Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Puissance et limite des résistances locales.

de : Mengneau Michel
jeudi 11 août 2011 - 11h40 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 30.8 ko

Par Michel Mengneau

Lors des (F)estives des Objecteurs de croissances (http://www.les-oc.info/) du 18 au 21 aout à Moissac dans le Tarn, l’une des tables rondes sera sur le thème de la puissance et des limites des résistance locales. Comme le Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte entre dans ce cadre là quelques uns de ses membres ont apporté des contributions au débat, contributions qui ne sont pas limitatives et ouvertes à tous…

Pour bien comprendre l’impact du Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte, un petit historique s’impose…

2003 : création du CRS, suite au mouvement social sur les retraites

Le Collectif de Résistance Sociale de Fontenay-le-Comte est né du mouvement social de mai 2003. D’abord comité de grève, issu des A.G de grévistes, il s’est élargi de manière générale à tous les citoyens engagés dans une démarche de progrès social et politique. A la fin du mouvement de mai 2003, il prend ce nom car nous sommes en Résistance contre le néo-libéralisme triomphant et hyper puissant, et parce que, comme l’indique ironiquement l’abréviation C.R.S, nous sommes en état de lutte sociale. De manière collective, sans a priori nous voulons reconquérir l’espace social local !

2004 : Premier forum social organisé au Langon : « Du local au global ».

2005 : campagne pour le « NON » au référendum. Organisation d’un forum avec la participation de R.M JENNAR, spécialiste de la constitution européenne.

Le CRS initie « l’appel départemental des 200 » avec François Poupet. Participation au meeting unitaire du « non de la gauche » à La Roche-sur-Yon.

2006 : Mouvement social contre le CPE et le CNE : organisation d’un forum social avec Gérard Filoche, inspecteur du travail, membre du bureau politique du PS.

2007-2008 : participation aux campagnes cantonales et législatives : nos candidats, Michel Bocquier et Philippe Terroire franchissent la barre des 5% !

2008 : forum social au Langon : l’évolution du Droit du Travail par Yan Dufour, inspecteur du travail.

2010 : participation du CRS aux régionales : six candidats du CRS sur la liste « Tous ensemble la gauche vraiment ».

Mouvements contre la « Réforme des retraites » : Intervention de Gérard Filoche, le 4 septembre, Salle des OPS.

Depuis sept ans : partenariat avec les syndicats pour l’organisation des manifestations à Fontenay, projections-débats de films, etc…

Ce bref historique nous permet de voir que ce pole de résistance en collant à l’actualité est un relais événementiel sur le terrain. Les informations sont donc ressenties par les citoyens de deux façons, venant par le haut et en même temps par le bas, par la proximité des événements locaux ainsi que chacun les perçoivent, accompagnées où suscitées par le CRS.

Mais n’est pas uniquement un relais puisque un collectif comme le CRS peut être aussi acteur puisque celui-ci a initié l’appel des 200 contre le Traité européen. Il a ouvert aussi, par exemple, le débat sur l’eau en s’appuyant sur le contexte local des réserves de substitution et voit les 200 spectateurs du film : « Pour quelques grains d’or » débattre pendant deux heures après celui-ci. C’est donc un impact local important qui s’ouvre sur des problèmes plus généraux puisque lors du débat il sera question de l’agriculture intensive et sa remise en question.

La participation aux mouvements sociaux du CRS, où il a fédéré les différentes formes de la contestation (principalement syndicales), en fait un élément moteur localement avec une ouverture démocratique et citoyenne que n’auraient pas permise des revendications uniquement syndicales.

Aussi, l’exemple donné à la population par ce collectif, c’est qu’il est informel, sans structure officielle, sans responsable désigné, avec un vrai débat d’idées organisé librement en son sein. Partage des taches, démocratie directe et horizontale avec un noyau de participants à peu près constant autour duquel viennent participer des épisodiques en fonction des événements.

Mais c’est aussi l’une de ses limites puisque dans nos sociétés hyper structurées un ensemble de personnes qui se réunissent sans structure établies parait suspect. Et ceci surtout pour les partis politique qui pratiquent un centralisme démocratique nuisible à la vraie démocratie. D’où naissent un mur d’incompréhension, un rejet, que ne résoudra que la formation de réseaux avec des formes d’expressions semblables qui devront rester aussi dans le cadre d’une liberté totale d’évolution comme l’est le CRS. Nous pourrons alors voir se construire la masse critique sur des bases véritablement démocratiques.

Donc, l’un des problèmes dans une société où les esprits sont formatés, c’est de créer le questionnement hors la pensée unique, c’est une des limites actuelles des groupes locaux tant le formatage intellectuel est fort, par conséquence l’unes des actions primordiales doit être l’éducation servie par une dialectique nouvelle. Mais peu de moyen sont à dispositions puisque la communication actuelle est sous l’emprise du système ; l’une des solutions sont des soirées à thème, les projections ou autres en profitant de sujets locaux ou plus globaux auxquels les gens semblent s’intéresser ; à partir de là, ouvrir le débat en le sortant si cela est possible des sentiers battus.

Actuellement, le formatage de la pensée, est la principale limite. Les aspects techniques, en y réfléchissant bien ne sont pas insurmontables, la décolonisation de l’imaginaire l’est beaucoup plus….

http://le-ragondin-furieux.over4bloc.fr


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite