Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
PUBLIEZ ICI PUBLIEZ VOTRE CONTRIBUTION ICI

Le modèle économique de Djibouti voue-t-il sa population à la pauvreté ?

mardi 2 mai 2017 - 17h08 - Signaler aux modérateurs

Djibouti, petit pays de près de 900 000 habitants, logé dans la Corne de l’Afrique, fait depuis toujours figure de place forte stratégique. Les puissances occidentales y déploient des bases militaires afin de garder la main sur une région hautement explosive, à la croisée de l’Afrique et du Moyen-Orient. Les investissements affluent, Djibouti offrant une porte d’entrée sur l’Afrique que tous se disputent.

Dirigé depuis 1999 par l’autocrate Ismael Omar Guelleh, le pays repose sur un « business model » aussi original que douteux, mêlant aide humanitaire et subsides liés aux implantations militaires étrangères. Un modèle qui évolue au gré des alliances de circonstance, passées avec des partenaires pas toujours recommandables. Une chose reste constante en revanche : la misère de la population djiboutienne.

Aide humanitaire, accueil de réfugiés : à quoi joue Guelleh ?

Le « modèle » djiboutien repose en grande partie sur l’aide humanitaire que le pays reçoit. Ainsi, plus de 25 000 réfugiés seraient présents sur son territoire. Depuis le début des hostilités au Yémen, quelque 4 000 réfugiés yéménites ont afflué à Djibouti, où ils s’entassent au sein de camps de fortune, montés en plein désert.

Pourquoi le régime d’Ismael Omar Guelleh ouvre-t-il ses portes à ces populations fuyant la guerre, alors que le taux de chômage dans son pays avoisine les 60% ? Selon plusieurs sources locales, une partie substantielle de l’aide humanitaire destinées aux camps de réfugiés serait détournée par les autorités djiboutiennes. Rien de surprenant quand on sait que le pays pointe à la 123e place sur 176 dans le classement de la perception de la corruption, établi par l’ONG Transparency International.

Mais cette politique d’accueil est surtout faite pour complaire à la puissante Arabie saoudite, « la grande sœur, le principal soutien et l’Etat pilier sur lequel s’adosse Djibouti », selon la formule du quotidien djiboutien La Nation.

Ryad envisage en effet de bâtir une base militaire à Djibouti et reste l’un des principaux partenaires économiques du pays (16,6% de ses importations, juste derrière la Chine). En attendant, l’Arabie joue un jeu trouble, bombardant le Yémen d’une main et finançant de l’autre, à coup de pétrodollars, de nombreuses infrastructures à Djibouti, tout en arrosant le régime afin de venir en aide aux réfugiés yéménites... qui ont fui ses propres bombes. Une aide humanitaire aussi peu transparente qu’impossible à tracer, puisqu’elle ne passe pas par le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR), et dont il n’est pas interdit de penser qu’elle est en partie détournée par le gouvernement djiboutien.

Quoiqu’il en soit, Djibouti a dû rompre ses relations diplomatiques avec l’Iran en 2015 afin de complaire à l’Arabie. Un retournement d’alliance hasardeux, qui s’avère être la marque de fabrique du président Guelleh.

Et Djibouti se mit à dos les Etats-Unis

Alors que la France et les Etats-Unis disposent de bases militaires depuis longtemps installées à Djibouti, le régime d’Ismael Omar Guelleh a prié ces derniers de bien vouloir plier bagages du port d’Obock, dans lequel ils avaient investi la bagatelle de 14 millions de dollars. En cause, l’arrivée imminente de l’armée chinoise, forte d’un contingent de 10 000 hommes, Pékin souhaitant disposer à son tour d’une implantation stratégique en Afrique, à même d’y sécuriser ses intérêts économiques grandissants.

A Washington, la nouvelle de cette cohabitation aussi forcée qu’inédite a été accueillie avec fraicheur. Plusieurs parlementaires ont adressé leurs préoccupations à l’administration Obama, puis Trump, déplorant que les hommes de l’Armée de libération du peuple installent leurs quartiers à quelques encablures du Camp Lemonnier, la base stratégique américaine, où tout ce que les Etats-Unis comptent d’espions, de marines surentraînés et de drones près à frapper en Syrie ou en Irak.

Il en fallait pourtant davantage pour froisser le régime djiboutien. L’opinion d’Ismael Omar Guelleh est faite : la Chine est « l’un des investisseurs les plus importants » du pays. Pékin est même passée devant Washington en tant que premier partenaire économique et finance une myriade de projets aussi inutiles que farfelus, à l’image de ce deuxième aéroport – pour un territoire n’excédant pas les 23 000 m2 –, d’un coût de 600 millions de dollars, dont la construction a été confiée à une société chinoise.

Un modèle économique bancal

Problème, si les investissements directs étrangers continuent d’affluer, ils ne semblent pas profiter à la population djiboutienne. 80% des Djiboutiens vivent ainsi sous le seuil de pauvreté relative, et 42% sous celui de pauvreté absolue. Djibouti occupe le 164e rang de l’indicateur de développement humain (IDH). Sans parler de la répression qui frappe le pays, Guelleh ne se maintenant au pouvoir depuis plus de 25 ans qu’à force d’intimidation, de censure et d’élections aussi truquées que plébiscitaires.

En somme, si Djibouti continue d’attiser les appétits des Etats et entreprises étrangères, son modèle économique fondé sur les aides humanitaires et les redevances liées aux camps militaires semble bien peu diversifié. Insuffisant, en tout état de cause, pour sortir sa population de la chape de pauvreté, de chômage et répression sous laquelle elle étouffe.


Partager cet article :

Imprimer cet article




accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

(test au 15 juin 2021)
Facebook Twitter
DAZIBAO
14e festival des Canotiers mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021
lundi 5 juillet
L’association Ménil Mon Temps présente le 14e festival Les Canotiers, « cinéma et concerts en plein air », qui se déroulera du mercredi 7 au dimanche 11 juillet 2021 sur le parvis de l’église de Ménilmontant. Au programme : Des concerts (20h30) : Mer 7 : Dominique Grange et Mymytchell, avec Jonathan Malnoury (guitare) et Alexis Lambert (accordéon). Jeu 8 : Cheikh Sidi Bemol (solo). Ven 9 : TyArd, [Duo Électro-Pop]. Dim 11 : M.A.J, [Duo Électro-Folk’n’Roll]. (...)
Lire la suite
Une lettre de Cesare Battisti, en grève de la faim et des soins depuis le 2 juin
jeudi 10 juin
de Cesare Battisti
Je m’adresse à mes enfants bien-aimés, à ma compagne de voyages, aux frères et aux sœurs, aux neveux, aux amis et aux camarades, aux collègues de travail et à vous tous qui m’avez bien aimé et soutenu dans votre cœur. Les effets destructeurs de la grève Je vous demande à vous tous un dernier effort, celui de comprendre les raisons qui me poussent à lutter jusqu’à la conséquence ultime au nom du droit à la dignité pour chaque détenu, de tous. La dignité (...)
Lire la suite
QUI ATTAQUE UN CAMARADE ATTAQUE NOTRE SYNDICAT DANS SON ENSEMBLE !!!!
samedi 5 juin
de Roberto Ferrario
Après mon expulsion de infocom ordonné par Romain Altmann ma colère est très froide je peux dire glaciale... Je me réveille cet matin avec plein d’idées de comme organiser la riposte... mais tranquillement... Ma première adhésion syndicale à 17 ans mon premier boulot dans le plus grand hôpital de Milan, je ne 64 et certainement n’est pas un Romain Altmann qui va m’empêcher de continuer mon combat, probablement solitaire... Mais aussi avec mes camarades de mon syndicat, la (...)
Lire la suite
La purge interne chez Info’Com-CGT se poursuit...
vendredi 4 juin
de Collectif Bellaciao
La direction du syndicat #InfoComCGT dirigé par le secrétaire général Romain Altmann : après avoir poussé à la démission Mickaël Wamen (délégué CGT Goodyear) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Sidi Boussetta (secrétaire-adjoint UL CGT Blois) du syndicat #InfoComCGT après avoir expulsé Roberto Ferrario (porte parole du site bellaciao.org) du syndicat #InfoComCGT après la démission de Stéphane Paturey secrétaire général-adjoint d’#InfoComCGT après la démission de (...)
Lire la suite
Israël. Exemple du déséquilibre d’information…
lundi 17 mai
de Roberto Ferrario
2 commentaires
Le gouvernement israélien a toujours peur de l’information comme aujourd’hui après la démolition du siège de l’AP et comme par le passé les « ennemis d’Israël » sont des journalistes ... Exemple du déséquilibre d’information. Des journalistes à Gaza sur les décombres de leurs anciens bureaux détruits par l’armée de l’air israélienne ... A Paris, la discussion sur « nos » médias grand public tourne autour du nombre de fois où l’expression (...)
Lire la suite
Liberté de la presse, version israélienne (video)
samedi 15 mai
L’armée israélienne a détruit samedi le bâtiment qui abrite les bureaux de l’agence de presse américaine Associated Press et Al Jazeera dans la bande de Gaza La tour de la ville de Gaza qui abritait les bureaux des médias internationaux a été pulvérisée samedi par une attaque annoncée quelques minutes plus tôt par l’armée israélienne. Le bâtiment de 13 étages, visé par l’armée de l’air israélienne et qui venait d’être évacué, s’est effondré, (...)
Lire la suite
Info’Com-CGT : le secrétaire Romain Altmann organise une épuration dans le syndicat…
vendredi 7 mai
de Sidi Boussetta secretaire adjoint UL CGT Blois
NDLR : Le secrétaire Romain Altmann veux imposer l’exclusion de deux camarades (Sidi Boussetta secrétaire adjoint UL CGT Blois et Roberto Ferrario fondateur du site bellaciao.org) du syndicat Info’Com CGT en vertu du débat démocratique…. Pfffffffff Semble que bien d’autres vont suivre le chemin du Goulag en Sibérie…. Voilà la réponse d’un des de deux camarades, premier de la liste noire… Les cons ça osent tout...voici ce que j’ai trouvé dans (...)
Lire la suite