Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
2 commentaires
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Venezuela : Entretien avec Farruco, ministre de la culture


de : EncontrARTE
vendredi 4 février 2005 - 11h15 - Signaler aux modérateurs

Farruco : « Les grandes bases nécessaires au développement culturel devront être constituées »

de EncontrARTE traduction : Numancia Poggi

Farruco : « Je me dois à mes idées, à mes sentiments et à mes engagements profonds »

Francisco Sesto Novás, « Farruco » comme on l’appelle affectueusement, est actuellement Ministre d’Etat à la Culture et Président du Conseil National de la Culture (CONAC).

Vénézuélien né à Vigo, en Espagne, en 1945, cette dernière décennie il a occupé différents postes dans l’administration publique. En avril 2003 il a été désigné Vice-ministre de la Culture au Ministère de l’Education, de la Culture et des Sports, Président du Conseil National de la Culture (CONAC) et membre de la Commission Présidentielle pour l’Alphabétisation (Mission Robinson). En juin 2004, lors du processus de réorganisation et de restructuration du Secteur Culture a été créé par décret présidentiel le poste de Ministre d’Etat à la Culture et Farruco a été maintenu à ce poste par le Président Chávez, donnant ainsi continuité aux projets qu’il avait lancés quand il était Vice-ministre.

Architecte dans l’âme, et par profession, il a reçu plusieurs prix pour ses œuvres, aussi bien au Venezuela qu’à l’étranger ; il a été pendant 25 ans professeur titulaire, maintenant retraité, de la Chaire de Projet de l’Ecole d’Architecture de l’Université Centrale du Venezuela (UCV).

Pendant ses moments de liberté, qui maintenant ne sont plus très fréquents, il aime écrire et peindre. Il a écrit des poèmes et des essais : « Isolda », anthologie poétique ; « Una Pasión », nouvelle courte primée en Espagne en 1990 ; « Libro de la luna interior », anthologie poétique de 1995 ; « Desnudo el tuyo tan hermoso y para nosotros necesario », dessins et poèmes, de 1997 ; « Estudio de la mirada, la presencia, la belleza, la necesidad, el deseo, la desolación et la resurrección », anthologie poétique de 2002 ; « Porque soy chavista », essai ; et « Fatigas y fulgores », anthologie poétique de 2003.

EncontrARTE : Ministre, sur la plan de la culture, qu’est-ce qui a été fait et qu’est-ce qui n’a pas été fait par rapport aux plans que vous aviez pour l’année 2004 ?

Farruco Sesto : Je pense que le principal a été réalisé, c’était de réorienter la gestion publique de la culture. 2004 a été une année clé. Auparavant il semblait que la culture était à l’écart du Processus, aujourd’hui la perception est différente.

La culture occupe une place importante dans le panorama des changements. Elle contribue aux changements de mille façons. Cependant concrètement beaucoup d’objectifs n’ont pas été atteints. Nous sommes encore lents dans l’administration ; nous avons des problèmes dans le suivi des programmes, bien que nous soyons en train de corriger ces défauts.

Si je devais m’auto-évaluer et évaluer l’équipe qui m’accompagne, je dirais que nous avons obtenu 16 sur 20. C’est bien, mais perfectible. C’est ce que je crois.

EncontrARTE : Aussi bien pour le CONAC que pour le Ministère, quelles sont vos lignes stratégiques pour l’année 2005 ?

Farruco Sesto : Les projets spéciaux, qui sont les grands chantiers de la gestion culturelle, nous les avons intégrés dans les dix objectifs généraux de la Nouvelle Etape qui ont été exposés par le président Chávez. De plus, nous souhaitons toujours aller vers la déconcentration, vers la massification et vers la démocratisation de la gestion culturelle dans le Processus. Bien, si je devais synthétiser tout notre effort de l’année 2005 je te donnerais les lignes stratégiques suivantes :

Refondation intégrale des institutions culturelles publiques, pour les harmoniser avec les objectifs de la Révolution Bolivarienne. Révision et actualisation de tout le dispositif législatif et de toutes les normes concernant la culture, afin de disposer des instruments juridiques nécessaires aux grands changements. Création du réseau de 20 000 activateurs culturels au sein du peuple, présents dans toutes les communautés du territoire national : Misión Cultura. Création par l’Etat des plate-formes nécessaires pour le soutien au niveau national des diverses manifestations culturelles, en mettant l’accent sur la production et à la diffusion massive du livre, de la musique, du cinéma et des médias audiovisuels, plus le Registre des Traditions populaires. Universalisation des événements culturels, facilitant le rapprochement de la majorité du peuple vers toutes les expressions et formes de création et de pensée, et favorisant le dialogue interculturel entre les différentes régions du Venezuela et entre celles-ci et le reste du monde. Contribution décisive à l’élévation de la conscience et aiguisement des valeurs fondamentales, nécessaires pour faire avancer le projet de vie collective contenu dans la Constitution de la République Bolivarienne du Venezuela.

EncontrARTE : Nous observons un important travail d’investigation et de diffusion de l’activité créatrice des différentes cultures présentes au Venezuela, mais il y a également un autre processus non institutionnel, il s’agit du souhait des gens de participer à la vie culturelle du pays et de s’exprimer de différentes façons. Comment faire pour contribuer, sans leur donner de limite et sans tracer de voie, à ces manifestations dans le cadre des structures bureaucratiques des institutions existantes ?

Farruco Sesto : Si cela n’est pas obtenu, je veux dire si tout le peuple n’est pas intégré, et pas seulement une partie du peuple, mais tout l’ensemble de la société vénézuélienne, à cette effervescence permanente du travail culturel, rien de tout ce que nous faisons ne serait très utile. Si l’existence d’une bureaucratie culturelle sert à quelque chose, là est son utilité. Si les institutions de la culture sont nécessaires, elles le sont pour que tout le peuple se manifeste et s’exprime. En conséquence, tout ce que nous faisons tend vers cela. Les formules que nous pouvons avoir ce sont celles que nous mettons en pratique.

EncontrARTE : A qui est destiné le Programme de Financement Culturel ?

Farruco Sesto : C’est une longue histoire que je résumerai de la façon suivante. Il y a quelques années, les députés et les sénateurs de l’ancien Congrès s’étaient inquiétés parce que dans les différents Etats du pays, les budgets publics pour la culture étaient très faibles. En conséquence beaucoup d’institutions publiques et privées dans la vie culturelle avaient de grandes difficultés économiques. Mais les congressistes, au lieu de lutter pour que les budgets des Etats et des municipalités soient plus généreux pour la culture, ont trouvé plus facile d’établir à partir du Congrès un budget pour ces institutions de tout le pays.

Tout cela s’est développé ainsi jusqu’à ce que nous parvenions à la situation de l’an passé. Presque 2000 institutions non gouvernementales, la majorité de dimension régionale ou locale, ont reçu un financement du gouvernement national qui s’élevait à 47 milliards de bolivars [20 millions d’euros]. Tout cela représente un héritage. Il est logique de corriger tout ce programme de financement, qui ne fait que répondre à des vides structurels au niveau des Etats [provinciaux] et au niveau local. Savais-tu, par exemple, que les orchestres symphoniques des Etats sont des associations civiles ? Ces associations devraient à mon avis être des entités publiques dépendant du gouvernorat de chaque Etat [provincial]. Comme ce n’est pas le cas, le gouvernement national les inclut dans le plan de financement. Et cela se produit avec beaucoup d’institutions privées comme les Ateneos ou les Ecoles d’art. A mon avis, le gouvernement national ne devrait financer que des programmes et des institutions de dimension nationale. C’est ce qui conviendrait.

EncontrARTE : Quels projets culturels et quelles personnes doivent participer aux Journées de Planification ?

Farruco Sesto : Quoi qu’il en soit, le financement ne doit pas servir à faire vivre tel ou tel groupe, mais il doit servir pour faire arriver la culture aux communautés. De ce point de vue, les groupes devraient mettre leurs projets en harmonie avec l’orientation publique concernant la culture.

EncontrARTE : Comment peut-on comparer le Programme de Financement de cette année avec celui de l’année 2004 ?

Farruco Sesto : Nous avons peu à peu perfectionné le système pour qu’il soit de moins en moins mauvais. En essayant d’éviter les perversions induites par sa nature équivoque. Nous l’avons pas mal démocratisé. Maintenant, par exemple, tout ce qui concerne des projets, ce qui correspond à peu près à la moitié du total du financement, nous en discutons autour des tables de travail dans chacun des Etats du Venezuela.

Le CONAC ne décide pas des assignations. Elles sont décidées autour des tables participatives. Cela, au moins, représente une avancée. Nous avons donné beaucoup de fluidité au fonctionnement. Je dois te dire que cette année nous avons battu un record. Le 22 décembre 2004 nous avions déjà payé 41 des 47 milliards de bolivars de subventions au secteur privé. Et ce qui n’a pas été payé est dû au retard de certains groupes dans la présentation des comptes. Une telle efficacité n’avait jamais existé auparavant. Cette année nous l’améliorerons certainement encore. Mais, dans le fond, comme tu peux voir, ni moi ni l’équipe du CONAC ne sommes très heureux avec le système que nous avons reçu en héritage.

Ce n’est pas que nous souhaitions que les institutions et les groupes privés cessent de recevoir le financement, non, il ne s’agit pas de ça. Il s’agit pour l’institution culturelle, dans les différents niveaux de gouvernement, d’assumer chacune de ses responsabilités, de sorte que, dans notre cas en tant que gouvernement national nous nous occupions des politiques et des programmes nationaux. Mais cela ne s’obtient pas par décret. C’est quelque chose qu’il faut construire par des accords, des discussions et beaucoup de patience. Mais il ne s’agit pas de laisser les groupes sans financement.

EncontrARTE : Nous avons perçu en différents milieux de Caracas et de l’intérieur du pays, la satisfaction de groupes culturels et de médias alternatifs pour le soutien qu’ils reçoivent du CONAC à la différence d’autres organismes de l’Etat. Existe-t-il des différences avec d’autres ministères ou d’autres institutions ?

Farruco Sesto : Nous travaillons sans problème avec les groupes et les institutions privées qui entrent dans le plan. Evidemment nous travaillons également parfaitement bien avec les différents ministères et les organismes de l’Etat. Je ne connais pas ces différences dont tu parles.

EncontrARTE : Ministre, bien que nous sachions que chacun a toujours des objectifs très élevés presque inatteignables, vous sentez vous satisfait de la voie empruntée et par la direction qui est prise ?

Farruco Sesto : Je crois que nous sommes sur un très bon chemin. Les idées se sont clarifiées. Nous savons ce que nous devons faire. Maintenant il s’agit de le réaliser. Notre horizon naturel c’est l’année 2006. A ce moment-là les grandes bases nécessaires au développement culturel devront être constituées. Si nous parvenons à cela je serai satisfait à ce moment-là. Pour le moment, nous ne pouvons nous glorifier de rien.

EncontrARTE : Si le gouvernement et le peuple sont satisfaits de votre travail il serait juste de donner une continuité à votre vision de la culture et de la politique culturelle mise en œuvre. Si ça dépendait de vous, Farruco serait à la culture pour plusieurs années ?

Farruco Sesto : La vérité c’est que je suis avec le peuple et avec la révolution où on a besoin de moi, où on pense que je peux faire le meilleur travail. Le dernier mot reviendra toujours au président Chávez, le grand stratège de tout cela. Le président a son jeu d’échec et il mène la partie. Je me tiens simplement à disposition. Parfois, bien entendu, je regrette quelques activités personnelles qui ont été laissées de côté. Mais on n’est pas maître de soi si on s’immerge vraiment dans ces processus de libération. Je me dois à mes idées et, pourquoi ne pas le dire, à mes sentiments et à mes engagements profonds.

EncontrARTE : Vous êtes architecte, et on observe que le CONAC ou le ministère dont vous avez la charge ne prévoient ni événements ni activités pour diffuser la production de l’architecture nationale, et ne prévoient pas non plus de faire la promotion de la bonne architecture. Pour quelles raisons ?

Farruco Sesto : C’est une carence à laquelle nous avons réfléchi. Il est très difficile de donner une présence à l’architecture dans l’institution culturelle que nous avons aujourd’hui. Les changements auxquels nous aspirons, je suis convaincu qu’ils donneront toute sa place à l’architecture.

EncontrARTE : Architecte, nous connaissons votre passion pour l’architecture et nous supposons que les exigences de vos activités comme fonctionnaire vous empêchent l’exercice de la profession. Cela vous donne de la nostalgie ?

Farruco Sesto : Qui n’est pas habité par la nostalgie dans son âme, par les chemins qui sont restés dans le passé et même pour les chemins qui n’ont pas été empruntés ? Bien sûr que j’ai des sentiments de nostalgie. Nous ne serions pas humains sans notre bonne dose de regrets. Tu n’as jamais entendu le président parler de se retirer sur le bord d’un fleuve là-bas dans le Llano ? Mais ce ne sont pas des nostalgies qui nous paralysent. Elles donnent plutôt la vie. J’aime dessiner, projeter. Maintenant je fais d’autres types de projets, peut-être plus importants.

De toute façon, il est presque impossible de se détacher de ce que nous sommes, et même si on ne travaille pas comme architecte, on garde certainement des idéaux et une vision du fait architectonique et du fait urbain.

EncontrARTE : Considérez-vous que le Processus révolutionnaire soit sur la bonne voie en ce qui concerne la promotion d’une ville nouvelle et d’une architecture de grande qualité ?

Farruco Sesto : On a un peu avancé. Je crois qu’il y a davantage de compréhension du phénomène urbain, beaucoup plus que durant la 4 ème République. Je crois qu’on comprend mieux que la ville est un projet de vie collective. Mais, en vérité, les faits ne sont pas encore probants. Nous sommes en retard sur ce point. Il faut accélérer certains processus.

Adresse de l’article en espagnol :

http://encontrarte.aporrea.org/habl...



Imprimer cet article





Hommage à Giorgio Forti
dimanche 7 - 10h57
de : UJFP
Message urgent des occupants du théatre de l’Odéon
samedi 6 - 23h51
de : Alain Collet
Les sables radiologiques du désert
samedi 6 - 21h50
de : AIPRI
Dossier : Penser et lutter avec Rosa Luxemburg
samedi 6 - 21h08
de : contretemps
2 commentaires
Regards sur CUBA, pays des Humbles et Humaniste !
samedi 6 - 10h51
de : joclaude
L’économie « post-covid » : Neuve ou d’occasion ??? – “Le Crime du Garagiste” – Le Casse Banco-centraliste !
vendredi 5 - 16h16
de : Lepotier
2 commentaires
Rojava : la révolution des femmes
jeudi 4 - 20h51
de : jean1
Radio praxis : C’est l’heure de l’mettre !
jeudi 4 - 05h59
de : Hdm
Affaire « Bismuth » : Nicolas Sarkozy est condamné pour corruption
mercredi 3 - 16h03
de : joclaude
La députée irlandaise Claire Daly a décidé de protéger la Russie d’un flot d’accusations ridicules
mercredi 3 - 15h12
de : joclaude
1 commentaire
L’hégémonie culturelle selon Gramsci Par Aurélien Berthier
mercredi 3 - 09h28
de : Roberto Ferrario
« Je ne veux pas mourir, mais vu la situation, ils ne me laissent pas le choix »
mardi 2 - 21h24
de : jean1
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 - 17h03
de : Roberto Ferrario
2 commentaires
Une claque au lieu de deux pour les chômeurs
mardi 2 - 15h53
1 commentaire
Vive la Chine Populaire et son Parti Communiste
mardi 2 - 10h20
de : Hervé Fuyet
3 commentaires
Sursauts en provocations des Etats-Unis sur la Syrie et l’Irak
lundi 1er - 17h41
de : joclaude
1 commentaire
Solidarité avec Dimitris Koufontinas
lundi 1er - 16h59
de : Secrétariat du Secours Rouge International
"Modèle" chinois ? Il semble bien que soient chez nous seulement les fermes à 1000 vaches et aux 3000 cochons !
lundi 1er - 12h06
de : joclaude
2 commentaires
Et vive ce monde multipolaire anti-impérialiste
lundi 1er - 11h34
de : joclaude
2 commentaires
Paris. Ce 2 mars, rassemblement de soutien aux travailleurs de l’Infrapôle en lutte !
dimanche 28 - 16h19
de : jean1
Xi Jinping déclare la Chine exempte de pauvreté absolue…
samedi 27 - 17h54
de : joclaude
Comprendre le confinement de Dunkerque : 350 soldats américains viennent d’y débarquer !
vendredi 26 - 19h13
de : André
1 commentaire
Le péril facho-centriste : C’est l’heure de l’mettre !
vendredi 26 - 19h08
de : Hdm
Islamo-gauchisme : bêtise politicienne et aveuglement universitaire
vendredi 26 - 15h36
de : joclaude
4 commentaires
Vaccin Cubain : l’Humain d’abord ! Nous ne sommes pas une multinationale !
vendredi 26 - 14h40
de : joclaude
1 commentaire
Texas : vague de froid + peur du socialisme = chaos
vendredi 26 - 11h12
"Semaine morte" des Vies Scolaires à partir du 22 mars | Communiqué de presse
jeudi 25 - 22h31
de : Coordination Nationale des Collectifs d’AED
France : Troisième appel de mobilisation contre la réintoxication du monde
mercredi 24 - 21h31
de : jean1
1 commentaire
L’OMS n’a rien vu à Wuhan
mercredi 24 - 21h02
de : Pangolin Malencontreusement Offensé (PMO)
Bravo à Cédric Herrou et à sa famille pour le lien ci-dessous.
mercredi 24 - 19h21
de : jean1
Venezuela : L’Union Européenne sanctionne 19 fonctionnaires alors que l’ONU demande la levée des sanctions ?
mercredi 24 - 16h49
de : joclaude
2 commentaires
COVID-19 : Vaccin Cubain Soberana 02, porteur d’espoir !
mercredi 24 - 16h29
de : joclaude
2 commentaires
Dixit Macron : les impôt n’augmenteront pas, et puis les taxes c’est pas des impôts !
mercredi 24 - 16h18
de : joclaude
Essai : faire sauter la banque
mardi 23 - 18h50
de : jean1
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 - 18h03
de : Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
François Ruffin, COVID-19 : Un vaccin pour le bien public !
mardi 23 - 17h36
de : joclaude
Coup de poker d’Uber pour imposer son modèle à l’Europe
mardi 23 - 15h17
Bataille dans le CAC40 à coups de milliards au-dessus de nos têtes !
mardi 23 - 10h58
de : joclaude
Procès Farida C. infirmière en colère !
mardi 23 - 10h31
de : joclaude
Recommandation sur les propos de Frédérique Vidal annonçant demander une enquête sur l’islamo-gauchisme à l’Université
mardi 23 - 00h12
de : CS de l’InSHS

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Un vieil article qui reste d’actualité : "Sarkozy l’Italien"
mardi 2 mars
de Roberto Ferrario
2 commentaires
jeudi 9 avril 2009 Le meurtre perpétré par les fascistes de Sergio Argada le 20 octobre 1974 a Lamezia Terme de Bellaciao Avertissement - Comme vous le savez peut-être, nous sommes un collectif Franco-Italien. Nous avons toujours un œil sur la vie politique italienne et l’autre sur la vie politique française. Dernièrement, nous sommes souvent troublés par les nombreuses coïncidences, par les échos, que l’on trouve d’une ou de l’autre chez le voisin (...)
Lire la suite
Ca chauffe grave chez #Info’Com-CGT !!!
mardi 23 février
de Stéphane Paturey et Olivier Blandin (anciens secrétaires du syndicat)
Lettre ouverte à #RomainAltmann, secrétaire général d’#Info’Com-CGT Directement, sans contour, permets-nous de trouver ton commentaire hallucinant ! Comme à l’accoutumée, des généralités mais jamais de fond. Ce sens perpétuel du raccourci passe peut-être devant une commission exécutive (CE)… beaucoup moins lorsque des camarades apprennent les méthodes, les mensonges et les calomnies que tu couvres dans notre syndicat. Ce n’est pas digne d’une direction (...)
Lire la suite
Lettre ouverte au secrétariat Info’Com-CGT
mercredi 3 février
de Sidi Boussetta
2 commentaires
Au secrétariat Info’Com-CGT Vous êtes venu me chercher il y a 4 ans suite à cet article dans l’Humanité car vous "aviez besoin de militants". Par conviction, j’ai lâché le CDI et l’appartement qui m’attendaient à Nantes. J’ai fait ça pour rejoindre vos rangs. Vous m’avez proposé un emploi au Journal Officiel. Vous avez fait des réunions pour proposer mon nom comme futur CDI au Journal officiel. Suite à un "refus", vous m’aviez dit que le (...)
Lire la suite
Discrimination "anti-syndicale" à Info’Com-CGT finalement dénoncée dans un livre...
mercredi 27 janvier
4 commentaires
NDLR de Bellaciao : le (nous) employé par Mickaël Wamen fait référence aux (punitions) infligées par InfoCom-CGT à trois camarades : 15 jours de suppression de salaire pour Mickaël Wamen et pour Sidi Boussetta (actuellement Secrétaire adjoint UL CGT Blois) et non renouvellement (licenciement) du contrat de travail de Mickaël, Sidi et de Roberto Ferrario (membre fondateur du site Bellaciao.org) pour avoir exprimé leur désaccord avec ces méthodes discriminatoires... Au royaume de la CGT. La (...)
Lire la suite
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite