Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Aujourd hui, en mémoire de Peppino Impastato (live tv)

de : Collectif Bellaciao
jeudi 5 janvier 2012 - 23h56 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 146.5 ko

Aujourd’hui, en mémoire de Peppino Impastato, militant communiste libertaire anti-mafia de Democrazia Proletaria, assassiné lâchement en Sicile par une collusion mafia/fascistes le 9 mai 1978, ouverture sur le Net de Radio Cento Passi et de Cento Passi TV. Si vous n’avez pas vu le film "I cento passi", remédiez a cette lacune !

"I cento passi " film sur la vie de Giuseppe Impastato

Peppino Impastato aurait eu 64 ans aujourd hui. Ils l’ont coincé un soir ou il rentrait de sa radio, "radio Aut". Lâchement. Sauvagement. Ils l’ont enlevé. Battu a mort. Attaché inconscient aux rails de la voie de chemin de fer, après l’avoir entouré de dynamite. Puis ils l’ont fait exploser avant que passe un train. Pour faire croire a un "attentat-suicide"...

Pour l’audio cliquez ici

http://www.radio100passi.net/radio/

Le 9 mai 1978, l’Italie est secouée par un des évènements les plus dramatiques de son histoire. Le corps de Monsieur Aldo Moro (personnage pour le moins central de la vie politique italienne, à l’époque président de la Démocratie Chrétienne) est retrouvé à Rome, via Caetani, tué par les Brigades Rouges, après 55 jours de détention.

Face à une nouvelle aussi éclatante, tout autre évènement passe au second plan. Et c’est ainsi que bien peu s’aperçurent de la mort d’un jeune de trente ans dont les malheureux restes furent trouvés, dans la nuit du 8 au 9 mai, déchirés par une charge de T.N.T. déposée sur la voie ferrée entre Palerme et Trapani.

Ce jeune, c’était Giuseppe "Peppino" Impastato, né à Cinisi, le 5 janvier 1948, figure "dérangeante" du panorama politique de Cinisi (province de Palerme), engagé, depuis des années, en première ligne de la lutte contre les abus et les spéculations à caractère mafieux qui empoisonnaient la vie de son village.

Dans un premier temps, les enquêtes allèrent dans le sens d’un attentat terroriste raté ou d’un suicide "exhibitionniste". Ce n’est que grâce au fort engagement de son frère Giovanni et de sa mère Félicia, de ses camarades de Radio Aut et du Centre Sicilien de Documentation (qui prit d’ailleurs, par la suite, le nom de Peppino Impastato) que l’on parvint lentement et avec beaucoup trop d’années de retard à la vérité.

Peppino fut tué par la mafia qui trouvait désormais intolérables les attaques du jeune homme contre l’organisation (qui,justement ces années-là, cherchait à développer ses activités de trafic en les adaptant à une réalité qui se transformait, en Sicile aussi, avec l’abandon d’un modèle économique strictement rural) et qui probablement trouvait inacceptable que Peppino puisse être élu au Conseil Municipal de Cinisi aux toutes prochaines élections (le 14 mai, Peppino fut élu symboliquement avec 264 voix d’avance et le parti "Démocratie Prolétaire", sur la liste duquel il s’était présenté, obtint 6% des voix à Cinisi).

Salvo Vitale (un des plus fidèles amis de Peppino, en plus d’être son camarade dans les expériences de lutte à travers la communication, de la diffusion de tracts aux "meetings", de la constitution du "Cercle musique et culture" au journal "L’idée") a écrit sur le site de radio Aut " Le fait que l’on n’ait pas retrouvé la moindre miette de sa tête fait penser qu’ils lui ont même enfoncé un bâton de dynamite dans la bouche, pour dire qu’il avait trop parlé".

