Bellaciao est hébergé par
Se rebeller est juste, désobéir est un devoir, agir est nécessaire !
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite, commenter l'article...

Uri Avnery : Portrait d’un Israélien


de : Uri Avnery
lundi 27 juin 2005 - 01h41 - Signaler aux modérateurs
JPEG - 14.3 ko

Ce texte est extrait de l’ouvrage Israël sans sionisme, Uri Avnery (Éditions du Seuil, Paris, 1968, 256 pages) . En 2003, Uri Avnery continue avec le mouvement Gush Shalom - le Bloc de la paix - à lutter pour une paix juste avec les Palestiniens.

de Uri Avnery

Mon nom est un nom biblique. Uri signifie Lumière. Avner ou Abner était le nom d’un maréchal du roi David et c’est un personnage que j’ai toujours aimé. Je ne suis pas né avec ce nom, je me le suis donné à l’âge de dix-huit ans. J’ai changé de nom comme tous ceux qui avaient choisi de vivre en Palestine pour rompre à tout jamais avec le passé. Nous ne voulions plus rien avoir à faire avec la diaspora juive. Nous rejetions le monde de nos parents, leur culture et leur formation. Nous étions un peuple neuf. Une race nouvelle était née le jour où nous avions mis le pied sur le sol de Palestine. Une race d’Hébreux et non pas de Juifs.

Quand mes parents m’emmenèrent en Palestine, j’avais dix ans et la politique me préoccupait déjà. Nous arrivions d’Allemagne où j’avais passé les dix premières années de ma vie. J’avais six ans quand Hitler remporta sa première grande victoire électorale. Depuis ce jour, la montée du nazisme marqua sans arrêt notre vie quotidienne. Je me souviens des interminables parades de chemises brunes et des batailles de rues entre communistes et nazis.

À notre table, la politique avait pris la première place dans les conversations, remplaçant la musique chère à mon père.

Nous appartenions à la grande bourgeoisie aisée. Mon père était banquier. Comme son père avant lui, il était féru de culture grécolatine. Il avait reçu une éducation germanique et toute sa vie il devait conserver un idéalisme d’humaniste allemand.

Mon père était sioniste. Lorsqu’il épousa ma mère, en 1913, l’un de ses amis lui offrit en cadeau de mariage un document prouvant qu’un arbre avait été planté en son nom en terre palestinienne. Mais avant Hitler on ne pensait pas qu’être sioniste impliquait d’aller vivre en Palestine. Le sionisme de mon père était plutôt une marque de son non-conformisme. Dans sa famille, on était pour l’intégration et le sionisme y était exécré. Je le soupçonne de s’être surtout amusé à scandaliser son entourage. Mais son sionisme était aussi une manière pour lui de se solidariser avec la souffrance des Juifs à travers le monde et de prouver sa sympathie aux pionniers, si loin de nous, qui tentaient d’édifier un nouvel État, au Proche- Orient. Et pourtant, c’est le sionisme qui devait nous sauver la vie. Même à présent que je suis devenu non-sioniste, et peut-être même antisioniste, je ne peux pas l’oublier.

J’avais neuf ans quand Hitler prit le pouvoir. La terreur brune se donna libre cours l’année où j’entrai au lycée. J’étais le seul élève juif. Tous les deux jours à peu près, on célébrait une victoire de l’armée allemande. Les élèves devaient se grouper dans le grand hall et entonner des chants patriotiques. Un jour (je crois que c’était celui de la bataille de Belgrade) je ne chantai pas. Je me revois tout petit et solitaire parmi des centaines de garçons allemands qui chantaient l’hymne nazi, le sanglant Horst Wessel. Ils avaient tous le bras levé, je ne les imitai pas. Après la cérémonie, les élèves de ma classe m’avertirent que s’ils me prenaient une fois encore à ne pas lever le bras au cours du nouveau chant allemand « ils me feraient voir... ».

Ils n’en eurent pas l’occasion. Une semaine plus tard, nous quittions l’Allemagne pour toujours.

Je crois que mon père a été l’un des tout premiers Allemands à prendre conscience de ce qui allait se passer. Pour lui l’avertissement était comme écrit sur les murs du jour où les nazis arrivèrent au pouvoir. Peut-être son sionisme l’avait-il éclairé sur la force de l’antisémitisme et sur l’inutilité de tout effort pour le combattre.

C’est ainsi qu’un beau matin de janvier 1933, mon père se rendit à la préfecture de police de Hanovre pour obtenit son permis d’émigration. Les officiers de police s’étonnèrent. « Mais vous êtes allemand, monsieur Ostermann, lui dirent-ils. Vous êtes aussi allemand que nous. Votre famille a toujours vécu en Allemagne. Rien ne peut vous arriver ici. »

Nos amis et nos parents étaient furieux contre mon père. Cette décision était encore un effet de sa bizarrerie. « Vous êtes complètement fou, s’écrièrent-ils. On n’a pas idée de fuir comme ça ! Que peut-il vous arriver ? Nous vivons dans un pays civilisé. Ce Hitler s’agite beaucoup mais il sait bien qu’il n’est rien sans nous. À la rigueur il se débarrassera de quelques Juifs polonais (et ce ne serait pas un mal) mais sans plus. »

Nous, les enfants, nous écoutions ces discours et nous n’avons pas oublié. Mon père était obstiné. Sans pouvoir le prouver, il était sûr d’avoir raison. Il vendit tout ce qu’il possédait et prépara notre départ.

Nous avons vécu nos derniers jours en Allemagne dans une agitation fiévreuse. Mon père soupçonnait l’un de ses associés de nous avoir dénoncés à la Gestapo. Et la famille se sépara, pour passer la frontière sans éveiller de soupçons. Chacun des parents se chargea de deux enfants. J’étais avec ma mère qui perdait sans cesse quelque chose. Quand nous atteignîmes la frontière, les fonctionnaires nazis vérifièrent nos passeports et firent un signe de la main. C’était fini. Le train roulait déjà en territoire français. Pour l’enfant que j’étais, c’était une nuit de grande émotion. Depuis ce jour, la France est restée pour moi un symbole de liberté. J’aime la France. Je l’aimais même quand je constituais un Comité de libération de l’Algérie et que j’appuyais le FLN dans sa lutte contre les Français.

Deux semaines plus tard, nous étions tous réunis sur le pont du bateau et nous regardions se rapprocher les rivages de la Palestine. Pour nous, les enfants, c’était une expérience exaltante. Nous allions aborder à ce monde neuf dont on nous avait tant parlé. Mais je me suis souvent demandé par la suite ce que mes parents avaient pu ressentir à ce moment-là. Quel courage il leur a fallu ! Mon père avait quarante-cinq ans. Il avait toujours connu une vie paisible et voilà qu’encombré d’une femme et de quatre enfants, il se trouvait jeté dans un pays inconnu, face à une existence totalement différente, aux prises avec une langue étrangère qu’il ne réussit jamais à maîtriser.

C’était un pays rude. Le petit capital ramené d’Allemagne fut rapidement englouti dans quelques tentatives malheureuses. Mon père ne voulait pas investir d’argent dans les affaires immobilières du nouveau pays. Il ne voulait pas faire de spéculation ni de commerce. Il ne voulait pas avoir affaire aux banques. La première année écoulée, notre situation se trouva être des plus précaires. Mes parents ouvrirent alors une blanchisserie livrant à domicile. Ils y travaillèrent tous les deux dix heures par jour et ceci pendant dixhuit ans, jusqu’au jour où mon père mourut.

Entre-temps, il avait appris la perte de tous nos amis et parents, disparus au cours des années terribles de l’Holocauste. Plus tard, j’eus l’occasion de suivre le procès d’Eichmann à titre de journaliste. Durant l’interrogatoire, mes pensées allaient vers mon père dont l’intuition nous avait sauvé la vie et je lui en étais profondément reconnaissant.

Je le revois encore sur sa bicyclette, transportant le linge, épuisé mais de bonne humeur, plus heureux qu’il ne le fut jamais dans son fauteuil directorial de Hanovre. C’était un homme vrai.

http://www.france-palestine.org/art...



Imprimer cet article





Russie, coup de tonnerre : Poutine lève les restrictions COVID
mardi 26 - 17h40
de : joclaude
Covid-19 : Le vaccin inachevé...
mardi 26 - 12h53
de : Claude Janvier
Manif le 26/01 à 13h.- LUXEMBOURG
mardi 26 - 09h51
de : jean1
SôS Soutien ô Sans-papiers appelle à contacter et visiter les retenus et à se mobiliser jeudi à 14h
dimanche 24 - 21h05
de : sôs Soutien ô Sans papiers
Manif contre les licenciements : gueules cassées, poings levés !
dimanche 24 - 11h29
3 commentaires
Brésil : "Il n’y a que des morts du Covid", les habitants de Manaus face au chaos sanitaire(vidéos)
samedi 23 - 22h21
de : nazairien
8 commentaires
Après, la prise de fonction de Biden, la "chine communiste" permet de refaire de l’anticommunisme
samedi 23 - 18h21
de : nazairien
Manifs.ce 23 janv. pour l’interdiction des licenciements !
samedi 23 - 16h09
de : joclaude
McKinsey : il est temps de nettoyer les cabinets
vendredi 22 - 20h44
de : Jonathan Lefèvre (Solidaire)
1 commentaire
Souvenir de 1968
vendredi 22 - 17h05
de : Alain Collet
2 commentaires
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 - 14h18
de : Un ex du pneu
1 commentaire
question
jeudi 21 - 18h38
de : jean1
4 commentaires
Le chanteur Morice Benin nous a quittés (1947-2021)
jeudi 21 - 14h22
Chiens de garde
jeudi 21 - 14h13
de : azard
La Chine, qui croyait, avoir éradiqué le virus, face au "démoniaque coronavirus (vidéos)
jeudi 21 - 12h45
de : nazairien
9 commentaires
Syrie, Bolivie, Centrafrique... !Des exemples : La seule guerre que l’impérialisme ne peut pas gagner !
jeudi 21 - 11h16
de : joclaude
1 commentaire
Vaccin Américain Pfizer:12 400 Israéliens testés positifs après avoir reçu le vaccin
jeudi 21 - 11h05
de : joclaude
Les "Oubliés" du Ségur de la Santé : MANIFS. partout !
jeudi 21 - 10h55
de : joclaude
Immunisés ? C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 20 - 19h32
de : Hdm
Syndicats et organisations de jeunesse appellent les étudiants à se mobiliser contre la précarité
mercredi 20 - 15h10
de : joclaude
AED : construire la lutte des précaires de l’Éducation Nationale
mercredi 20 - 15h08
RASSEMBLEMENT PRÉVU À PARIS, LE DIMANCHE 24 JANVIER 2021, PLACE JEAN FERRAT (métro Ménilmontant - ligne 2), À 15H00.
mercredi 20 - 12h38
de : Jean Clément
Gabriel, gilet jaune mutilé : « Je n’avais jamais foutu les pieds dans une manifestation »
lundi 18 - 16h24
de : jean1
1 commentaire
Norvège : "nouvelles" du fumeux vaccin Pfizer-BioNtech.
lundi 18 - 15h30
de : joclaude
1 commentaire
Femmes de chambre : que sont devenues les promesses de Marlène Schiappa ?
lundi 18 - 09h29
2 commentaires
Patrice Lumumba assassiné le 17 janvier 1961
dimanche 17 - 17h44
de : CADTM Eric Toussaint
1 commentaire
Souveraineté et démocratie ou mondialisation et régime autoritaire ?
dimanche 17 - 10h03
de : Par Michèle Dessenne, Présidente du Parti de la démondialisation
2 commentaires
la mouchardisation en plus de la marchandisation
samedi 16 - 23h00
de : reporterre
Affaire Duhamel : des réseaux de pouvoir ? Vraiment ?
vendredi 15 - 11h30
de : joclaude
1 commentaire
MACRON : Drôle de SMS, on les aura ... !
vendredi 15 - 10h49
de : joclaude
Dépistage covid massif à Roubaix une réussite ! Beaucoup plus de testeurs que de testés. Des chiffres étranges
jeudi 14 - 19h45
de : France 3 Régions
4 commentaires
CHINE : Visite de l’Organisation Mondiale de la Santé(OMS)
jeudi 14 - 17h37
de : joclaude
2 commentaires
Etats-Unis : des centaines de personnes aux urgences après avoir reçu le vaccin contre le Covid-19
jeudi 14 - 17h31
de : joclaude
1 commentaire
Affaire Pfizer-Nigeria : les victimes attendent toujours leur dédommagement
jeudi 14 - 17h14
de : Jeune Afrique - 03 février 2011
La maison carrée ronde
mercredi 13 - 20h15
de : jy.D
Carnaval funèbre - C’est l’heure de l’mettre !
mercredi 13 - 17h43
de : Hdm
CHiNE : un Médecin Français à Wuhan, s’exprime !
mercredi 13 - 11h27
de : joclaude
6 commentaires
Schneider Electric : « On nous vire pour 400 000 euros de bénéfice »
lundi 11 - 15h31
Une certaine idée de la souffrance.
dimanche 10 - 15h58
de : jy.D
MEETING de SOLIDARITE ANTI-IMPERIALISTE
samedi 9 - 19h02
de : Jean Clément

accueil | contacter l'admin



Suivre la vie du site
RSS Bellaciao Fr


rss IT / rss EN / rss ES



Bellaciao est hébergé par DRI

Facebook Twitter
DAZIBAO
ON A BRÛLÉ DES PNEUS ET ON EN EST FIERS ....
vendredi 22 janvier
de Un ex du pneu
1 commentaire
Où peut être la fierté de pouvoir annoncer ne pas avoir lutté et avoir permis en un temps record la fermeture d’une usine ? Les seuls qui peuvent aujourd’hui s’en féliciter sont les patrons de Bridgestone mais aussi les acteurs politiques qui gravitent autour du dossier et un avocat payé à 100% par le tôlier qui était donc celui du tôlier et non des salariés ... Jamais dans l’histoire une usine de cette taille n’aura été fermée aussi rapidement, si il y a un (...)
Lire la suite
C’est l’anniversaire de Frida Kahlo
lundi 6 juillet
de Roberto Ferrario
1 commentaire
Je trouve épouvantable de voir les riches passer leurs jours et leurs nuits dans des parties, pendant que des milliers et des milliers de gens meurent de faim. Magdalena Frida Carmen Kahlo Calderón ou Frida Kahlo, née le 6 juillet 1907 dans une démarcation territoriale de l’actuelle entité fédérative de Mexico, la délégation de Coyoacán, et morte le 13 juillet 1954 au même endroit, est une artiste peintre mexicaine. Son réalisme n’est pas seulement artistique : en 1928, elle (...)
Lire la suite
Le monde d’après : Jean Castex nouveau premier ministre droitard, sarkozyste et énarque
vendredi 3 juillet
de Roberto Ferrario
4 commentaires
"Politiquement, je suis de droite et je l’assume parfaitement", affirmait ce haut fonctionnaire. Membre du parti Les Républicains, il est notamment proche de Nicolas Sarkozy, dont il a été le secrétaire général adjoint à l’Élysée. Ce qui ne l’empêche pas de soutenir la candidature de François Fillon pour la présidence de l’UMP lors du congrès de l’automne 2012. Cette nomination donne le ton de ce qui s’annonce dans les prochains (...)
Lire la suite
Info’Com : "Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là"...
jeudi 2 juillet
de Mickael Wamen
Normal de sortir une telle affiche quand on vois comment sont traités les salarié/es précaires du bureau de placement de Info’Com ! « Tu as du taff tu es bien payé alors fermes là, tu n’est pas ici pour militer mais prendre du fric, et puis si il y a des injustices c’est pas ton problème ... » Voilà ce que j’ai entendu non stop durant quasi 2 ans ... Être précaire n’est pas être une sous merde et cela est vrai partout et notamment à la CGT ! Avoir un bureau (...)
Lire la suite
Nouvelle affiche scandaleuse de Info’ Com...
mercredi 24 juin
de Mickael Wamen
13 commentaires
De pire en pire le bad buzz continue... Se réjouir des licenciements à BFM c’est scandaleux !! Cette restructuration est totalement injustifiée comme toutes les autres et qu’elle touche des salarié/es de BFM ne donne pas droit de s’en réjouir ... Les salariés de BFM ne sont pas des chiens comme indiqué par Info’ Com ... En plus ce sont les « petits » qui vont morfler ! Comment Info’ Com peut il être à ce point une fois de plus totalement à la rue sur un (...)
Lire la suite
La chasse continue ... tu gênes donc on te dégage !!!! Bravo info’com ....
mercredi 17 juin
de Mickael Wamen
Ce n’est plus du syndicalisme mais utilisation de méthodes patronales les plus dégueulasses.... Bien content d’avoir démissionné car c’est impossible de continuer d’adhérer à un syndicat qui vire celles et ceux qui ne pensent pas comme la direction !!!! Info’com critique la conf’ mais fait pire ...ilsfont’com leur va très bien ! Ils sont plus fort avec leur « camarade agency » qu’avec la camaraderie la vraie, la gratuite.... Ils sont (...)
Lire la suite
Info’Com Cgt, nous n’avons pas adhéré avec obligation de nous taire !!!
jeudi 11 juin
de Mickael Wamen, Sidi Boussetta
WE LOVE NOTRE SYNDICAT Et OUI, nous aimons notre syndicat qui nous a accueilli en 2016, cette super équipe de l’époque, fraternelle, humaine et profondément militante... Ce même syndicat qui a toujours su différencier la CGT des hommes et des femmes qui la composent, qui a toujours osé dire les choses, par exemple, souvent relever les manquements du secrétaire général confédéral, de la confédération, de sa fédération, sans jamais remettre en cause la CGT... On est en droit de (...)
Lire la suite