Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Le modèle économique de Djibouti voue-t-il sa population à la pauvreté ?

mardi 2 mai 2017 - 17h08 - Signaler aux modérateurs

Djibouti, petit pays de près de 900 000 habitants, logé dans la Corne de l’Afrique, fait depuis toujours figure de place forte stratégique. Les puissances occidentales y déploient des bases militaires afin de garder la main sur une région hautement explosive, à la croisée de l’Afrique et du Moyen-Orient. Les investissements affluent, Djibouti offrant une porte d’entrée sur l’Afrique que tous se disputent.

Dirigé depuis 1999 par l’autocrate Ismael Omar Guelleh, le pays repose sur un « business model » aussi original que douteux, mêlant aide humanitaire et subsides liés aux implantations militaires étrangères. Un modèle qui évolue au gré des alliances de circonstance, passées avec des partenaires pas toujours recommandables. Une chose reste constante en revanche : la misère de la population djiboutienne.

Aide humanitaire, accueil de réfugiés : à quoi joue Guelleh ?

Le « modèle » djiboutien repose en grande partie sur l’aide humanitaire que le pays reçoit. Ainsi, plus de 25 000 réfugiés seraient présents sur son territoire. Depuis le début des hostilités au Yémen, quelque 4 000 réfugiés yéménites ont afflué à Djibouti, où ils s’entassent au sein de camps de fortune, montés en plein désert.

Pourquoi le régime d’Ismael Omar Guelleh ouvre-t-il ses portes à ces populations fuyant la guerre, alors que le taux de chômage dans son pays avoisine les 60% ? Selon plusieurs sources locales, une partie substantielle de l’aide humanitaire destinées aux camps de réfugiés serait détournée par les autorités djiboutiennes. Rien de surprenant quand on sait que le pays pointe à la 123e place sur 176 dans le classement de la perception de la corruption, établi par l’ONG Transparency International.

Mais cette politique d’accueil est surtout faite pour complaire à la puissante Arabie saoudite, « la grande sœur, le principal soutien et l’Etat pilier sur lequel s’adosse Djibouti », selon la formule du quotidien djiboutien La Nation.

Ryad envisage en effet de bâtir une base militaire à Djibouti et reste l’un des principaux partenaires économiques du pays (16,6% de ses importations, juste derrière la Chine). En attendant, l’Arabie joue un jeu trouble, bombardant le Yémen d’une main et finançant de l’autre, à coup de pétrodollars, de nombreuses infrastructures à Djibouti, tout en arrosant le régime afin de venir en aide aux réfugiés yéménites... qui ont fui ses propres bombes. Une aide humanitaire aussi peu transparente qu’impossible à tracer, puisqu’elle ne passe pas par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), et dont il n’est pas interdit de penser qu’elle est en partie détournée par le gouvernement djiboutien.

Quoiqu’il en soit, Djibouti a dû rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran en 2015 afin de complaire à l’Arabie. Un retournement d’alliance hasardeux, qui s’avère être la marque de fabrique du président Guelleh.

Et Djibouti se mit à dos les Etats-Unis

Alors que la France et les Etats-Unis disposent de bases militaires depuis longtemps installées à Djibouti, le régime d’Ismael Omar Guelleh a prié ces derniers de bien vouloir plier bagages du port d’Obock, dans lequel ils avaient investi la bagatelle de 14 millions de dollars. En cause, l’arrivée imminente de l’armée chinoise, forte d’un contingent de 10 000 hommes, Pékin souhaitant disposer à son tour d’une implantation stratégique en Afrique, à même d’y sécuriser ses intérêts économiques grandissants.

A Washington, la nouvelle de cette cohabitation aussi forcée qu’inédite a été accueillie avec fraicheur. Plusieurs parlementaires ont adressé leurs préoccupations à l’administration Obama, puis Trump, déplorant que les hommes de l’Armée de libération du peuple installent leurs quartiers à quelques encablures du Camp Lemonnier, la base stratégique américaine, où tout ce que les Etats-Unis comptent d’espions, de marines surentraînés et de drones près à frapper en Syrie ou en Irak.

Il en fallait pourtant davantage pour froisser le régime djiboutien. L’opinion d’Ismael Omar Guelleh est faite : la Chine est « l’un des investisseurs les plus importants » du pays. Pékin est même passée devant Washington en tant que premier partenaire économique et finance une myriade de projets aussi inutiles que farfelus, à l’image de ce deuxième aéroport – pour un territoire n’excédant pas les 23 000 m2 –, d’un coût de 600 millions de dollars, dont la construction a été confiée à une société chinoise.

Un modèle économique bancal

Problème, si les investissements directs étrangers continuent d’affluer, ils ne semblent pas profiter à la population djiboutienne. 80% des Djiboutiens vivent ainsi sous le seuil de pauvreté relative, et 42% sous celui de pauvreté absolue. Djibouti occupe le 164e rang de l’indicateur de développement humain (IDH). Sans parler de la répression qui frappe le pays, Guelleh ne se maintenant au pouvoir depuis plus de 25 ans qu’à force d’intimidation, de censure et d’élections aussi truquées que plébiscitaires.

En somme, si Djibouti continue d’attiser les appétits des Etats et entreprises étrangères, son modèle économique fondé sur les aides humanitaires et les redevances liées aux camps militaires semble bien peu diversifié. Insuffisant, en tout état de cause, pour sortir sa population de la chape de pauvreté, de chômage et répression sous laquelle elle étouffe.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite
Mise à jour : réfugiés italiens sept sur dix sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Oreste Scalzone
* Sur les sept personnes arrêtées hier matin à l’aube, libérées de prison et remises en « caution » sous contrôle judiciaire : Roberta Cappelli, Narciso Manenti, Marina Petrella, Giorgio Pietrostefani, Sergio Tornaghi. ** Des deux Compagnons constitués ce matin, l’audience pour « statuer » sur la demande de libération de Luigi Bergamin a été fixée à 18 heures, et il est fort probable qu’elle ait eu le même résultat. Les « demandes » formulées par l’avocate Irène (...)
Lire la suite
On avance… Marina Petrella et Roberta Cappelli sont libres sous contrôle judiciaire
jeudi 29 avril
de Dominique Grange
Nous fêtons ce soir une libération qui nous fait chaud au coeur à tou.te.s, celle de nos deux camarades MARINA PETRELLA et ROBERTA CAPPELLI qui sont désormais dehors, sous contrôle judiciaire ! Mais n’oublions pas les six autres toujours détenus... Continuons à nous mobiliser per liberare tutti...pour les libérer tous ! Rejoindre notre groupe FB tu es le bienvenu ✊ (...)
Lire la suite
LIBERARE TUTTI (audio)
mercredi 28 avril
de Dominique Grange
1 commentaire
A Roberta Capelli, Marina Petrella, Enzo Calvitti, Giovanni Almonti, Sergio Tornaghi, Narciso Manenti, Giorgio Pietrostefani. En 2003, j’ai écrit cette chanson "DROIT D’ASILE", suite à l’enlèvement d’un militant italien exilé en France, Paolo Persichetti, et à son extradition, puis son incarcération en Italie. Je l’ai ensuite dédiée à Cesare Battisti, alors emprisonné au Brésil, à Marina Petrella, arrêtée en 2007 et emprisonnée en France, en attente (...)
Lire la suite
REVIREMENT INQUIÉTANT DE LA FRANCE POUR LES RÉFUGIÉS ITALIENS
mercredi 28 avril
de La LDH
Communiqué LDH A l’inverse de ce que la présidence de la République soutient, la décision de François Mitterrand, exprimée lors du congrès de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) en 1985, de ne pas extrader les réfugiés italiens en France n’excluait aucun de ceux-ci. Il est regrettable qu’en violation de toute éthique le président de la République ait décidé de revenir sur les engagements de la République. S’en prendre à des femmes et des hommes qui vivent (...)
Lire la suite
Une trahison indicible de la France
mercredi 28 avril
de Collectif Bellaciao
3 commentaires
28 avril 2021 : 7 réfugiés politiques italiens arrêtés à Paris : Enzo Calvitti, Giovanni Alimonti, Roberta Cappelli, Marina Petrella, Sergio Tornaghi, Giorgio Pietrostefani, Narciso Manenti, trois recherchaient Luigi Bergamin, Maurizio Di Marzio et Raffaele Ventura. Tous accusés d’actes de terrorisme dans les années 70 et 80. Macron heureux : "Je résolu ce problème comme l’Italie le demande depuis des années" Draghi heureux : "Le gouvernement se déclare satisfait de la (...)
Lire la suite
21 avril 1961 - 21 avril 2021 le rêve du « putsch des généraux »...
mercredi 28 avril
de Roberto Ferrario
2 commentaires
A propos de « la tribune des généraux » les signatures on été récolté par Jean-Pierre Fabre-Bernadac, officier de carrière et responsable du site Place Armes et ancien responsable du service d’ordre du Front national entre 1993 et 1994, qui avait initialement publié le texte le 13 avril dernier ou des signatures continuent à être comptabilisés, 30 généraux étaient dénombrés et 2500 militaires étaient au total recensés ce mardi. Après ca le 21 avril la tribune à été publié sur Valeurs (...)
Lire la suite