Je n’ai pas été instruit à "lire" les signes mafieux mais je pense que d’autres facteurs que celui évoqué, à juste titre, par Savo déterminèrent la brutalité particulière de l’assassinat de Peppino. Pour les "étrangers", la mise en scène servait sûrement à porter sur une fausse piste, celle des hypothèses mentionnées ci-dessus d’attentat/ suicide. Pour ceux qui surent comprendre dés le début l’origine mafieuse de l’assassinat ce geste devait être aussi une incitation au silence, mais encore plus un avertissement : Peppino devait être non seulement tué, non seulement brutalisé, mais aussi effacé de la surface de la terre. Il fallait aller jusqu’à effacer les traces mêmes de son existence physique. Heureusement, cela ne se passa pas ainsi et cet article, lui aussi, veut contribuer à maintenir en vie sa mémoire.

La figure de Peppino Impastato

Engagé en première ligne, ai-je dit plus haut ; mais il faut préciser que l’engagement de Peppino était une chose totalement nouvelle pour l’époque en ce qu’il savait conjuguer sa dimension personnelle et la dimension politique.

Il était physiquement menu mais doué d’une énorme énergie et d’une incroyable vivacité intellectuelle ; un conflit émotif complexe entra probablement en jeu dans sa formation idéologique : sa rébellion était à la fois politique, générationnelle et familiale. Son père Luigi (figure douloureuse, tracée avec un grand art par Marco Tullio Giordana dans le film "I cento passi" ; impliqué dans le milieu mafieux de Cinisi, il chercha, à sa façon, tant qu’il fut en vie,à protéger son fils des mesures de rétorsion mafieuses) avait été l’ami de Gaetano Badalamenti et une des sœurs de Luigi avait épousé Cesare Manzella,le boss tué en 1963 ; et, de façon plus générale, toute la famille Impastato avait dans son propre ADN de lourdes influences mafieuses.

Mais l’histoire de Peppino en est d’au tant plus importante : c’est l’histoire d’un homme qui a su défier la mafia, en commençant par celle qui se trouvait dans sa propre maison.

La rupture idéologique avec son père advint alors que Peppino était encore un tout jeune homme et dés 1968, il participa activement aux initiatives de la gauche alternative de l’époque. Il adhéra à la lutte des paysans qui s’étaient fait exproprier de leurs terres pour la construction de la troisième piste de l’aéroport, constitua le groupe "Musique et Culture" (1975) et, en 1976, fonda "Radio Aut" (expérience intéressante de radio libre, assez courante à l’époque, où se conjuguaient l’exigence de rupture culturelle et la recherche d’un mode nouveau - pour l’époque - de véhiculer l’engagement politique). Puis l’activité avec "Lotta Continua" et, comme on l’a dit, avec "Démocratie Prolétaire".

Pour en revenir à Radio Aut, un des programmes qui eut le plus de succès (et qui "ennuyait" le plus les cercles mafieux de Cinisi) était "Onda pazza" (onde folle), une sorte de flash hebdomadaire d’information, satirique, où Peppino et ses amis plongeaient la réalité de Cinisi dans une atmosphère qui frôlait l’absurde mais où les noms et les faits étaient bien reconnaissables, pour qui les connaissait ;Gaetano Badalamenti devenait ainsi "Tano assis" et le maire Gero di Stefano devenait Geronimo Stefanini, grand chef de "Mafiopoli" (Cinisi, évidemment). Un des plus beaux et des plus forts moments de "I Cento Passi" met en scène Peppino qui, pour décocher ses flêches sur les "puissants" de Cinisi, adapte librement des passages de l’Enfer de Dante, tandis que le cinéaste nous montre les différentes réactions du public d’"Onda pazza" : d’un côté, les gens amusés qui s’entassent dans les bars autour d’une petite radio, de l’autre côté les boss du village, écoutant avec la même attention mais dans un esprit bien différent, préoccupés par cette voix qu’il faut arrêter...

En consultant le site de Radio Aut, j’ai découvert que la parodie inspirée de l’Enfer de Dante avait été retransmise le 3 mars 1978. A partir de ce jour et jusqu’à sa mort, les émissions de "Onda pazza" furent une impressionnante progression de Peppino qui démolissait d’un éclat de rire (comme le voulait un vieux slogan, jadis patrimoine historique de la gauche) spéculateurs, administrateurs et personnages haut placés de Cinisi, sans épargner personne, avec pour seule arme, l’ironie lucide (une "arme" que Peppino fut le premier à utiliser contre la mafia).

La figure de Peppino Impastato apparaît aujourd’hui d’une incroyable actualité, 34 ans aprés sa mort. Dans une période où tout était "politique", Peppino savait conjuguer l’engagement politico-social et une tension morale vers la construction d’un "monde nouveau", d’un "homme nouveau", d’une "nouvelle manière" de vivre et d’envisager l’engagement. Et, en cela, ses valeurs (à la fois politiques et transcendant la politique) me semblent pouvoir être rapprochées de celles de l’actuel "Mouvement" et l’on peut considérer sa figure comme celle d’un précurseur de certaines formes de lutte et de protestation.

Les enquêtes

Comme on l’a déjà dit plus haut, les enquêtes sur la mort de Peppino furent au début perverties par la tentative évidente de ne pas vouloir reconnaître l’origine mafieuse de l’assassinat. En 1984, grâce au travail du juge d’instruction Rocco Chinnici (tué en juillet 1983), le juge Antonio Caponnetto reconnut l’origine mafieuse de l’assassinat mais ne réussit pas à vérifier la culpabilité des exécuteurs ou des mandataires, attribuant l’acte à des inconnus.

En 1994, le Centre Impastato demanda et obtint la réouverture de l’enquête. Cette demande fut soutenue non seulement par une pétition populaire mais aussi par un exposé de la mère et du frère de Peppino, Felicia Bartolotto et Giovanni Impastato (où ils demandent que l’on enquête également sur l’attitude des carabiniers immédiatement après les faits).

C’est une histoire typiquement italienne celle du procès Impastato, faite de silences coupables et d’orientations vers de fausses pistes, mais c’est au moins une histoire où la famille et les amis de la victime ont pu obtenir satisfaction : le 11 avril 2002, le boss mafieux Gaetano Badalamenti a été condamné à la détention à perpétuité, en tant que mandataire de l’assassinat. Auparavant avait été condamné Vito Palazzolo (disparu en 2002), lui aussi comme mandataire. Et à l’occasion de ces sentences, la famille Impastato a également reçu la reconnaissance tardive du fait que les premières enquêtes avaient été perverties. Le juge assesseur Angelo Pellino écrivit en effet, dans la sentence de condamnation de Vito Palazzolo, que sur les enquêtes "pèse l’intolérable soupçon d’une orientation systématique vers de fausses pistes ou, en tout cas, d’une façon de les mener (ces enquêtes) pervertie par une déconcertante accumulation d’omissions, de négligences, de retards associés à des choix d’enquête préconçus qui en auraient altéré la direction et le développement".

Mais s’il est vrai que les années ont apporté quelques satisfactions tardives, il est vrai aussi que de nouvelles amertumes n’ont pas épargné la famille Impastato. Comme lorsque l’Administration Communale de Isnello (province de Palerme)fit enlever la plaque commémorative de la place dédiée à Peppino, apposée en 1998 (cette fois-là, plusieurs intellectuels italiens s’étaient manifestés pour protester ainsi que diverses personnes appartenant à des familles de victime de la mafia ; j’en cite quelques uns dans le désordre : Rita Borsellino, Marta Fiore Borsellino, Nando Dalla Chiesa, Pina Maisano Grassi, Dario Fo et Franca Rame, Andrea Camilleri, Gillo Pontecorvo, Ettore Scola... et je m’excuse auprés de tous ceux, nombreux, que j’ai oublié de citer). Ou encore, quand, lors du récent procès à charge de Badalamenti et Palazzolo pour l’assassinat de Peppino, le collège de la défense dépoussiéra à nouveau la théorie de l’attentat terroriste comme cause de la mort...

#Italia #Impastato #Mafia #fascismo


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite