre de baiser ; à ses frais en plus.

Parce que vous croyez pas que la Sécu va rembourser, non ???

Je penserai plutôt à un beau marché bien juteux à ouvrir pour les multinationales de l’esclavage humain.

Et puis ça serait sympa aussi d’avoir l’avis de personnes autorisées sur le sujet, entre autre d’Handicapés eux-mêmes, au lieu de voir et d’entendre des intermédiaires bizarres parler pour eux... ((- :

G.L.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 18h44 - Posté par

ça délire pas mal... Je pense que celles/ceux qui s’expriment contre le film de Jean-Michel Carré ne l’ont pas vu !
Tout le monde focalise sur l’idée que des femmes valides sont utilisées par des hommes handicapés. D’un sujet complexe, on en fait une histoire de baise. Handicapé ou pas, un mec reste un sale mec en rut. Point barre.
C’est oublier que des femmes handicapées attendent également des aides sensuelles et sexuelles. C’est oublier que ces aides sexuelles peuvent être bénévoles. C’est oublier que ces aides sexuelles peuvent concerner des couples handicapés qui n’ont pas la possibilité de se déshabiller seuls, etc. Bref, arrêtez de fantasmer et de déblatérer n’importe quoi. Renseignez-vous. Parlez avec des personnes handicapées. Et soyez heureux/heureuses d’être en bonne santé.


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
27 février 2011 - 20h37 - Posté par ash

Quand on aura marchandisé l’amour, on en aura définitivement fini avec l’utopie révolutionnaire !!


Sexualités et handicaps, une sensualité pour tous
28 février 2011 - 00h35 - Posté par jaja

tout devient marchandise ......................

utiliser la problématique handicap , c’est à gerber

père d’un enfant handicapé mental







accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite